01/02/05 (B283A) Simple hypothèse : comment le Quai d’Orsay aurait pu sauver les relations franco-djiboutiennes, au détriment de la juge de Versailles ? Ce que l’on appelle en jargon administratif “Ecraser le coup” !

Nous proposons une réponse.
Ce n’est peut-être pas la bonne, mais la méthode a souvent été
appliquée dans les milieux politico-diplomatiques quand les intérêts
de la Justice étaient en opposition avec ceux de la diplomatie ….
et du Chef de l’Etat.

Mais attention, le fait
que la convocation de la Juge n’ait pas été envoyée en
conformité “avec les usages diplomatiques” ne retire en rien
les soupçons ni le désir de la Justice française d’entendre
ces deux personnes.

Les faits restent les
faits !!


En tout cas, cela prouve, sans équivoque que Chirac souhaite toujours défendre le petit dictateur et ses méthodes indéfendables de Gouvernement et qu’il est prêt à baisser la tête devant lui, pour sauver quelques meubles et peut-être éviter que des secrets d’Etat ne sortent au grand jour : on appelle aussi cela par la formule “Avoir en commun un cadavre dans le placard”