Articles

27/11/08 (B475-B) Vanguard (Laos) Djibouti se prépare à reconquérir tragiquement son territoire aux mains des éthiopiens. Bien qu’ayant des forces inférieures, Djibouti a-t-elle une chance de gagner le combat, avec l’aide des ses alliés Américains et Français. Tragically, Djibouti is threatening to resume its border war with Eritrea. (En Anglais – Info lecteur)

In the first place, the « conflict » between the two countries is childish and stupid.

Going to war like they did on June 10 and 11, 2008 was a great disservice to the African people.

The so-called dispute is primarily over a piece of land not more than one hundred metres; that is a land mass the average Olympic sprinter can cover in ten seconds.

The area disputed by these two tiny African countries is, itself, so tiny that you cannot build a buffer zone.

You cannot even erect a tent on the disputed area that can accommodate ten persons.

The temporary demarcation site on top of the Ras Doumeira Hill dividing both armies is so tiny that soldiers on both sides can actually shake hands.

The International Herald Tribune reported that « The distance between the rival armies is shorter than the barrel of a gun. Hundreds of opposing troops are lined up on the border, staring each other down, from just inches away ».

The hill itself is of no known historical, cultural, economic, social or military significance to either country. So why the conflict, and the eagerness to resume a stupid war?

The immediate events that led to the dispute began in January 2008. Eritrean President, Isaias Afwerki, met twice with Djiboutian officials and briefed them from the point on the hill where his country intends to build a demarcation separating both countries.

The point he chose is the Ras Doumeira Hill. Doumeira itself comprises the hill, a hill range and an almost abandoned tiny island.

Both countries had been colonized by Italy and France and both colonialists did not make any demarcation; they merely acknowledge the hill as their boundary. Eritrea and Djibouti acknowledge this, and generally accept that the northern slopes of the hill are part of Eritrea while its southern slopes are in Djibouti.

It is not clear why Eritrea wants to build an identifiable demarcation, but it might not be unconnected with the boundary disputes it had with its neighbours, including Ethiopia, Yemen and Somalia.

It might also show Eritrea’s discomfort with the presence of American and French bases in Djibouti; in fact, less than ten kilometers south of the hill are the « Seven Seas » which is the main American base area.

The Djiboutians have not disputed the Eritrean claims that their president met with some Djibouti officials before beginning work on the demarcation point.

Their official claim is that the Eritreans asked if they could cross the Djiboutian side to get some sand to build a road. « Instead, they occupied a hilltop and started digging trenches ».

Ordinarily, a war between the two countries would have been a no-contest as Djibouti, with its 700,000 populace, cannot take on an Eritrea of five million people backed by a highly disciplined army.

But an African proverb says that with human backing, the dog can kill a monkey. With Djibouti backed by France, Ethiopia and United States, it is not the case of the David Djibouti taking on the Goliath Eritrea, it is more of the French and American goliaths watching to see if Eritrea will try to roll over Djibouti. This is the point; the conflict is not really over a tiny undefined border; it is actually a proxy war in the making.

Both countries are at the mouth of the Red Sea which has strategic military significance for the big powers and is a gateway to oil supplies from the Gulf to most industrialized countries.

But, while Djibouti is open and enjoys a lot of trade, its neighbour, Eritrea, is an enigma to most of the international community. During the cold war, the Eritrean war of independence was the only international conflict I know where the Soviet Union, Cuba, the US and NATO were all on one side; the colonial Ethiopian side, while Eritrea was abandoned.

The reason for this strange alliance was that the Eritrean Peoples Liberation Front (EPLF), which led the anti-colonial war, was a Marxist group, and the US, its allies and almost all the Arab States did not want revolutionaries take over Eritrea.

On the other hand, Ethiopia, that had annexed Eritrea, was under Colonel Mengistu Haile Marian who was running a Marxist regime.

The logic of the Soviets and Cubans seemed to be that it was better to have a unified Ethiopia with Eritrea as a province under Mengistu than have a small Eritrea which can be crushed by US, if it became an independent nation.

The Eritreans fought their war of independence from 1961 to 1991 when it militarily defeated Ethiopia. Since then, it had fought border wars with Ethiopia which claimed 100,000 lives and Yemen – over the Hamish Islands.

It is also accused as being the main backer of Islamic Court forces (the Alliance for the Re-liberation of Somalia) in Somalia who are fighting the Ethiopian-backed Somalia Transitional Federal Government (TFG).

With these conflicts, and many not understanding the Eritreans, Djibouti President, Ismail Omar Guelleh, and his international backers have sought to portray Eritreans as crazy war mongers. On the other hand, Eritrea believes that Djibouti is merely being used as proxy.

The international mediators, including the UN Security Council, have made little effort to conceal their bias against Eritrea.

The 1897 treaty between Ethiopia and France in which the former recognized the Ras Doumeria hill and area as French, will not be of much help. Ethiopia did not, and does not, own Eritrea, so it cannot give what it does not have

The solution is not technical or legal, it is political; how to get both sides to agree on a consensus while, in the process, keeping away the international hawks who may benefit from Djibouti-Eritrea war. This process can be midwived by the African Union.

