Articles

28/10/2015 (Brève 493) Les arrestations se multiplient à Djibouti. Appel à manifester le 31 octobre et communiqué (émis par la Diaspora djiboutienne en Belgique)

Appel à manifester

La diaspora Djiboutienne en Belgique
Manif Bruxelles
Photo : manifestation sept 2013

soutenue par l’ensemble des forces de l’opposition djiboutienne et des associations de la société civile, appelle à un rassemblement, le 31 octobre de 13H30 à 16h30 devant l’Ambassade de Djibouti en Belgique : Avenue Franklin Roosevelt, 204 1000 Bruxelles.

Pour protester :
– Contre les arrestations arbitraires des civils, accusés d’avoir un lien de parenté avec les membres ou les dirigeants du FRUD ;

– Contre les arrestations des mères de famille, des épouses et des sœurs des membres du FRUD ;

– Contre les tortures infligées par les gendarmes et les militaires aux personnes arrêtées ;

– Contre l’exécution extra-judiciaire de Mohamed Ali Haïssama, survenue le 23 août 2015 au lac Assal;

– Contre la criminalisation des actions politiques, les harcèlements et les arrestations des militants de l’USN;

Pour exiger:
– la libération immédiate de Mohamed Ahmed dit Jabha, très malade et détenu depuis mai 2010, dans des conditions inhumaines, après avoir été sauvagement torturé;

– la libération de toutes les autres personnes arrêtées arbitrairement;

– le jugement des responsables de la torture, des viols des femmes et des violations graves des droits de l’Homme.

Contact : diasporadjibbelgique@gmail.com
tel 0032 476 342 583 & 0032 499 880 397

11/04/09 (B494) Le journal de la Flibuste ….. (2 articles en Français)

__________________________ 2 – Le Matin (Suisse) avec AFP

Les autorités somaliennes impuissantes à éliminer la piraterie maritime

Les fragiles autorités de Somalie, impuissantes à contrôler un pays morcelé par 17 ans de guerre civile, réclament en vain depuis des années qu’une force maritime internationale se charge d’éliminer les pirates qui écument ses côtes.

Dès octobre 2005, le Premier ministre de transition de l’époque, Ali Mohamed Gedi, avait demandé sans résultat aux pays africains d’envoyer des navires de guerre dans ses eaux territoriales pour assurer leur sécurité. "Il est clair que nous n’avons pas les moyens de surveiller nos côtes", constatait alors le gouvernement somalien.

Depuis, la situation n’a pas changé. Les pirates continuent en toute impunité d’attaquer navires de plaisance, bateaux de pêche et cargos, pour revendre leurs cargaisons et obtenir des rançons contre la libération des équipages.

En 2007, la France a initié une opération d’escorte de cargos d’aide alimentaire destinée à la population somalienne affrétés par le Programme alimentaire mondial (PAM) et qui étaient régulièrement attaqués.

En novembre de la même année, l’Organisation maritime internationale (OMI) avait demandé à la Somalie de "prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir et mettre fin aux actes de piraterie et vols à main armés contre les navires" pour rendre possible l’acheminement de l’aide.

Les autres navires, comme le voilier de croisière français le Ponant, attaqué vendredi, sont eux aussi à la merci des raids dans le golfe d’Aden des vedettes des pirates somaliens, armées de mitrailleuses et de lance-roquettes.

Pour mettre fin à leurs agissements, "les navires de guerre français et américains doivent attaquer les pirates, ils ont notre bénédiction", a jugé lundi Musa Ghelle Yusuf, gouverneur de la région de Bari, dans le Puntland (nord de la Somalie), où sont basés la majorité des pirates.

Un dispositif naval occidental est en effet déployé en permanence au large de la Somalie, dans le cadre des opérations de lutte antiterroriste initiée par les Etats-Unis pour surveiller cette route maritime majeure.

La France possède également sa plus grande base militaire à l’étranger à Djibouti, pays frontalier de la Somalie, où elle a dépêché une équipe d’élite de la gendarmerie, pour intervenir en cas d’échec des négociations avec les pirates.

