21/01/09 (B482-B) Le journal de la Flibuste … Corée du Sud et Japon devraient envoyer prochainement des navires de guerre dans le Golfe. On peut se demander pourquoi tant de pays veulent envoyer des navires. Protéger le commerce, certes, mais y aurait-il d’autres motivations ? (5 articles en Français et en Anglais)

______________________________ 5 – XINHUA

Japon: les partis au pouvoir conviennent d’envoyer la marine au large de la Somalie

Le parti au pouvoir du Japon, le Parti libéral-démocrate (PLD), et son partenaire de coalition le Nouveau Komeito ont approuvé en principe le plan du gouvernement prévoyant d’envoyer la marine au large de la Somalie pour participer à la mission anti-piraterie, a rapporté mardi la presse japonaise.

La Constitution pacifique du Japon autorise seulement la marine à protéger les bateaux battant pavillion japonais ou transportant des Japonais.

Les députés des deux partis doivent approuver officiellement le plan du gouvernement jeudi après des consultations avec leurs partis.

Le ministre japonais de la Défense Yasukazu Hamada, qui envisage l’envoi de la marine dans les eaux de la Somalie, doit demander à la marine de procéder à des préparatifs nécessaires d’ici la fin de ce mois.

Selon un responsable de la marine, les préparatifs devraient prendre au moins un mois.

Les Etats-Unis, des pays européens et la Chine ont envoyé des bâtiments de guerre dans les eaux somaliennes pour combattre les pirates, qui ont attaqué plus de 100 bateaux en 2008.

Les Etats-Unis ont encouragé le Japon à se joindre aux opérations anti-piraterie.

_______________________________ 4 – La Tribune de Genève (CH)

«Des soldats à bord? Moi, je n’en veux pas!»

La Suisse envisage d’envoyer des soldats pour défendre ses navires au large de la Somalie. Pour la plupart des armateurs, à l’image de Stefan Sip, pas question d’accepter des armes à bord.

Des soldats suisses sur les bateaux contre les pirates somaliens? Le Conseil fédéral doit trancher la question aujourd’hui.

La Suisse enverra-t-elle des soldats protéger les bateaux contre les pirates somaliens ?

C’est la question que doit trancher le Conseil fédéral aujourd’hui (lire ci-contre). Les armateurs restent sceptiques. Et muets. L’un d’eux, Stefan Sip, a accepté de sortir du silence. Cet ancien capitaine, qui a traversé le golfe d’Aden à de multiples reprises, se dit «reconnaissant que la Confédération souhaite participer à un règlement du problème». Mais le patron d’Elvetina, entreprise de navigation en gestation, est formel: «Je ne voudrai pas de soldats sur mes navires.» Il s’explique.

Les armateurs ont appelé le Conseil fédéral au secours face à la piraterie. Et voilà que vous rejetez ses solutions. Pourquoi?

La plupart des armateurs ne veulent pas de soldats à bord. Ils ont peur d’une escalade de la violence. Il est inconcevable que les navires deviennent des scènes de conflit armé. Cela dit, je redoutais un temps que la Confédération force les armateurs à accepter la présence de soldats. Or, Micheline Calmy-Rey a précisé que ce n’était pas une obligation mais un service offert aux armateurs. L’offre me paraît acceptable. Et je trouve positif que la Suisse propose une contribution à un problème international qui la concerne aussi.

Mais si vous ne voulez pas de soldats, que peut faire la Suisse?

Attendez, dans certaines circonstances, des soldats peuvent apporter un plus. Mais uniquement si les navires circulent par ailleurs dans des convois, encadrés par des navires de guerre. A mon sens, ce sont ces convois qui offrent la plus grande garantie de sécurité. Il faut un concept plus large que de simples troupes sur un bateau.

Pour élaborer son concept, le Conseil fédéral n’a-t-il pas consulté les armateurs?

En général, les contacts entre armateurs et autorités sont informels et constructifs. Ils sont fréquents puisque les navires suisses sont placés juridiquement sous la protection de la Confédération et que celle-ci offre une garantie financière sur les bateaux suisses en cas de déficit. Pour le problème de la piraterie, je n’ai pas assisté aux séances. Mais d’après ce que je vois, j’ai l’impression que le gouvernement a pu privilégier certains aspects politiques par rapport à des solutions pragmatiques.

La situation dans le golfe d’Aden s’est toutefois calmée depuis que certains pays y ont envoyé des troupes.

C’est vrai. Les pirates se montrent pour l’heure un peu moins audacieux. Toutefois, face à tout changement, ils développent rapidement de nouvelles stratégies. Raison pour laquelle je saluerais l’envoi de soldats dans la région, qui seraient prêts à intervenir si la menace devenait encore plus tangible. Mais pour le moment, leur présence à bord ne me paraît pas souhaitable.

Réagiriez-vous autrement si l’on vous proposait des soldats de la marine britannique plutôt que des Suisses?

Il reste des questions à clarifier. Un capitaine est responsable de la sécurité sur son bateau. En dernier recours, serait-ce à lui de donner un ordre de tir aux soldats? Ensuite, il est très difficile de se protéger pour un soldat sur un bateau. Et ne serait-ce que pour dissuader des pirates – qui se confondent encore souvent avec des pêcheurs – un soldat doit prendre de gros risques. Se pose donc aussi la question de la proportionnalité. Quels risques peut-on raisonnablement prendre, alors que l’on sait que les pirates disposent de fusils et de bazookas susceptibles de transpercer la coque de n’importe quel navire? Enfin, se pose la question de l’expérience des soldats.

