22/12/09 (B530) Yémen Express (7 articles en Français)

______________________________ 7 – EuroInvestor avec Reuters

Des membres d’Al Qaïda apparaissent en public au Yémen

Des membres d’Al Qaïda sont venus dire lundi lors d’un rassemblement antigouvernemental dans le sud du Yémen qu’ils étaient en guerre contre les Etats-Unis et non contre l’armée yéménite, ont rapporté des habitants.

Il est rare que les militants de la nébuleuse islamiste apparaissent et prennent la parole en public.

L’Occident et l’Arabie saoudite voisine redoutent qu’Al Qaïda n’étende ses opérations dans le royaume en profitant du fait que l’armée yéménite concentre ses efforts contre les rebelles chiite du Nord et la montée du sentiment séparatiste dans le Sud.

“Soldats, vous devriez savoir qu’il n’y a aucun problème entre nous et vous. Le problème est entre nous et l’Amérique et ses laquais”, a dit un activiste, dont les propos ont été rapportés par un habitant.

Plusieurs centaines de personnes s’étaient réunies pour manifester après la mort de dizaines de civils, jeudi dernier, dans des raids de l’armée visant Al Qaïda.

La chaîne Al Jazeera a diffusé des images d’un militant s’adressant à la foule, flanqué d’un comparse armé. Tous deux étaient à visage découvert.

Une explosion a fait trois morts durant le rassemblement, organisé sur le lieu d’un camp d’entraînement présumé du réseau islamiste dans la province d’Abyan. Le site avait été bombardé durant l’opération militaire de jeudi

(Mohammed Ghobari,
version française Grégory Blachier)

______________________________ 6 – MediaArabe

Yémen : des informations contradictoires concernant Abdelmalek Al-Houthi, le chef de la rébellion

Les informations en provenance du Yémen sont contradictoires, concernant le chef de la rébellion zaïdite (chiite) pro-iranienne, Abdelmalek Al-Houthi. Depuis samedi soir, plusieurs sources yéménites ont affirmé qu’il a été sérieusement blessé dans un raid aérien contre sa cache, dans la région de Saada, au nord du Yémen. Il aurait été évacué vers un pays de la Corne de l’Afrique utilisé par l’Iran comme une plate-forme avancée, et où transitent les armes et les combattants iraniens et du Hezbollah.

D’autres sources, attribuant ce raid à l’aviation saoudienne, souligne qu’il a été gravement atteint et qu’il a abandonné le commandement de la rébellion à l’un de ses adjoints. De son côté, le site yéménite « Sabaa » souligne qu’Al-Houthi est mort dans cette opération, avec deux de ses proches collaborateurs, et quatre de ses gardes de corps.

En tout état de cause, la seule certitude avancée par un porte parole de l’armée yéménite est que les rebelles vivent leurs derniers instants. Il a promis qu’ils seront éradiqués dans les heures qui viennent. En attendant, l’armée de Sanaa, avec le soutien de l’Arabie saoudite, de l’Egypte et de la Jordanie, poursuit et accentue ses opérations contre les rebelles, sans aucune relâche. Sur le front sud, Sanaa a annoncé en fin de semaine dernière l’élimination de plusieurs membres d’Al-Qaïda dans la Péninsule arabique, dans un raid à Abyane.

Une trentaine de terroristes a été mise hors d’état de nuire.

Tués ou capturés, les islamistes s’apprêtaient à commettre des attentats suicides contre des cibles yéménites, ainsi que contre des intérêts étrangers, notamment dans le domaine des hydrocarbures. Le site « Elaph.com » croit savoir que ce succès dans la lutte contre Al-Qaïda est dû à la coopération étroite avec les Etats-Unis.

_________________________________ 5 – Le Monde

Yémen: deux morts dans des explosions sur le site d’un camp d’Al-Qaïda

Deux personnes ont été tuées et neuf autres blessées lundi dans deux explosions sur le site d’un camp d’entraînement d’Al-Qaïda dans la province d’Abyane, dans le sud-est du Yémen, qui avait été jeudi la cible d’un raid aérien de l’armée, selon les autorités locales.

Les explosions sont survenues au moment où des dizaines de curieux s’étaient rendus sur le site, situé à Al-Maajala, après avoir participé dans ce village à un rassemblement de protestation contre le raid de jeudi, ont indiqué des témoins contactés par téléphone depuis Sanaa.