Mais les pays occidentaux ne montrent guère d’enthousiasme pour s’engager militairement en Somalie, après le désastre de l’intervention américaine et des opérations de l’ONU dans ce pays dans les années 1990.

Suivant la position officielle du gouvernement somalien, le Centre anti-piraterie du Bureau maritime international (IMB) a appelé une nouvelle fois lundi la communauté internationale à renforcer la sécurité le long des côtes somaliennes.

"Le Conseil de sécurité des Nations unies, ou tout autre organisme, doit prendre des mesures pour empêcher les pirates d’attaquer d’innocents plaisanciers", a déclaré à l’AFP Noel Choong, le responsable du Centre basé à Kuala Lumpur.

"Il y a beaucoup de pétroliers (…) et nous sommes inquiets d’un désastre sur l’environnement en cas d’attaque d’un tanker transportant du pétrole brut ou des produits chimiques", a-t-il relevé.

Les pirates "sont des terroristes et il n’y a pas besoin de négocier avec eux", juge de son côté le gouverneur du Bari, selon qui ils "cherchent de l’argent et ils ont été encouragés par le paiement de rançons lors de précédentes attaques de navires".

Dans un pays ruiné par la guerre civile, la piraterie est en effet une activité extrêmement lucrative, tout comme l’enlèvement d’étrangers – essentiellement des employés d’organisations humanitaires -, où le trafic – dans des conditions inhumaines – d’immigrés clandestins vers le Yémen.

_________________________________ 1 – Ouest-France

Somalie : les pirates relâchent un pétrolier norvégien

Des pirates somaliens ont relâché, ce vendredi soir, le pétrolier norvégien MT Bow Asir, dont il s’étaient emparés fin mars.

De sources proches de ces pirates, on affirmait que la restitution du navire avait donné lieu au versement d’une rançon de 2,4 millions de dollars, mais un porte-parole de l’armateur Salhus Shipping a seulement confirmé que le pétrolier avait été relâché sans donner de précisions.

10/04/09 (B493) L’équipe de l’ARDHD souhaite de joyeuses fêtes de Pâques à tous les chrétiens du monde.

A l’approche des fêtes de Pâques et particulièrement en ce vendredi "saint", l’équipe de l’ARDHD souhaite de bonnes fêtes à tous les chrétiens.

10/04/09 (B493) Les dernières nouvelles de la manifestation « spontanée » mais obligatoire …. Un correspondant nous envoie le compte-rendu.

La manifestation à Djibouti : preparatifs et déroulement.

Depuis mercredi soir, les membres du comité d’organisation de la manifestation ont rendu visite aux adultes et à tous les jeunes des differentes quatiers de la capital pour leur rappeler « fermement » qu’ils devaient participer à la manifestation pour demander à IOG d’accepter un troisième mandat.

Des membres du SDS (Services secret djiboutiens) sont même venus en personne au quartier 7 (où ils ont beaucoup « d’aimables correspondants ») et au quartier 5.

A leur grande surprise, des intellectuels au chomage vivant à Q5 (association OBAMA de Q5), leur ont carrément dit « NON ».

Lorsque les agents du SDS ont demandé la réponse, ils ont répondu : « bien que nous ayons nos diplomes, nous n’avons pas de boulot et rien à manger, alors pourquoi nous manifesterions et pour soutenir qui ??? ».

Bien sur, les agents du SDS ont promis des emplois au port de Doraleh et des contrats pour Q5. Ils leurs ont rétorqués qu’ils ne décideraient qu’après avoir été embauchés sérieusement et avoir constaté « que les contrats arrivent bien au Q5 ». Les agents du SDS sont repartis sans avoir réussi à les convaincre ….

Confirmation : L' »association OBAMA du Q5″ n’a pas participé à la manifestation de jeudi.

Y-aura-t-il des représailles ???? Déjà pauvres et vivant dans la misère, certains parents de Q5 sont trés inquiets …

Que dieu protege les habitants de Q5 qui sont « dans la misère et malheureux » ..

Amin !

