16/11/09 (B525) Le Journal de la Flibuste : deux pirates somaliens bientôt jugés avant leur possible expulsion (Marine marchande avec AFP)

Deux pirates somaliens détenus en Espagne pour avoir participé à l’attaque du thonier espagnol Alakrana, otage de pirates depuis le 2 octobre, seront jugés très rapidement, avant leur possible expulsion vers la Somalie, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Le juge madrilène Santiago Pedraz a formellement inculpé Abdu Willy et Raageggesey Adji Haman de 36 délits de détention illégale et d’un délit de vol avec violence et usage d’armes, et ordonné leur renvoi pour jugement devant le tribunal de l’Audience nationale.

Le bouclage en temps record de son enquête répond aux réquisitions du parquet, qui lui a demandé par écrit de renvoyer les deux pirates présumés devant le tribunal "le plus rapidement possible".

Le procès de ces Somaliens, dont les pirates qui retiennent en otage les 36 membres de l’Alakrana exigent la libération, pourrait se tenir dans un délai très bref de deux semaines, selon des sources judiciaires citées par les médias espagnols.

Les autorités espagnoles n’ont pas caché ces derniers jours qu’elles cherchaient une solution juridique permettant l’expulsion rapide vers la Somalie de ces deux pirates présumés où ils seraient censés purger leur peine.

Les deux pirates présumés avaient été interpellés au large de la Somalie par un navire de guerre espagnol participant à l’opération anti-piraterie européenne Atalante, alors qu’ils avaient quitté l’Alakrana à bord d’une embarcation.

Le juge Santiago Pedraz a abandonné dans son procès verbal d’inculpation l’accusation d’appartenance à une organisation criminelle qui pesait également sur les deux Somaliens, susceptible d’aggraver lourdement leur peine.

S’ils n’étaient finalement condamnés qu’à une peine inférieure à six ans de prison, ils pourraient être expulsés vers la Somalie sans avoir à purger leur peine en Espagne, comme le prévoit la législation espagnole sur les étrangers.

13/09/09 (B516) Le journal de la Flibuste (1 article en Français)

______________________ 1 – Marine marchande avec AFP

Somalie: Libération par les autorités du Puntland de trois ex-otages seychellois

Trois ex-otages seychellois, libérés il y a une semaine par des pirates somaliens mais retenus depuis par les autorités de la région autoproclamée autonome du Puntland (nord-est de la Somalie), ont pu finalement rejoindre le Kenya vendredi, a-t-on appris de source officielle.

“Trois citoyens des Seychelles sont arrivés au Kenya, après avoir été libérés par les autorités du Puntland qui les retenaient en détention préventive”, indique un communiqué de la présidence des Seychelles, transmis à l’AFP à Nairobi. Conrad Andre, Gilbert Victor et Robin Samson sont arrivés par un vol en provenance de Garowe, capitale administrative du Puntland, est-il précisé dans ce communiqué.

Les trois hommes avaient été relâchés samedi dernier par des pirates somaliens qui les détenaient en otage depuis la capture de leur catamaran dans l’océan Indien en février. Ils devaient être ramenés dans leur pays, ainsi que deux autres personnes qui avaient facilité leur libération, à bord de deux appareils qui avaient rapatrié le jour-même 23 pirates somaliens présumés détenus aux Seychelles.

Les autorités du Puntland avaient cependant intercepté les deux appareils, arrêté leurs équipages et les cinq passagers, accusant les Seychelles d’avoir voulu procéder à un échange de prisonniers sans les consulter. Le gouvernement des Seychelles a démenti avoir échangé les pirates présumés contre ses trois ressortissants, assurant les avoir libérés faute de preuve suffisantes pour les poursuivre en justice.

Le ministre seychellois Joel Morgan, chargé de négocier la libération des otages, a “remercié le gouvernement du Puntland”, qui a organisé le transfert des ex-otages de Galkayo à Garowe, où une agence internationale les a pris en charge, est-il expliqué dans le communiqué de la présidence.

“Assurer la libération des trois otages a été très difficile et un processus complexe”, selon le ministre Morgan. Il a réaffirmé “qu’aucune rançon n’avait été payée par son gouvernement”. Les trois hommes devaient repartir aux Seychelles dimanche.

01/07/09 (B505) Le journal de la Flibuste (1 article en Français)

_______________________________ 1 – Marine marchande

Piraterie: les pays du Golfe et de la mer Rouge envisagent une force commune

Les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et les riverains de la mer Rouge ont discuté samedi à Ryad de la formation d’une force commune pour combattre la piraterie, soulignant que la protection de cette voie maritime relevait de leur responsabilité.