Les victimes ont marché sur des mines disséminées dans le camp par les combattants d’Al-Qaïda, a expliqué en soirée le gouverneur d’Abyane, Ahmed Al-Mouyassari, cité par l’agence officielle Saba.

“Les terroristes d’Al-Qaïda ont miné le terrain visé par le raid de jeudi (…) où ils s’attendaient à ce que les forces de sécurité viennent inspecter les lieux dans le cadre de leur enquête”, a ajouté le gouverneur, indiquant qu’outre deux habitants tués, les explosions ont fait neuf blessés, et non dix comme annoncé auparavant. “Deux blessés sont dans un état grave”, a-t-il dit.

Au total, 30 membres présumés d’Al-Qaïda avaient été tués dans le raid mené jeudi par les forces armées yéménites, selon les autorités.

Ce raid a aussi coûté la vie à 49 civils, dont 23 enfants et 17 femmes, selon des sources politiques et tribales.

Au cours de leur rassemblement lundi à Al-Maajala, les manifestants ont réclamé l’ouverture rapide d’une enquête sur le “massacre” de jeudi, selon des participants.

Le bilan du raid a donné lieu à une polémique au Yémen, un pays engagé dans une guerre contre des rebelles zaïdites dans le nord, confronté à un courant sécessionniste dans le sud et menacé par un renforcement de la présence des activistes d’Al-Qaïda.

Les ministres de la Défense et de l’Intérieur ainsi que le vice-Premier ministre pour les Affaires de défense et de sécurité ne se sont pas présentés lundi au Parlement où leur audition sur le raid de jeudi était prévue, selon des députés.

Depuis le raid de jeudi, plus de 30 membres d’Al-Qaïda ont été arrêtés au Yémen, avait annoncé samedi le ministère de la Défense.

Selon le New York Times de samedi, le président américain Barack Obama a donné son feu vert aux raids des forces yéménites cette semaine contre les combattants d’Al-Qaïda.

La province d’Abyane, qui fait partie de l’ancien Yémen du sud, est devenue ces dernières années une zone de regroupement de combattants islamistes, dont des vétérans d’Afghanistan, qui échappe au contrôle des forces de sécurité.

_____________ 4 – Le quotidien du peuple (Chine) avec XINHUA

Yémen : le leader des rebelles grièvement blessé

Le ministère yéménite de la Défense a déclaré dimanche que le haut dirigeant des rebelles chiites Houthi a été grièvement blessé pendant les affrontements avec l’armée.

Le leader de la milice, Abdel Malik al-Houthi, a été blessé pendant les affrontements avec l’armée dans la région de Matara dans la province nord de Saada, a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.

Ses graves blessures l’ont obligé à fuir la région accompagné de ses miliciens, d’après le communiqué.

Les sources locales ont déclaré au quotidien en ligne le 26 september que les Houthi ont laissé le commandement de la milice au mari de sa soeur, Youssef Al-Madani, le 24 septembre. Les insurgés n’ont cependant ni nié ni confirmé cette information.

L’attaque de l’armée a tué de nombreux insurgés, dont un autre leader Hassan Hamoud.

Par ailleurs, l’armée a indiqué avoir tué de nombreux rebelles dans plusieurs attaques contre leurs bastions dans la région de Saada.

Les attaques ont également détruit plusieurs cachettes des rebelles Houthis, des cachettes d’armes, des équipements militaires et des véhicules.

Cependant, le mouvement rebelle a continué de publier dimanche des déclarations sur les derniers développements dans les zones de bataille.

Dans un communiqué, les rebelles ont déclaré que les forces aériennes saoudiennes ont tué 54 civils et détruit de nombreuses maisons lors de 46 raids dans le nord du Yémen.

________________________ 3 – AFP

Yémen: 54 civils tués dans des raids aériens saoudiens, selon les rebelles

Un porte-parole des rebelles zaïdites du nord du Yémen a accusé dimanche les forces armées saoudiennes d’avoir mené des raids aériens contre une localité frontalière tuant 54 civils.

Ces informations n’ont pu être confirmées de source indépendante.

“Un massacre a été commis par les Saoudiens dans le secteur de Razeh dans la province de Saada, ce (dimanche) matin”, a déclaré dans un appel téléphonique à l’AFP à Dubaï ce porte-parole se présentant sous le nom de Ali.

“La localité d’Al-Nadheer a été la cible de raids aériens et 54 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués”, a-t-il ajouté.

