Articles

24/06/10 (B557) SURVIE : il y a cinq ans, le 29 juin 2005, François-Xavier VERSCHAVE nous quittait.

Chers toutes et tous,

En complément, retrouvez le dossier complet disponible sur le site ARDHD – Lien

Le 29 juin 2005, François-Xavier VERSCHAVE nous quittait. C’était il y a cinq ans. Pour commémorer l’engagement et le dévouement de cet homme qui continue à nous rassembler, nous vous invitons ce samedi 3 juillet à un moment dédié à sa mémoire.

Une messe sera célébrée dans la chapelle des Pères Spiritains à 10h30, elle sera suivie d’une collation (ceux qui le souhaitent peuvent apporter un petit quelque chose à manger ou à boire). Ce sera une belle occasion de nous retrouver autour de celui qui aura été un ami, un parent, un chercheur et reste une référence quant à son analyse des relations de la France et de l’Afrique.

N’hésitez pas à transmettre cette invitation à tous ceux qui sont susceptibles de vouloir s’y joindre.

Rendez vous : samedi 3 juillet 2010 à 10h30
Adresse : Paroisse des Pères Spiritains, 30 rue Lhomond, Paris 5ème,
Métro : Place Monge ou Censier Daubenton

Salutations militantes.

Les amis de François-Xavier VERSCHAVE

Contacts
Claudine SODJI : euphrasie.andr@yahoo.fr ou 06 98 17 82 43
Véronique MERCKAERT : vmerckaert@hotmail.com ou 06 32 21 48 50

22/06/10 (B556) Le Journal de la Flibuste. Un de plus ! Singapour envoie un détachement militaire sur zone. (1 article en Français)

_______ 1 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

Singapour envoie des soldats dans le golfe d’Aden pour lutter contre la piraterie

Les Forces armées de Singapour (SAF) ont envoyé un corps expéditionnaire soutenir les efforts internationaux pour contrer la piraterie dans le Golfe d’Aden, a annoncé vendredi le ministère de la Défense de Singapour.

Le Landing Ship Tank (LST) de la marine de la République de Singapour avec deux hélicoptères Super Puma de la Force aérienne de Singapour à bord participent à ce déploiement de trois mois.

Le corps expéditionnaire des SAF comprend 221 soldats de l’ armée de Singapour, de la marine et de la force aérienne. Le groupe agira dans le cadre de la Force combinée multinationale 151 afin de mener des opérations visant à dissuader et d’empêcher la piraterie dans le golfe d’Aden.

Singapour avait déjà déployé un corps expéditionnaire dans le golfe d’Aden d’avril à juillet 2009.

22/06/10 (B557) Nouvelles de Somalie. (6 articles en Français)

_________________ 6 – Bivouac-id avec AFP

Somalie : les terroristes musulmans du Hezb al-Islam imposent la barbe aux hommes

Un groupe insurgé islamiste, le Hezb al-Islam, a ordonné aux hommes vivant dans les quartiers sous son contrôle à Mogadiscio de se laisser pousser la barbe, au nom de son interprétation de l’islam, a annoncé un leader de ce mouvement.

“A partir de ce jour, les hommes doivent se laisser pousser la barbe (…), quiconque ne respecte pas cette règle en subira les conséquences”, a averti Moalim Hashi Mohamed Farah, au cours d’une conférence de presse dans la capitale.

“Laisser pousser sa barbe est un devoir moral ordonné par notre prophète Mahomet. Nous devons défendre cette pratique religieuse (…)”, a justifié ce responsable islamiste.

Cette mesure a été déjà imposée depuis plusieurs mois par les insurgés islamistes shebab, rivaux du Hezb al-Islam et qui se revendiquent d’Al-Qaïda.

Le Hezb al-Islam et les shebabs contrôlent le centre-sud de la Somalie et la majorité des quartiers de Mogadiscio, où ils ont imposé des règles sociales et de conduite très strictes, au nom de leur interprétation ultra-rigoriste de l’islam.

