14/03/2000 – De retour à Paris, les juges LE LOIRE et MORACCHINI pourraient conclure une deuxième fois au suicide du juge BORREL

Les juges LE LOIRE et MORACCHINI conduisent l’enquête à leur façon, sans informer les parties civiles, ce qui est contraire aux usages.

Le premier procès-verbal de reconstitution en mars n’avait pas convaincu (même les syndicats de la magistrature …).

Ils ont enquêté à Djibouti, privilégiant l’interrogatoire de tous les membres de la famille du principal témoin Alhoumekani en présence de policiers djiboutiens qui les avaient “préparés” auparavant…. Ils ont aussi interrogé “partiellement” l’ancien ministre de la justice M Moumin Bahdon, qui avait pourtant demandé à être entendu en France pour pouvoir s’exprimer librement et complètement.

M Guelleh ayant refusé de leur répondre (contrairement aux accords passés dans le cadre de la commission rogatoire), ils reviennent de toutes les façons avec des informations incomplètes …

Bref, tout laisse penser qu’ils pourraient conclure au suicide du juge BORREL …

14/03/2000 – le général de police Yacine Yabeh a échappé, par miracle, à une tentative d’assassinat.

Note de l’ARDHD:
nous n’avons que peu d’informations sur la tentative d’assassinat contre la personne du Général Yacine Yabeh.
L’assassinat et la tentative d’assassinat sont particulièrement fréquents à Djibouti : Maître AREF a échappé à deux tentatives fin 99. Le juge Borrel aurait pu être assassiné. etc…

Qui commandite ces attentats ? comme disait le policier : “Cherche à qui le crime profite..”

14/03/2000 – RECTIFICATIF des éditions Tahin – Party au sujet des ouvrages parus et à paraître de François-Xabier VERSCHAVE

Après que nous ayons envoyée un mail concernant la parution d’un opuscule
de Francois-Xavier Verschave, intitule

“France-Afrique : le crime continue”,

de nombreuses personnes ont cru qu’il s’agissait d’un autre livre du même
auteur, dont la parution est annoncée depuis plusieurs mois deja.

Eh bien, non ! Erreur !

Le livre que nous venons de publier est un petit ouvrage de vulgarisation
aisément accessible, et par le prix et par le style, qui constitue une
14/03/2000 – première introduction au problème de la politique française en Afrique.

Le livre de F.-X. Verschave a paraître fera environ 500 pages, et constituera une somme sur le sujet ; il s’intitulera “Noir Silence. Qui arrêtera la Francafrique ?”, et sera publie aux éditions des Arènes vers la mi-avril 2000.

Francois-Xavier Verschave a écrit “La Francafrique. Le plus long scandale de la République” (1998). Il est président de l’association Survie, qui se
donne pour tache de faire la lumière sur la politique africaine de la France et de contribuer a l’instauration de garde-fous.

80p. De format A6, 15F en librairies ou par correspondance (port compris), disponible a notre adresse ; pour toute commande De plus De 8 livres, 10F l’exemplaire (port compris).
CCP 11 731 22 F LYON

12/03/2000 – Dimanche soir, le juge LE LOIRE sur M6 n’aurait pas convaincu de sa réelle efficacité lors d’une reconstitution..

La prestation du juge LE LOIRE sur M6 dimanche soir a donné une image peu convaincante de sa personnalité et de ses méthodes d’enquête. On a vu un juge qui effectuait une reconstitution à Djibouti dans l’enquête sur la disparition d’un militaire français. Il posait des questions aux policiers djiboutiens, acceptant les réponses qui lui étaient donnés, sans chercher à se faire sa propre opinion. On l’a vu aussi jouant au cow-boy dans les quartiers “difficiles” de Djibouti, refusant de sortir de sa voiture ou annonçant qu’il devrait être armé. Juge et flic (comme une célèbre série télévisée) ?

Mériterait-t-il son nom. Le juge LE LOIRE, le juge qui fait dormir les dossiers ?

