23/05/07 (B396) Selon l’ADI, Guelleh a reçu officiellement l’un des demi-frères de Ben Laden pour le projet de pont entre Djibouti et le Yémen. (Info lecteur)

_____________________________________
Note de l’ARDHD

Ce projet de pont est certainement intéressant. Nous l’avions évoqué
sur le site, il y a plusieurs semaines, en signalant que côté
djiboutien, il aboutirait dans une région très peu peuplée,
sans voie de communication …

Qu’à cela ne tienne, Guelleh veut créer une nouvelle ville “La ville lumière” – Pas moins ! Rêve
d’un illuminé ou véritable cession, sans aucune transparence,
d’une partie du territoire national à des intérêts étrangers
qui vont exiger l’autonomie complète de la zone, en échange
d’un investissement pharaonique.

Le fait que ce soit un demi-frère de Ben Laden, qui pilote ce projet financier, peut sembler troublant.
Il faut savoir que Ben Laden a de nombreux frères et demi-frères et qui ne l’ont
pas tous suivi dans ses engagements. La question est parfois évoquée
dans la presse : est-ce que “le conseil / la direction” de cette famille richissime
aux participations multiples, soutient financièrement ou non Al Qaïda et le personnage le plus recherdé
de la planète par les US ? Ce serait de toutes les façons
en toute discrétion.

Difficile certainement de donner une réponse objective et fondée – ce n’est pas à notre niveau.
!!

La
seule certitude que l’on puisse avoir, c’est que Guelleh est certainement prêt à
vendre le pays, à condition que cela lui rapporte gros. Compte-tenu
des sommes évoquées, il devrait s’enrichir encore un peu plus
! Les perdants dans l’affaire, ce seront les djiboutiens auront cédé bien involontairement un nouvel actif.

Le
projet reste intéressant, car il permettrait de développer non seulement une nouvelle
activité économique à Djibouti mais un flux entre l’Afrique et l’Asie. Reste qu’il faudrait que la distribution des bénéficies et des emplois se fassent majoritairement au profit du peuple et de l’économie nationale et
non au profit de la nébuleuse et des intérêts privés
de Guelleh, Paulette et associés.

___________________________________________
Extrait ADI

Le Chef de l’Etat reçoit le promoteur du projet de réalisation
du pont djibouto-yéménite, Cheikh Tarek Mohamed Ben Laden

DJIBOUTI (ADI) – 19 Mai 2007- Le Président de la République,
M.Ismail Omar Guelleh, a reçu aujourd’hui le PDG de la société
d’investissement Middle East Development Corporation, Cheikh Tarek Mohamed
Ben Laden, en présence du conseiller diplomatique du chef de l’Etat,
M. Aden Cheikh.

L’homme d’affaires saoudien a, au cours de cette entrevue, soumis au
Chef de l’Etat les maquettes ainsi que les premières études
de faisabilité relatives à l’édification d’un
pont reliant Djibouti et le Yémen et d’une ville au nord de Djibouti,
en face du détroit de Bab-el-Mandeb.

La réalisation de ce gigantesque projet qui, rappelons-le, a déjà
fait l’objet d’une discussion entre les plus hautes autorités
des deux pays, nécessitera une bagatelle de plusieurs dizaines de milliards
de dollars US.

Selon les explications du PDG de Middle East Development Corporation, le pont
djibouto-yéménite qui sera long de 28,5 km supportera une voie
routière et ferroviaire.

“D’une superficie de 600 km2, la future ville qui portera le nom
de “Madina al Noor” (ville lumière), servira de point de
chute et de terminus pour le pont”, a-t-il ajouté. La concession
d’une si grande superficie au profit de la future ville s’expliquerait, selon
le promoteur de ce projet, par la multitude d’ouvrages de développement
que la réalisation de ce pont engendrera.

Outre la mise en place d’une série d’infrastructures touristique,
industrielle et économique, cette nouvelle cité servira notamment
de zone franche et d’une zone d’activités “off-shore”
pour tous les types d’échanges commerciaux possibles entre les continents
africain et asiatique.

Cheikh Tarek Mohamed Ben Laden a, par ailleurs, indiqué que sa société
procédera à “une présentation exhaustive du plan
de la “ville lumière” dans un délai maximal de 6 mois”,
avant de préciser que la construction de cette nouvelle cité
“coûtera approximativement 50 milliards de dollars US”.

Ce dernier a également souligné que le projet d’édification
de cette nouvelle cité est susceptible de générer quelque
100 000 emplois, tout en permettant à plusieurs sociétés
djiboutiennes d’y participer.

Basée à Dubaï, la société d’investissement
Middle East Development Corporation a, dans le cadre de ce projet, confié
les travaux relatifs à la planification, la construction et la gestion
du pont reliant Djibouti et le Yémen à une société
américaine installée en Californie.

Notons, enfin, que la prochaine mise sur pied de ce double projet s’inscrit,
à l’instar du port de Doraleh et de la future raffinerie de pétrole
de Djibouti, dans le cadre du vaste programme de développement initié
par le Président Guelleh depuis son accession, en 1999, à la
magistrature suprême du pays.