Articles

04/06/10 (B554) La résistance dans le Nord (1 article)

______________________________ 1 – HNS Info

Djibouti : les combattants du FRUD affrontent l’Armée djiboutienne au Nord du pays

Suite à l’incursion des éléments de l’Armée Gouvernementale stationnée à Margoïta (Nord Ouest du District de Tadjourah) vers des zones contrôlées par le Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie (F.R.U.D), les combattants ont repoussé les assaillants jusque dans leur camp qu’ils ont par la suite attaqué durant 3 heures, le 19 mai 2010.

Bilan : pertes importantes de l’Armée (3 morts et une douzaine de blessés). Une partie du camp de l’armée a été détruit. Le F.R.U.D ne déplore aucune victime, mais l’Armée comme à son habitude s’est vengée sur les civils innocents d’après un communiqué officiel parvenu à Alwihda.

Cet affrontement fait suite à une série de ratissages et d’exactions contre les civils (tortures, arrestations, expulsions et bannissements des quelques 300 citoyens et de nombreuses violences à l’encontre des femmes de cette région) selon Hassan Mokbel, Responsable des relations extérieures du FRUD.

C’est d’ailleurs en intervenant contre trois soldats qui tentaient de violer une femme enceinte que le combattant Mohamed Ahmed a été encerclé et arrêté le 1er Mai 2010 en compagnie de deux autres personnes.

Une section spéciale de l’Armée en partie composée de mercenaires, originaires de la Somalie (entraînés et financés par la Communauté Internationale pour soutenir Cheik Cherif Cheik Ahmed, Président du Gouvernement de Transition de la Somalie) est chargée de sévir contre les civils de cette partie de la République de Djibouti.

02/06/10 (B554) SURVIE : compte-rendu du Forum du 29 mai à Aubervilliers. (par Laurence Dawidowicz)

Le XXVème Sommet des chefs d’État de France et d’Afrique se tiendra à Nice les 31 mai et 1er juin prochains. Il sera une nouvelle occasion pour la France de légitimer des chefs d’Etat souvent contestés et corrompus afin de préserver ses intérêts, notamment économiques, sur le continent.

Considérant que ce Sommet ne va en aucun cas aborder les questions cruciales pour le continent : promotion de la démocratie et des droits humains, lutte contre la corruption et contre le pillage des ressources naturelles, une vingtaine d’organisations des sociétés civiles françaises et africaines ont organisées un Forum citoyen France-Afrique avec pour objectif de promouvoir une politique de la France en Afrique plus responsable et transparente .

Les tables rondes organisées ce samedi 29 mai 2010 avaient notament pour thèmes :

  • Elections et démocratie en Afrique
  • Responsabilité sociale et environnementale des entreprises française en Afrique
  • Panorama des résistances des sociétés civiles en Afrique

Les interventions de la salle ont enrichies les débats des expériences des différents pays et partis représentés .

Je me suis personnellement réjouie de rencontrer et de pouvoir échanger avec les représentants de différents partis djiboutiens en diaspora, comme Ali Coubba président d’Uguta -Toosa, Mohamed Kadami président pour l’Europe du FRUD, Maki Houmedgaba représentant pour l’Europe de l’ARD qui se sont succédés.

D’autres pays ont vu hélas, dans le "pré-carré"français, des modifications de Constitution pour permettre à leur chef d’état de s’accaparer le pouvoir , hors de toute possibilité de transformation démocratique . Les contacts avec les membres des diaspora seront certainement utiles.

Le 13 juillet 2010 une manifestation co-organisée à Paris dira haut et fort son refus de voir défiler pour le 14 juillet les troupes des armées africaines plus souvent utilisées pour la répression de leur population que pour la défense de leurs frontières.

Nul doute que la société civile et les partis djiboutien seront présents !

