Articles

07/03/11 (B594) Selon un article publié en Anglais par le Groupe de LOI, les services secrets français porteraient une attention particulière aux mouvements financiers de Guelleh et de son entourage … (Info lecteur)

Ne voulant pas donner l’impression d’avoir encore un train de retard, la diplomatie française s’activerait dans l’hypothèse d’une chute rapide du régime de Guelleh, avant ou après les élections.

Toujours selon LOI, la France aurait recommandé à ses Services français de suivre avec attention les mouvements financiers du côté du couple princier et aussi du Beauf’ le caissier chef de la Banque nationale.

07/03/11 (B594) Si Ismaïl Bobard ouvrait enfin, toute grande, la gueule de ses ânes et qu’il leur dise : « Maintenant, vous aussi vous avez droit à la parole ! », que pourraient-ils faire d’autre, sinon braire à sa gloire et à l’unisson ? Car ils sont « formatés pour cela et rien que pour cela »


06/03/11 (b594) Diaspora Djiboutienne au Canada (DDC) : compte rendu de la manifestation du 05 mars 2011 à Ottawa

Le samedi 5 mars 2011, la diaspora djiboutienne au Canada a bravé la pluie et le froid pour marquer sa désapprobation et son rejet d’un 3ème mandat de Ismael Omar Guelleh.


(Vous pouvez télécharger toutes les photos en cliquant sur le lien (6 Mo) :
http://www.ardhd-media.org/L0305_ottawa/L0305_ottawa.pdf

Dès 13h30, la communauté djiboutienne a commencé à se rassembler sur la Colline du Parlement à côté de leurs frères libyens et des touristes venus du monde entier.

On dénombrait une centaine, ce qui tenant compte de la météo est plus qu’honorable.

L’Association de la Diaspora des djiboutiens au Canada (DDC) a d’abord remis un mémorandum au greffier de Parlement avant de prendre possession de l’emplacement établie par le Comité du Parlement Canadien.

Vers 14h la manifestions a officiellement commencé et le drapeau national ainsi des affiches dénonçant la dictature à Djibouti ont été déployés par la communauté. Un porte-voix passait d’une main à l’autre pour scander les slogans en direction des medias présentes et des visiteurs du lieu :
– « IOG dégage »
– « Freedom for Djibouti »
– « Non à la dictature »
– « Oui à la démocratie pour les djiboutiens »

La manifestation s’est poursuivie avec la prise de parole et les orateur ont insisté sur :
– leur solidarité indéfectible à leurs frères opprimés au pays et à l’opposition djiboutienne dans leur lutte pacifique pour la liberté et la démocratie,
– la nécessité de marquer et de manifester le refus catégorique et le rejet total d’un 3ème mandat,
– la condamnation avec la plus grande fermeté de la répression, des arrestations arbitraires et des violations des droits humains fondamentaux,
– la poursuite des manifestations sur la Colline du Parlement jusqu’à la chute du dictateur de Djibouti,
– la mobilisation active du gouvernement canadien, de la communauté internationale et des médias.

Le Président de l’Association
de la Diaspora Djiboutienne au Canada (ADDC)
Ahmed ADEN
Ottawa, Canada
ahmed_aden1@yahoo.ca

P.S. Vous pourrez vous rendre, sous peu, sur le site kulanka.com pour visionner la vidéo de la manifestation qui sera également disponible sur youtube.

06/03/11 (B594) Le GED qui a participé à la manifestation de samedi 5 mars à Bruxelles, nous informe que son représentant a pu remettre un document d’explication au représentant de l’Ambassde des Etats-unis, qui avait accepté de le recevoir.

Plusieurs photos, parmi toutes celles qui nous ont été envoyées, qui montrent l’unité et la détermination de l’opposition dans son ensemble.

Toutes les photos sont disponibles dans un fichier PdF téléchargeable (Soyez patients : 32 Mo !):
Cliquez ici

06/03/11 (B594) Manifestation de Bruxelles. Compte-rendu et photos qui nous sont envoyés par le FDP – Forum pour la Démocratie et pour la Paix.

Forum pour la Démocratie et la Paix
Chaussée de Louvain, 124
1210 Bruxelles
Tél : 0476.342.583
fdpdjibouti@hotmail.com

Bruxelles le, 5 Mars 2011

Communiqué de Presse

Par une journée froide et grise, l’appel à la mobilisation pour la manifestation en solidarité avec les mouvements de protestation du peuple djiboutien, lancé par le Forum pour la Démocratie et la Paix et des patriotes engagés, a été entendu par toute la communauté djiboutienne installée en Belgique.