09/04/09 (B493) Radio-Trottoir : un message signé par « les jeunes des quartiers 3, 4, 5 et 6 unis »

Chère ARDHD,


Caricature de Roger Picon
Nous vous confirmons qu’une manifestation est organisée pour jeudi 9 avril 2004

Selon les informations dont nous disposons, il serait prévu que cette marche soit conduite dans les quartiers populaires par IOG. « Ce salaud » va-t-il prendre la tête du cortège bras dessus, bras dessous avec « vilaine garce ».

A notre avis, l’information est fausse, car nous ne pensons pas que le « peureux » au pouvoir soit capable d’assumer un tel risque …

Il savent bien que les jeunes Djiboutiens (nes) sont bien équipés(es) de frondes et de lances pierres et que nous savons les utiliser quand il le faut ..

Même les mercenaires de la Garde Républicaine le savent et ils se méfient.

Malgré toutes les formations et entrainements qui leur sont donnés tantôt par la Légion Etrangère pour la France ou par les Marsouins des Forces Américaines, ils ne tiennent pas trop à provoquer un engagement qu’ils ne sont pas certains de dominer, sauf à utiliser des balles réélles et autres armes de guerre contre des populations civiles désarmées.  

Ce qui fait toujours un peu désordre sur la scène internationale …

Les jeunes des quartiers 3, 4, 5 et 6 unis.

09/04/09 (B493) Radio-Trottoir / Commentaires d’un correspondant au sujet de l’émission TV sur l’inauguration réalisé sans aucun respect pour les morts. Il aurait pu faire cette inauguration un autre jour, mais pour IOG la seule priorité c’est de conduire sa campagne en solo : peu lui importe tous les soldats qui sont morts au combat. Fiasco dans les deux ports. Hassan et Djama auraient détourné deux voitures au port. Résultat : l’Ethiopie détourne une partie de plus en significative de son activité sur Port Soudan ….

Une mise en scène, à but vénale et électorale, qui a tourné au fiasco :
Doumeira est-il un faux problème ou la source d’un nouveau gain financier pour Guelleh ?

1°) Aucun respect pour les militaires morts au combat, ni pour leurs familles qu’il installe dans des « niches à chien » … et auxquelles il ne fournit aucune information sur le sort des maris et des frères : disparus, morts au combat ou prisonniers de l’Erythrée ???


Caricature par Roger Picon
IOG, par son irresponsabilité et par son avidité pour l’argent sale, utilise les morts militaires, qu’il avait envoyés à l’abattoir de Doumeira, pour faire sa campagne en vue de bafouer la Constitution Djiboutienne et de mettre fin aux chapitres sur les droits fondamentaux, surtout, l’article 23 : « Le Président de la République est élu pour six ans au suffrage universel et au suffrage majoritaire à deux tour. Il n’est rééligible qu’une seule fois ».

Il vient aujourd’hui de reconnaître pour la première fois, que l’Erythrée détient des prisonniers militaires Djiboutiens, sans même daigner nous indiquer le nombre des prisonniers militaires, encore moins de nous dire le nombre des disparus.

Au lieu d’insulter le Président Erythréen, il aurait pu demander officiellement à son ancien ami, le même Président Erythréen de relâcher ou de demander à la Croix Rouge de nous informer sur la situation de nos militaires prisonniers et des disparus. Bon nombre de familles militaires en sont toujours à se demander, si leurs pères ou leurs frères sont morts ou prisonniers.

Pourquoi l’inauguration (par le mal élu), à la veille de son 10ème anniversaire, de 44 minuscules logements, que certains appellent déjà les « niches à chiens », tellement il est difficile de se déplacer à l’intérieur.

Ces cabanes en parpaings de petites dimensions, ne respectent aucune norme en particulier les normes anti-sismiques. Elles n’ont que deux chambres et parfois trois. Pas de salon ni de salle à manger (il faudra manger sur le lit), pas de cour, rien. Pas une clôture pour un petit terrain collectif permettant aux orphelins de s’amuser entre eux.

Dire que la moyenne des enfants de bas âge est de 6 enfants par foyer.

De toutes les façons IOG s’en fout !

Car, il faut se faire à la crise financière ?

