04/08/08 (B459) AFP / Neuf civils somaliens tués dans un accrochage à Mogadiscio et 6 autres, dont un enfant à Huriwa. Les combattans utilisent des armes lourdes et de l’artillerie / Nine civilians killed in Mogadishu clashes: witnesses (En Anglais)

At least nine civilians were killed Monday after rebels attacked Ethiopian troops in the Somali capital, witnesses said.

Insurgents using machine guns, rocket-propelled grenades and hand grenades attacked an Ethiopian military camp in northern Mogadishu’s Huriwa neighbourhood. The Ethiopians responded with heavy artillery fire.

« There were about three artillery shells that struck houses in our neighbourhood and one of them destroyed part of my house, » Nadifo Hussein, a resident of northern Mogadishu’s Waharade neighbourhood, told AFP.

« Three civilians including two children died and six others were wounded. None of us could put his head up this afternoon because of the heavy shelling. »

Six other civilians were killed in Huriwa.

« Three men died in one place after an artillery shell smashed a small teashop they were sitting in, » said Ahmed Moalim Hussein, an elder in Huriwa. « Two others, including a woman, were killed in crossfire. »

A child also died in the same area, according to several witnesses.

Ethiopia sent forces into Somalia in late 2006 to help the Somali government dislodge an Islamist movement that had taken control of much of the country’s central and southern regions.

Since then Islamist fighters have waged a deadly insurgency against the Ethiopian and government forces, mainly in the capital Mogadishu, killing thousands and displacing hundreds of thousand others.

03/08/08 (B459) APA / L’UA condamne le meurtre d’un soldat de l’AMISOM à Mogadiscio.

La Commission de l’Union Africaine (UA) a condamné vendredi le meurtre d’un membre de ses troupes à Mogadiscio qui servait dans le cadre de la Mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM).

Des soldats de maintien de la paix sont morts tués vendredi par une mine antipersonnel ayant explosé à Mogadiscio.

Les insurgés islamiques, opposés à la paix et à la stabilité de la Somalie, seraient responsables de ce meurtre.

Ce soldat de maintien de la paix, dont la nationalité n’a pas été révélée, a été tué alors qu’il effectuait le contrôle routier de routine de vérification d’engins explosifs.

Un communiqué de l’Union Africaine indique que l’acte, qui vise à saper le processus de paix en Somalie, ne découragera ni l’Union Africaine, ni le peuple somalien et les Nations Unies dans leur détermination à restaurer la paix et la stabilité dans le pays.

03/08/08 (B459) XINHUA : Le premier Ministre somalien rejette la démission de 11 Ministres de son Cabinet au motif que cela pourrait générer une instabilité politique. / Somali PM says ministers’ resignation aims to undermine peace process (En Anglais – Info lectrice)

Somali Prime Minister Nur Hassan Hussein on Saturday dismissed the resignation of eleven ministers in his cabinet as an attempt to create political instability and undermine the recent peace agreement reached in Djibouti between the Somali transitional government and the opposition coalition.

« The aim of the resignations (of the ministers) is to create political instability in the country and disrupt the implementation of the Djibouti agreement between the Somali transitional government and the opposition in Djibouti, » the Somali Premier said in a press briefing in Mogadishu, the Somali capital, hours after the ministers announced their resignation.

They have accused Prime Minister Hussein of usurping power and sacking the mayor of Mogadishu without consulting them.

The Somali transitional government and the opposition, Alliance for the Reliberation of Somalia (ARS), signed a peace deal in Djibouti early in June. Hussein has been at the forefront of the negotiations with the opposition.

Hussein said that he did not officially receive any letters of resignation from the ministers but added that he will accept if he gets them.

« It is the right of any minister to render their resignation … they can rest assured that their posts will be filled, » the Prime Minister added.

The resignations of the ministers came two days after the premier sacked the mayor of Mogadishu, Mohamed Omar abeeb, who is also the Governor of Banadir region around the city, after accusing him of various charges ranging from incompetence, embezzlement, insubordination and abuse of power.

Habeeb has refused to leave office, saying he has the official endorsement of President Abdullahi Yusuf Ahmed, who he said has the final say in his sacking.