04/06/10 (B554) Le Journal de la Flibuste (3 articles)

___________________________ 3 – RTL Info

Un cargo panaméen libéré des pirates par les forces de sécurité du Puntland

Les forces de sécurité de la région semi-autonome du Puntland, dans le nord de la Somalie, ont libéré jeudi par la force un cargo panaméen, capturé la veille par les pirates et dont le capitaine a été tué au cours de l’opération, a-t-on appris de sources concordantes.

Les forces de sécurité de la région semi-autonome du Puntland, dans le nord de la Somalie, ont libéré jeudi par la force un cargo panaméen, capturé la veille par les pirates et dont le capitaine a été tué au cours de l’opération, a-t-on appris de sources concordantes.

"Nos forces ont libéré le bateau que les pirates ont refusé d’abandonner malgré nos avertissements avant le raid", a indiqué à l’AFP le colonel Mohamed Ali Jama, des forces de sécurité du Puntland, interrogé au téléphone depuis Mogadiscio. "Les pirates ont cependant tué le capitaine pakistanais du navire, sept pirates ont été arrêtés au cours de l’opération", a précisé ce responsable. Le MV QSM Dubai, cargo de 15.220 tonnes avec à son bord un équipage de 24 marins de nationalités égyptienne, pakistanaise, bangladeshi et ghanéenne, avait été capturé mercredi par des pirates dans le golfe d’Aden.

Il se trouvait dans le couloir de navigation recommandé par la force anti-piraterie de l’UE lorsqu’il a été abordé par les pirates "Le bateau est libre maintenant et il fait route vers le port de Bossasso (au Puntland), selon M. Jama. Un autre responsable des forces de sécurité du Puntland, Said Adan, a confirmé l’incident, faisant état de deux blessés parmi les soldats.


___________________________ 2 – Le Télégramme

Somalie. Des pirates tués durant la rébellion de marins

Les marins d’un cargo libyen capturé par des pirates somaliens ont repris le contrôle de leur navire, hier, après une bataille avec leurs ravisseurs.

«Un des membres de l’équipage a été sérieusement blessé» durant la bataille et plusieurs pirates auraient été tués», a indiqué la force navale anti-piraterie de l’UE, Atalante. Le RIM, un petit cargo, avait été attaqué au large du Yémen, par une trentaine d’assaillants, le 3février dernier.

Fin mars, les pirates avaient exigé troismillions de dollars de rançon pour sa libération, menaçant dans le cas contraire d’exécuter l’équipage.

___________________________ 1 – JDD

Somalie: Un navire repris à des pirates

Des militaires du Puntland, région autonome de Somalie, ont donné l’assaut à un navire détourné par des pirates, qui ont tué le capitaine pendant l’opération, a annoncé jeudi un membre des autorités locales. "Nos troupes ont attaqué le bateau sous pavillon panaméen et ont pris les pirates à partie.

Un bref affrontement a eu lieu avant qu’ils ne prennent le dessus.

Nous avons arrêté sept pirates après qu’ils eurent tué le capitaine", a déclaré Mohamed Raage, ministre des Ports et du Transport maritime. Les pirates s’étaient emparés mercredi du QSM Dubai et de ses 24 membres d’équipage, provenant d’Egypte, du Pakistan, du Bangladesh et du Ghana, dans le golfe d’Aden.

04/06/10 (B554) Nouvelles de Somalie (4 articles en Français)

______________________ 4 – CasaFree

L’AMISOM assurera la formation de 500 agents de police somaliens
La mission de paix africaine en Somalie (AMISOM) a annoncé jeudi qu’elle procédera à la formation de 500 agents de police somaliennes dans le cadre de ses efforts visant à instaurer la paix dans ce pays, déchiré par la guerre depuis plus de 19 ans.

Cette annonce a été faite lors de la réunion consultative des pays contributeurs de troupes à AMISOM et des partenaires internationaux à la Somalie, qui a eu lieu mercredi à Addis-Abeba.



« Malgré les défis de sécurité en cours à Mogadiscio, des efforts sont consentis pour renforcer les capacités de la police somalienne », a déclaré l’AMISOM, ajoutant que dans le cadre de son mandat de formation, d’encadrement, de conseil, de suivi, de réforme et de restructuration, l’AMISOM a récemment déployé 34 officiers de police du Ghana, du Nigeria, du Sierra Leone et d’Ouganda dans la zone de la mission « .



