12/07/09 (B507) Nouvelles de Somalie … De violents combats. Alors que 20 civils tués, le Président somalien annonce la “Victoire” ??? (9 articles en Français)

__________________________ 9 – RFI

Combats meurtriers entre militaires et insurgés

Des combats entre les insurgés islamistes et les forces gouvernementales épaulées par les soldats de la Mission de l’Union africaine (Amisom), ont fait 21 morts. Les insurgés s’étaient trop rapprochés du palais présidentiel.

Au nord de Mogadiscio, au moins 21 personnes, dont des civils, ont été tuées dans des combats entre forces gouvernementales et insurgés, le 12 juillet 2009.

Avec notre envoyée spéciale à Mogadiscio, Stéphanie Braquehais

Depuis samedi, les hôpitaux de la ville sont submergés. L’hôpital de Medina, à lui tout seul, a accueilli quatre-vingts patients en 48 heures dont quatre ont succombé à leurs blessures.

La plupart sont des combattants, les civils ayant fui les quartiers nord de Karan et Abdulaziz où ont lieu les affrontements.

Samedi soir, les shabab se trouvaient tout proche de villa Somalia et, après que la fuite des troupes gouvernementales, des mortiers ont été tirés sur les positions de l’Amisom (Mission de l’Union africaine en Somalie) qui garde le palais présidentiel, faisant plusieurs blessés.

« C’est, selon le porte-parole, le major Bahoku Barigye, ce qui a décidé la force africaine à intervenir ce (dimanche) matin pour repousser les shabab durant deux heures de violents combats. Nous faisions face à une menace imminente, déclare-t-il, mais nous ne participons pas aux affrontements ».

Selon des habitants autour de la zone, les affrontements sporadiques se sont poursuivis toute la journée de dimanche. Si les troupes gouvernementales sont parvenues à reprendre quelques zones, la situation demeure pourtant extrêmement volatile.

__________________________ 8 – AP

Somalie: regain de violences à Mogadiscio

Les insurgés islamistes ont avancé dimanche vers le palais présidentiel à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, lors de combats qui ont fait plusieurs dizaines de morts et environ 150 blessés, selon les autorités. Les soldats de l’Union africaine ont dû intervenir pour la première fois pour soutenir les forces gouvernementales.

Les combats entre divers groupes islamistes et les forces gouvernementales se sont intensifiés au cours des dernières semaines. Dimanche, la capitale Mogadiscio a été le théâtre de violents affrontements, les forces gouvernementales utilisant des lance-grenades et des mitrailleuses montées sur des camionnettes pour tenter de repousser les insurgés.

Un journaliste de l’Associated Press a vu plusieurs cadavres sur la ligne de front, et l’hôpital Medina, le plus grand de la ville, était submergé de blessés. “Ce sont les affrontements les plus violents dans la capitale depuis deux mois”, a déclaré Duniya Ali Mohamed, employée de l’établissement.

Plusieurs dizaines de militants et de soldats gouvernementaux ont été tués, selon les deux camps, même si un bilan précis était impossible à établir.

Les quelque 4.300 militaires de l’Union africaine en poste à Mogadiscio ont été contraints de prendre part aux combats lorsque les militants ont avancé dans le nord de la ville, à environ un kilomètre du palais présidentiel, et directement menacé leurs positions, a indiqué Bahoku Barigye, porte-parole de la force de paix de l’UA.

“Nos troupes étaient en danger immédiat, donc nous avons dû agir de manière limitée”, a-t-il déclaré. “Cela ne signifie pas que nous nous impliquions complètement dans les combats”.

Les soldats de l’Union africaine tentent généralement d’éviter toute implication dans le conflit pour préserver leur neutralité. Leur mandat inclut la défense du port, de l’aéroport et de bâtiments publics de Mogadiscio.

Divers mouvements islamistes luttent contre le gouvernement soutenu par les Nations unies à Mogadiscio, depuis qu’ils ont été chassés du pouvoir il y a deux ans et demi. La Somalie est en proie à une instabilité politique récurrente et n’a pas eu de gouvernement en état de diriger le pays depuis 1991.


__________________________ 7 – LCN (Canada)

Les soldats de l’Union africaine interviennent en Somalie

En Somalie, les rues de la capitale sont devenues une véritable zone de guerre.