2°) Effectivement, l’Affaire Borreh a des répercussions de boomerang. Le fiasco actuel des ports de Djibouti et de Doraleh qui enregistre d’impressionnantes baisses d’activité, en dépit de toutes les gesticulations de la communication hautement avariée de l’Escale …

Le Port international de Djibouti est déserté par les navires portes containers, et les portiques des deux Ports ont les mains levés en l’air en signe d’un chômage technique. Bientôt, combien de travailleurs seront licenciés ?

Les recettes des portiques portuaires ont baissé de la manière suivante :

1. Port de Djibouti, de 170 millions de Francs Djibouti par jour à 30 millions de Francs Djibouti par jour ; Baisse : 82 %

2. Port de Doraleh 45 millions de Francs Djibouti par jour à 12 millions de Francs Djibouti par jour. Baisse : 73 %

Mais en fait, qui sont les vrais perdants ?

Pas le Bas Peuple dans tous les cas.

L’Ethiopie a diminué de 75% son trafic via Djibouti, le Port Soudan est plus rentable, mais surtout les détournements sont insupportables à Djibouti.

Les délinquants en fuite détournent deux voitures neuves au port : l’Ethiopie détourne une partie de son traffic !!

Pour rappel l’année dernière les oreilles de Lapin ou le délinquant en fuite ainsi que Djama Haid auraient directement « piqué » au Port deux véhicules appartenant à un transitaire Ethiopien. L’impunité existe pour les Voyous !

Alors, comment faire confiance à une Justice dont le patron du Parquet est non seulement un délinquant en fuite, mais aussi et c’est de notoriété publique, un Procureur à la moralité plus que douteuse. Malheureusement, il déshonore non seulement sa fraction tribale, mais l’ensemble de nos compatriotes.

A quand sa démission avant de subir les foudres des Justiciables ?

Un téléspectateur écœuré

09/04/09 (B493) Un dernier conseil à IOG (Hassan Aden)

Un dernier conseil à I.O.G

Après une absence de 7 ans, je suis allé visiter mon pays Djibouti. De retour depuis 3 semaines, je suis obligé de vous dire quelques mots sur ces questions importantes qui interpellent tout Djiboutien soucieux de l’avenir de notre pays.

Aujourd’hui, ce qui frappe le plus, c’est la paupérisation du peuple, renforcée par l’augmentation du coût des denrées de première nécessité, des loyers et de la terre, du coût des services publiques tels que la fourniture d’eau potable, l’électricité, les services de santé, les prix du carburant et du gaz etc.…

Vivre tout court devient difficile, sinon impossible pour une large couche de la population.

Si on peut penser que la crise est mondiale, il n’en est rien pour ce qui concerne la vie quotidienne du Djiboutien, qui est la conséquence directe d’actions délibérées menées par votre régime. Je vais essayer de les citer pour m’en plaindre, tout en sachant que je vais en oublier certaines.

A- Destruction de l’État
en créant des agences autonomes partout où l’action gouvernementale possédait un budget de contrepartie qui devait en assurer le succès. Cette façon d’amputer l’administration des moyens financiers nécessaires à son action a consacré les abus, les détournements et la corruption dans le secteur public soustrait `la responsabilité régulière de l’administration. Déplacement du cadre des décisions stratégiques vers le palais où d’obscures personnalités se trouvent investies de responsabilités occultes, notamment dans des domaines juteux tels que les communications, l’énergie, la banque centrale etc.

Les ministres ne gérant que des portefeuilles vides, même si les ministres en charge continuent de jouer le rôle de démarcheurs pour le Chef de l’État ou ses conseillers délégués, (TANI, H SAID, ALI GUELLEH, etc). Cette manière de faire a crée dans le secteur public, un secteur informel où la responsabilité est diluée et masquée. Tout cela avec comme objectifs, le développement de l’affairisme d’État au profit de personnes sélectionnées tapies sous l’ombre tutélaire des plus hautes autorités. Des secteurs parapublics stratégiques sont mis à genoux pour, créer les conditions d’une spoliation programmée au profit d’intérêts personnels.

