07/05/11 (B603) Vérité – > parmi les diasporas djiboutiennes établies dans les grandes villes d’Europe et d’Amérique du nord, certaines ne sont pas mures encore et elles soutiennent aveuglément le dictateur qui détruit notre pays.

Dans notre pays, la situation est catastrophique, le peuple est a l’agonie, la pauvreté est visible au sein de chaque famille, les jeunes sont dans le désespoir et se plongent dans la drogue, la famine sévisse des quartiers entiers, et surtout ceux de la bidon ville sont laisser pour compte et les maladies ravagent la population, ce qui est grave le régime refuse de porter aide et assistance au plus démunie, et continue à détourner les fonds d’aide destiné au peuple.

Pendant que leurs frères et sœurs souffrent au sein de leur propre pays, certains membre des diasporas à l’étranger n’ont pas la souci ni le bon sens de s’organiser, surtout d’être uni et soudé de porter plainte auprès des institutions et des gouvernements des pays d’accueil pour signaler les méthodes, la dictature, la corruption, les fonds détournés, la violence, l’injustice, la torture, les agissements du clan et les familles au pouvoir.

A l’étranger, il y’a plusieurs sortes de diasporas Djiboutiennes :

1 – elles sont composées des intellectuels et des gens cultivés qui refusent ensemble la magouille, la mauvaise gestion de l’état, la domination Éthiopienne, et l’appauvrissement profond de tout un peuple né dans cette terre brulée.

– leur mobilisation, leur action, leur vision, leur sens d’organisation, leur amour de leur patrie sont très visibles et appréciés dans le monde entier.

– le travail acharné, leur revendication de leur droit, le refus totale que leur petit pays soit détruit par un groupe étranger ingrat, et qui utilise la violence pour étouffer les citoyens sans défense.

– leur tache quotidienne auprès des institutions et surtout de manifester avec les enfants, dans le froid sur la colline parlementaire.

Tous ses actes seront gravés dans la conscience de notre cher peuple, mais la lutte continue mes frères.

2 – un groupe de faux refugiés somaliens composés des délinquants notoires et vicieux, inactives qui vivent avec l’aide octroyer par le AIIDA, dont leur passé coloré au pays est reconnue par les citoyens, tous issu du clan au pouvoir.

Ces derniers, a l’aide de leur famille du clan au pouvoir ont été expédiés vers l’étranger pour vivre loin de leurs affaires et surtout pour ne pas entraver les détournements massifs, les complots organisés envers le peuple, l’argent sale.

Ces gens la ont une vie turbulente, ils ne sont pas stables et ils ne sont pas respecter par la communauté.

Ils sont souvent plongés dans la débauche, à la recherche de sensation et guidés par l’odeur du dictateur et les “ordresé du clan au pouvoir :

– broutage nocturne
– palabre dans le mabraze
– mariage abusif
– violence au sein de la famille, car il est inactif et sans emploi
– informateur local du clan, mais cancre car il refuse d’étudier
– vieillit loin de la cocotte du clan, il se dit qu’il est le fils de la dictature

Ce groupe n’a aucun respect envers la communauté, mais adore la dictature et la tyrannie exercé du clan au pouvoir.

3 – ce groupe est composé d’hommes irresponsables et dénués de tout respect, ils vieillissent a l’étranger, mais ils refusent de constater la réalité que traverse notre pays, ils adorent semer la zizanie au sein de la communauté résidant a l’étranger.

– ils sont toujours disponibles pour diffuser des fausses informations à travers le canal de djibouti 24
– ils organisent des soirées de charité avec un accompagnement folklorique pour célébrer la famille royale
– ils assument la promotion et la publicité des méthodes dictatoriales du clan au pouvoir
– ils soutiennent le régime aveuglément et ils confirment que le pays appartient au clan < M >

Ces faibles malhonnêtes manquent de bon sens et d’identité pour raisonner et surtout estimer la cause de notre peuple qui vit sous le seuil de la pauvreté a cause d’un fils de l’oued borné et ingrat.

Ils sont répertoriés dans les fichiers ds polices locales qui les surveillent.

4 – sont des gens modestes qui respectent la vie en communauté et qui travaillent très durs pour survivre loin de leur pays.
I
ls sont bien intégrés dans le mode de vie du pays d’accueil pour mieux développer leur sens et pour mieux progresser dans la réussite en conservant toujours leur culture.

Ces sont des hommes très honnêtes et éduqués qui pourraient aider au développement de notre pays, ils sont déjà des cadres, des profs, des enseignants de haut niveau, des techniciens, des ingénieurs.

Parmi eux, il y a des dirigeants valables et incontestés qui organisent des réunions, des forums, des ateliers de concertation, le message est de montrer la communauté la réalité et les méthodes du régime, et la situation de notre peuple face à la machine dictatoriale du fils d’Anjero et surtout comment agir pour mieux progresser, ca c’est très important pour toucher la vérité.

Ils suivent de prés la situation de leur pays et tous refusent la politique, la méthode, et le comportement du fils du rail. Tels que la violence, la dictature galopante, le non-respect du peuple, le vol des scrutins, la pauvreté, le clan qui détruit les partis d’opposition, l’injustice, l’économie précaire, les détournements patronnés par le tyran.

Ces derniers se sont donnés comme objectif de signaler nuit et jour, auprès des dirigeants des pays civilisés les agissements, la violence, les massacres de la population du nord, l’étouffement et l’incarcération des leaders honnêtes d’opposition et des défenseurs des Droits de l’Homme ainsi que le détournement des fonds d’aide destinés au peuple.