Les shebabs en particulier, qui disposent d’une police religieuse baptisée “Jaish al-Hisbah” (Armée de la moralité), y ont multiplié les interdits vestimentaires ou autres. Ils pratiquent amputations, lapidations et exécutions, détruisant également les tombeaux de saints soufis au prétexte de lutter contre “l’idolâtrie”.

Les habitants des quelques quartiers tenus par les forces du gouvernement de transition (TFG) soutenu par la communauté internationale conservent une relative liberté dans leurs habitudes de vie ou tenues vestimentaires.

L’islam pratiqué en Somalie est traditionnellement modéré, avec une forte influence du soufisme, alors que le wahhabisme revendiqué par les shebab et répandu dans la péninsule arabique voisine est généralement considéré comme étranger à la culture locale.

_________ 5 – Simoadil avec AFP

Somalie: les insurgés du Hezb al-Islam déclarent la barbe obligatoire à Mogadiscio

Un groupe insurgé islamiste, le Hezb al-Islam, a ordonné aux hommes vivant dans les quartiers sous son contrôle à Mogadiscio de se laisser pousser la barbe, au nom de son interprétation de l’islam, a annoncé un leader de ce mouvement.

_________ 4 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

L’armée ougandaise veut que l’opération de maintien de la paix en Somalie soit étendue en mission de l’ONU

L’armée ougandaise, qui dirige la mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) a demandé vendredi à ce que cette mission soit étendue pour devenir une mission de l’ONU.

Le général Katumba Wamala, commandant de l’armée de terre des forces populaires de défense ougandaises, a déclaré à la presse à Entebbe, à 40 km au sud de Kampala, capitale de l’Ouganda, qu’il était de la responsabilité de l’ONU d’assurer la paix et la sécurité dans toutes les régions du globe.

« Nous pensons qu’il n’est pas juste que la Somalie soit traitée différemment. L’ONU pourrait tout aussi bien reprendre à sa charge cette mission (..) comme au Darfour (au Soudan) et dans les autres régions du monde. L’un des principes de l’ONU est la paix pour tous et la Somalie ne doit pas être une exception », a-t- il dit brièvement après avoir accueilli un contingent de 1 700 soldats ougandais de retour de Mogadiscio, capitale de la Somalie.

L’Ouganda compte actuellement quelque 3 400 casques bleus déployés à Mogadiscio pour y assurer la sécurité des principales infrastructures dont l’aéroport, les ports et le Palais d’État en coordination avec un autre contingent de soldats burundais.

On estime qu’une telle extension de la mission de l’UA, limitée en ressources, permettrait une augmentation du soutien logistique et des effectifs des forces de paix dans ce pays volatile dépourvu de gouvernement effectif depuis 1991.

On compte actuellement quelque 5 000 soldats des forces de paix de l’UA en Somalie, sur 8 000 initialement demandés.

Les autres pays n’ont pas de crainte à avoir pour le déploiement de ces troupes car la situation de sécurité dans ce pays s’est améliorée par rapport à ce qu’elle était il y a trois ans, a estimé M. Wamala.

« En termes de sécurité sur le terrain, il y a beaucoup d’ amélioration. Auparavant nous subissions des attaques presque quotidiennes d’engins explosifs artisanaux, mais désormais cela ne se produit plus que de temps en temps », a-t-il déclaré.

_________________ 3 – Europe 1

Somalie: Soutien à des otages britanniques

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi dans la ville somalienne de Adado pour réclamer la libération d’un couple de Britanniques détenus depuis près de huit mois par des pirates, a-t-on appris auprès des autorités locales. Le couple de plaisanciers britanniques Paul et Rachel Chandler, kidnappé par des pirates dans l’océan Indien le 23 octobre dernier, serait détenu quelque part dans la région autour d’Adado.

