Articles

04/04/09 (B493) ALERTE ROUGE : communiqué de la FIDH au sujet de l’arrestation de Jean-Paul Noël ABDI

___________________________________________________

Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)

—————————————————————————–

COMMUNIQUÉ

Djibouti : La FIDH réclame la libération du président
de son organisation membre à Djibouti

Paris, le 4 avril 2009 – La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) réunie en Bureau international (BI) du 3 au 5 avril 2009 condamne l’arrestation M. Jean-Paul Noël ABDI, président de son organisation membre à Djibouti, la Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH) et réclame sa remise en liberté immédiate.

Ce matin, le 4 avril 2009, M. Jean-Paul Noël ABDI, a de nouveau (*1) été arrêté dans le centre-ville de la capitale de Djibouti, par des éléments du Service de recherche et de documentation (SRB) de la gendarmerie nationale et a été emmené à la Brigade Nord de la gendarmerie de Djibouti avant d’être placé en garde à vue.

Il doit être déféré devant le parquet demain dimanche 5 avril 2009, probablement selon la procédure de flagrant délit qui permet la comparution immédiate et la probable condamnation et incarcération du mis en cause. La FIDH dénonce l’utilisation d’une telle procédure, notamment dans le cadre d’atteintes aux libertés de presse et d’expression, en ce qu’elle ne vise qu’à condamner de manière expéditive la personne visée.

Selon les premières informations, un mandat d’arrêt aurait été délivré à son encontre pour « injures publiques à l’autorité judiciaire » (*2) pour avoir, dans une note d’information en date du 26 mars 2009, dénoncé les graves manquements de la justice djboutienne et en particulier son absence d’indépendance, illustré par la non-motivation et la non-rédaction de certains jugements et décisions de justice en particulier dans les procès sensibles comme celui du père Sandro (*3).

Cette nouvelle arrestation intervient dans un contexte socio-politique tendu. Dans la perspective du 9 avril 2009, dixième anniversaire de l’arrivée au pouvoir du président Guelleh, l’arrestation de M. Jean-Paul Noël Abdi, constitue une mesure de contrôle de la société civile indépendante et démontre que les autorités djiboutiennes veulent faire taire toute voix contestataire à Djibouti.

Alors que l’élection présidentielle d’avril 2005 n’avait vu que la candidature unique du président Guelleh et que son mandat arrive à son terme en 2011, le parti au pouvoir a solennellement demandé le 4 mars 2009, au président de modifier la constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat présidentiel consécutif.

« La FIDH condamne cette énième arrestation de Jean-Paul Noël Abdi et comme à chaque fois, les accusations ne sont que des prétextes à la criminalisation des défenseurs des droits de l’Homme. Les autorités djiboutiennes doivent libérer immédiatement M. Abdi » a déclaré la présidente de la FIDH, Mme Souhayr Belhassen avec les 21 autres membres du Bureau international de la FIDH réunis à Paris jusqu’au 5 avril 2009.

(*1) Depuis 2007, jean-Paul Noël Abdi a fait l’objet de nombreuses arrestations, convocations et détentions. Voir les communiqués de la FIDH et les appels urgents de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme; http://www.fidh.org/-Djibouti,63-#pagination_derniers_articles

(*2) Si une telle incrimination est retenue, il risque selon les articles 430 et 432 du Code pénal djiboutien, 1 an d’emprisonnement et 500 000 Francs djiboutien.

(*3) Ce prêtre catholique italien, Sandro De Pretis, était incarcéré en détention préventive à Djibouti depuis le 28 octobre 2007 sous l’accusation de recel et diffusion d’images pédopornographiques. Il a été condamné le 26 mars 2009 à 5 mois d’emprisonnement dont trois mois et quatre jours de prison ferme.

La LDDH a toujours considéré qu’il s’agissait d’accusations montés de toutes pièces et avait constaté de nombreuses irrégularités de procédures.

Le procureur de la République de Djibouti, qui a demandé cette arrestation, est lui-même l’objet d’un mandat d’arrêt de la part du gouvernement français qui l’accuse de «subornation de témoins» dans l’affaire Borrel.

Voir http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+WQ+E-2008-0829+0+DOC+XML+V0//FR

_________________________________________

Contacts :
Gaël Grilhot
Responsable du service de presse – Press office Director
Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
International Federation for Human Rights (FIDH)
+33-1 43 55 90 19 – +33-6 72 284 294
ggrilhot@fidh.org
http://www.fidh.org –

04/04/09 (B493) ALERTE ROUGE : Jean-Paul Noël ABDI, Président de la LDDH a été arrêté ce matin et conduit dans les locaux de la Gendarmerie.

Selon les informations dont nous disposons, Jean-Paul Noël ABDI a été arrêté à son domicile ce matin et placé en garde à vue dans les locaux de la Gendarmerie. Il devrait être déféré demain dimanche devant le Parquet.

