13/11/06 (B369) Affaire Borrel : le reponsable d’un site sous le coup d’une enquête pour avoir publié des documents classés “Secret défense”. Les défenseurs de la Raison d’Etat et opposants à la Vérité tirent leurs dernières cartouches…

1
– L’affaire Borrel embarrasse les journalistes

L’affaire
du juge Borrel, ce magistrat assassiné à Djibouti, entraîne
des conséquences inattendues pour la presse. Le parquet de Paris a
ouvert, fait rare, une enquête préliminaire pour violation du
secret défense. Ces investigations font suite à la publication,
sur le site geopolitique.com, de notes secret défense de la DGSE et
des Renseignements généraux consacrées à ce dossier
sensible. Le responsable du site, le journaliste Guillaume Dasquié,
a été entendu par les policiers mardi 7 novembre.

2
– AFP : enquête préliminaire sur un site internet diffusant des
documents
classifiés

PARIS, 10 nov 2006 (AFP) – Le parquet de Paris a ouvert fin octobre
une enquête préliminaire visant le site “Géopolitique.com”
qui propose à ses abonnés un accès direct à des
documents confidentiels classifiés “secret défense”
ou provenant de dossiers d’intruction, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

L’enquête
préliminaire vise des faits de “violation du secret professionnel
et du secret de l’instruction et de recel”, a-t-on précisé
de même source.

L’un des
responsables du site, l’écrivain-journaliste Guillaume Dasquié,
a été entendu dans ce cadre mercredi pendant près de
deux heures par la police.

“L’enquêteur
de la brigade de répression des atteintes aux personnes qui m’a reçu
s’intéressait particulièrement à l’origine de documents
liés à l’affaire Borrel (magistrat français assassiné
en 1995 à Djibouti , ndlr) que nous avons diffusés”, a
indiqué à l’AFP Guillaume Dasquié.

Le site
a notamment mis en ligne une note attribuée à la Direction centrale
les renseignements généraux (DCRG), détaillant “des
affaires” dans lesquelles Omar Guelleh aurait été impliqué
avant d’accéder à la présidence de Djibouti .

Une fiche
de la direction centrale de la police judiciaire évoquant également
le nom de M. Guelleh à propos des menaces d’attentats contre la communauté
française de Djibouti aurait également été évoquée
par l’enquêteur,
selon l’écrivain.

Guillaume
Dasquié revendique ses transgressions du secret défense ou de
l’instruction sur son site, dont le contenu aurait fait, selon lui, l’objet
d’un procès verbal de constatation.

“Notre
but, en diffusant ces documents confidentiels, est de lutter contre la confusion
entre information et communication”, dit le journaliste, qui ajoute:
“Et notre manière de le faire est de proposer à nos abonnés
des éléments de preuve, validés et restitués dans
leur contexte”.

Pour M.
Dasquié, cette démarche correspond “à une évolution
fondamentale de la culture journalistique face à un manque de transparence
des institutions”.