The president has not so far commented on the mayor’s dismissal but some reports said he is not pleased with it and there were also other reports saying he has reinstated the mayor in a letter the mayor said he received from the President on Aug. 1.

The prime minister said that he was aware of moves to impeach him in the transitional parliament and called for him to resign.

« I have no plans to resign but if the Parliament dissolves the government then I would accept, I will also resign if that would help the peace process, » Hussein told reporters in Mogadishu.

The ministers who announced their resignation include two deputy prime ministers who also hold ministerial posts, eight ministers and one deputy minister.

There has reportedly been a growing rift between the Somali president and the prime minister recently over a wide range of issues including the national reconciliation.

12/11/07 (B421) LE FIGARO avec AFP : Somalie/ pirates : un marin s’échappe

Un marin d’un bateau citerne japonais détenu par des pirates depuis fin octobre au large de la Somalie a réussi à fausser compagnie à ses ravisseurs en nageant pendant deux jours avant d’être secouru, a annoncé lundi un organisme d’assistance aux marins.

« Nous avons été informés que l’un des membres d’équipage s’est échappé du bateau, a nagé et a été secouru », a déclaré le responsable kényan du Programme d’assistance aux marins dont le siège est dans la ville portuaire de Mombasa, Andrew Mwangura.

« Après que le bateau eut été arraisonné, le marin a nagé pendant deux jours avant d’être secouru et selon nos informations, il se trouverait maintenant en Corée du Sud », a ajouté M. Mwangura.

Il n’était pas possible dans l’immédiat de déterminer la nationalité de ce marin.
Le Golden Nori, battant pavillon panaméen mais appartenant à une compagnie japonaise et qui transporte des produits pétroliers, a été arraisonné le 28 octobre, avec 23 membres d’équipage sud-coréens, philippins et birmans à son bord.

Le ministère japonais des Affaires étrangères avait indiqué qu’aucun ressortissant japonais ne se trouvait à bord du Golden Nori.

05/11/07 (B420) BBC / Sous l’action conjointe du Kenya et de Taïwan, les pirates somaliens libèrent un navire taiwannais et son équipage, qu’ils avaient capturés il y a six mois, . Somali pirates free Taiwan boat (En Anglais – Info lectrice)

Pirates have freed a Taiwanese vessel and its crew, kidnapped almost six months ago off the coast of Somalia.

Taiwanese and Kenyans were among those released. One crew member was killed shortly after the hijacking.

The release followed intervention by the US Navy, which has helped five ships in the area in the past week, all of which had been boarded by pirates.

The increased US activity is being seen as a sign of growing concern over Somali pirates.

The waters off the East African country are notorious for piracy – second only to Indonesia.

The freeing of the Taiwanese vessel came the day after two South Korean fishing boats were freed in the same area.

The South Korean boats were being escorted to Yemen under the guard of the US Navy.

New focus

Last week, US warships sank two boats that had been used by pirates to take over a Japanese merchant ship – although the ship itself is still under the pirates’ control.

And the Americans also provided support for North Korean sailors, who managed to regain control of their ship from another group of pirates.

The US Navy itself is playing down the significance of this sequence of events.

But some maritime observers see it as a sign that Washington and others are paying more attention to the threat of piracy off the Horn of Africa.

After a lull last year, there has been a resurgence in incidents, says BBC world affairs correspondent Nick Childs.

These latest events may suggest a new focus for US warships, our correspondent adds.

Shipping sources say they hope US activity will help deter further attacks on vessels.

The waters off Somalia’s coast lie close to crucial shipping lanes and are notorious for piracy.

24/10/07 (B418-B)Somalie : un désastre humanitaire s’annonce pendant que le gouvernement prend des mesures autoritaires contre l’insurrection

Par Brian Smith

D’après Elman Human Rights (une ONG locale), les troupes somaliennes et éthiopiennes ont ordonné l’évacuation de milliers d’habitants de la capitale somalienne pour pouvoir mener des fouilles à la recherche d’armes et d’insurgés. Ces expulsions sont les premières à être signalées depuis avril, où des centaines de gens étaient morts durant de lourds combats à Mogadiscio.

