08/11/09 (B524) Yémen Express (4 articles en Français)

__________________________ 4 – Le Point avec AFP

Les rebelles zaïdites accusent l’Arabie de raids au Yémen, Ryad nie

Par Paul HANDLEY

Les rebelles zaïdites ont accusé l’Arabie saoudite de nouveaux bombardements dimanche contre leurs positions au Yémen, malgré les insistances de Ryad qui assure que ses raids se limitent aux objectifs rebelles en territoire saoudien.

L’Arabie saoudite est intervenue ouvertement mardi dans la guerre en cours depuis le 11 août entre les rebelles zaïdites, une branche du chiisme, et l’armée yéménite, après la mort d’un garde-frontière saoudien tué par des tirs rebelles.

Mercredi et jeudi, les forces saoudiennes ont mené des raids aériens et des bombardements sur la région frontalière de Saada, fief de la rébellion, selon un conseiller du gouvernement saoudien.

Des soldats et des pièces d’artillerie saoudiens étaient déployés dimanche dans le sud-ouest de l’Arabie, près de frontière.

Le porte-parole de la rébellion Mohammad Abdel Salam a affirmé que ses hommes avaient capturé des soldats saoudiens “en territoire yéménite” mais n’a pas voulu préciser leur nombre. Il a en outre affirmé que l’armée saoudienne avait poursuivi “ses bombardements aériens et terrestres” des régions yéménites proches de la frontière.

Le ministre-adjoint saoudien de la Défense a reconnu que quatre de ses soldats étaient portés disparus à la frontière, soulignant qu’ils n’avaient pas été capturés.

“Il y a cinq disparus et l’un d’eux est revenu. Ce sont des disparus et non des prisonniers” de guerre, a déclaré Khaled Ben Sultan Ben Abdel Aziz, selon l’agence saoudienne SPA.

S’exprimant près du front dans la région de Jizane (sud) où il a inspecté ses troupes, il a également dit que “la situation est rassurante. Tout ce qu’ils (les rebelles) avaient conquis, y compris Jebel Doukhan, est totalement sous notre contrôle, même s’il y a (encore) des infiltrations dans certaines positions”.

Il a aussi confirmé la mort de trois militaires saoudiens, alors que 15 autres ont été blessés.

Quatre civils saoudiens ont également été tués après près d’une semaine de combats.

Le bilan côté rebelles n’était pas connu. Selon le quotidien à capitaux saoudiens Asharq al-Awsat, le nombre de rebelles capturés s’élèverait à 155.

Le responsable saoudien a affirmé que l’armée avait “nettoyé les flancs des montagnes du côté saoudien” de la frontière, et assuré qu’elle n’avait “pas franchi et ne franchira pas la frontière du Yémen”.

Mais le président yéménite, Ali Abdallah Saleh, a promis samedi de venir à bout de la rébellion, et prévenu que “le véritable combat n’a commencé qu’il y a trois jours”, faisant vraisemblablement référence à l’intervention saoudienne.

Dimanche, une source militaire à Sanaa a affirmé qu’un Soukhoï s’était écrasé dans la région de Razeh “en raison d’un problème technique”, alors qu’il avait pour mission de bombarder les zones rebelles.

Le porte-parole de la rébellion a lui annoncé que les rebelles avaient abattu dans la matinée un avion de combat prés de la frontière saoudienne.

C’est le troisième appareil militaire que les rebelles affirment avoir abattu depuis le début des combats le 11 août. Sanaa a toujours assuré qu’ils s’étaient écrasés à la suite de “problèmes techniques”.

L’intervention de Ryad fait craindre un conflit par procuration entre l’Arabie saoudite et l’Iran, accusé par le Yémen de soutenir la rébellion.

Dimanche, un opposant érythréen a accusé l’Iran d’utiliser son pays, séparé du Yémen par la mer Rouge, comme base pour acheminer des armes aux rebelles yéménites.

Ces rebelles “reçoivent leurs armes de l’Iran via l’Erythrée”, a affirmé Bashir Eshaq, un responsable au sein de l’Alliance démocratique érythréenne dans un entretien à l’AFP.

____________________ 3 – Conseil de la résistance iranienne

Un navire iranien transportant des armes au Yémen photographié

Les forces de sécurité yéménites enquêtent sur cinq ressortissants iraniens ayant récemment été arrêtés sur un bateau iranien transportant des armes sur la côte du Yémen, a rapporté le 3 novembre la chaîne al-Arabiya. La TV a également montré une photo du navire.