Au point de rendez-vous (gare de Midi), plus de 100 personnes (femmes, hommes) militants engagés et très actifs en seins des associations, des partis politiques de l’opposition se sont transportés sur les lieux prévus.

Les forces vives associatives et politiques (F.D.P, C.D.S, A.R.D, M.R.D, GED, FRUD) en Europe ont voulu marquer cette journée et faire preuve de leur unité face à la machine répressive instaurée au fil du temps par l’autocrate en chef I.O.G entouré de ses nervis.

D’une manière civilisée et disciplinée, nos compatriotes ont pris position dans l’espace qui leur a été indiqué par les forces de l’ordre. Le déploiement des drapeaux, des panneaux, des banderoles la distribution des sifflets, le mégaphone a eu lieu et nous avons brandis les armes des démocrates, des gens libres.

Aussitôt, nous sommes rentrés dans le vif du sujet qui est de dénoncer le modus operandi de la dictature qui sévit à Djibouti, la chape de plomb qui pèse sur nos frères et sœurs, l’interdiction de manifester librement ses opinions, le refus du 3ème mandat.

Les manifestants ont entamé leurs diatribes on entendait des morceaux de phrases du type :

 I.O.G game over…
 I.O.G dégage….
 Non au 3ème mandat…
 Libérez les prisonnier d’opinions…
 I.O.G out
 Non à la violation de la constitution…..

Une première du genre pour le Forum pour la Démocratie et la Paix association engagée pour la défense des droits de l’homme et des libertés, une manifestation organisée en 2 temps :

 10h à 11h devant l’ambassade de France
 11h à 12h devant l’ambassade des États Unis d’Amérique

En effet , le vent de la démocratie et de la liberté a commencé au Maghreb jusqu’au Machrek en passant par la Mer Rouge à atteint les portes de l’Afrique de l’Est et souffle sur Djibouti. Nous continuerons à entretenir cette dynamique afin de bouter en touche la clique régnante comme nos frères Tunisiens et Égyptiens ont déboulonnés des monstres.

Tout s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, dans une atmosphère très calme et sereine. Car l’essentiel était de transmettre le message à la communauté internationale et particulièrement à la France et aux États Unis d’Amérique par leur présence militaire à Djibouti tout en accompagnant notre peuple dans son pour l’avènement d’un État de droit.

Le peuple de Djibouti à soif de démocratie et de liberté depuis 33 ans et dit NON au despotisme.

A midi, les manifestants ont plié leurs affaires et ils ont quitté les lieux. Les organisateurs se sont donné rendez-vous pour d’autres actions INCHA ALLAH !.

Le Forum pour la Démocratie et la Paix et les patriotes engagés remercient les manifestants pour leur mobilisation massive, leur patriotisme car à Djibouti la situation est grave.

La mobilisation continue !

L ‘Equipe

06/03/11 (B594) Manifestation d’Ottawa. Compte-rendu qui nous est adressé par www.djiboutii.net. Des rumeurs à propos de la mise sur la touche de Yacin Elmi Bouh et Ali Farah Assoweh ?

Des photos sont disponibles à l’adresse suivante :
http://www.djiboutii.net/Media/Album05Mar11/index.html

Comme prévu, ce Samedi 5 Mars 2011, et malgré la pluie et le verglas, les djiboutiens de la région de la capitale fédérale du Canada sont venus nombreux pour manifester leur soutien à leurs frères et soeurs que la dictature moribonde de Ismaël Omar Guelleh a placés sous la loi martiale depuis longtemps et surtout depuis que plusieurs pleuples frères (tunisiens, égypteins…) ont montré la porte à leurs régents-présidents.

À Djibouti, les geôles du pays, les commissariats de police et mêmes les casernes de l’armée sont pleins. L’état d’urgence prévaut.

La manifestation pacifique qui devait être organisée par l’union des partis de l’opposition djiboutienne (UAD/UMD) ce venredi 4 mars 2011, dans la capitale djiboutienne, a été interdite par le ministre de l’intérieur Yassin Elmi Bouh.
____________________ Information à vérifier

Au moment où nous mettons ces quelques photos en ligne, nous apprenons que Yassin Elmi Bouh et Ali Farah Assoweh sont virés par IOG. Ils seraient placés en résidence surveillée.