27/11/08 (B475-B) L’Express / Cinq morts dans l’explosion de grenades à Baidoa en Somalie

Cinq personnes ont été tuées et une quinzaine d’autres blessées par assaillants qui ont lancé des grenades sur un marché à Baidoa, ville de Somalie où siège le parlement, rapportent des témoins.

EXPLOSION DE GRENADES À BAIDOA EN SOMALIE

Les islamistes sont en guerre depuis près de deux ans contre le gouvernement de transition somalien, qui siège à Mogadiscio depuis la reconquête de la capitale par ses troupes et celles envoyées par l’Ethiopie pour leur prêter main forte.

Les islamistes contrôlent la majeure partie du sud de la Somalie, tandis que le gouvernement, soutenu par l’Occident et Addis-Abeba, contrôle seulement Mogadiscio et Baidoa.

« Au moins trois civils ont péri et 17 autres ont été blessés dans des jets de grenades sur le marché de Baidoa », selon un témoin, Hussein Mohamed. A l’hôpital de la ville, un médecin a indiqué que deux des blessés étaient décédés par la suite.

Les violences en Somalie ont tué 10.000 civils depuis le début 2007. Plus de trois millions de Somaliens dépendent aujourd’hui d’une aide alimentaire pour survivre.

Les autorités de la région du Somaliland, qui s’est proclamée autonome, ont imputé jeudi à l’organisation islamiste Al Chabaab des attentats suicide simultanés qui ont fait au moins 30 morts à la fin octobre.

Ali Chabaab, qui figure sur la liste des organisations terroristes établie par les Etats-Unis, refuse de faire partie d’un gouvernement de coalition et lance régulièrement des attaques contre la capitale.

Mohamed Ahmed,
version française Eric Faye

27/11/08 (B475-B) New York Times : Un article de mai 2008 confirme l’intéressement du Gouvernement djiboutien dans l’exploitation des richesses du pays. Et quand on parle de l’intéressement du Gouvernement, on se trompe, car il faudrait dire, l’intérêt de la famille Guelleh. Mais on ne pourra plus rien prouver car la Cour des Comptes a brûlé et personne ne s’est même préocupé de récupèrer les disques durs, pour tenter de sauver des données. (En Anglais – Info lecteur)

Location Gives Tiny State Prime Access to Big Riches

By JEFFREY GETTLEMAN
Published: May 30, 2008

For centuries, nomads have dropped down from the rocky hills around here to carve bricks of salt from an ancient lake and haul them away on the backs of camels.

U.S.-led company Salt Investment SA has launched a $70 million operation to industrialize the collection of Djibouti’s plentiful salt.

Workers loads thousands of pounds of sugar onto a ship that will eventually make its way to the Persian Gulf. Due to its close proximity to Yemen, Djibouti’s port has seen business booming as more companies are using the port to get their goods to the Gulf.

Djibouti sits along some of the world’s busiest shipping lanes.

But a new salt miner is giving it a try, and he may be a harbinger of what’s happening here.

“As a salt person, my first impression was why was all this salt just sitting here,“ said Daniel R. Sutton, an American salt miner who is overseeing a new $70 million operation to industrialize the collection of Djibouti’s plentiful salt.

“There’s 50 square miles of salt. It runs 20 to 30 feet deep. This could be huge.“

Djibouti is becoming the little country of big dreams. Hundreds of millions of dollars of overseas investment is pouring in, promising to turn this sleepy, sweltering mini-state, which right now does not even have a stoplight, into something of an African trade center.

There are gold miners from India, geothermal experts from Iceland, Turkish hotel managers, Saudi oil engineers, French bankers and American military contractors. Tycoons from Dubai are pumping in a billion dollars just on their own, largely for the country’s port, a gateway to the region. There is even a project on paper to build a multibillion-dollar, 18-mile bridge across the Red Sea, captained by Tarek bin Laden, the half brother of Osama bin Laden.

Djibouti does not have many people — about 500,000 — and few outsiders have heard of it. Its soil is mostly sand, it is unearthly hot — often more than 100 degrees — and just about everything, from bottled water to rice to gasoline, is imported.

But if there was ever an example of location, location, location, it is here.

Djibouti sits at the mouth of the Red Sea, where Africa and Asia nearly touch. It overlooks some of the busiest shipping lanes in the world, especially for oil heading from the Persian Gulf to Europe and the United States. And because of its strategic position, both France and the United States have military bases here.

Shipping is already big business in this country — and it’s getting even bigger, with investors from Dubai hoping to expand the Port of Djibouti to 3 million containers a year from its current capacity of 300,000. Dubai World, a large holding company, has also bought a controlling share in a local airline and built an industrial park, new roads and a $200 million, five-star hotel, with gurgling fountains and possibly the greenest lawn in the Horn of Africa.

“Djibouti is perfectly positioned to become a services and logistics hub,“ explained Jerome Martins Oliveira, the chief executive officer of the port, which is operated by a subsidiary of Dubai World.

He said Djibouti could become the central link between the raw materials of Africa and the oil wealth of Arabia, with Dubai as its main partner.

