03/99 (LIB 001) L’UNION DES AVOCATS EUROPEENS Me MOHAMED AREF, avocat et militant des Droits de l’Homme condamné à 2 ans de prison dont 6 mois ferme.

Me Mohamed AREF, candidat au Prix Ludovic-Trarieux 1998 a été
condamné le 15 février 1999 par le Tribunal Correctionnel
de Djibouti à 2 ans de prison dont 6 mois ferme.
Le tribunal a décerné, sur le siège, mandat de dépôt
à l’audience. Me AREF a été transféré
immédiatement à la prison de Gabode où il a été
incarcéré.

Sans défense
libre et indépendante, puisque ses avocats ont vu leur visa refusé
et que tous les observateurs internationaux ont été interdits,
Me AREF a été condamné dans le cadre de ce procès
inique, en violation de toutes les règles de procédure nationales
et internationales.

” AREF
MOHAMED AREF EST A LA MORT ! ” précisait dans un communiqué
du ler mars 1999, l’Association Française des Amis des Démocrates
de Djibouti (A. F. A. D. D.). Elle ajoutait que “depuis le 15 février
1999, Me AREF MOHAMED AREF, est détenu illégalement dans une
prison de Djibouti.

Ses conditions
de détention sont violentes, inhumaines et dégradantes. Incarcéré
dans le quartier réservé aux déments et aux personnes
dangereuses, il a été placé dans des toilettes turques,
cellule n’12, sans toit, ni aucune autre protection contre le soleil, sans
autorisation de sortie dans la cour, sans possibilité de bouger,
ni de s’allonger.

Compte tenu
de la chaleur et de l’impossibilité de se mouvoir, ces conditions
sont des actes de torture inacceptables dans un pays soutenu par la France.

L’AFADD ainsi
que de nombreuses organisations de défense des Droits de l’Homme
et notamment l’Association pour le Respect des Droits de l’Homme à
Djibouti (ARDHD) et le Comité en Europe pour la défense des
prisonniers politiques djiboutiens (CODEPP) ont organisé une manifestation
de protestation contre de tels agissements le VENDREDI 12 MARS 1999, rue
Emile-Menier, à PARIS, à proximité de l’ambassade de
DJIBOUTI.

UAE DROITS
DE L’HOMME et l’IDHBB se sont symboliquement associés à cette
manifestation.