Articles

07/12/2013 (Brève 326) Le trésor d’une SCI, mais pas n’importe laquelle, pourrait-elle cacher un bien mal acquis avec l’argent public, appartenant aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens.

91, avenue Henri Martin à Paris 16, dans un quartier chic, où les surfaces s’échangent autour de 15.000 € le m2, on découvre un bel immeuble en pierres de taille. L’immeuble est bien entretenu, y compris les parties communes, dont un petit jardin devant la porte d’entrée. L’avenue est magnifique avec quatre rangées d’arbres. Bref une résidence de millionnaire.
Appartement de Guelleh à Paris
A l’intérieur parmi les occupants référencés dans l’annuaire pubic, oh surprise !, nous découvrons d’abord le Club des Vigilants. Exerce-t-il une vigilance sur ses voisins, co-proriétaires ? La question reste sans réponse pour le moment.

On y découvre aussi un très bel appartement qui pourrait couvrir une surface, dit-on entre 250 et 450 M2 (soit dans une première estimation, mais qui devrait confirmée par un professionnel avec un état exact de la surface, entre 4 et 10 millions d’Euro).

Cet appartement est tellement beau et décoré à grands frais, (même si le mauvais goût domine dans le choix des mobiliers et des objets) qu’il a fait l’objet d’une présenration officielle sur TV5. Malheureusement nos moyens techniques limités ne nous ont pas permis de capturer une photo de bonne qualité de l’intérieur, mais nous vous proposons ce que nous avons pu extraire :

Appartement de Guelleh

Alors quels sont les propriétaires privlégiés qui peuvent s’offrir un tel appartement, sa décoration, l’entretien et les frais de personnel, qu’il convient d’ajouter … ?

Eh bien, ce n’est pas une personne physique. C’est une SCI, société civile immobilière en droit français, généralement constituée pour des raisons fiscales et de transmission … Les fiscalistes nous en diront plus ! Mais c’est le nom de cette SCI qui a retenu notre attention, cela nous rappelait quelque chose …

SCI HARMOUS

Alors nous avons cherché des informations sur cette SCI et voici ce que nous avons obtenu :

SCI Haramous

C’était bien cela, la SCI Haramous, un nom qui est familier pour les Djiboutiens, a pour mandataire social, une certaine Kadra Haid, dit “La Paulette” ou RPP (Reine de la Principauté de Pacotilles). Certes le capital est mince : 10.000 € et semble infiniment limité comparé au prix de l’appartement dont elle est propriétaire : il y a dû y avoir des apports en compte courant, au travers d’opérations financières qui pourraient manquer de transparence et qu’il conviendra probablement d’éclaircir ….

Mais au fait, la SCI Haramous détient peut-être d’autres soit en direct soit par des sociétés soeurs / écrans et dans d’autres pays : l’Italie, les Emirats, etc….

Contribution de l’ARDHD à celles ou ceux qui voudraient porter cette affaire devant la justice comme étant peut-être un bien mal acquis …

Lien avec le site d’information financière : http://www.societe.com/societe/sci-haramous-443780218.html

07/12/2013 (Brève 326) Parmi les supporters de la dictature et de l’asservissement du peuple djiboutien, un parterre d’obligés, dont une majorité de prédateurs, qui vivent luxueusement sur les ressources dont le peuple est privé au pays et qui applaudissent à tout rompre au discours sans intérêt d’un chef à la dérive. (Photos extraites de la RTD …)

Parmi les invités à la réception organisée pour Guelleh par le joueur de Pipeau, Rachad Farah, lamentablement battu lors de l’élection à la tête de l’Unesco, la diaspora pourra certainement reconnaître de nombreux concitoyens dont des faux réfugiés, qui sont venus applaudir un dictateur sanguinaire, qui ruine Djibouti et qui asservit la population par la terreur.

Ces personnes présentes savent-elles le nombre de familles qui auraient pu manger (pour une fois) à leur faim, avec tout l’argent dépensé pour cette réception …

On peut espérer d’abord qu’ils auront honte et ensuite que la diaspora pourra reconnaître des faux réfugiés et informer les autorités françaises de l’immigration, du double jeu auxquels ils se livrent et des mensonges pour obtenir un droit de rester en France et/ou en Europe.

La vidéo est intégrale est disponible sous YouTube : Lien . Chacun pourra visionner la salle et découvrir de nouveaux supporters de la dictature.

Récpetion
Réception

02/12/05 (B326) A lire sur LOI cette semaine.

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 03/12/2005
DJIBOUTI – Nouvel incident dans le Nord

Après la mort près d’Obock en mars 2005 (LOI nº1134) de deux rebelles afars de la faction du Front pour la restauration de l’unité et de la démocratie (FRUD) qui a refusé de déposer les armes, un nouvel incident a eu lieu dans le Nord du pays. (…).

02/12/05 (B326) LDDH : des milliers de décasements. On brûle, on détruit les anciens logements, on tue les civils. Dans ce contexte le climat devient très pesant à Djibouti.


