Articles

06/04/09 (B493) ALERTE ROUGE : mobilisation internationale. Les sections de l’UIDH se mobilisent pour apporter leur soutien à Jean-Paul Noël Abdi.

_______________________________ ONDH (Sénégal)

Monsieur le Président, Cher Abdi,

Nous avons reçu l’information et espérons que les Autorités de votre pays se feront le devoir de vous laisser continuer votre noble mission pour votre pays, l’Afrique et le monde.

Nous appuyons la prise de position de l’UIDH sous la plume de Monsieur le Président Koné et demandons à toutes les sections d’en faire autant comme vient de le faire notre ami Emmanuel Safari et Badié.

Salutations distinguées

Djibril BADIANE / ONDH
Secrétaire aux Relations Extérieures

_______________________________ ANDDH (Niger)

Camarade Abdi,

Je me joins au message de notre Président Maître Koné.

Vous avez le soutien de tous les militants des droits de l’homme du Niger.

Aucune arrestation, aucune menace, n’ébranlera notre engagement à oeuvre pour la potection et la protection des droits d el’homme dans nos différents pays.

Chaque interpellation viendra nous rappeler que nous sommes sur la voie de la vérité, de l’objectivité et sur les sentiers luminuex de la liberté.

Dr Badié HIMA
Vice Président de l’ANDDH/Niger
Coordonnateur de Convergence Citoyenne

05/04/09 (B493) SOCEPP : communiqué en Anglais pour dénoncer la traite des enfants en particulier les petites filles en Ethiopie et la passivité de la Police à l’égard de ces crimes monstrueux. Le SOCEPP appelle tous les étrangers qui ont des intérêts dans ce traffic à cesser immédiatement. // KIDNAPPING OF CHILDREN FOR SALE INCREASES

APRIL 4/2009

Reliable reports from Addis Ababa reveal that in the last few months the number of young girls being kidnapped from private schools and the number of children being snatched by groups of men travelling in vans has increased. The police are denying his is taking place though some schools like Gelan number 2 have reported that four young girls have been kidnapped in the last two month alone.

The children are reportedly being snatched by gangs linked to high echelon officials who are running a child for sale racket. The kidnapped children are being sold for adoption by foreigners. Instead of going through the usual adoption process, which is by itself derisory, the gangs assure that a child is available and the necessary papers ready within a short delay for a “reasonable price”. The police who have been informed of the racket have chosen o deny such a crime is taking place.

SOCDEPP calls on foreigners engaged in this illegal action to stop collaborating with criminals and committing crimes against the children. The traffic of young girls to a life of prostitution or sale for paedophile tourists must also be condemned and stopped. The regime, whose officials are behind the illegal actions and kidnappings must be condemned and forced to stop.

INJUSTICE ANYWHERE IS INJUSTICE EVERYWHERE
SOCEPP, POSTFACH 51213, BERLIN 13372,GERMANY
SOCEPP, 30 RIGA COVE, WINNIPEG,MB R2P 2Z7,CANADA
E MAIL: SOCEPP @AOL.COM
WEB SITE: WWW.SOCEPP.DE

 

05/04/09 (B493) ALERTE ROUGE / Jean-Paul Noël Abdi : liberté provisoire, interdiction de sortie du territoire et obligation de pointer tous les jeudis au Tribunal.

Après une nuit de garde à vue à la Gendarmerie, Jean-Paul Noël Abdi, Président de la LDDH a été jugé ce matin en comparution immédiate au Tribunal de Djibouti. Il est ressorti libre du tribunal, mais avec un contrôle judiciaire.

On lui reproche « des injures envers la Cour ». Ce qui n’est pas le cas.

On se souvient que
Jean-Paul Noël Abdi s’était exprimé simplement sur le jugement du Père Sandro de Pretis, en estimant que les preuves présentées au Tribunal n’avaient pas de consistance et que le jugement semblait être « sur mesure » puisqu’il le condamnait à de la prison, dont une période de sursis, spécialement calculée au jour près, afin de justifier a posteriori des mois de détention préventive et arbitraire.

Le Tribunal a prononcé ce dimanche matin, la liberté conditionnelle pour injures envers la cours. Cette mesure est assortie d’une interdiction de sortie du territoire et de l’obligation de se présenter au Tribunal tous les jeudis « pour pointer ».

(A suivre)

05/04/09 (B493) ALERTE ROUGE : Texte de la lettre que le GED vient d’adresser au Commissaire européen aux Droits de l’Homme à Strasbourg.

