26/02/2000 – Le juge français FIEVET aurait offert quinze ordinateurs, sans appel à la concurrence !

Le juge FIEVET, dont l’activité juridique n’est pas toujours convaincante, aurait fait livrer une quinzaine d’ordinateurs “dernier cri” par un ami de son “ami” le procureur, sans la moindre possibilité de concurrence entre les commerçants de la place (de Djibouti) et aux frais des contribuables français “bi-hebdomadairement vilipendés” (dans La Nation).