09/04/07 (B390) Les pirates somaliens relâchent bâteaux, équipages et cargaisons. AFP : Somalie: la cargaison du bateau indien relâché par les pirates est intacte.

NAIROBI
(AFP) – La cargaison du bateau battant pavillon indien que des pirates avaient
arraisonné le 1er avril dans le port de Mogadiscio avant de le laisser
repartir quelques jours plus tard, est intacte, a-t-on appris dimanche de
source officielle maritime au Kenya.

“Le MV Nimatullah
a jeté l’ancre dans le port de Mogadiscio et devrait décharger
sa cargaison de 800 tonnes demain (lundi) ou après-demain (mardi)”,
indique un communiqué du programme d’assistance aux marins, basé
dans la ville portuaire de Mombasa (sud-est du Kenya).

Le navire transportait
notamment des vêtements, de l’huile de cuisine, du sucre et des produits
cosmétiques. Il comptait à son bord 14 membres d’équipage
d’Inde, du Pakistan, du Sri Lanka et du Bangladesh, également relâchés.
Selon une source maritime kenyane, les pirates auraient réclamé
entre 20.000 à 50.000 dollars (15.000 à 37.500 euros) pour laisser
repartir le Nimatullah, mais on ne savait toujours pas dimanche si une rançon
avait été ou non versée.

Le MV Rozen, un
bateau affrété par le Programme alimentaire mondial (Pam) et
enregistré aux Emirats arabes unis, qui a été lui aussi
libéré cette semaine par des pirates, avait pour sa part déjà
déchargé sa cargaison de nourriture quand il a été
arraisonné le 27 avril au large des côtes somaliennes.

Les deux navires
ont été retenus à trois kilomètres des côtes
somaliennes, au large de Dhighiley, un petit village de pêcheurs de
la région du Puntland (nord-est), selon Andrew Mwangura, responsable
kenyan du programme d’assistance aux marins.

Les actes de piraterie
au large de la Somalie étaient fréquents jusqu’à l’arrivée
au pouvoir, mi-2006, des tribunaux islamiques dans ce pays en guerre civile
depuis 1991. Depuis la défaite des tribunaux islamiques, renversés
par l’armée éthiopienne, alliée au gouvernement somalien,
les pirates ont repris leur activité mais dans une proportion moindre.

Plus aucun bateau
ne se trouve entre leurs mains depuis la libération du MV Rozen et
du MV Nimatullah.