Evoquant les dangers pesant sur le trafic maritime en raison de la croissance des opérations des pirates somaliens, des représentants des monarchies pétrolières du Golfe et des pays riverains de la mer Rouge ont souligné leur responsabilité à garantir la sécurité de la mer Rouge, a indiqué un communiqué.

Les participants ont discuté de la mise sur pied d’une force navale pour combattre la piraterie.

"La question est en cours de négociations et nous espérons parvenir à un accord pour mettre en place cette force", a dit à la presse le commandant de la marine saoudienne, le prince Fahd ben Abdallah. Outre les responsables des six pays du CCG (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Emirats arabes unis, Arabie saoudite) des représentants de Djibouti, du Soudan, d’Egypte, du Yémen et de la Jordanie ont participé à cette réunion.

Le général Fahd a aussi indiqué que les participants avaient étudié les moyens de coopérer avec les forces navales d’une vingtaine de pays qui patrouillent dans le Golfe d’Aden et au large de la Somalie, où les pirates sévissent.

La marine américaine a averti début juin que la zone sud de la mer Rouge était une nouvelle cible potentielle des pirates somaliens, ce qui menacerait l’une des routes commerciales les plus empruntées au monde.

Treize navires sont encore aux mains des pirates somaliens dans le Golfe d’Aden et l’océan Indien, avec à bord 195 marins, selon le Bureau maritime international (BMI). Des bâtiments sous commandement américain, européen et de l’OTAN, ainsi que des navires chinois et russes, sont déployés dans la région pour lutter contre la piraterie.

 

10/02/09 (B485) Le journal de la Flibuste. Marine marchande : Un seul navire maritime a été détourné dans le golfe d’Aden en quatre semaines.

Effet dissuasif de la force internationale sur zone ?

Neuf pays riverains du golfe d’Aden ont aussi adopté un code sur les suites judiciaires à donner aux actes de piraterie.

Les eaux sont plus calmes dans le Golfe d’Aden : début février, le cargo ukrainien Faina détourné le 24 septembre 2008 avec un chargement de 33 chars T-72 de l’époque soviétique, a été libéré contre une rançon de 3 millions de dollars.

De son côté, le “Longchamp”, battant pavillon des Bahamas mais exploité par l’armement allemand Bernard Schulte Shipmanagement, et détourné le 29 janvier avec son équipage, pourrait, lui aussi, être libéré.

Le commandant a pu contacter son armement qui négocie actuellement avec les pirates. D’après les médias allemands, ils réclament une rançon de 6 millions de dollars. D’une capacité de 3 415 tonnes de gaz de pétrole liquéfiés, hautement inflammables, le navire se dirigeait d’Europe vers l’Asie orientale quand il a été intercepté.

Dissuasion militaire ou mauvais temps ?

Le déploiement de la flotte internationale au large de la Somalie commencerait à avoir un effet dissuasif. “Le nombre de détournements réussis est en baisse pour le deuxième mois consécutif. C’est encourageant, mais voyons l’évolution au cours des deux ou trois prochains mois, a déclaré Pottengal Mukundan, directeur de l’International Maritime Bureau de Londres, lors d’une conférence sur la piraterie organisée par l’ONU à Turin. Nous attribuons cette baisse à l’action des flottes présentes dans le secteur”.

De son côté, le vice-amiral Robert Moeller, commandant en second des forces américaines déployées en Afrique, attribue cette baisse aux mauvaises conditions météorologiques locales. Toutefois, il a reconnu que la présence sur zone d’un certain nombre de bâtiments militaires “a un effet psychologique sur les pirates”.

Le suivi judiciaire s’organise

Le 29 janvier, le Pentagone a annoncé la conclusion d’un accord avec le Kenya, pour y poursuivre en justice les pirates capturés par la Marine américaine. Un accord similaire avec la Grande-Bretagne a déjà produit ses effets. Le même jour, neuf pays riverains du golfe d’Aden ont adopté un code de conduite sur la répression de la piraterie.

“Le code de conduite de Djibouti est le premier mécanisme régional établi pour les pays africains et arabes”, a déclaré Koji Sekimizu, directeur de la sûreté maritime à l’OMI, sans autres précisions. Des centres d’information seront ouverts à Dar es Salaam (Tanzanie), Sanaa (Yemen) et Mombasa (Kenya). Fin janvier, le gouvernement somalien a annoncé la création de l’agence Somali Maritime Security, pour lutter contre la piraterie dans les eaux territoriales du pays.

Enfin, les neuf pirates capturés le 27 janvier par les commandos de la frégate française Floréal ont été remis aux autorités du Puntland, région semi-autonome du nord de la Somalie.

04/10/08 (B468) Marine Marchande avec AFP / Somalie/pirates: Moscou pour la coordination des efforts avec les USA et l’UE

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est prononcé vendredi pour la coordination des efforts de la Russie, des Etats-Unis et de l’Union Européenne visant à empêcher “l’arbitraire” des pirates dans la Corne d’Afrique.