Dubai is actually the country’s model for development, said Djibouti’s foreign minister, Mahmoud Ali Youssouf. “We’re a small country with a big port,” he said “And we’re even better located than Dubai.”

Clearly, little Djibouti has a long way to go. While Dubai, one of the seven United Arab Emirates and a very rich city-state, is building the world’s tallest building, the highest building here is six stories.

Djibouti is ranked 149 out of 177 on the United Nations human development index, which measures life span, education and income.

But Djibouti’s smallness — it basically has one city, known as Djibouti town — is a virtue, business people say.

“If you need something, the government responds very fast,” said Nikhil Bhuta, the chief financial officer for the JB Group, an Indian mining company. Mr. Bhuta said he had set up mines across Africa but never had he experienced such generous terms of business, like the deal he struck with the Djiboutian government to split gold profits 80 percent for his company, 20 percent for the government.

“In Africa, you never even get 50 percent,” he said.

Other selling points are a stable currency that is pegged to the American dollar, excellent French food and the fact that Djibouti is an outpost of relative stability in the Horn of Africa, a region constantly plagued by war, famine and drought — sometimes all at the same time.

“If you want to participate in the development of this region, Djibouti is the only place to be,” said Ould Amar Yahya, the director of a commercial bank that opened a branch in Djibouti a year ago. “Ethiopia has too many regulations. Sudan has the embargo. Eritrea has serious problems, and Somalia is too violent.”

But there’s a very visible cloud on the horizon: Eritrea. Djibouti’s prickly neighbor recently moved more than 1,000 soldiers into a disputed border zone, and Djiboutian officials fear war may break out at any moment. The troops are heavily armed and literally inches apart.

“We’ve got a lot going on right now,” Mr. Youssouf said. “Maybe the Eritreans are jealous.”

Local customs can also be a bit of a minefield. The population here is predominantly Muslim, divided between Somalis and Afars, a nomadic group that plies the desert and sticks to its traditions.

Mr. Sutton said that shortly after he arrived to begin the salt mining operation, an Afar chief threatened to kill him.

“He was about 4-foot-tall with a 6-foot stick,” Mr. Sutton said.

The chief was apparently angry that Mr. Sutton had not paid his respects. The chief’s people live around the salt flats.

Mr. Sutton said that he had agreed to hire as many Afars as possible and that he and the chief are now friends.

26/10/08 (B475) LDDH / Déclaration d’ouverture de la 7ème session de l’Assemblée des Etats parties



Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 25 NOVEMBRE 2008

Déclaration d’Ouverture lors de la 7ème Session de l’Assemblée des Etats parties

En annexe
extraits des Activités de la FIDH pour le 60ème Anniversaire
de la Déclaration des Droits de l’Homme

Déclaration d’ouverture
septième session de l’Assemblée des États parties

(par Paul Nsapu, Secrétaire général de la FIDH)

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs,

J’ai l’honneur de m’adresser à votre Assemblée au nom de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme et de ses 155 organisations membres dans plus de 100 pays.

Cette année, la Cour a célébré le 10ème anniversaire du Statut de Rome. L’année 2008 a connu également des événements qui ont marqué une étape significative dans l’évolution de la CPI.

Il s’agit notamment de l’arrestation de Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président et sénateur de la RDC, président et commandant en chef du Mouvement de Libération du Congo. Le mouvement associatif des droits de l’Homme dans son ensemble a apprécié à juste titre cette arrestation et espère que d’autres auteurs de violations graves commises en République Centrafricaine seront déférés devant la CPI.

L’affaire Bemba, ainsi que la décision récente de confirmer des charges dans l’affaire Katanga et Ngudjolo, font preuve de la capacité de la Cour de mettre en oeuvre les dispositions avancées du Statut sur la poursuite des crimes sexuels.

De même, au mois de juillet, le Procureur a demandé à ce que soit délivré un mandat d’arrêt contre un chef d’État en exercice, le Président du Soudan Omar el-Béchir, ce qui constitue une étape cruciale dans la mise en oeuvre du Statut de Rome, et apparait comme une promesse de justice pour les victimes du conflit dévastateur au Darfour.

La FIDH a également constaté avec une grande satisfaction la mise en oeuvre d’une nouvelle politique du Bureau du Procureur, concernant la communication publique sur les situations sous analyse (en particulier, pour la Colombie et la Géorgie), ce qui pourrait contribuer à maximiser l’impact dissuasif de l’action de la Cour, et motiver les États à engager des poursuites au niveau national.

Par ailleurs, la FIDH souhaite attirer votre attention sur certains aspects qui continuent de préoccuper notre organisation, en ce qu’ils limitent l’efficacité entière de la Cour.

En premier lieu, la FIDH appelle tous les États parties à réaffirmer leur ferme engagement de coopérer pleinement avec la CPI, y compris par le biais de l’appui politique et diplomatique. Nous saluons en particulier la coopération efficace de la Belgique dans une affaire récente. En effet, la FIDH attire votre attention sur le fait qu’il est nécessaire de s’engager dans des efforts concrets pour exécuter les mandats d’arrêt ainsi que de condamner fermement l’absence de coopération de certains États, notamment le Soudan. A cet égard, nous pensons que l’exécution de mandats d’arrêt contribuerait certainement à prévenir la commission de nouvelles exactions. Notamment, comme vous le savez, l’est de la RDC vit depuis quelques semaines dans une situation dramatique.