« Nous ne savons pas où se trouvent les otages, et notre administration n’a aucun contact avec les pirates, mais nous sommes déterminés à prendre en charge le couple une fois libéré, et leur donner accès à l’aéroport d’Adado pour leur permettre de rentrer chez eux », a déclaré Mohamed Adan Ticey, responsable de l’administration locale.

________________ 2 – IciLome avec XINHUA

Somalie : Dix-huit morts dans des affrontements à Mogadiscio

Au moins 18 personnes ont été tuées et près de 25 autres blessées vendredi dans les combats qui ont éclaté entre combattants islamistes et forces gouvernementales à Mogadiscio, selon des habitants.

Les affrontements ont éclaté dans le district de Dharkinley dans le sud-ouest de la capitale somalienne, suite à une attaque de combattants islamistes contre des positions des forces gouvernementales somaliennes dans cette zone de la capitale contrôlée par le gouvernement somalien.

Les victimes comprennent des civils ainsi que des combattants des parties belligérantes, rapportent les habitants.

Les commandants islamistes comme les responsables du gouvernement somalien ont revendiqué la victoire et évoqué les pertes infligées à l’autre camp.

Le district de Mogadicio théâtre de ces nouveaux affrontements était généralement stable car situé à l’extrême ouest de la partie contrôlée par le gouvernement somalien dans cette ville en proie aux troubles.

Les combats entre insurgés islamistes et forces gouvernementales somaliennes se poursuivent de manière quasi ininterrompue à Mogadiscio depuis trois ans, le gouvernement somalien étant cantonné à quelques pâtés de maison dans la ville tandis que les islamistes tiennent l’essentiel de la ville ainsi que le sud et le centre de ce pays d’Afrique orientale.

________________________ 1 – Miilka’s Blog

Des témoins ont déclaré au moins 12 personnes ont été tuées dans la capitale somalienne dans des combats entre forces gouvernementales et un groupe de milices islamistes.

Les témoins a déclaré que cinq soldats du gouvernement, quatre combattants d’un groupe d’al-Qaïda et trois civils sont morts pendant la bataille d’une heure vendredi.

Les représentants du gouvernement, cependant, nier l’un de leurs soldats ont été tués. Le porte-parole d’Al-Shabab Cheikh Ali Mohamud Rage refusé à tout commentaire sur les victimes.

La bataille a commencé quand al-Shabab combattants ont attaqué une base de gouvernement dans le domaine sud-ouest de Mogadiscio de Dharkenlay.

les insurgés islamistes ont tenté de renverser le gouvernement soutenu par l’Occident de la Somalie pendant trois ans. Ils contrôlent désormais une grande partie du centre du pays et au sud.

22/06/10 (B557) Un dossier de GreenPeace, publié par le site adscriptum, reprend l’affaire des conteneurs de produits toxiques immergés au large de la Somalie et qui ont refait « surface » lors du tsunami ..

Les navires toxiques : un dossier de Greenpeace

« L’Espresso » de cette semaine nous parle d’un dossier de Greenpeace sur les navires toxiques qui transforment en poubelle la Méditerranée, et pas seulement.

Cette histoire de déchets radioactifs et toxiques en tous genres est en train d’exploser en Italie, aussi bien autour des épaves empoisonnées que des déchets dangereux enfouis un peu partout sous le sol italien – et hors des frontières – dans de gigantesques sarcophages d’acier ou de ciment, comme c’est probablement le cas sous le lit du fleuve Oliva ou dans les décharges de Borgo Montello (Latina, à deux pas de chez moi) ou de Pitelli (Gênes), où auraient respectivement été enterrés scories nucléaires et déchets toxiques provenant du Jolly Rosso, du Zanoobia ou encore la dioxine de Seveso…

Je ne vais pas reprendre tout le dossier, mais juste la partie consacrée à l’assassinat de deux journalistes en Somalie, Ilaria Alpi et Miran Hrovatin.