Le gouvernement fédéral de transition (GFT) a déclenché la semaine dernière une opération de grande envergure pour écraser l’insurrection de type irakien contre le GFT et ses soutiens éthiopiens, qui a tué des milliers de personnes cette année.

Le GFT, une création du Conseil de sécurité des Nations unies, fut établi à Mogadiscio en décembre, suite à l’invasion de la Somalie par l’Éthiopie, sous la direction des États-Unis. Une large portion du pays, dont la capitale, était alors aux mains de l’Union des tribunaux islamiques. Une insurrection violente s’est développée et s’amplifie depuis l’installation du GFT, qui est à présent confiné dans une poignée d’immeubles lourdement fortifiés à Mogadiscio. La ville est devenue, comme Bagdad, un imbroglio d’attaques suicides, de routes minées et d’assassinats.

Selon Jennifer Pagonis, du Haut-Commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), « Mogadiscio est maintenant divisée en deux parties ; le nord est progressivement abandonné par les résidents, qui fuient les combats entre les insurgés et les forces du GFT soutenues par les Éthiopiens, tandis que le sud de la ville est calme. »

Le marché de Bakara, autrefois l’un des plus grands d’Afrique orientale, fonctionne à peine.

Selon Pagonis, « Les gens ont peur de s’approcher du marché, et seuls les plus désespérés y risquent encore leur vie pour vendre quelques légumes, car ils n’ont pas d’autre moyen de nourrir leurs enfants. » Des marchés plus petits ont ouvert à Mogadiscio Sud, mais les résidents craignent que les combats n’y viennent un jour ou l’autre.

Dans une tentative de maintenir la sécurité et la stabilité, les autorités ont pour projet d’établir plus de 50 bases sous la direction des forces du GFT à Mogadiscio, et de diviser la ville en quatre zones de sécurité, avec des soldats stationnés à chaque point de passage.

Les forces du GFT ont aussi tenté de faire taire les médias : l’immeuble de Radio Shabelle a été visé par des tirs d’artillerie la semaine dernière, les forçant à cesser d’émettre. Les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme vivent dans un climat de peur et d’indignation, avec sept journalistes tués depuis janvier et des dizaines d’autres menacés ou séquestrés.

Les violences à Mogadiscio ont poussé des centaines de milliers de civils à quitter la ville cette année, les forçant à vivre dans des camps sordides à la périphérie de la capitale, où ils n’ont qu’un accès limité à l’eau et à la nourriture, et manquent d’abris, d’équipements médicaux et d’assainissement.

Il y a plus de 700 000 personnes déplacées à travers la Somalie. Les 22 camps chargés de les accueillir se débrouillent tant bien que mal avec les nouveaux arrivants. Le programme alimentaire mondial (PAM) nourrit actuellement 1,2 million de personnes dans le pays, soit plus de 15 pour cent de la population.

Le gouvernement a affirmé en mai que les insurgés avaient été débusqués après trois mois de combats qui avaient déplacé près de 400 000 civils. Cependant, les violences continuelles ont provoqué une seconde vague de combats et d’émigrations en juin et une troisième le mois dernier.

Près de 65 000 personnes ont fui Mogadiscio depuis le début du mois de juin, dont 11 000 en septembre. Le HCR signale qu’à Afgooye, à 30 kilomètres à l’ouest de Mogadiscio, il a commencé à distribuer des secours à 24 000 personnes, dont beaucoup fuyaient la récente montée de violences.

De même, Jowhar, à 80 kilomètres au nord, qui était le grenier à blé de la région jusqu’à ce qu’il soit frappé par la sécheresse puis des inondations, a des difficultés à faire face aux milliers des réfugiés fuyant la capitale.