L’exécution des mandats d’arrêts émis à l’encontre Joseph Kony et Bosco Ntganda auraient pu contribuer à éviter la montée récente de violence.

En second lieu, la FIDH a suivi de près cette année les processus d’élaboration d’une stratégie sur les victimes. Nous sommes certainement déçus du fait que la Cour ne soit pas en mesure de soumettre un document final à cette session de l’Assemblée. Les dispositions novatrices du Statut de Rome resteront lettre morte si la CPI ne se donne pas de stratégie efficace pour atteindre ses objectifs dans ce domaine. Nous appelons votre Assemblée à demander à la Cour de finaliser la stratégie pour les victimes et de la soumettre à la prochaine session.

Par ailleurs, la FIDH est préoccupée du manque d’un système adéquat d’aide judiciaire pour les victimes. En effet, cela porte atteinte à la capacité des victimes d’exercer leurs droits de manière efficace. Nous appelons votre Assemblée à demander à la Cour de réviser le système d’aide judiciaire pour les victimes au cours de l’année 2009, en consultation notamment avec la société civile.

En outre, la FIDH souhaite saluer les avancées que le Fonds au profit des victimes a connu en 2008.

Le mandat de ce Fonds est intimement lié au mandat de la Cour et, son succès contribuera donc en grande mesure au succès de la CPI. Il est indispensable que dans l’année à venir le Fonds prenne des mesures visant à accroître sa visibilité, par rapport aux activités déjà entreprises, mais également par rapport aux futurs projets d’assistance. En outre, il est nécessaire que le Fonds veille à la préparation de la mise en oeuvre des ordonnances de réparation. Par ailleurs, nous appelons les Etats parties à verser des contributions volontaires régulières pour permettre au Fonds de continuer d’assister les victimes des conflits dévastateurs que connaît la Cour.

Enfin, si nous avons constaté certaines avancées dans le domaine de la sensibilisation et de l’information publique, la FIDH soutient que ces efforts doivent continuer à s’intensifier en 2009.

A ce propos, au cours d’une mission récente, la FIDH a remarqué que la Cour n’a engagé que très peu d’activités de sensibilisation en République Centrafricaine, alors qu’une enquête a été ouverte en 2007 et que la première confirmation de charges doit se tenir dans quelques semaines. De même, nous constatons que la Cour doit intensifier ses activités de sensibilisation et d’information publique par rapport à la situation au Darfour ; elle doit être en mesure de répondre aux attaques proférées à son encontre : une justice occidentale, une Cour anti-africaine.

L’ensemble de ces questions, et bien d’autres, feront l’objet de discussions au cours des jours qui viennent. Nous suivrons ces débats avec beaucoup d’attention.

Je vous remercie de votre attention.

_____________________________________ Extraits des Activités de la FIDH pour le 60ème Anniversaire des Déclaration. des Droits de l’Homme

10 décembre 2008 :
60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme
En parler, c’est bien, l’appliquer, c’est mieux !

12 novembre 2008 – Défense des libertés partout dans le monde, luttes contre la colonisation, contre le racisme et pour les droits civiques, revendication d’une justice internationale pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité : voilà autant de combats menés et remportés par des millions d’hommes et de femmes depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En 1948, en effet, les pays qui étaient à l’époque membres de l’ONU adoptent la Déclaration universelle des droits de l’Homme. « Plus jamais cela » veulent-il ainsi proclamer à l’issue d’un conflit qui a vu se commettre un des plus importants génocides qu’ait connu l’humanité.

Ce faisant, ils affirment que la liberté, l’intégrité physique et morale de la personne humaine doivent être défendus partout et en toutes circonstances. Tous les humains y ont droit et rien ne peut justifier qu’on prive une catégorie de leur jouissance.

Le 10 décembre prochain marquera le soixantenaire de cette Déclaration, sur laquelle se sont fondées les luttes des dernières décennies. Ce sera naturellement l’occasion de célébrer les progrès accomplis et les victoires obtenues, mais aussi de mesurer le chemin qui reste à parcourir pour que tous les humains soient « libres et égaux en dignité et en droit », selon les termes de ce texte fondateur.

Car « cet anniversaire intervient alors que nous vivons une période d’incertitude », souligne Souhayr Belhassen, présidente de la FIDH. « Si, après la chute du mur de Berlin, les année 90 ont vu replacer les droits humains fondamentaux au coeur des préoccupations nationales et internationales, force est de constater qu’à la fin des années 2000, la terreur et la misère asservissent encore une grande partie de l’humanité ».

Responsables politiques nationaux et internationaux invoquent pourtant pour la plupart leur volonté de suivre les principes inscrits dans la Déclaration – et il faut s’en féliciter – , mais bien peu la respectent dans les faits.

« C’est pourquoi la FIDH a décidé de se placer sur une ligne résolument offensive pour fêter cet anniversaire en redonnant un souffle nouveau à cette déclaration, avec pour mot d’ordre : « En parler c’est bien, l’appliquer, c’est mieux! », a ajouté Souhayr Belhassen.