Pour la première fois, des soldats de l’Union africaine (UA) sont intervenus directement aujourd’hui pour soutenir les forces somaliennes à Mogadiscio.

Les combats font rage pour la deuxième journée consécutive dans la capitale entre des insurgés islamistes radicaux et les troupes gouvernementales.

L’avance des insurgés a forcé l’intervention des troupes de l’UA, qui tentent normalement de maintenir leur neutralité et de se tenir loin des échanges de tirs.

Leur mandat inclut toutefois la protection du port de la capitale et son aéroport, ainsi que les principaux édifices gouvernementaux.


__________________________ 6 – L’Express avec AFP

Somalie: reprise des combats dans le nord de Mogadiscio, au moins sept morts

Au moins sept personnes, dont quatre civils, ont été tuées dimanche dans le nord de Mogadiscio lors de combats entre forces gouvernementales, soutenues par les soldats de la force de l’Union Africaine (UA) en Somalie, et les insurgés, ont indiqué un policier et des témoins.

Un combattant de la milice Hezb al-Islamiya le 7 juillet 2009 dans le quartie du Hodan à Mogadiscio

Ces nouveaux combats ont éclaté à la suite d’une offensive des forces gouvernementales, appuyées par des chars de la force de l’UA, l’Amisom, dans le quartier d’Abdiasis de la capitale somalienne.

“Nous avançons sur leurs dernières positions dans le nord de Mogadiscio et plusieurs de leur combattants sont allongés morts dans les rues ce (dimanche) matin”, a déclaré à l’AFP un responsable policier Abdulahi Duale. “Nous avons perdu deux soldats dans la bataille ce matin”, a-t-il ajouté.

Des témoins interrogés par l’AFP ont rapporté que quatre civils et un combattant avaient été tués et que les chars de l’Amisom étaient entrés en action. “Les cadavres de quatre civils et d’un combattant ont été ramassés près de ma maison; ils ont été tués dans les combats tôt ce matin”, a affirmé un témoin, Abdiweli Hasan.

Un autre habitant du quartier d’Abdiasis, Mohamed Hashi Gurey, a expliqué avoir vu deux chars d’assaut de l’Amisom participer aux combats. “Les tanks tiraient des obus vers les rebelles à proximité du +Global hotel+ et ils avançaient vers les bastions des islamistes” radicaux, a-t-il décrit.

Sept civils ont également été blessés par un obus de mortier dans le quartier du marché de Bakara, le plus grand de la ville, selon un autre témoin, Feisal Ali.

Samedi, au moins 10 personnes, pour la plupart des combattants, avaient été tuées dans des affrontements opposant les insurgés aux forces gouvernementales dans le nord de Mogadiscio.

Les islamistes extrémistes des shebab et la milice Hezb al-Islamiya ont lancé depuis le 7 mai une violente offensive contre le gouvernement du président Cheikh Sharif Ahmed, élu fin janvier à la tête de ce pays en guerre civile depuis 1991.


__________________________ 5 – EuroNews

La capitale somalienne est à nouveau le théâtre de combats meurtriers

Les forces gouvernementales ont lancé une offensive contre les activistes islamistes avec le soutien de l’Amisom, la force de maintien de la paix de l’Union Africaine.

Selon un responsable, 40 insurgés ont été tués. Des soldats ont également perdu la vie ainsi que des civils.

Jusqu‘à présent, les militaires de l’Amisom, des Ougandais et Burundais, étaient restés confinés dans leur base. D’après des témoins, ils se sont rendus sur le front à bord de véhicules blindés.

Hier, vingt personnes ont trouvé la mort dans des combats au mortier et à la mitrailleuse.

La Somalie est un pays instable. Les islamistes radicaux contrôlent une grande partie du sud et du centre du territoire. Ils ont commencé à y appliquer une forme très stricte de la charia.

Depuis 2006, les violences ont fait plus de 18 000 morts et ont provoqué l’exode de centaines de milliers de personnes. La Somalie traverse une grave crise humanitaire.

__________________________ 4 – L’Express avec Reuters

De violents affrontements entre les forces gouvernementales somaliennes, soutenues par des soldats de l’Union africaine, et des rebelles de la milice Al Chabaab ont fait une quarantaine de morts dimanche, a-t-on appris auprès de responsables.

