31/01/08 (B432) La déception de Guelleh et de ses deux sbires sous mandat d’arrêt ! (Lecteur)

Guelleh espérait que la CIJ rendrait un jugement sur le champs et que ce jugement contraindrait la France à suspendre le procès du 13 mars au cours duquel seront jugés les deux suborneurs de la République (Hassan Saïd et Djama Souleiman). Il rêvait encore une fois !!

Après avoir sagement écouté les affirmations et les nombreuses demandes djiboutiennes, dont certaines sont bien éloignées du fond de l’affaire, la Cour a pris note des demandes françaises, qui en premier point, demande à la Cour de se déclarer incompétente … et accessoirement de déclarer que les demandes djiboutiennes sont non-fondées.

Ensuite les magistrats ont annoncé, ce qui est habituel (mais que Guelleh ne savait peut-être pas) que le jugement était mis en délibéré et que la décision serait rendue en audience publique à une date qui sera communiquée ultérieurement.

On peut imaginer plusieurs mois, parfois le temps de délibéré excède une année …

Bref, le procès se tiendra le 13 mars à Versailles. Les témoins, les victimes, les parties civiles et les accusés ont reçu leur convocation en bonne et due forme. C’est Djama et Hassan qui font une sale tête … Car la condamnation est prévisible. Et elle leur interdira toute sortie du territoire djiboutien au risque d’être arrêté dans un pays tiers et envoyé en France.

Fini les voyages à l’étranger, le luxe des hôtels en France et les soirées de “goguette” sur les fonds publics. L’avenir est sombre pour eux et ils le savent désormais.