 

Bruxelles, le dimanche 5 avril 2009

A Monsieur Thomas Hammarberg
Commissaire européen en charge
des Droits de l’Homme
Conseil de l’Europe
F-67075 Strasbourg Cedex
FRANCE

Objet : harcèlement du Président de la LDDH à Djibouti
par le régime de M. Ismaël Omar Guelleh

Envoi par fax : + 33 (0)3 90 21 50 53

Monsieur le Commissaire,

Aussitôt après avoir été informés de l’arrestation de Monsieur Jean-Paul Noël Abdi à son domicile, samedi 4 avril, les responsables du Gouvernement en Exil se sont réunis pour analyser la situation.

En tant que Défenseur des Droits de l’Homme et de Président de la LDDH (Ligue Djiboutienne des Droits de l’Homme), Monsieur Abdi est régulièrement arrêté, incarcéré et condamné à des peines de prison, sur des fondements qui ne sont absolument pas étayés et avec le recours parfois à de faux témoignages.

Pourtant, les communiqués et les informations diffusées par Monsieur Abdi sont toujours précis et mesurés. Quand il dénonce un état de fait ou un abus, il prend toujours la peine d’écrire au Président, au Ministre ou au Responsable concerné pour lui demander de mettre un terme au dysfonctionnement.

Selon les informations dont nous disposons, Jean-Paul Noël Abdi devrait être conduit au Tribunal ce dimanche 5 avril, pour être présenté au Parquet et probablement condamné ou convoqué pour une nouvelle audience.

Bien que les informations dont nous disposons soient encore imprécises, il semble que les faits qui sont officiellement reprochés à Monsieur Abdi concernent le compte-rendu qu’il a fait de la condamnation « irréaliste » et « sans aucune preuve » du Père Sandro de Pretis, un prêtre catholique de nationalité italienne qui a consacré son séjour à Djibouti aux enfants malades et démunis. Sur place, les populations concernées reconnaissent la qualité de l’action de ce prêtre en faveur de ces enfants. Le motif serait « injures envers la Cour ».

Dès samedi, l’ARDHD (Association pour le Respect des Droits de l’Homme à Djibouti) et la FIDH (à laquelle la LDDH est affiliée) ont publié des communiqués et des alertes (cf ci-joint, en annexe). L’Association SURVIE nous a fait savoir qu’elle suivait le dossier avec attention

Nous vous soumettons ce nouveau cas avéré de Violations des Droits de l’Homme à Djibouti par le régime totalitaire de Monsieur Ismaël Omar Guelleh pour que vous puissiez intervenir à la fois au sein de l’Union européenne et auprès du Gouvernement djiboutien, pour faire cesser le harcèlement des Défenseurs des Droits de l’Homme.

Restant à votre disposition pour vous apporter toutes les informations qui vous seraient utiles, nous vous prions de croire, Monsieur le Commissaire, à l’assurance de notre plus haute considération.

Pour le Président
Mahamoud Ahmed Idriss

le porte-parole du GED
Mohamed Saleh Alhoumékani

 

P.J. Communiqué et alertes :
– ARDHD
– FIDH

05/04/09 (B493) Journal de la Flibuste …. Un porte-conteneurs allemand arraisonné par les pirates. (2 articles en Français)

_________________________ 2 – Romandie News (Ch) avec AFP

Des pirates somaliens s’emparent d’un navire allemand dans l’océan Indien

Des pirates somaliens ont capturé un porte-conteneur allemand de 20.000 tonnes dans l’océan Indien, a indiqué dimanche un responsable maritime basé au Kenya.

« Le navire a été capturé hier (samedi) en pleine de mer, à environ 400 milles nautiques de la côte somalienne, entre le Kenya et les Seychelles », a déclaré Andrew Mwangura, responsable de la branche est-africaine d’un programme d’assistance aux marins basé au Kenya.

Il a estimé à 24 le nombre de membres de l’équipage à bord du bateau.

Les attaques contre des navires au large de la Somalie et dans le Golfe d’Aden, une des routes maritimes les plus fréquentées au monde, avaient diminué récemment en raison de l’augmentation des patrouilles navales.

Mais certains groupes de pirates n’hésitent plus à s’aventurer en haute mer pour cibler des bateaux, loin des corridors protégés.

Les pirates somaliens ont attaqué plus de 130 navires marchands au large de la Somalie l’an dernier, une hausse de plus de 200% par rapport à 2007, selon les chiffres du Bureau maritime international.