Un conflit armé oppose depuis le 11 août les rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme, à l’armée yéménite dans des régions du Nord, frontalière de l’Arabie saoudite.

L’armée saoudienne a également engagé des opérations militaires contre les rebelles à la suite de la mort le 3 novembre d’un garde-frontières saoudien tué par des rebelles infiltrés dans le royaume.

Les rebelles accusent l’armée saoudienne de mener des incursions en territoire yéménite, ce que nie Ryad qui affirme opérer à l’intérieur de ses frontières.

________________________ 2 – AFP

Yémen: le chef de la rébellion zaïdite grièvement blessé

Le chef de la rébellion zaïdite yéménite, Abdel Malek al-Houthi, dont le groupe est en guerre contre l’armée dans le nord du Yémen, a été grièvement blessé et a dû changer de quartier général, a affirmé dimanche le ministère de la Défense sur son site internet.

“Grièvement blessé” dans un raid de l’armée de l’air yéménite contre son quartier général dans la province de Saada, Abdel Malek al-Houthi a légué la direction de ce qui reste de ses partisans à un gendre de la famille, Youssef Madani”, précise le ministère.

Le chef de la rébellion et ses proches ont dû quitter Matra, au sud-est de la ville de Saada, pour Haydane, à une centaine de km plus à l’ouest, ajoute le ministère, faisant état d’une situation “chaotique” dans les rangs des rebelles après les frappes “douloureuses” que leur ont infligé les forces gouvernementales.

Des sources tribales, interrogées par l’AFP, ont indiqué qu’Abdel Malek al-Houthi, “grièvement blessé il y a deux semaines”, avait confié le commandement de la guérilla à son oncle, Abdel Karim al-Houthi, et à Youssef Madani, marié à l’une des filles de Hussein al-Houthi, le chef de la rébellion tué en 2004.

Abdel Malek al-Houthi s’est installé dans la région montagneuse de Haydane, à l’ouest de la ville de Saada, ont confirmé ces sources tribales.

Haydane, où Hussein al-Houthi tenait son quartier général jusqu’à sa mort en 2004, “est située à une soixantaine de km du littoral sur la mer Rouge, une position qui faciliterait une éventuelle fuite par la mer des dirigeants houthis”, a expliqué une source tribale.

Un conflit oppose depuis le 11 août les rebelles zaïdites, issus d’une branche du chiisme, à l’armée yéménite dans des provinces du nord du pays, frontalières de l’Arabie saoudite.

L’armée saoudienne a lancé des opérations militaires contre les rebelles après la mort début novembre d’un garde-frontières saoudien tué par des rebelles infiltrés dans le royaume.

________________________ 1 – Le Figaro avec AFP

Yemen : 49 civils tués dans un raid

Quarante-neuf civils, dont 23 enfants, ont été tués dans le raid lancé jeudi matin par les forces yéménites contre un camp d’entraînement d’Al-Qaïda dans la province d’Abyane (sud-est), a-t-on appris auprès de sources politique et tribale.

“Le raid a été mené sans discernement et a provoqué la mort de 49 civils, dont 23 enfants et 17 femmes”, a déclaré un responsable de la région d’Al-Mahfed, dont dépend le village d’Al-Maajala où a eu lieu le raid. Un chef tribal a confirmé ce bilan: “Au total, 49 civils ont été tués”, a-t-il déclaré, précisant qu’ils appartenaient à la tribu des Al-Kazam, sa propre tribu. Ce bilan n’a pas été confirmé de source officielle.

“Al-Qaïda a choisi d’installer son centre d’entraînement sur un terrain où ces bédouins nomades ont dressé leurs tentes, et les forces gouvernementales ont estimé que ces nomades hébergeaient les combattants d’Al-Qaïda”, a ajouté ce chef tribal, qui a requis l’anonymat.

Le raid d’Al-Maajala s’était soldé par la mort de 30 membres présumés d’Al-Qaïda, dont des étrangers, outre 4 autres tués dans une opération des forces armées jeudi à Arhab, une zone contrôlée par les tribus à quelque 35 km au nord de Sanaa, selon les autorités.

Plusieurs dirigeants locaux d’Al-Qaïda ont péri dans le raid, a indiqué le ministère yéménite de la Défense sur son site internet 26sep.net, identifiant cinq d’entre eux, dont Mohammad Saleh Al-Kazimi, qui serait le commandant du camp d’entraînement visé par le raid selon des informations non confirmées.