26/09/11 (B623) La voix au chapitre : Un régime démonétisé (Par Aïnaché)


Retrouvez toutes les chroniques d’Ainaché :
Lien

LA VOIX AU CHAPITRE : AÏNACHÉ – le 26.09.2011

UN RÉGIME DÉMONÉTISÉ

Depuis la falsification de la constitution et la soi disant élection qui a suivie, le régime djiboutien est définitivement démonétisé, au regard du monde et particulièrement des grandes démocraties.

En effet nous observons de plus en plus et d’une manière constante que les chefs d’Etats et des gouvernements, des pays démocratiques, évitent soigneusement de rencontrer, encore moins de se faire photographier en présence de nos dirigeants.

Nous avons tous noté, suite à cette fameuse ‘’élection’’, l’absence des vœux de nombreux chefs d’États des pays démocratiques, et en premier lieu le président des Etats-Unis d’Amérique.

Par contre le Président B. OBAMA n’a pas manqué d’envoyer ses vœux le 27 juin, au peuple djiboutien, pour le féliciter à l’occasion de la célébration du 34ème anniversaire de son indépendance.

De même, notre président n’a pas été invité par le Président B. OBAMA le 31 juillet dernier, à la Maison Blanche, avec les chefs d’États francophones nouvellement élus ou réélus démocratiquement.

Le Président OBAMA en accord avec son discours d’Accra du 11 juillet 2009, n’a pas voulu se déjuger, en invitant à la Maison Blanche, un président falsificateur de la constitution, avec les présidents démocratiquement élus.

Cette invitation, à ces chefs d’États démocratiquement élus ou réélus, s’inscrit dans la nouvelle ligne politique africaine des États-Unis qui consiste à soutenir ‘’les institutions démocratiques fortes’’.

C’est surement sa manière de mettre en garde les régimes usés, et de dénoncer les manœuvres qui visent à pérenniser des autocrates corrompus au pouvoir.

Il se dit par ci par là, avec beaucoup d’insistance, que notre président à voulu aller cette année à l’assemblée générale des N.U., qu’il avait boycottée depuis des années, dans l’espoir d’être reçu par le président des États-Unis d’Amérique. Il a cru habile de faire coïncider sa présence avec celle du Président B. OBAMA, afin d’effacer l’affront qu’il a subi suite à sa ‘’réélection’’ où ce dernier s’est bien gardé de le féliciter.

C’est mal connaitre, le très efficace service du protocole des Etats-Unis qui a fermement déjoué toutes les tentatives et les ruses de nos ‘’chers diplomates’’.

Certains nous apprennent que notre président se serait contenté d’une poignée de main, même furtive, dans le couloir de l’immeuble de N.U. ou dans l’hôtel Waldorf Astoria, où il a séjourné à grand frais à New-York.

Ce que les contribuables Djiboutiens ignorent, peut-être, c’est que notre président avait pris avec sa délégation le même hôtel que le président des Etats-Unis. Rien n’est trop beau ni trop cher pour notre chef !

Pendant ce temps les salaires des fonctionnaires ne sont pas payés.

Il n’hésite pas à se mesurer au chef de la plus grande puissance du monde, pour son confort personnel, lors de ses déplacements à l’étranger. Ne venez pas lui casser les pieds avec la famine et la soif qui perdure dans notre pays, la décence et les scrupules ne sont pas dans son logiciel.

La plupart des chefs d’États et de gouvernements responsables n’ont séjourné à New-York, en fonction de leurs agendas, que 24H ou au plus 48 H. Notre président, lui s’est offert une dizaine de jour au frais des contribuables Djiboutiens qui eux crient famine.

Au diable l’avarice, puisque c’est le peuple affamé djiboutien qui régale !

Sans être invité, il parait qu’il a voulu se rendre à la réception que le président B.OBAMA avait organisée pour les chefs d’États africains présents à N.Y. à l’occasion de l’assemblée générale des N.U. de ce mois septembre.

Là aussi, il a subi le refus ferme mais très courtois du service du protocole des États-Unis, malgré les démarches insistantes encore une fois de nos ‘’chers diplomates’’.

Si ces informations se révèlent exactes, je suis profondément gêné pour mon pays, et espère que mon peuple et mon pays soient mieux représentés au plus vite. Djibouti et son peuple ne méritent pas ça !

Par contre, notre président a finalement été reçu, à défaut du président B. OBAMA ou de la Secrétaire d’État madame Hillary CLINTON, en signe de compensation, par la Sous-secrétaire d’État chargée des affaires politiques Mme Wendy SHERMAN.

Enfin le travail de nos ‘’chers diplomates’’ a été payant,- et l’honneur est ainsi sauf, en quelque sorte !!!

Notre président, rentre donc au pays, malgré les dépenses excessives, sans la photo avec le Président B. OBAMA, pour laquelle il a fait ce très couteux voyage.

AÏNACHÉ