Face à cette recrudescence spectaculaire des attaques, de nombreux pays ont dépêché des navires de guerre au large de la Somalie, qui a sombré dans le chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991.

_______________________________________ 1 – JDD

Somalie: Un navire allemand détourné

Des pirates somaliens ont pris le contrôle samedi d’un porte-conteneurs allemand de 20 000 tonnes.

Selon Andrew Mwangura, responsable du Programme d’assistance aux marins d’Afrique orientale, l’attaque s’est produite à environ 400 milles nautiques du port somalien de Kismayu, entre les Seychelles et le Kenya.

« Nous pensons qu’il y a 24 membres d’équipage à bord. Nous tentons de connaître leur identité et le nom du navire », a-t-il déclaré à Reuters par téléphone.

04/04/09 (B493) ALERTE ROUGE : communiqué de la FIDH au sujet de l’arrestation de Jean-Paul Noël ABDI

___________________________________________________

Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)

—————————————————————————–

COMMUNIQUÉ

Djibouti : La FIDH réclame la libération du président
de son organisation membre à Djibouti

Paris, le 4 avril 2009 – La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) réunie en Bureau international (BI) du 3 au 5 avril 2009 condamne l’arrestation M. Jean-Paul Noël ABDI, président de son organisation membre à Djibouti, la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) et réclame sa remise en liberté immédiate.

Ce matin, le 4 avril 2009, M. Jean-Paul Noël ABDI, a de nouveau (*1) été arrêté dans le centre-ville de la capitale de Djibouti, par des éléments du Service de recherche et de documentation (SRB) de la gendarmerie nationale et a été emmené à la Brigade Nord de la gendarmerie de Djibouti avant d’être placé en garde à vue.

Il doit être déféré devant le parquet demain dimanche 5 avril 2009, probablement selon la procédure de flagrant délit qui permet la comparution immédiate et la probable condamnation et incarcération du mis en cause. La FIDH dénonce l’utilisation d’une telle procédure, notamment dans le cadre d’atteintes aux libertés de presse et d’expression, en ce qu’elle ne vise qu’à condamner de manière expéditive la personne visée.

Selon les premières informations, un mandat d’arrêt aurait été délivré à son encontre pour « injures publiques à l’autorité judiciaire » (*2) pour avoir, dans une note d’information en date du 26 mars 2009, dénoncé les graves manquements de la justice djboutienne et en particulier son absence d’indépendance, illustré par la non-motivation et la non-rédaction de certains jugements et décisions de justice en particulier dans les procès sensibles comme celui du père Sandro (*3).

Cette nouvelle arrestation intervient dans un contexte socio-politique tendu. Dans la perspective du 9 avril 2009, dixième anniversaire de l’arrivée au pouvoir du président Guelleh, l’arrestation de M. Jean-Paul Noël Abdi, constitue une mesure de contrôle de la société civile indépendante et démontre que les autorités djiboutiennes veulent faire taire toute voix contestataire à Djibouti.

Alors que l’élection présidentielle d’avril 2005 n’avait vu que la candidature unique du président Guelleh et que son mandat arrive à son terme en 2011, le parti au pouvoir a solennellement demandé le 4 mars 2009, au président de modifier la constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat présidentiel consécutif.

« La FIDH condamne cette énième arrestation de Jean-Paul Noël Abdi et comme à chaque fois, les accusations ne sont que des prétextes à la criminalisation des défenseurs des droits de l’Homme. Les autorités djiboutiennes doivent libérer immédiatement M. Abdi » a déclaré la présidente de la FIDH, Mme Souhayr Belhassen avec les 21 autres membres du Bureau international de la FIDH réunis à Paris jusqu’au 5 avril 2009.

(*1) Depuis 2007, jean-Paul Noël Abdi a fait l’objet de nombreuses arrestations, convocations et détentions. Voir les communiqués de la FIDH et les appels urgents de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme; http://www.fidh.org/-Djibouti,63-#pagination_derniers_articles

(*2) Si une telle incrimination est retenue, il risque selon les articles 430 et 432 du Code pénal djiboutien, 1 an d’emprisonnement et 500 000 Francs djiboutien.

(*3) Ce prêtre catholique italien, Sandro De Pretis, était incarcéré en détention préventive à Djibouti depuis le 28 octobre 2007 sous l’accusation de recel et diffusion d’images pédopornographiques. Il a été condamné le 26 mars 2009 à 5 mois d’emprisonnement dont trois mois et quatre jours de prison ferme.