Combattant somalien dans les rues de Mogadiscio, samedi. De violents affrontements entre les forces gouvernementales somaliennes, soutenues par des soldats de l’Union africaine, et des rebelles de la milice Al Chabaab ont fait une quarantaine de morts dimanche, a-t-on appris auprès de responsables. (Reuters/Feisal Omar)

Les forces gouvernementales ont lancé une offensive avec le soutien de la force de maintien de la paix de l’Union africaine en Somalie (Amisom) pour repousser les activistes islamistes qui s’approchaient du palais présidentiel.

“Nous avons tué 40 combattants du groupe Al Chabaab et nous continuons de les repousser. Nous les avons désormais chassés de trois quartiers du nord de Mogadiscio. Les soldats de la paix de l’UA nous ont aidés”, a déclaré Salad Ali Jelle, un parlementaire qui a participé aux combats.

Le maire adjoint de Mogadiscio, Adbifitah Shawey, a expliqué que les rebelles s’étaient approchés à moins d’un kilomètre du palais présidentiel.

“Nous avons perdu trois soldats dans la bataille et l’autre camp compte bien plus de morts”, a-t-il dit.

Un porte-parole de l’Amisom a déclaré que les troupes de l’UA avaient été contraintes d’agir “parce que les rebelles avaient franchi la ligne rouge qu’ils ne devaient pas franchir pour éviter notre action militaire”.

Jusqu’à présent, les 4.300 hommes de l’Amisom – des soldats ougandais et burundais – restaient confinés dans leurs bases, leur mission se bornant à protéger des points stratégiques comme le palais présidentiel, l’aéroport et le port.

Des témoins disent avoir vu les soldats de l’UA se rendre sur le front à bord de véhicules blindés.

Samedi, vingt personnes avaient trouvé la mort dans des combats au mortier et à la mitrailleuse. Au total, les violences ont fait plus de 18.000 morts et provoqué l’exode de centaines de milliers de personnes depuis 2006.


__________________________ 3 – AFP

Combats à Mogadiscio: 21 morts, le président parle de “victoire”

(Parler de “Victoire” quand 18 civils perdent la vie.
Etrange dans le registre d’une personne qui se proclame Président d’un pays. A-t-il suivi les cours de formation chez Guelleh ?- Note de l’ARDHD)

Au moins 21 personnes, dont 18 civils, ont été tuées dimanche dans le nord de Mogadiscio dans des combats entre forces gouvernementales et insurgés, le président somalien revendiquant une “victoire” décisive de ses troupes.

Ces nouveaux combats ont éclaté dimanche matin à la suite d’une offensive des forces gouvernementales dans le quartier à Abdiasis, dans le nord de la capitale somalienne, avant de s’étendre aux quartiers voisins.

“Les ambulances ont transporté 75 civils blessés et 14 cadavres, des civils tués pour certains par des tirs de mortier et d’artillerie et pour d’autres par des balles perdues”, a déclaré dimanche soir à l’AFP le chef du service des ambulanciers de Mogadiscio, Ali Muse.

“Des tirs soutenus d’artillerie et des tirs croisés ont laissé environ 14 civils morts dans des quartiers nord de Mogadiscio où les combats se sont déplacés”, a rapporté à l’AFP un commandant des forces gouvernementales, le colonel Mohamed Farah.

Plus tôt dimanche, des témoins, des sources hospitalières et un policier avaient fait état de sept personnes tuées, deux soldats gouvernementaux, un combattant non identifié et quatre civils.

“Nous avançons sur leurs dernières positions dans le nord de Mogadiscio et plusieurs corps de leurs combattants gisent dans les rues ce (dimanche) matin”, expliquait à l’AFP un responsable policier, Abdullahi Duale.

Au cours d’une conférence de presse, le président Sharif Cheikh Ahmed, élu en janvier à la tête de ce pays en guerre civile depuis 1991, a revendiqué la victoire de ses troupes et leur prise de contrôle de la “majeure partie” de Mogadiscio.

“Vous pouvez constater que les forces armées du gouvernement contrôlent la plupart des zones disputées dans la capitale aujourd’hui. Il s’agit réellement d’une victoire claire que nous avons remportée sur les rebelles”, a-t-il déclaré.

Le président somalien a démenti l’entrée en action de chars d’assaut de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom) rapportée dans la matinée par des habitants d’Abdiasis.