« Des milliers de gens vont droit à la crise, a dit Peter Goossens, le directeur du PAM en Somalie. N’importe quelle petite difficulté supplémentaire, n’importe quelle petite inondation ou sécheresse les y fera basculer. »

Le HCR révèle qu’en septembre, près de deux bateaux par jour sont arrivés sur les côtes yéménites en provenance de Somalie, amenant quelque 4741 personnes, surtout des Somaliens et des Éthiopiens fuyant les conflits et la sécheresse. Cela représente un accroissement de 70 pour cent par rapport à la même période de l’année précédente. Pratiquement 14 000 personnes ont fait la traversée périlleuse du golfe jusqu’au Yémen cette année. L’exode s’est modéré pendant l’été à cause de la mer agitée, mais a repris au début de septembre.

Les signes d’une famine à venir en Somalie sont clairs : les récoltes de céréales sont les plus mauvaises depuis 13 ans ; l’inflation galope, les prix des produits de base ont doublé ou même triplé ces derniers mois ; les taux de malnutrition augmentent nettement. Un reportage de la chaîne anglaise Channel 4 News a montré des enfants au ventre enflé et aux jambes décharnées dans des camps à la périphérie de la ville.

Des centaines de délégués, représentant un mélange de milices claniques et islamistes, d’anciens parlementaires, et d’autres membres de la diaspora somalienne, se sont rencontrés à Asmara, en Érythrée, le mois dernier pour former l’Alliance pour la re-libération de la Somalie. Leur ressentiment contre l’Éthiopie est la force qui les anime.

Le porte-parole de l’Alliance, Zaccaria Mahmud Abdi, a expliqué que leurs forces visent les troupes éthiopiennes, qui sont une armée d’occupation protégeant un gouvernement illégitime : « Nous attaquons l’occupation éthiopienne à Mogadiscio, a dit Abdi. Tant qu’il y aura un soldat éthiopien quelque part sur le sol de la Somalie, nous les attaquerons jusqu’à ce que nous ayons libéré notre pays de leur occupation. »

Une conférence de plusieurs millions de dollars, soutenue par le GFT, a été également organisée le mois dernier pour réconcilier les clans. Elle a été suivie du déplacement de plusieurs patriarches en Arabie Saoudite pour signer un accord solennel. Pourtant, la myriade de clans somaliens ne sont toujours pas réconciliés, et même le GFT est déchiré par des divisions.

Le premier ministre Ali Mohammed Gedi et le président Abdullahi Youssouf Ahmed ont un contentieux ancien et sont actuellement en désaccord sur le point de savoir si certains alliés de Gedi devraient répondre d’accusations de corruption.

Le procureur général Abdullahi Dahir Barre, un allié de Youssouf, a ordonné l’arrestation du ministre de la Justice Youssouf Ali Haroun, un allié de Gedi, en l’accusant d’avoir volé plusieurs centaines de milliers de dollars. La réaction de Gedi a été de renvoyer Barre.

Les deux chefs appartiennent à des clans rivaux et se sont déjà opposés à propos du contrôle de l’aide étrangère et des accords commerciaux, et de contrats potentiellement lucratifs portant sur la prospection pétrolière.

Youssouf était auparavant le chef du territoire à moitié autonome du Pountland dans le nord. Il l’a quitté pour devenir Président de la Somalie en emmenant ses troupes, ses véhicules, ses armes et ses munitions. Les droits de prospection pétrolière au Pountland ont été vendus plusieurs fois, mais Gedi a refusé de les approuver. Il aurait également été furieux que Youssouf ait signé des accords pétroliers, dont un avec une compagnie chinoise.

Le conflit permanent entre les deux chefs, et la descente du pays dans l’anarchie causée par l’invasion américano-éthiopienne, sont des facteurs expliquant la division du pays, en particulier les récents combats entre le Pountland et son voisin du Somaliland qui est virtuellement indépendant du reste du pays depuis 16 ans.

Le point de mire des combats régionaux est la région contestée du Sool, essentiellement divisée entre des sous-clans qui soutiennent soit le Pountland, soit le Somaliland, bien que certains d’entre eux veuillent l’autonomie pour le Sool lui-même. Selon Hadji Mohamed Jamal, un résident de Las Anod, capitale du Sool, « Il y a une concentration croissante d’armes et de troupes dans la région, avec des livraisons quotidiennes par voie de terre. »

Le conflit a été aggravé par la sécession de la plus grande partie de la région du Sanaag d’avec le Pountland, pour former une nouvelle entité souveraine au nord, qui s’est renommée le Makhir. Les tensions entre le Makhir et le Pountland sont élevées.