Femmes et migrants, sujets de non droit

Pour sa part, la FIDH a décidé de célébrer cet anniversaire en mettant l’accent sur deux domaines fondamentaux où les droits humains sont encore systématiquement bafoués : les femmes et les migrants.

En effet, les unes et les autres sont trop souvent en situation de non droit, où qu’ils se trouvent sur la planète. Or les femmes représentent la moitié de l’humanité et les migrants plus de deux cents millions d’hommes et de femmes à travers le monde. En combattant pour ces deux catégories discriminées de la population mondiale, la FIDH veut réaffirmer l’universalité des droits humains.
Défenseurs des droits toujours en danger

Elle veut également continuer à défendre les défenseurs des droits humains. Car, un peu partout dans le monde, ces défenseurs sont en danger, emprisonnés et torturés dans les dictatures, tués parfois par les Etats ou des groupes privés parce qu’ils luttent au quotidien pour faire appliquer les principes de la Déclaration. Ce soixantième anniversaire est une occasion de leur rendre hommage et d’insister auprès de tous les décideurs pour qu’ils soient protégés où qu’ils se trouvent.

Punir les coupables

Garantir à tous de tous les droits et protéger ceux qui les défendent au péril de leur vie implique de s’attaquer à ceux qui les violent. Parce que la Déclaration ne sera réellement respectée que lorsqu’elle sera effectivement appliquée, il est indispensable de placer les auteurs des violations des droits humains, qu’il s’agisse d’individus, d’Etats ou d’acteurs privés, devant leurs responsabilités.

C’est pourquoi la FIDH et les 155 organisations de défense des droits humains qui en sont membres utilisent tous les canaux désormais offerts par la justice internationale pour dénoncer les coupables de crimes contre l’humanité.

« En parler, c’est bien, l’appliquer, c’est mieux !» : au Nord comme au Sud, les Etats et l’ensemble des acteurs qui jouent un rôle dans le monde doivent désormais mettre concrètement en oeuvre la Déclaration.

Bien plus qu’une commémoration, ce 60ème anniversaire doit être une occasion supplémentaire d’en promouvoir les principes et d’en réclamer l’application universelle.

26/11/08 (B475-B) Disparition tragique et inexpliquée du propre frère d’Abdourahman Borreh en France. Un signal de la part de Guelleh ??? Avec lui, tout est toujours possible et souvent le pire n’est pas à exclure. (Lecteur)

Nous venons d’apprendre que le corps du frère d’Abdourhaman Borreh, Souleiman Ali BOrreh, avait été découvert dans la chambre qu’il occupait « seul » en France (Région parisienne). La mort remonterait à plusieurs jours. L’alerte avait été donnée par sa famille qui n’arrivait plus à le joindre … et pour cause.

Le corps a été transporté dans un hôpital de Dunkerque, probablement pour une autopsie et il sera inhumé ce mercredi dans le cimetière de la ville, en présence de son frère qui a fait le déplacement depuis Dubaï.

Cette disparition tragique et dont nous ne connaissons pas les causes, suscite de nombreuses questions à un moment où les relations sont particulièrement tendues entre Abdourahman Borreh et Guelleh, ou plutôt Paulette !

Certains observateurs n’excluent pas le fait d’un signal envoyé par Guelleh, via « services secrets » pour montrer à Abdourahman Borreh, sa détermination à le faire rentrer dans le rang des repentis … D’autant plus qu’il est possible que les deux hommes aient eu, pratiquement au moment du décès, un entretien lors du déplacement de Guelleh à Dubaï.

S’y étaient-ils croisés ou rencontrés ? Ont-ils parlé de la situation et de l’évolution de leurs relations (façon IOG) ????

Nous adressons à Abdourahman Borreh, à sa famille et aux proches de son frère, toutes nos condoléances les plus sincères.

25/11/08 (B475) Renforcement de la solidarité des Défenseurs des Droits Humains.



Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION
DU 23 NOVEMBRE 2008

BULLETIN REFUGEES INTERNATIONAL
November 19th 2008

« SOMALIA : Policy overhaul required ».

Note liminaire
Dans le cadre de leurs recherches, j’ai été consulté par deux experts lors de leur récent séjour à Djibouti et je tiens à les remercier pour l’envoi rapide de leur Rapport qui est paru le 19 novembre 2008 dans leur Bulletin (en annexe).

Il est bon de rappeler les efforts louables du HCR, à l’aube de notre indépendance en 1977, les soutiens logistiques et les assistances techniques en faveur des Réfugiés de la Somalie Occidentale, qui avaient fui dès l’intervention des Forces de Varsovie pour soutenir les forces Ethiopiennes sous administration de Mengestu.

Cette Organisation Internationale continue encore d’ouvrer avec discrétion « dans un terrain assez mouvant » avec un résultat tangible et appréciable, car les représentants du HCR viennent de réussir à trouver une solution avec le Ministère de l’Intérieur pour mettre fin aux faux réfugiés parfois Djiboutiens, parfois apatrides mais originaires de Djibouti.