Le Président

NOTE D’INFORMATION
DU 1ER DECEMBRE 2005
APPEL POUR LES MILLIERS DE VICTIMES DES DECASEMENTS D’ARHIBA
LES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME
CRAIGNENT L’IRREPARABLE

Dés le début des opérations brutales de décasements à Arhiba, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH), conformément à sa mission de Prévention des Conflits aura tout fait pour alerter les autorités djiboutiennes sur les dangers d’une entreprise mal pensée.

Force est de regretter que ses appels soient restés vains et suivis des débordements gravissimes.

Ainsi, au lendemain du 8ème jour des décasements, la situation sur le terrain a brusquement dégénéré quand les forces armées ont continué à détruire cette fois par le feu des armes les maigres restes matériels de leurs forfaits.

A ce jour, le triste bilan, d’une semaine d’opérations de démolitions et d’expulsions inhumaines (sans aucune contrepartie) décidées en Haut lieu contre les habitants déjà marginalisés d’Arhiba, se traduit par un lourd bilan de morts, blessés souvent graves et des disparus.

L’intervention répressive du mercredi 30 novembre 2005 c’est tristement soldée par 5 morts, (deux tués sur le coup dont un adolescent, une femme qui allaitait son bébé est décédée à l’hôpital, et deux cadavres retrouvés dans les égouts à côté du Dry Port non loin d’Arhiba.) ;

Quant aux blessés, pour ceux admis à l’Hôpital Peltier ils seraient au nombre de quinze et pour certains aucun soin digne de ce nom ne serait jusqu’à présent dispensé.

Par ailleurs la LDDH a appris avec soulagement que cinq des personnes arrêtées hier viennent finalement d’être libérées par la police criminelle 24 heures après.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) appelle les Autorités Djiboutiennes à faire preuve d’un minimum de retenue en mettant fin aux opérations de décasements sauvages ;

La LDDH dénonce le mépris inadmissible du gouvernement de la République de Djibouti face aux drames vécus par les populations décasés d’Arhiba II condamnées à dormir à la belle étoile, (vieillards, femmes et enfants compris) dans des conditions inhumaines et inacceptables et ce depuis plus d’une semaine

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains lance un Appel urgent à toutes les bonnes volontés nationales et internationales afin qu’elles apportent aide et assistance aux milliers des sans abris de la Cité d’Arhiba II.

Dans le cadre de la prévention des conflits armés, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) exhorte les grandes puissances des pays amis, militairement présentes en République de Djibouti, de faire officiellement pression pour mettre fin dans notre pays à, de telles actions barbares et criminelles qui ne peuvent que déclencher une guérilla urbaine très dangereuse pour notre capitale, pour la stabilité de notre République et de notre Région.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

02/12/05 (B326) Le FDP condamne les massacres et s’étonne du silence des autorités européennes.

Forum pour la démocratie et la Paix.
fdpdjibouti@hotmail.com
Bruxelles

Communiqué du F.D.P.

Encore une fois,les autorités Djiboutiennes se sont distinguées en ordonnant l’ordre à l’armée de tirer à bout portant sur la population civile D’Arhiba:bilan de cette équipée meurtrière:8morts,plusieurs dizaines de bléssés graves…

Le F.D.P:
-condamne avec force ce massacre de trop et dénonce le silence presque complice,sinon génant de la communauté internationale.
Nous lançons un appel pressant pour que les commanditaires,de cet acte odieux,soient punis.

Bruxelles,le 3 décembre 2005
Djilani Ibrahim A.


01/12/05 (B326) Communiqué du FRUD sous la signature de Mohamed Kadamy pour dénoncer le nouveau massacre d’Arhiba.

FRONT POUR LA RESTAURATION DE L’UNITE ET DE LA DEMOCRATIE
F.R.U.D

COMMUNIQUE DE PRESSE

Bruxelles, le 30 novembre 2005

Le régime de Djibouti serti d’impunité pour tous ses forfaits commis depuis juin 1977, vient de réitérer son exploit sanglant en tuant 8 personnes dont deux femmes, blessant 30 autres et en prenant en otage dix personnes dans le quartier Arhiba de la capitale le 30 novembre 2005.

La gendarmerie, la police et la garde présidentielle se conduisant comme des véritables bandes armées, sous prétexte de décasement, ont tué de sang froid 8 personnes habitants ce quartier martyr, qui s’opposaient à la destruction de leurs habitations de fortune et des tombes de 59 personnes massacrées par les forces de l’ordre le 18 décembre 1991.

Le F.R.U.D condamne l’assassinat des civils innocents qui s’inscrit dans une longue suite d’exécutions extrajudiciaires.

Le chef de l’Etat Ismael Omar Guelleh, qui a bouché l’horizon politique et anéanti tout espace démocratique, grisé par l’impunité dont il jouit depuis 1977, assumera personnellement toutes les conséquences de ces actes odieux indignes d’un chef d’Etat.