Insensible aux forces centrifuges en jeu et à la misère humaine qu’elle a causée, l’administration américaine a l’intention de continuer à soutenir le GFT jusqu’aux élections prévues en 2009.

L’ONG Human Rights Watch (HRW) basée à Washington a récemment présenté à la commission des Affaires étrangères du Congrès américain un rapport intitulé « The human rights and humanitarian situation in the Horn of Africa » (Les droits de l’homme et la situation humanitaire dans la Corne de l’Afrique).

Ce rapport condamne les États-Unis en raison de leur soutien envers l’Éthiopie et particulièrement dans son invasion de la Somalie, et plus largement pour toute leur politique dans la région.

Tout en notant qu’« il n’y a aucun protagoniste qui ait les mains propres » en Somalie et dans l’Ogaden (la région de l’Éthiopie peuplée de Somalis), le HRW explique qu’il s’est concentré sur « la conduite de l’armée éthiopienne », essentiellement « parce que l’Éthiopie est un allié et un partenaire primordial des États-Unis dans la Corne de l’Afrique. »

Les troupes éthiopiennes qui soutiennent le GFT ont « violé les lois de la guerre en bombardant abondamment et sans discrimination les zones fortement peuplées de Mogadiscio à la roquette, au mortier et avec de l’artillerie. » Elles sont accusées d’avoir volontairement visé les hôpitaux.

La conduite de l’armée éthiopienne dans l’Ogaden est aussi condamnée.

Ses crimes incluent « des civils visés intentionnellement ; des villages réduits en cendre dans le cadre d’une campagne de châtiments collectifs ; des exécutions publiques pour terrifier les villageois ; l’utilisation généralisée de sévices sexuels comme moyens de guerre ; des milliers d’arrestations arbitraires ainsi que la torture, répandue et parfois mortelle, et des passages à tabac dans les centres de détention militaires ; un blocus du commerce et de l’aide humanitaire de toute la zone de conflit ; et des centaines de milliers de personnes arrachées à leurs foyers et réduites à la faim et la malnutrition. »

Le HRW indique que les États-Unis « sont considérés dans la région comme les principaux soutiens du gouvernement éthiopien et implicitement – sinon directement – comme responsables de la conduite du gouvernement éthiopien.

Donc, le soutien américain aux outrageuses actions de maintien de l’ordre éthiopiennes dans la Corne de l’Afrique risque de rendre les États-Unis complices des crimes de guerre ininterrompus du gouvernement éthiopien. »

Le HRW avertit également l’administration américaine que sa politique « va entraîner une montagne de morts civils et une litanie d’abus. Cette politique risque de précipiter en Somalie le même genre de violation désastreuse des droits humains que celui décrié à juste titre au Darfour. » Cela pourrait aussi « participer à la radicalisation de la population musulmane de la région, dense et jeune. » Le HRW rappelle que, contrairement au gouvernement soudanais au Darfour, l’Éthiopie est « un allié clé des États‑Unis et le bénéficiaire du soutien militaire, politique et financier apparemment inconditionnel des États-Unis.

29/07/07 (B406) Jeune Afrique et Alatavista (Maroc) / L’Union européenne alloue 10 millions d’euros d’aide humanitaire à la Somalie

La Commission européenne a débloqué vendredi 10 millions d’euros d’aide humanitaire à la Somalie pour secourir les personnes victimes de la guerre civile et des conditions climatiques extrêmes.

« L’instabilité et les conflits qu’a connus la Somalie ces 16 dernières années ont engendré des besoins humanitaires considérables. Les souffrances ont été exacerbées par la dégradation des régimes climatiques – succession de sécheresses cycliques et de graves inondations – et une série d’épidémies », a déclaré le commissaire en charge du Développement Louis Michel.

Une part importante des fonds sera consacrée à de nouvelles interventions, notamment pour secourir les personnes déplacées en raison des combats à Mogadiscio et dans le Sud du pays. Les programmes humanitaires en cours bénéficieront également d’un soutien supplémentaire.