Donc celle de leur nationalité…

Oui. Je ne remets pas en cause la qualité des soldats suisses. Mais en tant que capitaine, j’aimerais disposer d’hommes qui ont déjà été confrontés à des cas extrêmes. Des gens qui ont déjà dû se poser la question: «Est-ce que je tire sur cette personne ou non?» Et je doute que des Suisses aient déjà été confrontés à pareil scénario. Mais je le répète: fondamentalement, je suis opposé à toute présence d’armes sur un bateau. Plusieurs navires ont certes été pris en otage. Mais les navigants ont été très peu touchés dans leur intégrité physique. A ma connaissance, il n’y a pas eu de morts. Et c’est tout de même cela qui compte!

——————————————————————————–

La Suisse pourrait aussi payer

Après avoir avalisé le principe en décembre, le gouvernement devrait trancher aujourd’hui la question de l’envoi de soldats pour protéger les navires suisses au large de la Somalie. La majorité de la Commission de politique extérieure s’oppose toutefois à pareille option. Elle doute de l’efficacité des troupes pour ce type de mission, a-elle fait savoir hier.

L’idée d’une participation à l’opération navale européenne «Atalante» (créée sur la base d’une résolution de l’ONU) ne lui convient pas, faute de droit de codécision sur la conduite des interventions. Ce, bien que le chef de l’armée par intérim, André Blattman, assurait la semaine dernière dans ces colonnes que l’armée était prête à envoyer jusqu’à 30 militaires professionnels au large de la Somalie.

Toutefois, la Suisse dispose d’une alternative à l’envoi de soldats pour épauler la mission antipiraterie de l’Union européenne. Une contribution financière serait aussi envisageable, a déclaré l’ambassadeur de l’UE en Suisse, Michael Reiterer, sur les ondes de la radio alémanique DRS hier. Le montant de la contribution devrait être négocié.

______________________ 3 – Shabelle (En Anglais) avec Korean Times

(Un pays de plus dans le Golfe d’Aden !!! Note de l’ARDHD)

Le Gouvernement sud-Coréen approuve un projet visant à envoyer un navire de guerre et des soldats au large de la Somalie afin de participer aux opérations militaires anti-pirates et de protéger les navires de commerce. // S. Korean Cabinet OKs Naval Operations off Somalia

South Korea’s Cabinet Tuesday approved a government plan to send a naval ship and forces to waters off Somalia to protect international commercial vessels from pirates from the East African nation, Yonhap News reported quoting government officials.

A weekly Cabinet meeting presided over by President Lee Myung-bak at the presidential office ratified the government plan to dispatch a Korean Navy destroyer and about 310 troops to the sea off the Gulf of Aden, said the officials.

Following the Cabinet approval, the Lee administration will present a motion to a special parliamentary session scheduled for February to allow the naval operation until the end of this year, they noted.

If the motion is ratified by the National Assembly, the South Korean Navy will be involved in overseas operations for the first time in the nation’s military history.

Last month, the United Nations Security Council unanimously adopted a resolution authorizing international land operations against “audacious, armed pirates” sheltering in Somalia. The resolution, co-sponsored by South Korea, Belgium, France, Greece and Liberia, authorized the states to “take all necessary measures that are appropriate in Somalia” to suppress “acts of piracy and armed robbery at sea.”

Somali pirates have attacked dozens of international cargo ships, including South Korean vessels, this year and are now believed to be holding nearly 20 ships and their crew hostage. Source:The Korean times

________________________________ 2 – A lire sur LOI

LA LETTRE DU CONTINENT – 20/01/2009
France
Les nouveaux “experts” de la contre-piraterie maritime
Le marché de la sécurité privée dans le secteur de la piraterie maritime et des prises d’otages a bien pris la vague en Somalie comme dans le Golfe de Guinée… Plusieurs petites sociétés d’anciens militaires français d’active sont à la recherche de contrats. (…)

________________________________ 1 – XINHUA

La marine chinoise escorte 16 navires au large de la Somalie

Les vaisseaux de la marine chinoise ont mené six missions d’escorte pour 16 navires dans les zones maritimes au large de la Somalie, victimes de la piraterie, jusqu’à 08h00 le 20 janvier, a déclaré mardi un porte-parole de l’armée chinoise.

Cai Huailie, directeur général adjoint du Bureau de la planification stratégique du Département des opérations de l’Etat-major général de l’Armée populaire de Libération (APL) de Chine, a fait cette remarque lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la publication d’un livre blanc sur la Défense nationale de la Chine en 2008.

Les vaisseaux chinois effectuent leur mission conformément aux résolutions de l’ONU et avec l’approbation du gouvernement de transition somalien, a précisé M.Cai.

La Chine a envoyé deux croiseurs et un navire de ravitaillement dans le golfe d’Aden au large de la Somalie le 26 décembre 2008, pour protéger les navires civils chinois et leurs équipages, dont ceux de Hong Kong, de Macao et de Taiwan, ainsi que les navires étrangers s’ils le souhaitent. Les vaisseaux de la marine chinoise sont arrivés dans le golfe d’Aden le 6 janvier.