Comptant près de 5.300 soldats ougandais et burundais, l’AMISOM intervient en soutien au gouvernement somalien de transition (TFG), dont l’autorité se limite à quelques quartiers de Mogadiscio, face aux insurgés islamistes d’Al Shebab et leurs alliés du Hezb al-Islam.



Le mandat de l’AMISOM, déployée en Somalie depuis mars 2007, a été renouvelé début janvier dernier, pour une période de 12 mois.



Plongée dans une guerre civile de près de 20 ans, la Somalie est le seul pays au monde, reconnu par l’ONU, qui ne dispose d’aucun pouvoir central effectif.



Dans un contexte de totale instabilité, les conditions de vie de la population sont difficiles et toute aide internationale se heurte à une insécurité généralisée. La Somalie est sans doute le pays où l’on vit le plus mal au monde aujourd’hui.



La Somalie continue à être l’une des crises humanitaires parmi les pires au monde, avec quelque 1,5 million de personnes déplacées et plus de 560.000 personnes vivant en tant que réfugiés dans les pays voisins.

______________________ 3 – Magazine over-blog

Somalie: offensive du gouvernement contre les rebelles shebab, 21 civils tués à Mogadiscio

Au moins 21 civils ont été tués jeudi à Mogadiscio, où les forces gouvernementales, appuyées par la force de paix africaine, ont attaqué des positions des insurgés islamistes shebab, a-t-on appris de sources concordantes.

Les affrontements se sont déroulés dans plusieurs quartiers de Mogadiscio, à la fois dans le sud et le nord de la capitale, a constaté le correspondant de l’AFP.

De nouvelles recrues du gouvernement de transition (TFG) récemment entraînées, appuyées par des engins blindés de la force de paix de l’Union africaine (Amisom), ont attaqué les positions des shebab, déclenchant de violents affrontements à l’arme légère et à l’arme lourde, dont de meurtriers tirs d’artillerie.

"Les forces du gouvernement ont avancé vers des bastions des terroristes (shebab) ce matin, ils ont pris le contrôle de plusieurs quartiers où les insurgés étaient installés. Beaucoup de leurs cadavres jonchent les rues, et les combats continuent en ce moment", a affirmé à l’AFP le colonel Ahmed Ibrahim, un responsable de la sécurité au sein du TFG.

"Les affrontements sont très violents aujourd’hui, les tirs d’artillerie et de mortiers ont touché de nombreux quartiers", a témoigné le responsable du service des ambulances de la capitale, Ali Muse.

"Nos ambulances ont collecté jusqu’à présent les cadavres de 16 civils et 59 blessés", a assuré M. Muse.

Duniya Ali, un responsable de l’hôpital Medina, l’un des principaux établissements hospitaliers de la capitale, a fait état pour sa part du décès de cinq des blessés admis dans la matinée.

Cette offensive des forces pro-TFG intervient une dizaine de jours après une avancée des shebab. Le 23 mai, à la faveur d’une violente attaque sur les positions gouvernementales, les shebab étaient parvenus à s’approcher à moins de deux kms de Villa Somalia, le palais présidentiel.

Ils avaient également progressé de plusieurs centaines de mètres dans les quartiers Shibis et Bondhere, au nord de la capitale, affirmant notamment avoir pris le contrôle de bâtiments abritant des activités des services de renseignement du TFG, et d’une colline stratégique surplombant le nord de la ville.

Comme à chaque poussée de violences dans la capitale somalienne en ruine, ravagée par vingt ans de guerre civile, ces combats avaient provoqué la fuite de centaines d’habitants, et la mort d’une quinzaine de civils, victimes des duels d’artillerie, tirs de mortiers et échanges à la mitrailleuse lourde.

L’avancée des combattants islamistes avait nécessité l’intervention urgente des soldats, ougandais et burundais de l’Amisom en appui aux forces pro-gouvernementales.