06/03/11 (B594) ALERTE ROUGE / Qui a intérêt à susciter des bagarres entre les jeunes des quartiers ? Le régime, pour tenter de se maintenir provoque-t-il la division entre les différentes composantes de la population !! Certains ministres ont-ils payé des jeunes pour qu’ils organisent des affrontements inter-quartiers ? (Extrait du Journal de Djibouti du 5 mars / Disponible aussi sur FaceBook)

Hier vendredi soir (4/03), de violents affrontements ont opposé les jeunes des quartiers 3, 4 5 et 6.

Une véritable bataille a opposé les jeunes des quartiers 3, 4 ,5 et 6 qui se sont violement affrontés entre eux. La police a été débordée par ces bagarres. On ne sait pas combien il y a eu des jeunes blessés ni l’importance des dégâts.

La bataille a commencé vendredi vers 20h00, le soir.

A l’origine, les jeunes du quartier 6 ont reprochés à leurs « collègues » du quartier 3 de soutenir le pouvoir. Ensuite le quartiers 5 les a rejoint pour se battre contre le quartier 3.

Le quartier 4 s’est porté au secours du quartier 3 qui était en difficulté. Les jeunes de ce quartier ne pouvaient pas résister aux assauts de deux quartiers.

Le tribalisme, toujours le tribalisme séculaire !

Des femmes comme des hommes sont venus en aide à leurs jeunes et ils ont participé pour la première fois, à une bataille rangée.

La police a été submergée par ces bagarres que l’on n’avait jamais vues à Djibouti. Aux côtés des jeunes, les mamans se battaient avec vigueur et détermination.

La bataille s’est prolongée jusaue vers minuit. Ni la police, ni la gendarmerie n’avaient pu y mettre un terme. Les jeunes étaient armés de gourdins, d’armes blanches comme des sabre et ou de très grosses pierres.

La bataille a été particulièrement féroce avenue 26 où tout a été saccagé.

Il est urgent de demander aux jeunes de cesser de se battre pour des raisons tribales qui ne sont pas à l’ordre du jour.

Le calme n’est revenu que vers 1h00 du matin. On ne sait pas encore combien de jeunes ont été arrêtés par les forces de police et de gendarmerie.

Boulevard de Gaulle, les unités de la garde républicaine étaient chargées de sécuriser les alentours. Le CES Boulaos a été bombardé par une pluie de pierres.

Dans le reste de la ville tout est resté calme. Même a Balbala, les gens ne sont pas soulevés. Les appels téléphoniques émanaient surtout des quartiers 3, 4 ,5 et 6.

Même les gaz lacrymogènes de la police n’ont pas pu arrêter la folie de tous ces jeunes qui se sentent abandonnés par le pouvoir. Donc ils règlent cela à coup de warafs et de couteaux.

Ce soir (samedi 5/03), la police quadrille toute la zone. On ne signale ni blessés ni morts mais beaucoup de dégâts.

Comme son habitude la RTD n’a même pas évoqué le sujet.

De nombreux habitants de Djibouti soupçonnent certains ministres d’être derrière ces affrontements entre bandes de jeunes, qu’ils auraient intérêt à provoquer et à encourager. Certains disent ausi que c’est cette drogue « damahi » et l’argent sale qui seraient, entre autres, les causes de ces bagarres.

Les mamans des quartiers 6 se sont réunies, samedi soir, sous le château d’eau et elles ont demandé d’empêcher les jeunes, qui deviennent de plus en plus violents, de sortir.

Les bagarres ainsi que les viols sont monnaie courante. Les mamans ont demandé aux Oulémas de tout faire pour que les jeunes soient remis sur le droit chemin.

06/03/11 (B594) Communiqué en Anglais FREEDOM OF SPEECH, FREEDOM FROM INTIMIDATION. // Liberté de parler, liberté de manifester (AAA – Afar Alliance Action)

Today [March 4 2011] Protesters in Djibouti were to join anti-government forces however the government is making assembly difficult due to a large police and military presence. Authorities have warned that they will do everything to try and stop the protest and have made good on this by arresting many thus far.

These defensive measures taken by the government expresses the regimes’ fear of losing its grip on power and that the end for them could be very near. For those who are still able to assemble today we spend our prayers of encouragement and solidarity for their struggle and valor.

We were also surprised and dissatisfied that the Foreign Minister of Djibouti appeared on state television to discourage and frighten the people. The Afar people also know that these acts of intimidation only go so far and ultimately do not have an enduring effect of control.

We also call on the international community to recognize the gravity of the government suppression and brutality against its own.

Afar Alliance (AAA)