Mohamed Kadamy Youssouf
Président du Comité du FRUD

01/12/05 (B326) Opération “Get Out”. (Un lecteur serein ..)

Huit jours après avoir sentencieusement décidé de redonner à Djibouti-ville son éclat d’antan en conseil des ministres, le gouvernement est passé à l’action aussitot. Six jours durant, les dockers du port ont accepté sans broncher cette opération présentée par les autorités comme étant d’assainissement.

D’autant que pendant six jours des missi dominici des autorités leur promettaient la main sur le cœur qu’elles avaient prévu à leur intention, un terrain viabilisé au .P.K12 où survivent dans des conditions inhumaines des décasés d’une autre opération qui s’est déroulée le Mercredi 18/12/91 à Arhiba.

L’explication officielle à l’époque était que les forces de l’ordre en état de légitime défense ont courageusement repoussé un assaut armé de bandit.

Bilan : une quarantaine de morts essentiellement : des femmes et des enfants et une centaine de blessés.

C’était au lendemain d’une débâcle militaire de l’AND dans le nord à l’époque libéré par les maquisards du FRUD.

Curieusement, c’est après un accrochage armé dans le même nord ( revendiqué par le comité provisoire du FRUD à Bruxelles) que cette opération a été menée/

L’Histoire bégaie t-elle?

La découverte de deux corps dans des canaux d’écoulement des eaux usées, survient après un communiqué du ministère de l’intérieur, laconique, méprisant et comme d’ordinaire mensonger paru dans La Nation le 1/12/05 et qui laisse croire qu’en effet l’Histoire bégaie. Il y est question de quelques blessés de part et d’autres et surtout chez les forces de l’ordre dont les véhicules « portent des traces de balles ».

Menaçant, il poursuit en avertissant plutôt qu’en informant, et annonce que » les services compétents mènent l’enquête ».

Connaissant la nature du régime, cette menace est à prendre au sérieux.
Prétextant cette fois une la recherche d’une imaginaire cache d’armes,
IOG succombera t- il à la tentation de lâcher à nouveau sa meute contre ces dockers et leur administrer sa solution finale ?

Les paris sont ouverts!
Le mien, c’est qu’il le fera tôt ou tard et d’une manière et d’une autre. Ce n’est pas une incantation et je ne suis pas comme lui adepte des diseuses de bonnes ou mauvaises aventures et autres charlatans.

C’est un pari réfléchi, car ces malheureux qui ne revendiquent pourtant que leurs droits naturels et sont déterminés à les défendre vaille que vaille, constituent à leur corps défendant et à double titre, une proie à son insatiable appétit de hyène.

D’abord parce que leurs grèves corporatistes à répétition menace de dégarnir sa principale source d’alimentation illégale, et les rendent à ses appétissants.

Une poignée de dockers, c’est un hors d’œuvre appâtant!

Ensuite parce que l’espace qu’ils occupent aujourd’hui est convoité par un insatiable et associé de ses proches qui n’a jamais fait mystère de son intention d’y bâtir une extension du D.D.P (Djibouti Dry Port), dont il est déjà l’actionnaire principal. Alors quelques gueux sans avocat (se l’imagine t-il, c’est un plat plutôt ragoûtant !

Alors décasera ? Décasera pas ?

Le proche avenir nous le dira sans qu’il n’enlève rien à la prédiction d’un docker, qui malgré cette pénible épreuve garde la foi et surtout l’humour sensé de ceux qui n’ont plus rien à perdre.

Je lui cède la parole. « Si on l’appâte encore, c’est lr Tout-Puissant qui lui dira cette fois-ci : Déguerpis! Et je souhaite alors en être le bras !
S’il n’a plus d’appétit désormais c’est par nous qu’IL lui aura sonné le glas »

En tout état de cause, ma prière c’est « Que Ta Volonté soit faite ! Ici et
Maintenant ». AMEN !

Un lecteur serein

01/12/05 (B326) Poème pour Arhiba. (Lecteur)

Arhiba

Le courage n’est pas un vain mot pour toi
Ta détermination laisse plus d’un en émoi
Et malgré les maux dans lesquels tu vis
Tes enfants offrent leur vie
Pour une justice égale pour tous
Et un lendemain incertain pour l’enfant d’Haramous
Face à la dictature d’un despote
Tu brandis l’étendard de la révolte
Aujourd’hui 10 morts
Hier 59 morts
Demain la victoire de toute une nation
Tu seras mère d’un nouveau demain
Mère d’un nouveau destin
Merci à ton combat salutaire
Merci aux enfants révolutionnaires
Que tu es la seul à offrir
Ta dignité dans la misère
Ton militantisme sans faille
Raffermis ma conviction sur tes potentiels
De Vancouver à Melbourne
Tes enfants se battront sur tous les continents
Pour porter haut ton combat et tes idéaux

A tous ces hommes et femmes victimes de la bêtise au pouvoir

Etudiant en France