Le très fragile TFG a été créé en janvier 2009 et est depuis soutenu à bout de bras par la communauté internationale. Ce gouvernement n’est présent que dans une petite partie de Mogadiscio, avec l’appui de 6.000 soldats ougandais et burundais de l’Amisom déployés dans les zones stratégiques. La majorité de la ville est contrôlée par les insurgés islamistes, qui contrôlent tout le centre-sud de la Somalie.

Jeudi, il n’était pas possible à la mi-journée, en raison des combats en cours, de confirmer une éventuelle progression des soldats du TFG.

____________________________ 2 – L’Express avec Reuters

Affrontements meurtriers dans le nord de Mogadiscio

Des affrontements entre l’armée somalienne et des miliciens islamistes Al Chabaab ont fait onze morts dans un quartier nord de Mogadiscio, apprend-on de source médicale.

Les Chabaab (Jeunesses), proches d’Al Qaïda, cherchent à conserver le contrôle du nord de la capitale somalienne, ce qui leur permet de pilonner aisément le complexe du palais présidentiel, appelé Villa Somalia.

Les forces gouvernementales ne contrôlent qu’une petite partie de la ville et doivent se battre pour tenter de gagner du terrain dans le nord de Mogadiscio.

Selon cette source médicale, onze civils ont été tués et 48 autres blessés dans les combats de la matinée. La plupart des victimes vivent dans le quartier de Kaaran, théâtre de lourds échanges d’artillerie entre les deux camps.

Les affrontements, toujours d’après cette source, se poursuivent à l’heure actuelle et devraient faire de nouvelles victimes.

Selon la population, l’armée est appuyée par les soldats de la paix de l’Union africaine équipés de véhicules de transport blindés.

En mai, les Chabaab avaient affirmé s’être emparés de la Villa Somalia.

_____________________________ 1 – AFP

Somalie: offensive du gouvernement contre les rebelles shebab, 21 civils tués à Mogadiscio

Au moins 21 civils ont été tués jeudi à Mogadiscio, où les forces gouvernementales, appuyées par la force de paix africaine, ont attaqué des positions des insurgés islamistes shebab, a-t-on appris de sources concordantes.

Les affrontements se sont déroulés dans plusieurs quartiers de Mogadiscio, à la fois dans le sud et le nord de la capitale, a constaté le correspondant de l’AFP.

De nouvelles recrues du gouvernement de transition (TFG) récemment entraînées, appuyées par des engins blindés de la force de paix de l’Union africaine (Amisom), ont attaqué les positions des shebab, déclenchant de violents affrontements à l’arme légère et à l’arme lourde, dont de meurtriers tirs d’artillerie.

"Les forces du gouvernement ont avancé vers des bastions des terroristes (shebab) ce matin, ils ont pris le contrôle de plusieurs quartiers où les insurgés étaient installés. Beaucoup de leurs cadavres jonchent les rues, et les combats continuent en ce moment", a affirmé à l’AFP le colonel Ahmed Ibrahim, un responsable de la sécurité au sein du TFG.

"Les affrontements sont très violents aujourd’hui, les tirs d’artillerie et de mortiers ont touché de nombreux quartiers", a témoigné le responsable du service des ambulances de la capitale, Ali Muse.

"Nos ambulances ont collecté jusqu’à présent les cadavres de 16 civils et 59 blessés", a assuré M. Muse.

Duniya Ali, un responsable de l’hôpital Medina, l’un des principaux établissements hospitaliers de la capitale, a fait état pour sa part du décès de cinq des blessés admis dans la matinée.

Cette offensive des forces pro-TFG intervient une dizaine de jours après une avancée des shebab. Le 23 mai, à la faveur d’une violente attaque sur les positions gouvernementales, les shebab étaient parvenus à s’approcher à moins de deux kms de Villa Somalia, le palais présidentiel.