En tant que Défenseur des Droits de l’Homme, et au nom des Défenseurs associés à la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) nous ne pouvons qu’apporter notre ferme soutien à cette Organisation Humanitaire et témoigner tous nos encouragements au personnel et aux responsables du HCR dans notre pays.

Je demande à tous les Responsables du Ministère de l’Intérieur d’exiger de l’ONARS, de mettre fin au possible détournements, interférences ou ventes et surtout de prendre des mesures adéquates pour plus de rigueur et de transparence dans la gestion des Dons octroyés par le PAM (WORLD FOOD )et autres donateurs.

Un Réfugié est une personne très fragilisée, loin de son pays, loin de son milieu, loin des siens et toujours l’angoisse dans le ventre avec les risques d’être refoulés manu militari.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

______________________________________________________

Résumé en français du BULLETIN en Annexe.

Djibouti : nécessité d’une protection.

Djibouti a par sa situation géographique et stratégique une stabilité politique, économique dans une région de la Corne d’Afrique en proie à des guerres (Somalie, Ethiopie, Erythrée).

La République de Djibouti accueille sur son sol de nombreux réfugiés qui ont fui la guerre en Somalie ou des régimes dictatoriaux de l’Ethiopie ou de l’Erythrée.

Elle accueille également les forces Américaines qui luttent contre le terrorisme appelé « Task Force ».

L’augmentation croissante du conflit Somalien depuis janvier 2007 a engendré un afflux important de Réfugiés Somaliens du Sud et du Centre de la Somalie.

Le HCR a recensé plus de 8700 réfugiés à Djibouti dont 90% sont des Somaliens.

Le HCR prend en charge immédiatement les réfugiés et leur offre protection et nourriture.

Ils sont installés au camp d’Ali Addeh à trois heures de la capitale. Cette localité offre aux Réfugiés un cadre pour développer un gagne pain durable.

Organisme Onusien le HCR travaille étroitement avec l’ONARS Organisme public dépendant du Ministère de l’Intérieur et chargé aussi du fonctionnement du camp d’ALI Addeh dans le district d’Ali Sabieh.

Une augmentation du Personnel travaillant au camp est nécessaire, la visite sur le terrain n’est pas adéquate pour le contrôle et la sauvegarde des Réfugiés.

Le HCR préconise un Bureau sur place au camp d’Ali Addeh pour faciliter la présence et la protection de son personnel, ainsi que les échanges et les contacts avec les réfugiés qui sont les priorités du HCR ;

Il existe cependant une relation de travail difficile entre l’ONARS et WORLD FOOD pour la distribution des denrées alimentaires.

Le HCR préconise une aide financière pour un retour volontaire des Réfugiés Somaliens.

Le HCR est un partenaire essentiel aux autres agences privés ou public à Djibouti.

Elle identifie les besoins et elle offre une protection pour ceux qui ont besoin.

M. Djibril
Assistant bénévole et ponctuel de la LDDH

______________________________________________

A POWERFUL VOICE FOR LIFESAVING ACTION
November 19, 2008

Contacts: Patrick Duplat and Jake Kurtzer

SOMALIA:

Policy Overhaul Required

View the full report at www.refugeeinternational.org

Somalia is the world’s worst humanitarian disaster and aid agencies are unable to respond to the immense scale of needs. The insecurity preventing assistance is a consequence of failed international political and diplomatic efforts. To stabilize the situation in south central Somalia, U.S. policy requires a complete overhaul, prioritizing humanitarian concerns over narrow counterterrorism objectives. Neighboring countries are bearing the brunt of the refugee outflow and more needs to be done to help them. For example, in Djibouti, the UN Refugee Agency (UNHCR) should increase its protection staff as well as identify and provide services to urban refugees in Djibouti city.

Policy Recommendations

. The incoming U.S. Administration should overhaul U.S. policy towards Somalia by taking a comprehensive regional approach, prioritizing the provision of humanitarian assistance and calling for a truly inclusive political process.

. The U.S. should provide non-earmarked funding that allows UNHCR to allocate funding in the Horn of Africa where it is most needed.

. UNHCR Djibouti should maintain daily protection staff presence in the Ali Addeh camp.

. UNHCR Djibouti should start an outreach program for urban refugees.

Patrick Duplat and Jake Kurtzer recently returned from Djibouti, Somaliland and Kenya where they assessed the humanitarian situation for displaced Somalis.
View the full report at www.refugeesinternational.org

REFUGEES INTERNATIONAL
2001 S Street, NW | Suite 700 | Washington, DC 20009
phone 202.828.0110 | fax 202.828.0819 | ri@refintl.org | www.refugeesinternational.org

25/11/08 (B475) Toujours à la pointe du progrés pour raconter des bobards, le régime de Guelleh n’hésite pas à se glorifier d’avancées alors qu’il fait reculer sans cesse les libertés et en particulier celle de s’exprimer et s’informer. (ARDHD)

_________________________________ Note de l’ARDHD

De qui se moque-t-on ?

Lancer une étude sur la diffusion et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information à Djibouti ! Cela sonne comme une insulte envers les populations.