Cette assistance humanitaire vient s’ajouter à l’aide d’urgence de 4 millions d’euros débloquée en juin 2007 à la suite des violents combats livrés à Mogadiscio et de graves épidémies. Une enveloppe supplémentaire de 4 millions d’euros est prévue pour des opérations d’aide alimentaire.

Tous les projets sont réalisés par des organismes d’aide non gouvernementaux, des agences spécialisées des Nations unies et le mouvement de la Croix-Rouge/Croissant-Rouge.

24/04/07 (B392-B) AP – La Somalie face à une crise humanitaire (Info lectrice)

MOGADISCIO
(AP) – A Mogadiscio, tous les lits de l’hôpital Medina sont occupés,
les bandages vont bientôt manquer pour les blessés, les réserves
de médicaments sont à sec. Alors que les combats continuent,
la Somalie s’achemine vers l’une des pires crises humanitaires de sa chaotique
histoire.

« Nous sommes surchargés », souligne
Dahir Dhere, directeur de l’hôpital Medina, plus grand centre médical
de Mogadiscio, alors que les patients continuent à affluer. Six jours
consécutifs de combats ont fait plus de 250 morts dans la capitale
somalienne.

Au début du mois, une organisation locale de défense des droits
de l’Homme avait estimé à un millier le nombre de morts en à
peine plus de quatre jours. Plus de 320.000 des deux millions d’habitants
de Mogadiscio ont pris le chemin de l’exil depuis février.

Ahmed Mohamed, 32 ans, a été grièvement blessé
à la jambe droite par un tir de mortier. « Les médecins
m’ont dit que je mourrais si je n’étais pas amputé », explique-t-il
en larmes à l’hôpital Keysaney, également bondé
avec près de 200 patients. « Je dois les laisser faire. »

Le Premier ministre Ali Mohamed Gedi a affirmé lundi que son gouvernement
intérimaire était en train de gagner la bataille contre les
insurgés islamistes et a demandé un plus grand soutien de la
part de la communauté internationale alors que les combats ravagent
Mogadiscio. Au moins 18 civils ont été tués pour la seule
journée de lundi, selon Sudan Ali Ahmed, président de l’Organisation
des droits de l’Homme Elman.

La Somalie est plongée dans le chaos depuis le renversement en 1991
du dictateur Mohamed Siad Barré par des chefs de guerre, qui se sont
ensuite combattus. Un gouvernement national a été mis sur pied
en 2004, mais il n’exerce aucun contrôle réel sur le pays.

En 2006, les forces de Tribunaux islamiques ont contrôlé Mogadiscio
et une grande partie du sud de la Somalie pendant six mois, durant lesquels
le pays a connu sa période la plus paisible depuis 1991. Elles ont
été chassées du pouvoir en décembre par les soldats
somaliens et éthiopiens, soutenus par les forces spéciales américaines,
qui accusent les islamistes de liens avec Al-Qaïda. Les insurgés
ont juré de se battre jusqu’à ce que la Somalie devienne un
émirat islamique.

A cause des combats, la capitale et les villes voisines sont devenues le théâtre
de scènes de désespoir. Les femmes et les enfants fuient à
pied, emportant de maigres effets personnels, et dorment sur le bord de la
route. A Afgoye, à une trentaine de kilomètres de Mogadiscio,
des réfugiés se sont battus pour pouvoir s’installer à
l’ombre sous un arbre.
« Tout le monde voulait s’asseoir sous
l’arbre », expliquait Asha Hassan Mohamed, mère de sept enfants,
qui a atteint la localité la semaine dernière, mais est retournée
à Mogadiscio car elle ne trouvait pas de nourriture.

Selon les Nations unies, les combats ont déclenché la pire crise
humanitaire dans l’histoire récente du pays, de nombreux habitants
étant coincés dans la capitale en raison du blocage des routes
la reliant au reste du pays.

Beaucoup de ceux qui n’ont pas fui Mogadiscio sont trop vulnérables
pour partir, comme les malades et les handicapés, explique Catherine
Weibel, porte-parole du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

AP