C’était le 20 mars 1994 à Mogadiscio : 16 ans plus tard, encore aucune vérité ni justice sur cette histoire, comme toujours dans les mystères italiens où les protagonistes sont mafias, services secrets et politiques ripoux. Une affaire étouffée donc, même s’il n’est pas encore trop tard, puisque la dernière demande d’archivage a été rejetée par le juge avec cette motivation :

“…un meurtre sur commission, un assassinat perpétré pour empêcher que les infos recueillies par Ilaria Alpi et Miran Hrovatin sur les trafics d’armes et de déchets toxiques … ne fussent diffusées auprès de l’opinion publique…”

Il faut dire que l’avis du juge se heurte quelque peu aux résultats de la commission parlementaire d’enquête (2004-2006) présidée par l’avocat Carlo Taormina, alors membre du parti de Silvio Berlusconi, qui avait conclu en dépit d’une montagne de preuves contraires accumulées que les journalistes étaient en vacances, qu’ils avaient subi une tentative de rapt et que ça s’était mal terminé !!!

Une semaine de vacances !!! Une conclusion que la mère d’Ilaria Alpi définit « une vulgarité »…

En réalité, une piètre tentative de culpabiliser les journalistes assassinés plutôt que de rechercher la vérité, ou, comme le dit fort justement Riccardo Bocca, une tentative honteuse d’avoir voulu associer une exécution à une villégiature…

Selon un autre journaliste, Luciano Scalettari, spécialiste des questions africaines :

La Commission d’enquête sur le crime d’Ilaria Alpi et de Miran Hrovatin fut une parenthèse, un vide dans la démocratie de ce pays. Autant pour les conclusions auxquelles elle est parvenue que pour sa façon d’opérer, en plaçant sur écoutes téléphoniques et en perquisitionnant des journalistes qui avaient enquêté sur l’affaire, qui plus est de façon totalement illégale (!), en imposant le secret défense à certains actes de la commission, sans compter les preuves qui ont disparu ou qui ont été manipulées, etc.

Or le fait qu’ils aient été exécutés le jour même où ils auraient dû transmettre leur reportage à RAI 3, la troisième chaîne italienne pour laquelle ils travaillaient, a très sûrement empêché de faire savoir aux italiens l’énorme scandale qui se déroulait en Somalie, et ce 7 jours avant les élections du 27 mars 1994, les premières élections qui furent remportées par Silvio Berlusconi…

Je n’y vois aucun lien de cause à effet, je constate simplement la pure et dure chronologie.

_________________________________________

Mais revenons-en au dossier de Greenpeace, qui cite en introduction :

rien qu’entre 1988 et 1994, nous avons découvert 94 épisodes de tentatives d’exportation ou d’exportations réussies de déchets dangereux vers l’Afrique, pour un total dépassant 10 millions de tonnes de déchets « traitées »…

Le chapitre du rapport que j’aborderai ici s’intitule « Somalia Connection », et il cite en introduction les déclarations faites à la presse par Nick Nuttal, porte-parole du Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP), au printemps 2005 :

“Les premiers rapports indiquent que l’impact du Tsunami a ouvert des conteneurs et des futs pleins de déchets toxiques – médicaux, produits chimiques, etc. -, dont le contenu s’est répandu.”

Le rapport de l’UNEP documente d’ailleurs, images à l’appui, que les futs ont été rejetés sur les plages d’une quinzaine de sites :

– Question : d’où venaient ces futs ?
– Question subsidiaire : que contenaient-ils ?

S’il est vrai que, selon les déclarations de l’époque du premier ministre somalien, M. Awad Ahmed Ashra, tenues lors d’une conférence de presse à Nairobi (Kenya) :

“Le tsunami qui a frappé la côte somalienne a rejeté sur les plages de nombreux futs contenant des déchets toxiques. Suite à quoi plusieurs rapports ont fait état de problèmes de santé liés à des hémorragies abdominales et des problèmes cutanés inhabituels.”