Qui ignore que Djibouti censure sans pareil, tous les sites Internet des Droits de l’homme et de l’opposition. Le régime, la SDS et d’autres services parallèles pratiquent l’écoute systèmatique de tous les messages e-mail, de tous les SMS et bien entendu de toutes les conversations téléphoniques.

Comment envisager d’obtenir des résultats crédibles sur la diffusion des nouvelles technologies de la communication dans ces conditions. Chacun s’en méfie et les craint. Dire un mot de trop au téléphone, envoyer un SMS avec des mots interdits comme « Aff. Borrel », et vous gagnez un séjour gratuit de rêve à Gabode, avec remise en forme éventuelle sous la direction d’Hassan Saïd et bulletin de prolongation délivrée, si vous lui plaisez particulièrement, par Djama Grandes oreilles.

Bobard 1er est le roi du baratin. Il le prouve chaque jour, mais cette fois, il vient encore de frapper fort !!!!

_________________________________ Extrait de l’ADI

Lancement d’une étude sur la diffusion et l’utilisation des TIC à Djibouti

Le ministère de la communication et de la culture, chargé des postes et des télécommunications prévoit de lancer mardi prochain une étude sur la diffusion et l’utilisation des technologies de l’Information et de la Communication (TIC) en République de Djibouti.

L’objectif de cette étude est de procéder à un diagnostic du secteur des TIC et d’analyser les performances des services de téléphonie fixe/mobile, ainsi que des services Internet.

Selon le directeur des postes et des télécommunications, M. Houssein Ahmed Hersi, initiateur de ce projet, il est notamment prévu un recensement des ordinateurs individuels en service dans le pays en vue de réaliser l’impact de la diffusion du net sur la convergence des technologies des télécommunications, de l’informatique et les multimédias.

« Les enquêtes auprès des différentes catégories socioprofessionnelles devront permettre d’établir une prévision sur la facture de ces services en se basant sur des données socioprofessionnelles », a-t-il ajouté.

Pour M. Hersi, cette étude sera surtout l’occasion de cerner « les attentes des entreprises locales en matière d’utilisation des TIC ».

Toujours dans le cadre de cette étude, axée sur la diffusion et l’utilisation des TIC, une trentaine de jeunes enquêteurs djiboutiens bénéficieront lundi d’une formation technique à l’INAP.

24/11/08 (B475) Djibouti : tenue de la 4ème conférence pour la Paix en Somalie. Il semblerait que les éthiopiens n’aient pas encore commencé leur retrait de Mogadiscio, contrairement à ce qui avait été décidé, mais des voix islamistes de l’opposition qui a signé les accords, s’élèvent pour dénoncer ce retrait qui serait, d’aprés elles, une erreur grave. (5 dépêches en Anglais)

__________________________ 5 – Shabelle (En Anglais)

Shabelle / Depuis dimanche, tenue à Djibouti de la 4ème réunion des discussions pour la Paix en Somalie, sous l’égide de l’ONU. // Fourth Round of Peace Talks Open in Djibouti (En Anglais – Info lecteur)

UN-backed talks have opened will open in Djibouti on Saturday in a bid to end the civil conflict that has raged in Somalia for nearly two decades.

The talks on Saturday which will open at 10:00pm local time are aimed at bringing Somali government officials and exiled opposition leaders into direct dialogue in a push for peace.

The Islamic Courts’ Union, and the Alliance for the Re-Liberation of Somalia, their allies, demands the withdrawal of Ethiopian troops but the two sides have agreed in the early talks the Ethiopians to pull out within 120 days.

The first rounds of discussions, the two sides jointly agreed different articles including the withdrawal of the Ethiopian troops from Somalia within 120 days, but as Friday was the time the Ethiopian troops to pull no withdrawal movement were visible.

There is no sign of any withdrawal of Ethiopian troops from the civilian neighbourhoods despite today being the agreed date on the pull out.

The Ethiopian troops are still based at the positions. This will be a blow to the agreement signed by the Transitional Federal Government of Somali and the Djibouti faction of the ARS recently, if the pulls out of Ethiopian troops do not start in the coming hours.

The Somali Prime Minister, Nur Hassan Hussein, has said that Ethiopian troops will withdraw as agreed. It is not known how this will be possible though the move is widely expected.

__________________________ 4 – Shabelle (En Anglais)

Le premier ministre somalien s’envole pour Djibouti, où se tient la 4éme conférence de la paix en Somalie, sous l’égide de l’ONU. Somali prime minister flies to Djibouti

A delegate members led by the prime minister of the transitional government Nor Hassan Hussein have taken to the air on Monday from the capital to Djibouti where peace talks are going on officials said.

Its yet unknown whether the delegate will overtake Djibouti to other countries or not.

The 4th peace talks in Djibouti between the opposition group of ARS and Somali government aimed to end more than 20 yrs of civil wars in the horn of Africa nation.

In earlier rounds of such meetings, the opposition Islamic Courts’ Union had demanded the withdrawal of Ethiopian troops within 120 days. Sunday’s meeting, held under the auspices of the United Nations Political Office for Somalia (UNPOS) also followed a week during which transitional president Abdullahi Yusuf announced that his government was on the verge of collapse.