La LDDH a toujours considéré qu’il s’agissait d’accusations montés de toutes pièces et avait constaté de nombreuses irrégularités de procédures.

Le procureur de la République de Djibouti, qui a demandé cette arrestation, est lui-même l’objet d’un mandat d’arrêt de la part du gouvernement français qui l’accuse de «subornation de témoins» dans l’affaire Borrel.

Voir http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+E-2008-0829+0+DOC+XML+V0//FR

_________________________________________

Contacts :
Gaël Grilhot
Responsable du service de presse – Press office Director
Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
International Federation for Human Rights (FIDH)
+33-1 43 55 90 19 – +33-6 72 284 294
ggrilhot@fidh.org
http://www.fidh.org –

04/04/09 (B493) ALERTE ROUGE : Jean-Paul Noël ABDI, Président de la LDDH a été arrêté ce matin et conduit dans les locaux de la Gendarmerie.

Selon les informations dont nous disposons, Jean-Paul Noël ABDI a été arrêté à son domicile ce matin et placé en garde à vue dans les locaux de la Gendarmerie. Il devrait être déféré demain dimanche devant le Parquet.

Rappelons que le régime dictatorial et sanguinaire de Guelleh a coutume de harceler les citoyens djiboutiens et en particulier Jean-Paul Noël ABDI qui préside la Ligue Djiboutienne de Défenses des Droits Humains (LDDH). Régulièrement il est harcelé par la Police, sous des motifs divers, qui cache le fait que son action en faveur des Droits de l’Homme n’est probablement pas supportable pour un tyran.

Rappelons que Jean-Paul Noël Abdi effectue un travail remarquable à Djibouti et qu’il agit toujours avec précision et sans excés. Ses communiqués sont mesurés et s’il dénonce un état de fait, il prend toujours la peine d’écrire au Ministre ou au responsable concerné pour lui poser des questions et lui suggérer de corriger le dysfonctionnement.

A l’heure actuelle, nous n’en savons pas plus, mais nous publierons des informations complémentaires dès que nous les recevrons. Dès demain, nous mettrons en application les procédures spéciales d’information, selon notre programme Alerte rouge.

04/04/09 (B493) Radio-Trottoir. La suite des aventures de Bandit et de sa troupe. (Lecteur)

Le bétail à exporter à partir de Djibouti : un commerce lucratif aux mains de deux privilégiés qui savent « graisser les bonnes pattes. »


Humour par Roger Picon
Bandit (IOG) a donné au Yéménite Nasser, l’exclusivité de la gestion et l’exportation du bétail à partir du Centre de Damerjog.

Il est le seul a pouvoir autoriser ou non l’entrèe des bêtes dans le Centre. Il a déjà acheté trois ministres (Commerce, Transport et Elevage). En plus, il graisse la patte du Ministre de l’Elevage qui n’est autre que l’ancien directeur de l’ONED et surtout qui est le beau frère d’IOG.

Le transport des animaux est assuré par un autre mamassan (un jeune loup) qui travaille aussi à l’EDD. Ce dernier a l’exclusivité absolue du transport du bétail entre le port et le Centre.

Comme on dit chez nous « Cela s’appelle manger en famille … « 

Le Yéménite sait acheter les bêtes à vil prix. Il n’y a pas meilleur que lui !!!

Quand un vendeur arrive avec 1.000 bêtes saines (par exemple) le Yéménite, avec la complicité du Ministre, leur interdit l’entrée au Centre au motif de précautions sanitaires … Les bêtes sont alors « promenés » en camion. Quand elles ont bien « galéré », le Yéménite propose de les racheter à prix cassé. Le propriétaire qui espérait 48 US$ est contraint de les céder entre 30 et 35 US$ … Tout profit pour le Yéménite !

Certains somaliens avaient investi jusqu’à un million de dollars et au final, ils se sont fait escroquer part la bande de Bandit.

Par ailleurs, depuis décembre 2008, l’Arabie saoudite a renvoyé quatrs bateaux avec 12.000 betes chacun. A chaque fois, ce sont les proprietaires qui payent les degats.

Pourquoi ?

Parce que les Saoudiens estimeraient que les conditions d’exportation ne respectent pas les critères sanitaires, etc.. Le petit trafic des animaux va-t-il s’arrêter à cause de la mauvaise gestion qui préside à l’ensemble de la chaîne. La corruption va-t-elle tuer aussi cette activité ??