Ils avaient également progressé de plusieurs centaines de mètres dans les quartiers Shibis et Bondhere, au nord de la capitale, affirmant notamment avoir pris le contrôle de bâtiments abritant des activités des services de renseignement du TFG, et d’une colline stratégique surplombant le nord de la ville.

Comme à chaque poussée de violences dans la capitale somalienne en ruine, ravagée par vingt ans de guerre civile, ces combats avaient provoqué la fuite de centaines d’habitants, et la mort d’une quinzaine de civils, victimes des duels d’artillerie, tirs de mortiers et échanges à la mitrailleuse lourde.

L’avancée des combattants islamistes avait nécessité l’intervention urgente des soldats, ougandais et burundais de l’Amisom en appui aux forces pro-gouvernementales.

Le très fragile TFG a été créé en janvier 2009 et est depuis soutenu à bout de bras par la communauté internationale. Ce gouvernement n’est présent que dans une petite partie de Mogadiscio, avec l’appui de 6.000 soldats ougandais et burundais de l’Amisom déployés dans les zones stratégiques. La majorité de la ville est contrôlée par les insurgés islamistes, qui contrôlent tout le centre-sud de la Somalie.

Jeudi, il n’était pas possible à la mi-journée, en raison des combats en cours, de confirmer une éventuelle progression des soldats du TFG.

02/05/10 (B554) Forte mobilisation du peuple, le 28 mai à Hayabaley sous l’égide de l’UAD. (Compte-rendu publié par le site de l’ARD)

Compte rendu du meeting de l’UAD à Hayabaley : le Peuple répond présent
Meeting de l’UAD à Hayabaley :

Le Peuple répond PRESENT

C’est sans doute un des quartiers le plus peuplé de la capitale. Les habitants de ce quartier ont courageusement répondu présents dans l’unité à l’appel de l’UAD

Ils ont démontré avec force militante, le rejet de la dictature et surtout son obstination, son arrogance, pour affirmer haut et fort à mettre au régime dictatorial du RPP au pouvoir depuis l’indépendance. Hommes, femmes, enfants, ont démontré dans la fraternité et dans l’union que cette prémisse de mobilisation générale est une occasion d’écouter et de recevoir les instructions des actions futures des dirigeants de l’UAD qui s’étaient donnés rendez-vous à Hayabaley en ce vendredi saint après le succès de le meeting tenu par l’ARD à Wahlé-Daaba le vendredi passé.

Certes, cette population galvanisée venait de tous les quartiers lointains ou proches comme Wahlé-Daaba, Cheikh Osman, cité Hodane. Cette population imposante a par son nombre défié le pouvoir, car prévenue par l’U.D.J. de la tenue d’un meeting d’explication devant son annexe du quartier.

L’intimidation du régime a été un échec car l’afflux des manifestants, les artères principales reliant Hayabaley à la cité Hodane se sont noircies de monde transformant le meeting en une manifestation avec occupation des lieux bloquant tout le quartier sous l’œil vigilant du service d’ordre de l’U.A.D. des 17 h. Ce afin de permettre à cette marée humaine de suivre dans le calme les discours des dirigeants de l’U.A.D. tous présents et satisfaits de voir ce valeureux peuple remobilisé pour forcer son destin, vers une démocratie réelle.

Le peuple étant conscient de la médiocrité du régime RPP qui l’a dirigé par la force et la répression, sait aujourd’hui que seule l’unité peut permettre le changement qui lui a fait défaut jusqu’à ce jour.

Un changement se doit de venir par la rue et dans la capitale, chose que tout un chacun admet aujourd’hui, en disant en chœur : RPP dehors ! Vive la démocratie !

Avec l’approche du grand meeting de l’U.A.D. prévue à l’avenue Gamal Abd-El- Nasser, la mobilisation générale décrétée par l’U.A.D. prend l’allure d’une campagne électorale avant l’heure.

Satisfaits, les présidents des trois partis se concertent et décident de tenir une réunion dans les 48 heures pour réactualiser le calendrier et donner plus de vigueur à la campagne anti dictatoriale !!!