In earlier rounds of such meetings, the opposition Islamic Courts’ Union had demanded the withdrawal of Ethiopian troops within 120 days but the Ethiopian troops are yet to leave in the capital in compliance of the peace agreement.

__________________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Marche de protestations. Des centaines de manifestants ont marché dans Mogadiscio pour soutenir la nouvelle administration de la ville et son maire qui a été nommé dimanche soir. //Protestors march in capital back new regional administration

Hundreds of demonstrators have staged demonstration in the Somali capital Mogadishu showing support of the new Mogadishu administration led by Mohamed Osman Dhagahtur who has been appointed on Sunday night as the mayor of Mogadishu on Monday

The protestors including women and children have marched in Yaqshid and Karan neighborhoods north of the capital chanting recommendation words in show of support to the new administration.

Dhagahtur should think about the internally displaced persons at outside of Mogadishu one slogan one slogan read.

Waving the portraits of Dhagahtur the demonstrators have peacefully ended their demonstration hoping a new change of Mogadishus administration.

__________________________ 2 – CNN (En Anglais)

Contrairement aux accords signés à Djibouti, les troupes éthiopiennes n’auraient pas encore commencé leur retrait de Mogadiscio ce vendredi. // Ethiopian troops yet begin to withdraw from key positions in Somali capital

Ethiopians had agreed to withdraw from some bases by Friday

They were supposed to do so under a peace agreement designed to end conflict

Ethiopian troops have not yet begun to withdraw from key positions in the capital of Somalia two days after they were supposed to do so under a peace agreement designed to end years of conflict.

Ethiopian troops are yet to leave the Somlai capital despite a peace agreement.

The Ethiopians had agreed to withdraw from some bases by Friday under an agreement signed last month by the Somali transitional government and a rebel faction known as the Alliance for the Re-Liberation of Somalia.

Ethiopia invaded Somalia two years ago to expel Islamic forces who had conquered Mogadishu. Under the deal signed October 26, a cease-fire between the transitional government and the ARS went into effect November 5. The Ethiopians were to withdraw from from key positions in the capital on November 21, and leave the country entirely early in 2009.

Somali Prime Minister Nur Hassan Hussein has said that Ethiopian troops will withdraw as agreed.

Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, a moderate leader of the rebel ARS, told the local radio station Shabelle Saturday that the Ethiopian troops would pull out on schedule.

Insurgents clashed with Somali government forces and their Ethiopian allies Friday, witnesses said, leaving at least 11 fighters dead.

The fighting started when armed insurgent fighters attacked the house of a local commissioner in Mogadishu’s Wadajir district, sparking heavy fighting between the government troops guarding the house and the insurgents.

« I saw 11 men wearing red turbans on the heads dead on the ground, » local resident Mohamed Haji Ali told CNN by phone from a house near where the clashes took place. Other residents provided a similar death toll.

The commissioner whose house was attacked, Ahmed Da’d, said that his soldiers killed 17 insurgents. He displayed what he said were some of the dead insurgents for the media.

It is not clear what will happen if the Ethiopian troops remain in Mogadishu despite the October 26 peace deal. Under that agreement, government and opposition members will form a 10,000-member joint police force to keep order, along with the African Union peacekeeping mission now in place and a U.N. force to be deployed later. Both sides will work toward establishing a unity government in Somalia, which has been riven by 17 years of strife since the collapse of its last fully functional government.

Ethiopia invaded Somalia in December 2006 to install the transitional government in Mogadishu after a decade and a half of near-anarchy. The invasion had the blessing of the United States, which accused the Islamic Courts Union — which captured Mogadishu earlier that year — of harboring fugitives from al Qaeda. The Islamists responded with a guerrilla campaign against government and Ethiopian troops.

Efforts to replace the Ethiopians with an African Union-led peacekeeping mission faltered as the violence worsened, and heavy fighting in Mogadishu and other cities drove hundreds of thousands from their homes. The lawlessness also spilled on to the seas off the Horn of Africa, where international vessels are routinely hijacked by suspected Somali pirates who demand large ransoms.

__________________________ 1 –
Shabelle (En Anglais)

Le leader d’un groupe islamiste d’opposition qui a signé les accords de Djibouti, déclare que l’éventualité d’un retrait des forces éthiopiennes de somalie serait une erreur. // Islamist leader describes Ethiopian troop’s withdrawal delay as « technical errors » (En Anglais – Info lecteur)

The leader of the opposition group signed agreement with the Somali government sheikh Sharif sheikh Ahmed has described the postponement of the Ethiopian troops withdrawal from Somalia as technical slipups

Speaking to Shabelle radio by phone from Djibouti Sharif said that Djibouti is effective on him time saying that there were plans caused the rescheduling the pull out of Ethiopian troops those scheduled to pull out from the residential areas on 21st of November but he noted that there were efforts wanted to complete their departure.

The Djibouti peace agreement is as it was agreed Sharif said.

He acknowledged that world community is trying to accomplish the Djibouti peace pact articles.

He called for the pirates to stop their acts on ships seizures which he described as bad acts

Sharifs remarks come as Somali people were waiting the withdrawal of Ethiopian troops as no pull out movements could be seen in Mogadishu.