“La Russie cherchera à obtenir que les pirates ne puissent plus imposer l’arbitraire”, a déclaré le chef de la diplomatie russe, cité par l’agence Itar-Tass.

Des pirates retiennent depuis le 25 septembre près des côtes somaliennes un cargo ukrainien chargé d’armes, le Faina, et trois navires étrangers au moins – un navire de guerre russe et deux frégates malaisiennes – se dirigent vers cette zone, en plus des bateaux de guerre américains déjà sur place.

M. Lavrov a rappelé qu’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU “condamnait” la pratique de piraterie et “autorisait les pays ayant des ressources navales appropriées à empêcher cette pratique”. “Nous allons agir sur la base de cette résolution, comme le font les Etats-Unis et les pays de l’UE”, a indiqué le ministre russe.

“Il est clair que c’est rationnel de coordonner les actions dans cette région pour un même but. Les forces navales de plusieurs pays sont présentes (sur le lieu) et je suis certain qu’il serait utile d’établir une coordination entre elles”, a souligné M. Lavrov.

Selon le Bureau maritime international (BMI), environ 60 bateaux ont été attaqués dans le golfe d’Aden et l’océan Indien depuis janvier 2008 par des pirates venus de Somalie, pays livré au chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991.

Mercredi, dix Etats membres de l’Union européenne se sont dits prêts à participer à une opération militaire aéronavale européenne pour combattre la piraterie au large de la Somalie. Le Conseil de sécurité de l’ONU avait adopté le 2 juin une résolution (1816) permettant l’entrée de navires de guerre pour traquer des pirates dans les eaux somaliennes considérées comme les plus dangereuses du monde.

29/04/08 (B445) Marine Marchande / enquête Ponant: le calepin du chef des pirates retrouvé sur le navire à La Ciotat

MARSEILLE, 29 avr 2008 (AFP) – Un calepin appartenant au chef des pirates du Ponant, le voilier dont l’équipage a été pris en otage pendant une semaine début avril au large de la Somalie, a été retrouvé mardi sur ce navire en cale sèche à La Ciotat (Bouches-du-Rhône), a-t-on appris de source proche de l’enquête.

Le calepin du chef des pirates, qui n’a pas été interpellé lors de l’opération des forces spéciales françaises en Somalie à la libération des otages, a été retrouvé dans une cache lors d’une fouille du navire.

Il contient les noms des membres de son équipe et mentionne des sommes d’argent, selon la même source.

Cette fouille a été réalisée dans le port de La Ciotat par des gendarmes de la section de recherches de Marseille, désignée par le magistrat parisien en charge de l’enquête sur la prise d’otages.

Le Ponant est arrivé dimanche à La Ciotat et a été placé en cale sèche lundi soir en vue de réparations dans un chantier naval de cette commune proche de Marseille.

Il devrait repartir prochainement pour l’Italie et y reprendre ses croisières aux alentours du 5 mai, selon l’armateur.

Ce dernier, la CMA CGM, avait payé une rançon de 2 millions de dollars pour obtenir la libération des membres d’équipage (22 Français, six Philippins, une Ukrainienne et un Camerounais) retenus en otage pendant sept jours du 4 au 11 avril.

Six des auteurs présumés de la prise d’otages, arrêtés par des forces spéciales françaises en Somalie, ont été transférés en France où ils ont été mis en examen et écroués pour enlèvement et séquestration en bande organisée.

27/01/08 (B432) Marine Marchande avec AFP : Somalie : le Danemark envoie une escorte pour protéger les bateaux du PAM

COPENHAGUE, 25 jan 2008 (AFP) – Le Danemark a décidé d’envoyer un bâtiment et des forces spéciales dans les eaux autour de la corne de l’Afrique pour escorter des bateaux affrétés par le Programme alimentaire mondial (PAM) pour les populations somaliennes, a annoncé le ministère danois des Affaires étrangères.

La marine danoise prendra début février le relais de la France qui assure depuis la mi-novembre des opérations de sécurisation des bateaux du PAM acheminant l’aide humanitaire à la Somalie afin de les protéger des attaques de pirates.

Le bateau danois, un navire d’inspection, sera chargé de cette mission pendant 2 mois, souligne le ministère dans un communiqué.

“Environ 1,5 million de Somaliens dépendent directement de l’aide humanitaire pour survivre alors que la piraterie dans les eaux au large de la corne de l’Afrique constitue un problème croissant” a constaté le chef de la diplomatie danoise Per Stig Moeller.

Selon lui, “trois attaques de pirates contre les cargos de la PAM ont été enregistrées en 2007” sur quelque 31 tentatives de piraterie rapportées l’année dernière le long des côtes somaliennes.