Des questions qu’il conviendrait peut-être de poser à Giorgio Comerio, voire à Giancarlo Marrocchino, nommément mis en cause par le rapport de Greenpeace comme étant le commanditaire du meurtre d’Ilaria Alpi et de Miran Hrovatin, qui enquêtaient en Somalie sur les méfaits de la coopération italienne dans le cadre de l’opération ONU « Restore Hope », ainsi que sur le « troc » trafics d’armes contre trafics de déchets (y compris nucléaires), outre sur l’enfouissement de ces déchets le long de la route Garoe-Bosasso et sous la jetée du port de Eel Ma’aan, 30 km au nord de Mogadiscio.

Or en mars 2010, Greenpeace a été autorisée à consulter les milliers de pages du dossier n° 395/97 du Tribunal d’Asti, où les témoignages de certains des « acteurs » de cet immense désastre écologique sont sans équivoque !

– Le 25 octobre 1998, dans une écoute téléphonique, Faduma Adid (représentant officiel de la Somalie en Italie) déclarait à son interlocuteur :

La route Bosasso-Garo sera utilisée pour enfouir les déchets… Marocchino est en train de préparer le terrain… Ils ont empoisonné tout le territoire… Ils se foutent totalement du pays et des gens qui meurent. Les déchets toxiques provenant des industries italienne et européenne sont chargés sur des navires dans le port de Trieste, avant d’être répartis entre les différents pays. Il s’agit de déchets toxiques et d’uranium. Ils détruisent tout.

– Le 5 mai 1989, un autre témoin, Marcello Giannoni, déclare que des déchets (en provenance probable des Etats-Unis) contenant des matières radioactives (yellow cake), sont très certainement arrivés en Somalie et ont été enterrés pendant la construction du port de Bosasso et de la route Garoe-Bosasso.

– Les 11 et 15 décembre 1998, Ezio Scaglione, consul honoraire de la République somalienne autorisé par le président Somalien à créer une installation de stockage et de traitement des déchets :

déclare qu’il a été impliqué par Guido Garelli et Giancarlo Marocchino dans le “Projet Uranium” (Progetto Urano, Urano 1 pour le Sahara espagnol et Urano 2 pour la Somalie, où la ‘ndrangheta côtoie la p2 par l’intermédiaire de Giampiero Del Gamba et Elio Sacchetto…), visant à exporter des déchets toxiques et nucléaires en Somalie, et que Marocchino lui avait assuré qu’il se serait servi de la construction du port de Eel Ma’aan pour y enfouir les conteneurs de déchets nucléaires dans le ciment des jetées.

– Le 24 mai 1999, les enquêteurs observent dans une note confidentielle :

Des témoins se rappellent que des conteneurs pleins de déchets (boues, terreaux contaminés provenant d’aciéries et cendres de filtres électriques, etc.) ont été enterrés dans le port de Eel Ma’aan. Cela est d’ailleurs indiqué dans un fax que Marocchino transmet à Scaglione le 19 août 1996 (à noter que l’autorisation donnée à Scaglione par le président somalien est datée du même jour…).

Des photos prises secrètement en février 1997 … montrent l’enfouissement des conteneurs lors de la construction du port.

Et Greenpeace de conclure :

Sur la base des conclusions de ce rapport, Greenpeace estime que :
L’ONU doit procéder à une évaluation indépendante sur le commerce des déchets toxiques et radioactifs en Somalie, en particulier dans le port de Eel Ma’aan ;

L’UE doit renforcer les mesures préventives sur le commerce des déchets toxiques et en faire l’un des piliers de la politique de l’UE sur les déchets ;

L’Italie doit…

L’Italie devrait faire beaucoup de choses, et de facto elle fait très exactement le contraire de ce qu’elle devrait faire…

22/06/10 (B557) Yémen Express (2 articles en Français)

______ 2 – Quotidien du Peuple (Chine) avec XINHUA

Yémen : Al-Qaïda est derrière l’attaque contre le bâtiment des renseignements (officiel)

Le comité suprême yéménite de sécurité a publié samedi un communiqué, déclarant que l’attaque qui a visé le siège des renseignements dans la ville portuaire d’ Aden « porte les caractéristiques d’Al-Qaïda », a déclaré le ministère de la Défense.

