Articles

15/09/05 (B315) Le Gri-Gri International : un média à lire avec délectation et à suivre tous les quinze jours !

Pour vous informer sur ce support qui nous plait beaucoup, nous publions un texte de présentation du Gri-Gri International qui a été préparé par ses animateurs.

Lien avec le site : http://www.lesamisdugrigri.com/



Le Gri-Gri International  reparaît depuis le 30 septembre 2004. Journal d’enquêtes rigoureuses  et fouillées, le Gri-Gri peut s’enorgueillir d’un humour hors du  commun et de dessins désopilants. Son irrévérence et son goût de  l’investigation en font un média unique sur l’Afrique. Ce bimensuel  est tiré à 15 000 exemplaires, disponibles en France, au Sénégal et  en Côte d’Ivoire. Censuré au Gabon, au Cameroun et dans les deux  Congo, il est disponible partout en Afrique, sur abonnement, et livré  sous pli discret. Chaque numéro coûte la modique somme de 2 euros pour  seize pleines pages, format tabloïd, avec de jolies couleurs vertes. On  le trouve désormais dans tous les bons kiosques français.



L’abonnement pour un an est fixé à 44  euros (24 numéros). L’abonnement de soutien est fixé à 100 ?. Il  comprend l’abonnement au Gri-Gri pour un an (24 numéros) et  l’adhésion à l’association des Amis. Cette dernière vise à  promouvoir un média panafricain libre et impertinent. Toute personne  qui contracte un abonnement de soutien se verra immédiatement  reconnaître le statut de membre des Amis, et sera ainsi informée au premier chef des événements particuliers liés à l’activité du Gri-Gri  : réunions, conférences, débats, numéros spéciaux, etc.



Pour qu’une information de qualité sur  le continent ne soit pas un voeu pieux, rendez-vous à la page  adhésion :
http://www.lesamisdugrigri.com/index01.html

15/09/05 (B315) Radio-Trottoir : A l’EDD, Djama Ali Guelleh emprunte à tour de bras et détourne l’argent. Trouvant cela insuffisant, il augmente les tarifs de façon insupportable pour le Peuple. (Humour)

Non content de n’approvisionner que 30 % de la population et encore pas de façon continue et suivie, Djama Ali Guelleh, Président par Intérim de l’Ordre des Brosses à Reluire, grand financier de Paulette et IOG et accessoirement l’intouchable directeur de l’EDD, augmente les tarifs de façon brutale et insupportable.

Certes le fuel a augmenté, mais, dans un pays civilisé et démocratique, on fait attention aux répercussions sur les populations : idée qui ne semble même pas l’avoir effleuré. De toutes les façons, les proches du régime ne payent pas leur facture d’électricité… donc ils ne sont pas concernés par la hausse.

Nous avons fait appel à l’un des plus grands Cabinets d’audit pour nous dresser un bilan des comptes et nous avons insisté pour ne recevoir qu’une vision simplifiée, même si elle n’est pas représentative au FD près de la situation (Humour) (*)


Nous voyons que la majorité des recettes, cette année, proviendrait des nombreux emprunts internationaux souscrits par Djama Ali Guelleh au nom du Peuple djiboutien.

Côté dépense, la maintenance ne représenterait que 2 % (on comprendrait alors l’origine des pannes), les charges de personnel 10 % (Djama Ali Guelleh, paye mal ..) et les divers prélèvements présidentiels, familiaux et directoriaux seraient de 53 %, dont 40 pour IOG, 22 pour la tendre Paulette et 11 pour le directeur lui-même.

Coté patrimoine, 78 % des fonds propres seraient constitués par des emprunts nationaux et internationaux.

Le passif est plus simple à analyser. En dehors de la Centrale de Boulaos, qui par manque de maintenance, ne vaut plus grand chose, le peuple djiboutien est responsable directement ou via le Trésor de 92 % du passif.

Le moment est-il venu de déposer une plainte devant des juridictions internationales pour détournements massifs et d’exiger une expertise véritable des comptes de Djama Ali Guelleh et de l’EDD ?

(*) RESERVE et AVERTISSEMENT : bien entendu ces comptes ont été établis rapidement sans aucun élément concret et ils ne peuvent pas être considérés comme des états financiers sincères, réalistes et utilisables. Nous appelons donc nos lecteurs à ne pas les utiliser comme pièces à caractère officiel, ce qu’elles n’ont pas. Mais on ne devrait pas être si loin que cela de la vérité !!

14/09/05 (B315) Radio-Trottoir : en prévision, une manifestation des Djiboutiens devant l’Ambassade des Emirats-Unis à Bruxelles ? (Lecteur)

J’ai appris par des sources très fiables qu’une grande manifestation se prépare contre l’ambassade des Emirats Arabes Unies à Bruxelles. Je n’ai pas de date à vous donner, mais il parait que c’est le Comité du MRD de Belgique qui la prépare. Leur slogan est le suivant:


 

“Djbouti n’est pas à vendre” ou “Pas d’OPA sur Djibouti”


 

Je suis très content d’apprendre cette nouvelle car, comme tout le monde le sait, les Djiboutiens n’ont plus le contrôle et la gestion, ni de leur port, ni de leur aéroport, ni de l’encaissement des taxes douanières, donc ils n’ont plus d’économie. La bande de mafia placée sous la dictature d’IOG est entrain de vendre le pays par appartement à Dubai…


 

Cette action ne va certainement pas plaire à IOG qui n’aime pas qu’on le dérange sur des lieux aussi sensibles que les ambassades arabes.