Rappelons que le régime dictatorial et sanguinaire de Guelleh a coutume de harceler les citoyens djiboutiens et en particulier Jean-Paul Noël ABDI qui préside la Ligue Djiboutienne de Défenses des Droits Humains (LDDH). Régulièrement il est harcelé par la Police, sous des motifs divers, qui cache le fait que son action en faveur des Droits de l’Homme n’est probablement pas supportable pour un tyran.

Rappelons que Jean-Paul Noël Abdi effectue un travail remarquable à Djibouti et qu’il agit toujours avec précision et sans excés. Ses communiqués sont mesurés et s’il dénonce un état de fait, il prend toujours la peine d’écrire au Ministre ou au responsable concerné pour lui poser des questions et lui suggérer de corriger le dysfonctionnement.

A l’heure actuelle, nous n’en savons pas plus, mais nous publierons des informations complémentaires dès que nous les recevrons. Dès demain, nous mettrons en application les procédures spéciales d’information, selon notre programme Alerte rouge.

04/04/09 (B493) Radio-Trottoir. La suite des aventures de Bandit et de sa troupe. (Lecteur)

Le bétail à exporter à partir de Djibouti : un commerce lucratif aux mains de deux privilégiés qui savent « graisser les bonnes pattes. »


Humour par Roger Picon
Bandit (IOG) a donné au Yéménite Nasser, l’exclusivité de la gestion et l’exportation du bétail à partir du Centre de Damerjog.

Il est le seul a pouvoir autoriser ou non l’entrèe des bêtes dans le Centre. Il a déjà acheté trois ministres (Commerce, Transport et Elevage). En plus, il graisse la patte du Ministre de l’Elevage qui n’est autre que l’ancien directeur de l’ONED et surtout qui est le beau frère d’IOG.

Le transport des animaux est assuré par un autre mamassan (un jeune loup) qui travaille aussi à l’EDD. Ce dernier a l’exclusivité absolue du transport du bétail entre le port et le Centre.

Comme on dit chez nous « Cela s’appelle manger en famille … « 

Le Yéménite sait acheter les bêtes à vil prix. Il n’y a pas meilleur que lui !!!

Quand un vendeur arrive avec 1.000 bêtes saines (par exemple) le Yéménite, avec la complicité du Ministre, leur interdit l’entrée au Centre au motif de précautions sanitaires … Les bêtes sont alors « promenés » en camion. Quand elles ont bien « galéré », le Yéménite propose de les racheter à prix cassé. Le propriétaire qui espérait 48 US$ est contraint de les céder entre 30 et 35 US$ … Tout profit pour le Yéménite !

Certains somaliens avaient investi jusqu’à un million de dollars et au final, ils se sont fait escroquer part la bande de Bandit.

Par ailleurs, depuis décembre 2008, l’Arabie saoudite a renvoyé quatrs bateaux avec 12.000 betes chacun. A chaque fois, ce sont les proprietaires qui payent les degats.

Pourquoi ?

Parce que les Saoudiens estimeraient que les conditions d’exportation ne respectent pas les critères sanitaires, etc.. Le petit trafic des animaux va-t-il s’arrêter à cause de la mauvaise gestion qui préside à l’ensemble de la chaîne. La corruption va-t-elle tuer aussi cette activité ??

03/04/09 (B493) A lire sur LOI cette semaine … (6 alertes)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 04/04/2009
DJIBOUTI – Djibouti
Suite à notre information (LOI nº1258) selon laquelle il avait eu un petit accrochage verbal avec David Kassar lors de la récente mission commerciale française à Djibouti, le sénateur Louis Duvernois a adressé un courriel à La Lettre de l’Océan Indien , le 26 mars. (…)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 04/04/2009
DJIBOUTI – Caddell Construction
Le coup d’envoi a été donné, la semaine passée, au chantier de construction d’une nouvelle ambassade des Etats-Unis dans la zone d’Haramous à Djibouti. (…)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 04/04/2009
DJIBOUTI – Djibouti Steel Engineering
L’homme d’affaires français d’origine corse basé à Djibouti, Alain Romani , a créé, début mars, une nouvelle société de conseil sous le nom de Djibouti Steel Engineering . (…)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 04/04/2009
DJIBOUTI – La sécurité maritime sous contrôle
Les ambassades de Djibouti dans divers pays occidentaux et asiatiques ont été assaillies, fin 2008, de demandes d’agrément émanant de sociétés privées qui souhaitent utiliser ce pays comme base arrière pour leurs contrats de protection des navires commerciaux au large des côtes somaliennes. (…)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 04/04/2009
DJIBOUTI – Maple Indian Ocean Resources
La société américaine Maple Indian Ocean Resources (MIOR) vient de signer avec l’ Electricité de Djibouti (EDD) un protocole d’accord en vue de la construction d’une centrale éolienne et solaire d’une capacité de 40 MW, pour un investissement initial estimé à 200 millions $. (…)

LA LETTRE DE L’OCEAN INDIEN – 04/04/2009
Des diplomates somaliens à Nairobi sont des roublards
Les diplomates de l’ambassade de Somalie au Kenya ont une manière bien à eux d’arrondir leurs fins de mois. (…)