« Réalité » tiendra ses lecteurs informés des derniers développements d’une campagne de mobilisation générale qui a d’ores et déjà remplie ses promesses et gonflé l’espérance du peuple djiboutien !!!

La Rédaction (ARD),
le 28/05/2010

02/05/10 (B554) La chronique de nos correspondants au pays… qui relatent la mobilisation de l’UAD et de ses partis membres pour dénoncer la dictature, le 3ème mandat, l’augmentation du coût de la vie et les violations des droits de l’homme, commises par le régime.

Hier soir encore les hélicoptères étaient en mouvement, certainement mobilisés contre la résistance dans le Nord

__________________________________ (Jean-Paul Noël Abdi)

LETTRE DE SOLIDARITE A L’ARDHD

Dans tous les moments les plus difficiles vous aviez tous été à mes côtés, vos alertes rapides m’ont toujours libéré et je vous en suis reconnaissant.

Aujourd’hui les moments sont difficiles pour la majorité des Djiboutiens (nes), votre site nous manque pour dénoncer les crimes de tous les jours, les tortures morales imposées à la majorité des populations par un régime corrompu avec l’inflation et l’insécurité qui sont à leurs apogées.

Les denrées de premières nécessitées en l’espace de deux ans ont augmenté
1 kg de riz « bazareh » 300 FD au lieu de 160 FD
1 kg de sucre 160 FD au lieu de 6O FD
1 litre de « gas » ou pétrole lampante plus exactement kérosène pour les cuisinières des pauvres 170 FD au lieu de 60 FD
1 kg poisson 1200 FD au lieu 400 FD
1 kg de viande 1000 FD au lieu 500 FD
Un boîte 2500 GMS de lait 3000 FD au lieu 1500
1kg de farine pour faire les galettes de sorgho petit déjeuner traditionnel 100 FD au lieu de 40 FD

Actuellement plus de 60% de la population ne font qu’un repas par jour avec le nombre de chômeurs unique en Afrique et avec une population de 600 000 habitants sur tout le Territoire national.

En ce début d’été le manque d’eau généralisé va créer sans aucun doute la révolte des populations pauvres de la capitale qui ne peuvent pas se payer de l’eau minérale alors que certaines familles des Autorités prennent leur bain avec de l’eau minérale.

____________________________________ Farah Abadid Hildid

La peur est brisée …. !

Djibouti, le 1er Juin 2010

Farah Abadid Hildid
Membres de l’UAD
Défenseur individuel associé à la LDDH

Compte Rendu

La peur est brisée…
Mobilisation nationale organisée par l’UAD
continue imperturbablement son chemin.

Vendredi 21 mai 2010, s’est déroulée à Balbala à la Fédération MRD/UDJ une mobilisation nationale décrétée par nos dirigeants de l’UAD qui suit naturellement sa feuille de route consistant à combattre un régime usurpateur et corrompu.

Cette mobilisation nationale a pour pierre angulaire d’instaurer une Gouvernance Démocratique, un Etat de Droit, une Justice sociale exemplaire en République de Djibouti.

L’objectif immédiat est celui d’acculer ce régime, qui s’écroule à quitter rapidement le pouvoir, pendant qu’il est encore temps.

Il est primordial que le candidat usurpateur, le vieux Ismaël Omar Guelleh au pouvoir à l’ombre depuis 1978 en tant que responsable de la « sécurité » et officiellement en tant que Chef de l’Etat pour deux mandats électifs depuis 1999, il est primordial qu’il parte dans le strict intérêt de la paix, de la sécurité et de la concorde nationale comme le Chef de l’Etat du Mali, qui pour renforcer la Démocratie exemplaire de son pays a quitté la tête haute comme Nelson Mandela.

C’est dans une ambiance d’unité nationale, de solidarité agissante, que le Président Ismaël Guedi Hared de l’UAD a pris la parole en premier en lançant un vibrant Appel pour se mobiliser et faire échec au troisième mandat, suivi par Farah Abadid qui a souligné que Djibouti n’a pas besoin d’IOG la preuve est votre mobilisation populaire.