« L’attaque qui s’est produite à 08h00 heure locale et a tué sept gardes, trois femmes et un enfant (porte les caractéristiques du groupe terroriste Al-Qaïda) », a indiqué le communiqué.

Le comité « a condamné l’attaque et a exprimé sa profonde tristesse et ses condoléances aux familles des personnes tuées par les terroristes ».

Plus tôt samedi, un officiel de la sécurité locale a déclaré à Xinhua qu’au moins 18 personnes qui gardaient le siège des renseignements yéménites ont été tuées quand un groupe d’hommes armés a fait irruption samedi dans la ville portuaire d’Aden.

Les cinq hommes armés étaient des militants adroits qui se sont battus et ont agi rapidement, emmenant avec eux certains détenus, a indiqué l’officiel.

Personne n’a pour l’instant revendiqué cette attaque, mais une source bien informée a déclaré que l’attaque a été lancée par Al- Qaïda pour libérer ses membres emprisonnés.

Le Yémen, terre ancestrale du leader du réseau d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, a intensifié ses opérations de sécurité et ses raids aériens contre les groupes terroristes depuis que la branche d’Al-Qaïda au Yémen a revendiqué l’attentat manqué contre un avion américain le soir de Noël dernier.

_________________ 1 – Nouvel Obs avec AP

Des militants attaquent une prison au Yémen: dix morts, plusieurs détenus en fuite

Des militants fortement armés ont pris d’assaut un établissement pénitentiaire à Aden, ville portuaire du sud du Yémen, samedi, tuant au moins dix personnes et s’enfuyant avec plusieurs détenus libérés, selon des responsables de la sécurité et un témoin.

Cette attaque illustre les défis auxquels le gouvernement yéménite soutenu par les Etats-Unis est confronté dans sa lutte contre des éléments d’Al-Qaïda qui ont trouvé refuge dans le pays.

Des responsables américains craignent que le Yémen ne serve de point de départ pour l’organisation d’attentats, et soulignent que des insurgés s’entraînent dans des camps situés dans le pays.

Samedi, les assaillants ont commencé par tirer sur le siège régional des renseignements à Aden (environ 320km au sud de Sanaa, la capitale), avant de gagner le centre de détention où des hommes soupçonnés d’être membres d’Al-Qaïda sont souvent incarcérés, ont précisé des responsables de la sécurité sous couvert d’anonymat.

Un témoin, qui travaille dans le bâtiment et se trouvait à l’extérieur au moment des faits, a expliqué avoir vu quatre hommes armés attaquer l’entrée à coup de grenades avant de se ruer à l’intérieur sous un déluge de tirs. D’après lui, des échanges de coups de feu ont suivi, mais les assaillants ont réussi à prendre la fuite avec plusieurs détenus qu’ils avaient libérés.

Des personnes vivant à proximité ont également fait état de tirs intenses et de fumée au-dessus du bâtiment ainsi que de l’arrivée d’ambulances sur les lieux.

D’après des responsables de la sécurité, sept agents de sécurité et trois femmes qui travaillaient dans le bâtiment sont morts. De sources hospitalières, on expliquait qu’au moins 15 personnes avaient été évacuées vers l’hôpital d’Aden, sans fournir de précisions sur leur état.

La responsabilité de l’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat, mais les responsables de sécurité ont déclaré qu’elle présentait les signes d’une action d’Al-Qaïda.