11/03/2000 – AFFAIRE BORREL / CONFÉRENCE DE PRESSE, LUNDI 13 MARS, ORGANISÉE PAR LES AVOCATS DE LA PARTIE CIVILE AVEC LA PRÉSENCE DE Mme BORREL

Les avocats de Mme Borrel organisent une conférence de presse lundi 13 mars à Paris – dans les salons de l’Amérique latine pour expliquer la situation actuelle et la position de Mme BORREL.

Cette décision est motivée :
par le fait que les juges LE LOIRE et MORACCHINI se sont déplacés à Djibouti sans les en informer et qu’ils auraient procédé à une reconstitution sans la présence des avocats de la partie civile (*),
par le refus de visa qui leur a été opposé par le régime dictatorial de M. Guelleh, en contradiction formelle avec les engagements qu’il avait pris et les accords de la convention franco-djiboutienne d’assistance judiciaire,

11/03/2000 – MAÎTRE Arnaud MONTEBOURG S’APPRÊTERAIT A DEMANDER DES EXPLICATIONS OFFICIELLES A L’AMBASSADE DE FRANCE A DJIBOUTI AU SUJET DES PROPOS ATTRIBUES A L’AMBASSADEUR DANS LA NATION DU 31 JANVIER.

Nous avons appris que Me Montebourg demanderait à l’Ambassadeur de France à Djibouti des informations sur la position adoptée par l’Ambassade à la suite des propos de M. Ali ABDI qui ont été repris dans LA NATION du 31 janvier. M Ali ABDI aurait affirmé que l’incident entre la France et Djibouti serait clos dès que l’Ambassadeur de France confirmerait les propos qu’il aurait tenu en privé et qui mettraient en cause Me Montebourg et les autres ….

ARDHD : Dès la semaine dernière, nous avions demandé à l’Ambassade de nous indiquer les mesures qui avaient été prises et le texte éventuel du communiqué ou du démenti.

Le 14 mars, nous n’avons toujours pas reçu de réponse et nous posons la question de savoir si S.E. l’Ambassadeur a prononcé de telles insinuations. S’il ne les a pas prononcées, il suffit qu’il le dise. En ne répondant pas, il laisse planer le doute et on pourrait supposer que M. Ali ABDI a rapporté ses propos exacts …. avec les toutes les conséquences possibles.

10/03/2000 – DEGRADATION DES RELATIONS ENTRE GUELLEH ET LE CHEF DE LA GENDARMERIE : LE Colonel MAHDI

On raconte que M. GUELLEH aurait insulté et même giflé le Chef de la Gendarmerie M. MAHDI à plusieurs reprises.

Véritablement M. GUELLEH n’a de cesse de s’en prendre à tout le monde : les opposants, les personnalités, l’ancien Président de la République, son Chef de la Gendarmerie.

Ou va-t-il s’arrêter ? Il est vrai qu’il doit gérer des crises sous tous les fronts … Mais la haine, la vengeance, la férocité sont-elles, pour lui, des réponses satisfaisantes à terme ?

10/03/2000 – La réponse à notre question posée à l’Ambassade de France ne nous est toujours pas parvenue

L’Ambassade de France à Djibouti n’a toujours pas répondu à notre questions concernant les propos qui avaient été attribués à S.E. l’Ambassadeur de France par Ali ABDI et qui avaient été repris dans LA NATION du 31 janvier.

Ces propos, s’ils étaient confirmés, mettaient en cause directement un député français, président de l’Amicale parlementaire franco-djiboutienne: Me Arnaud MONTEBOURG, plus les autres (?).

Il nous semble utile de connaître la position officielle de l’Ambassade et les mesures qui ont été prises à la suite de la parution : démenti ou confirmation ?

Il est vrai que les diplomates prennent du temps pour préparer leurs réponses et il ne nous appartient pas de les presser. Nous nous contentrons d’attendre et de suivre cette question régulièrement, jusqu’à connaître la réponse officielle.