Le Président Ahmed Youssouf de l’ARD est très largement intervenu en insistant sur le fait que l’unité nationale est la seule manière de réussir l’alternance démocratique.

Quant au Président par intérim Souleiman Farah London du MRD, avec des rappels historiques a mis en relief les dangers immédiats d’un écroulement du « bâtiment de l’Etat républicain ».

Les intervenants(es) étaient nombreux (ses) ainsi que plusieurs poètes dont ASSANYO et KANIOO ont tous été très applaudis, malgré les tentatives d’intimidations des caméras des Forces armées.

Farah ABADID HILDID

31/05/10 (B554) Yémen Express (3 articles)

_______________________ 3 – Le Figaro avec Reuters

Le Yémen contre l’assassinat d’Awlaki

Un assassinat en territoire yéménite de l’intégriste musulman Anwar al Awlaki, recherché mort ou vif par les autorités américaines, serait inacceptable, a déclaré aujourd’hui le premier ministre yéménite, Ali Mohamed Megawar.

Le Conseil de sécurité nationale américain a donné récemment à la CIA le feu vert pour abattre Anwar al Awlaki, ressortissant américano-yéménite accusé par Washington d’avoir des liens avec Al Qaïda et qui se cacherait dans le sud du Yémen. « Nous n’accepterons absolument pas pareille chose », a-t-il dit dans une interview à Reuters. « Nous sommes un pays souverain ».

Selon les dernières informations en date, Awlaki se trouverait toujours dans une province du sud du Yémen, Chaboua, a continué Megawar.

Awlaki a été ajouté à la liste de la CIA des personnes à abattre après être devenu un membre « opérationnel » d’al-Qaida dans la péninsule arabique, qui a revendiqué le complot visant à faire exploser un avion de ligne Amsterdam-Detroit à Noël dernier.

_______________________ 2 – AFP

Yémen: 60 suspects recherchés pour enlèvements d’étrangers

Au moins 60 suspects sont recherchés au Yémen pour implication dans des enlèvements d’étrangers, une pratique dont ont été victimes quelque 300 personnes dans ce pays pauvre et à structure tribale de la Péninsule arabique, a-t-on appris samedi auprès du ministère de l’Intérieur.

Ces suspects, dont certains recherchés pour rapts survenus il y a plus de dix ans, figurent sur une liste comprenant 65 autres suspects recherchés pour enlèvement de Yéménites, a précisé à l’AFP un responsable du ministère ayant requis l’anonymat.

Quelque 140 autres suspects ont été arrêtés et la plupart jugés, les autres étant toujours poursuivis en justice, a indiqué le ministère sur son site internet.

Les forces de sécurité sont engagées depuis la mi-2008 dans « une guerre sans merci contre les rapts et leurs auteurs (…), les ravisseurs étant aussi dangereux que les terroristes », ajoute le ministère dans son communiqué.

Une loi de 1998 prévoit des peines allant jusqu’à 25 ans de prison pour les prises d’otages et la peine capitale notamment en cas de mort parmi les personnes séquestrées.

Le Yémen est le théâtre de fréquents enlèvements d’étrangers par des tribus, qui cherchent à faire pression sur les autorités.

Le dernier en date est le rapt d’un couple d’Américains qui ont été libérés le 25 mai au lendemain de leur enlèvement par des hommes armés de l’influente tribu d’Al-Hima (70 km à l’ouest de Sanaa). Les ravisseurs exigeaient la libération de prison de l’un des leurs.

Au total, environ 130 enlèvements d’étrangers ont été recensés au Yémen de 1992 à 2009, et 300 personnes ont été victimes de ces rapts, pour la plupart des ressortissants occidentaux, originaires notamment d’Allemagne, d’Italie, de France, de Grande-Bretagne, des Etats-Unis et des Pays-Bas, a indiqué le responsable du ministère.

Le rapt de ces étrangers, la plupart libérés sains et saufs, ont eu lieu notamment dans des zones tribales fréquentées par les touristes étrangers, dont les provinces de Marib, Chabwa, Jawf et Sanaa, selon lui.