22/06/10 (B557) (Rappel) APPEL DE L’UAD – TOUS ENSEMBLE A LA TABLE RONDE DU 26 JUIN 2010 A BRUXELLES

Continuant de régner par la répression et l’intimidation et après avoir :

  • spolié la liberté du peuple en 1999 face au candidat Moussa Ahmed Idriss de l’Opposition unie ;
  • violé l’Accord de Paix définitive de 2001 signé avec le Président du Frud Ahmed Dini Ahmed ;
  • modifié la Constitution de la République de 1992 pour rester à vie au pouvoir ;
  • provoqué contre l’Erythrée une guerre qui aurait pu être évitée ;

Et après ses ingérences dans les affaires intérieures somaliennes au détriment de notre voisin somalilandais ;

Ismail Omar Guelleh cherche désespérément à séduire la diaspora Djiboutienne en Amérique du Nord et en Europe, en organisant des soirées de soutien à son régime et à sa personne à coups de centaines de milliers de dollars. Après Minneapolis, Atlanta, New-York et Washington, son projet mystificateur pour l’Europe commencerait à Bruxelles par l’organisation d’une soirée culturelle grandiose pour le 27 juin prochain.

Or, cette journée nationale de l’indépendance appartient à nous tous enfants de ce pays et l’imposture du dictateur se révèle dans toute sa dimension : pourquoi courtise-t-il une diaspora qui, par définition, a fui son régime par un exhibitionnisme qu’il est incapable d’imposer à notre Peuple au pays ?

Combattre ce projet de présidence à vie est aujourd’hui le premier objectif de l’opposition pacifique. Une mobilisation populaire s’affirme comme dernier rempart contre une reprise du conflit armé.

En renfort à cette dernière chance d’instaurer pacifiquement la Démocratie, et au nom de toute l’UAD, une table ronde est organisée

le 26 juin 2010 à Bruxelles,
de 14 heures à 17 heures
ESPACE PINO FABRIK
35, Rue de Fort
1060 Saint-Gille

Le thème en sera : la contribution de la diaspora à l’actuelle mobilisation populaire.

Toutes les sensibilités de l’opposition djiboutienne exilée sont invitées à y participer en prenant contact avec moi.

Le programme complet sera bientôt rendu public après concertation avec tous nos alliés.

Pour l’UAD
Mahdi Ibrahim
Vice-président de l’ARD
Membre du comité directeur de l’UAD

22/06/10 (B557) Appel à manifester le 13 juillet contre la venue des dictateurs africains pour les festivités du 14 juillet. Co-signature de l’ARD et d’Uguta-Toosa.

Survie nous avait fait parvenir le communiqué des associations qui appellent à manifester le 13 juillet contre le soutien de la France aux dictatures africaines et nous l’avions relayé sur le site. lien

Nous avons été informés du fait que deux partis politiques djiboutiens ont ajouté leurs signatures à la liste des associations qui soutiennent l’appel. Il s’agit d’un côté de l’ARD et de l’autre d’Uguta-Toosa.

Appel à la manifestation
du
13 Juillet 2010

18h00 – Place de la République (angle bd Magenta)

50 ans de Françafrique, ça suffit !



Arrêtons le soutien aux dictateurs !

Soutenons les peuples africains !

22/06/10 (B557) SCOOP / Grâce à la totale liberté d’expression dont bénéficie La Nation, on vient de découvrir la véritable appartenance de Guelleh. Qui osera encore dire que La Nation est une Brosse à Reluire ? Seuls des esprits chagrins, fermés et étriqués ! (Info lecteur)

Un lecteur nous envoie un article de La Nation qui dit (enfin ?) la vérité sur le dictateur de Djibouti.



Illustration Roger Picon
Guelleh est membre éminent de la secte des Banques ! Au fond ce n’est pas un scoop parce que l’on savait déjà que le seul Dieu que le couple infernal réverait, était l’argent facilement amassé au détriment des pauvres et surtout l’argent placé en banque, quelque soit le pays d’accueil.

Mais jamais, avant cet article de La Nation, personne n’avait jamais pu le prouver. Aujourd’hui, grâce à ce journaliste « esprit libre à La Nation », la preuve est faite. Non seulement Guelleh appartient à la secte bancaire, mais il en est le premier !.