Le plus grave est peut être cette façon cavalière d’adapter en permanence la loi et la constitution au bénéfice et aux intérêts exclusifs du Parti R.P.P et de son Chef.

La démocratie est violée depuis 30 ans et sa mort annoncée par ce désir de vouloir modifier la constitution pour un troisième mandat.

Les laudateurs, magouilleurs et autres gens de peu d’importance qui grouillent autour de vous, veulent simplement se construire un avenir que leur valeur personnelle ne leur permet pas d’envisager mirobolant.

Toute la nomenklatura R.P.P., étale aux yeux des populations pauvres leurs villas de grand standing, leurs voitures luxueuses et leurs richesses acquises si rapidement par des personnes qui souvent tiraient le diable par la queue il n’y a guère. En mettant en avant l’argent dans toutes vos actions, vous avez tué toutes les nobles motivations qui faisaient agir nos cadres et nos professionnels. Vous avez introduits pour certains agents que vous vouliez gagner à votre cause des indemnités parfois supérieurs à leur salaire nominal. Vous avez crée des contrats spéciaux qui font fi des diplômes et des postes occupés et qui ne servent qu’a fidéliser des militants zélés, parfois très limités intellectuellement.

Les domaines où la carence R.P.P. s’est le plus manifesté sont l’éducation, les initiatives démagogiques prises en multipliant la création d’établissement scolaires de tous niveaux, dans toutes les régions n’ont servi qu’à octroyer des marchés de construction à des militants R.P.P. parce que la fonctionnalité de ces établissements n’a jamais été réalisée, souvent par manque d’équipements et surtout de personnels. La victime principale est la population la plus démunie, dont l’enfant, soumis dans le primaire au cycle dévastateur du « double flux », ne peut espérer poursuivre ses études dans le secondaire, pris en otage par les professionnels peu qualifiés et un enseignement de mauvaise qualité.

Dans le domaine de la santé publique l’échec vient de la prise en otage par les politiciens du système de la santé. L’inefficacité des services de santé n’est pas simplement la conséquence du désastre financier lié à la mauvaise utilisation des ressources mais aussi et surtout à une absence de politique des ressources humaines.

Mr I.O.G le résultat de votre gestion des affaires a installé dans le pays un malaise profond de divisions, de querelles, de clans, de frustrations, parmi les partis politiques, parmi les catégories professionnelles, entre les régions. Il n’a plus de référence en dehors de l’argent ; même les marabouts sont achetés, amadoués et détournés de leur mission première de diriger le peuple sur la voie DROITE.
Enfin, le manque de dialogue politique et le peu de soucis que le pouvoir manifeste au désarroi de la population qui a faim et qui se « noie ». Ce que vous appelez R.P.P, n’est rien d’autre que l’exploitation des opportunités publiques au profit d’intérêts individuels. Vous ne faites pas l’apologie du mérite de l’individu par l’imagination, l’entreprenariat et le travail mais bien plus l’encouragement de la médiocrité et de la magouille.

Mr I.O.G vous êtes un homme aveuglé par le pouvoir dont toute la vie n’a été qu’un mirage et un rêve poursuivis à pas pressés, sans réflexion ni discernement et qui l’a conclue en parfait despote.

Depuis des années vous cherchez le chemin de l’argent. Vous croyez que la meilleure manière de rester au pouvoir est d’acheter les gens, ayant constaté que le Djiboutien aimait l’argent facile. Vous entretenez une cour stérile et cet amour intéressé qu’on vous manifeste.

Mr I.O.G, JE VOUDRAIS VOUS SUGGEREZ :

DE 2009 à 2011, de mettre en place un gouvernement de transition dont le rôle serait :
1) Surmonter la crise que traverse Djibouti
2) Agir sur les établissements bancaires pour leur participation au financement de l’économie, de façon effective.
3) Réunir les partis politiques et la société civile active pour surmonter tous les conflits politiques dans une communion nationale.
4) Réviser le fichier électoral.
5) Élaborer une révision de la constitution pour éviter dans l’avenir les tripatouillages et les coups de force d’une majorité parlementaire inconsciente, ou la tyrannie d’un despote.
6) Mettre un calendrier électoral.
7) Prendre les mesures nécessaires pour apporter à la population l’assistance à sa survie.
8) Assurer en 2011 des élections libres et transparentes sur la base d’un consensus national, en évitant de privilégier les solutions imposées par le R.P.P. et ses alliés.

