11/09/08 (B464-B) JDD / Somalie: Les pirates font leur loi.

Par Marie DESNOS

Outre une rançon de 1,4 million de dollars, les pirates qui détiennent, depuis une semaine, deux Français qui voyageaient à bord du voilier de luxe Le Carré d’As, demandent la libération de leurs compères qui ont été écroués après avoir pris en otage l’équipage du Ponant, en avril dernier. Les négociations s’annoncent ardues, d’autant que la stratégie des pirates semble s’affiner ces derniers temps.

Les propriétaires du Carré d’As sont entre les mains de pirates somaliens depuis mercredi dernier. (Reuters)

Une semaine de passée et toujours pas d’avancée dans l’affaire du “Ponant bis”. C’est pourtant le temps qu’il avait fallu aux négociations pour aboutir à la libération des 30 personnes, dont 22 Français, pris en otage du 4 au 11 avril par des pirates au large de la Somalie… contre deux millions de dollars. Cette fois-ci, les pirates somaliens qui ont enlevé deux touristes français à bord du voilier baptisé Le Carré d’As, la semaine dernière, demandent une rançon de 1,4 million de dollars… et la remise en liberté de leurs six acolytes qui avaient détourné Le Ponant.

Ceux-ci avaient été rapidement interpellés par un commando de militaires français, puis écroués et mis en examen pour “détournement de navire, arrestation et séquestration en bande organisée avec demande de rançon, association de malfaiteurs, vols en bande organisée”. Une arrestation qui n’a pourtant pas déstabilisé les pirates, loin de là. En démontre cette nouvelle affaire de prise d’otage, la trentième du genre depuis le début de l’année, et la huitième depuis juillet…

Un cargo aussi pris en otage?

Les agresseurs ont même peaufiné leur stratégie. Ils ont débarqué leurs otages, croit savoir le Programme d’assistance aux marins, “sur la côte somalienne près d’Alula”, dans golfe d’Aden, considéré comme l’une des régions les plus dangereuses du monde. “A partir de là, une partie des ravisseurs les ont conduits dans un repaire dans les montagnes de Xaabo”, précise un communiqué de l’organisation basée au Kenya. Une tactique qui leur permet de ne plus se faire accoster en mer comme ils l’ont déjà été par le passé. Et ils se servent même du Carré d’As comme appât pour procéder à de nouveaux brigandages. Selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, les pirates ont par ailleurs abordé mercredi un cargo avec neuf marins sud-coréens à bord. Aucune information n’a encore été divulguée concernant leur identité ni sur les exigences des malfaiteurs.

Les deux propriétaires du Carré d’As, Jean-Yves Delanne et sa femme Bernadette, originaires de Tahiti, étaient partis d’Australie sur leur voilier de 24 mètres, en direction de La Rochelle, où ils comptaient vendre leur bateau. Le Programme d’assistance aux marins conseille aux autorités de ne procéder à aucune opération navale ou intervention militaire, qui mettrait en danger la vie des otages. Après l’affaire du Ponant, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté le 2 juin, à l’initiative de la France et des Etats-Unis, une résolution autorisant les navires de guerre à pénétrer dans les eaux territoriales somaliennes pour y traquer les pirates. Des grands moyens qui n’ont pas encore porté leurs fruits…