“Nous n’avons aucune information indiquant que les soldats de maintien de la paix de l’Union africaine ont pris part à la bataille. C’est le seul gouvernement somalien qui a pris la responsabilité de sévir” contre les insurgés, a-t-il ajouté.

“Les chars tiraient des obus vers les rebelles à proximité du +Global hotel+ et ils avançaient vers les bastions islamistes” radicaux, avait décrit à l’AFP un habitant du quartier, Mohamed Hashi Gurey.

Samedi, des affrontements similaires avaient fait 10 morts dans le nord de Mogadiscio.

Les islamistes extrémistes des shebab et la milice Hezb al-Islamiya ont lancé depuis le 7 mai une violente offensive contre le gouvernement du président Ahmed.

Les forces gouvernementales sont passées à la contre-offensive le 22 mai.

Depuis début mai, le président n’a quasiment pas quitté la présidence, régulièrement visée par des tirs de mortiers.

De fait, les batailles pour le “contrôle” des districts se concentrent le plus souvent sur des points stratégiques tels que le commissariat de la zone sans qu’aucun des deux camps ne puisse véritablement clamer son emprise sur le quartier tout entier.

Plus de 200.000 habitants de Mogadiscio ont fui les combats ces deux derniers mois, selon le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).


__________________________ 2 – Nouvel Obs avec AP

Des soldats de l’Union africaine viennent prêter main-forte aux troupes somaliennes à Mogadiscio

Des soldats de l’Union africaine sont intervenus pour la première fois en soutien des forces somaliennes alors que les combats faisaient rage dimanche à Mogadiscio entre des insurgés islamistes radicaux et les troupes gouvernementales, selon un porte-parole de l’UA.

Bahoku Barigye a précisé que les soldats de l’Union africaine étaient venus en renforts en raison de la menace directe que faisaient peser les insurgés sur leurs positions dans la capitale somalienne.

Les quelque 4.300 militaires de l’Union africaine tentent généralement d’éviter toute implication dans le conflit pour préserver leur neutralité. Leur mandat inclut la défense du port, de l’aéroport et de bâtiments publics de Mogadiscio.

Un habitant de Mogadiscio, Abdi Muhumed, a affirmé avoir vu huit cadavres, et Ali Muse, du service des ambulances, a rapporté que 16 personnes avaient été blessées dans des bombardements.

__________________________ 1 – Burundi avec APA et PANA

Sommet: Djibouti et le Burundi acceptent d’envoyer des soldats de la paix en Somalie

Djibouti et le Burundi ont convenu d’envoyer bientôt un bataillon de soldats de la paix en Somalie, ont déclaré jeudi des responsables de l’Union africaine a Addis Abeba.

Ils ont indiqué que la décision a été prise au cours du sommet de l’UA tenue la semaine dernière en Libye pour discuter des questions de sécurité dans le continent, y compris la Somalie.

En conséquence, le vice-président de l’Autorité de l’UA, Erastus Mwencha, a déclaré aux journalistes à Addis-Abeba que les deux pays ont convenu d’envoyer chacun un bataillon de près de 850 soldats de la paix en Somalie.

M. Mwencha a précisé que le Burundi et Djibouti vont bientôt envoyer les soldats dès que les conditions de déploiement seront réunies, ajoutant qu’à l’heure actuelle, la Commission de l’UA reste préoccupée par l’atteinte de son objectif visant à envoyer 8.000 soldats de maintien de la paix en Somalie.

Il a rappelé que le Nigeria, la Sierra Leone et le Burkina Faso ont également décidé d’envoyer leurs troupes en Somalie, toutefois, ces pays sont incapables de le faire pour diverses raisons, a-t-il dit.

Actuellement, environ 4.000 soldats de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM), sont en Somalie pour soutenir le gouvernement fédéral de transition (TFG) du pays.

Le vice-président a déclaré aux journalistes que le dernier sommet de l’UA a pris fin avec succès en approuvant différentes résolutions.

La décision de transformer la Commission de l’UA en une Autorité, et une décision sur la sécurité alimentaire, qui exige des Etats membres de consacrer 10% de leur PIB à l’agriculture, la décision sur un nouveau drapeau de l’UA, la levée des sanctions imposées à la Mauritanie, l’intégration du NEPAD dans l’Union africaine aussi bien qu’un accord sur le plan stratégique de l’Union africaine sont, entre autres résolutions sorties du sommet qui s’est tenue dans la ville libyenne de Syrte.