Il serait souhaitable que dans cette période de transition, le chef de l’État collabore avec tous les partenaires politiques de la vie Djiboutienne

Il est clair que cette solution exclut la passation monarchique du pouvoir à tout descendant, légitime ou putatif. En se mettant au dessus de la mêlée pour permettre au Djibouti de passer le cap de 2011 sans dégâts.

Mr I.O.G les nuages qui s’amoncellent aujourd’hui au dessus des têtes des Djiboutiens sont striés de sang ; faites Mr I.O.G qu’ils se transforment en pluie nourricière et non en ouragan dévastateur qui plongerait le Djibouti dans la tourmente et le désordre, comme le syndrome Somalien.

REFLECHISSEZ IL N’EST PAS TROP TARD….

HASSAN ADEN
CANADA.

09/04/09 (B493) Un lecteur se demande si le régime djiboutien de Guelleh ne viserait pas un titre de champion du monde : celui du pays qui abrite et protège le plus grand nombre de délinquants en fuite … ?

On savait déjà qu’il y avait déjà deux délinquants notoires « en fuite » (en attendant maintenant le verdict de la Cour d’Appel de Versailles), qui coule des jours heureux à Djibouti, « immunisés » grâce à Guelleh. Il s’agit d’Hassan Saïd et de Djama Souleiman qui se sont soustraits volontairement à la justice française… et qui ont déjà été condamnés en première instance à des peines de prison ferme …

Notre correspondant nous signale un autre cas :(mais nous savons tous que les Palais de l’Escale de d’Haramous abritent et protègent d’autres délinquants qui pourraient être recherchés dans l’avenir, par des juges …)

Djibouti, est-elle devenue un refuge pour les criminels ?

Le criminel Mahamoud Abdillahi Issa dit Sangub  recherché aux USA, vit et travaille actuellement pour le gouvernement de Djibouti.


 


Voici la vidéo sur youtube et diffusée aux Etats-Unis.


 


Lien avec Youtube

_____________________________________
Ci- dessous, un article du Minnesota Monitor. (En Anglais)

Hennepin County authorities on Tuesday filed another complaint against Mahamud Abdullahi Isse, who in June failed to show up for a child molestation charges against him. Minnesota Monitor first reported the 72-year-old’s disappearance, and last week we were first to report that he was spotted on a video clip shot in the Republic of Djibouti, a tiny country just north of Somalia. A respected poet and a playwright, Isse was performing at a mass wedding ceremony in Djibouti, his native country, in late June.

Authorities said they will continue to hunt for him, and will bring him to Minnesota if he’s apprehended. Isse is the oldest person in the history of Hennepin County’s most-wanted list, according to authorities.

Now on Most-Wanted List, Fugitive Playwright Spotted on Video
by: Abdi Aynte

For most Somalis, Mahamud Abdullahi Isse is a highly regarded poet and playwright, but for the law enforcement community in Hennepin County, he’s a child molester and fugitive. He is now among the most-wanted people in the county — and was recently spotted on a wedding video in Djibouti.
Minnesota Monitor first reported Isse’s disappearance in June.

The 72-year-old, who’s now the oldest person on Minnesota’s Top 10 Most Wanted list, was charged last January with first-degree criminal sexual conduct. According to a complaint filed in Hennepin County District Court, the alleged incident took place in 1995. The victim, who is now 21, was staying at a relative’s house where Isse frequently visited and fondled her, according to the complaint. She regarded him as an « uncle. »

The victim, who moved to Washington state in 1997, was in Minneapolis in January last year for a visit when she ran into Isse at the Village Market, a large Somali mall in south Minneapolis. The complaint said that Isse gave her his phone number and said he wanted to see her again.

She recorded their phone conversations, in which he allegedly admits having sex with her when she was 10.

Widely known as Sangub, he missed two court dates in June. A judge doubled his bail to $300,000.