Lisez ceci et nous vous livrerons ensuite notre analyse documentée …

______________________________

Shoura, la 9ème banque de la place

Hier matin, le Président de la République, M. Ismail Omar Guelleh, a ouvert officiellement les portes de la Shoura Bank, la neuvième banque de la place.

Décidément les investisseurs étrangers croient énormes(???) en l’avenir de la République de Djibouti. Le sectaire bancaire en premier. C’est ainsi que le chef de l’Etat, M. Ismail Omar Guelleh , a procédé hier matin à l’inauguration de la Shoura Bank, la neuvième banque de la place. Et c’est tant mieux pour l’économie nationale !
______________________________

La Nation confirme qu’avant même d’être Président auto-proclamé, Guelleh est un « sectaire bancaire » et elle ajoute qu’il l’est « en premier » . Excusez du peu !

Que veut dire « sectaire » ?

Au hasard de nos recherches sur Internet, nous avons trouvé plusieurs définitions intéressantes :

1°) Relatif aux sectes, au sectarisme, aux sectaires; Adhérent d’une secte religieuse qui, désavouée par une église, s’insurge contre elle; Celui qui professe des opinions étroites, intolérantes et violentes

2°) Secte – Ensemble de personnes professant une même doctrine religieuse, philosophique ou autre; Groupe dissident minoritaire, clos sur lui-même et créé en opposition à des pratiques religieuses dominantes; Groupe religieux ou autre dont la visée est d’exploiter ses adeptes au profit d’un ou plusieurs gourous

ou encore

3°) secte – Groupe organisé et minoritaire de personnes qui ont la même doctrine, et souvent réunis autour d’un « maître à penser ». La secte est séparée d’un corpus religieux reconnu. ...

_______________________

On pourrait continuer les recherches, mais nous ne voudrions pas vous lasser et nous proposons décortiquer ces définitions.

Tous les auteurs s’accordent pour dire « que le sectaire adhère à un groupe, qui désavoue les religions établies et qui professe des opinions étroites, intolérantes et violentes. » On approche du but, semble-t-il, de la Vérité sur Guelleh.

D’autant plus que la définition suivante précise que la visée du Groupe est « d’exploiter ses adeptes au profit d’un ou plusieurs gourous« . On se rapproche de plus en plus des constats qui sont effectués chaque jour par l’ensemble des Djiboutiens …

De là à établir que Guelleh n’a qu’une religion, celle de l’argent et des banques qui le conservent, il n’y a qu’un pas que nous n’hésitons pas à franchir allègrement …

Guelleh fait donc partie d’une secte qui renie la religion et qui adore les banques et l’argent. CQFD

Mais on ne voulait pas vous quitter sans cette définition qui apporte le fameux « maillon manquant » . (*)

« secte – Entreprise religieuse de la taille d’une PME qui permet de soulager les hôpitaux psychiatriques, les prisons, les écoles. » (Ca ne s’invente pas !)

Les proches de Guelleh seraient-ils des désaxés
éligibles à l’hébergement en asiles psychiatriques, en prison ou en école pour les Ministres qui n’ont pas le niveau ???

Et ce n’est pas l’équipe de l’ARDHD qui le dit.

C’est La Nation !!!
qui utilise son monopole absolu
au regard de la liberté d’expression

Encore merci à La Nation

___________________________________
(*)
Vous trouverez d’autres définitions, en suivant le lien suivant obtenu après avoir tapé « Sectaire – Définition » sur Google.
http://www.google.fr/search?hl=fr&defl=fr&q=define:
Sectaire&sa=X&ei=XowhTIOoBoyy0gTyxeHhDw&ved=0CAYQkAE

Allez, deux dernières définitions, au hasard:
« groupe totalitaire usant de contraintes … « 
« Symbolise toute doctrine qui limite la liberté individuelle … »