_______________________ 1 – Europe 1

Embuscades: Trois militaires tués au Yemen

Trois soldats yéménites ont été tués et 11 blessés jeudi dans deux embuscades tendues par des activistes séparatistes dans le sud du Yémen, indique le ministère de l’Intérieur sur son site internet samedi.

Le sud, qui formait avant 1990 un État indépendant, est le théâtre de troubles, à l’instigation du Mouvement sudiste, une coalition de groupes favorables à la sécession de cette région.

02/06/10 (B554) ARD : Compte rendu de la réunion de l’ARD en Europe le 29 mai 2010 à Paris

Compte rendu de la réunion des responsables de l’ARD en Europe

Sous la présidence de M. Mahdi Ibrahim, Vice-président, l’ARD a tenu une réunion de travail samedi 29 mai 2010 à Paris, étaient présents autour de lui MM :

– Cassim Ahmed, Délégué Plénipotentiaire,
– Maki Houmed-Gaba, Représentant en Europe
– Dr Hamad Daoud, Représentant en France.

L’ordre du jour comportait trois points :

1) Hiérarchie et répartition des rôles
2) Programmes des activités
3) Rapport avec les autres mouvements

1) Hiérarchie et répartition des rôles

La hiérarchie de l’ARD à l’extérieur s’établit comme suit :

– Le Vice-président
– Le Délégué Plénipotentiaire
– Le Représentant continental
– Le représentant national

Les rôles sont les suivants :

a) Le Vice-président Il a en charge la cohésion de l’équipe dirigeante de l’extérieur et sa coordination avec le Comité Exécutif de Djibouti. Tous les courriers et rapports en provenance ou à destination de Djibouti transitent par lui.

b) Le Délégué Plénipotentiaire est habilité à représenter le Parti partout où de besoin. Il est responsable de la communication politique à l’extérieur et de la gestion du site Internet du Parti.

c) Le Représentant en Europe est placé sous l’autorité directe du Délégué Plénipotentiaire. Il a en charge la coordination des activités de chaque Représentant national relevant de sa compétence territoriale et dont il transmet les rapports au Délégué Plénipotentiaire.

d) Les Représentants en France et en Suisse sont placés sous l’autorité directe du Représentant en Europe. Ils sont chargés de coordonner les activités du Parti dans leur pays respectif et doivent notamment mettre en place des sections du Parti partout où de besoin ainsi qu’une organisation pour la défense des droits de l’homme et la promotion de la démocratie. Ils sont tenus de soumettre un rapport mensuel de leurs actions à leur supérieur hiérarchique direct qu’est le Représentant en Europe.

2) Programme des activités

a) Le Vice-président doit finaliser sa prospection pour nommer un Représentant national dans plusieurs pays d’Europe, après concertation avec la diaspora militante concernée.

b) L’échéance politique la plus proche étant le 27 juin, et considérant l’investissement du régime pour en donner une image partisane à l’extérieur, l’effort devra être porté sur l’organisation d’un débat citoyen que l’ARD se propose d’animer à Bruxelles à cette occasion.

3) Rapport avec les autres mouvements
Intimement convaincue que le seul ennemi à renverser est le régime dictatorial en place, l’ARD est plus que jamais disposée à œuvrer dans ce but en travaillant avec toutes les forces politiques et associatives militant pour un changement démocratique pacifique. Dans ce cadre, la représentation extérieure de l’ARD continue la coordination des activités avec tous les mouvements qui le souhaitent.

Quant aux difficultés rencontrées en Europe avec d’autres forces d’opposition, il a été convenu de suspendre toute relation avec elles jusqu’à ce qu’un règlement soit trouvé dans le cadre de concertation approprié. En ce sens, les responsables de l’ARD à l’extérieur ont officiellement saisi leur Comité Exécutif.

Fait à Paris le 1er juin 2010

Le Vice-président, Mahdi Ibrahim Ahmed God