Le cliché du « Mahan-1 » a été pris par la chaîne satellite au moment où les forces de sécurité yéménites fouillaient le navire après l’avoir arraisonné.

Un porte-parole du gouvernement yéménite a déclaré que « les forces de sécurité ont arrêté cinq ressortissants iraniens et ont saisi un bateau transportant des armes, sur le littoral du Yémen. »

Les autorités yéménites ont précisé que «le bateau iranien contenait des missiles anti-char et les individus arrêtés sont des experts en armes et en entraînement militaire. »

Les responsables yéménites ont maintes fois protesté contre l’ingérence du régime iranien dans les affaires internes de leur pays.

____________________ 2 – Courrier international avec ArabNews

Les armes parlent entre le Yémen et l’Arabie Saoudite

“Les rebelles yéménites ont frappé fort”, titre le quotidien de Djeddah. La situation est confuse à la frontière yéméno-saoudienne. Selon le journal, des rebelles yéménites auraient pénétré le 3 novembre en territoire saoudien et brièvement occupé deux villages.

Cinq civils yéménites, dont quatre femmes, seraient morts dans les combats. D’autres rapports font état de la mort d’un garde-frontière yéménite. En réponse, l’armée saoudienne aurait bombardé des positions rebelles au Yémen, une information démentie par Sanaa.

__________________________ 1 – Romandie News avec AFP

Quatre soldats saoudiens portés disparus à la frontière Arabie/Yémen

L’Arabie saoudite a annoncé dimanche que quatre de ses soldats étaient portés disparus à la frontière saoudo-yéménite où les rebelles yéménites ont affirmé avoir capturé des Saoudiens, et assuré que son armée n’avait pas pénétré en territoire yéménite.

“Il y a cinq disparus et l’un d’eux est revenu. Ce sont des disparus et non des prisonniers” de guerre, a déclaré le ministre adjoint de la Défense, Khaled Ben Sultan Ben Abdel Aziz, interrogé sur la capture de soldats saoudiens par les rebelles zaïdites et dont les propos ont été rapportés par l’agence officielle Spa.

Les rebelles avaient affirmé avoir capturé des soldats et des véhicules militaires saoudiens.

Le prince saoudien, qui inspectait les forces saoudiennes engagées dans des combats contre les rebelles yéménites, a confirmé la mort de trois militaires saoudiens. “L’opération s’est soldée par la mort de trois membres des forces de sécurité alors que 15 autres ont été blessés, et la plupart d’entre eux ont quitté l’hôpital”, a-t-il dit.

Il a en outre fait état de la capture de rebelles zaïdites, “dont certains sont interrogés” par les autorités saoudiennes.

Selon le quotidien à capitaux saoudiens Asharq al-Awsat, le nombre de rebelles capturés s’élèverait à 155.

Le prince Khaled a affirmé que l’armée saoudienne contrôlait la situation à la frontière avec le Yémen où elle mène une campagne après l’infiltration mardi en territoire saoudien, à Jebel Doukhan, dans la région de Jizan, de rebelles zaïdites.

“La situation est rassurante. Tout ce qu’ils (les rebelles) avaient conquis, y compris Jebel Doukhan, est totalement sous notre contrôle, même s’il y a (encore) des infiltrations dans certaines positions”, a-t-il dit.

“Nous avons nettoyé les flancs des montagnes du côté saoudien” de la frontière, et “nous n’avons pas franchi et nous ne franchirons pas la frontière du Yémen”, a-t-il ajouté.

La rébellion zaïdite avait affirmé que les forces saoudiennes avaient conduit leurs opérations militaires en territoire yéménite et dénoncé le soutien de Ryad aux autorités de Sanaa dans leur offensive contre ses positions dans le nord du Yémen.

Les relations entre Ryad et Sanaa sont “très solides”, et “les échanges de renseigements se poursuivent pour mater cette minorité (rebelle) et empêcher son entrée dans le royaume”, a assuré le ministre adjoint de la Défense.

“Mais leur poursuite à l’intérieur des frontières du Yémen est une affaire yéménite”, a-t-il encore dit.

L’armée yéménite a lancé le 11 août une nouvelle offensive contre les rebelles dans le cadre d’un conflit récurrent depuis 2004. Les combats ont fait des centaines de morts et de blessés et des dizaines de milliers de déplacés.