Articles

06/10/2015 (Brève 483) 1er et 2éme numéros de l’Aurore. Journal mensuel de l’USN

Nos correspondants viennent de nous faire parvenir les copies de l’Aurore, N°1, journal mensuel de l’USN, daté du jeudi 3 septembre 2015 et N°2 du 1er octobre 2015

Ci-dessous vous trouverez le fac-similé des pages de couverture avec le sommaire et l’éditorial..

30/01/09 (B483) L’Algérie pourrait envoyer un contingent de 1.700 militaires pour seconder les forces de l’UA.

___________________________________ Sud Online

L’Algérie a promis envoyer un contingent de 1700 soldats à la Mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM), a annoncé hier, le président de la Commission de l’UA, Jean Ping, qui s’exprimait à l’ouverture de la session du Conseil Exécutif à Addis-Abeba.

M. Ping n’a pas cependant indiqué la date de déploiement en Somalie du contingent algérien qui viendra s’ajouter aux 3600 soldats burundais et ougandais en place depuis 2007 pour soutenir le Gouvernement fédéral de transition (TFG) somalien dans leurs efforts de restauration de la stabilité dans ce pays resté sans gouvernement central au cours de ces 18 dernières années.

30/01/09 (B483) Le journal de la Flibuste. Deux marines de plus : celles envoyées par la Suède et par l’Italie ! Le Kenya cède aux USA et accepte de juger les pirates que la Navy capturera … (4 articles en Français et en Anglais)

______________________________ 4 – Portail des sous-marins

Somalie : Les Italiens prêts à envoyer une frégate

Le Ministre des Affaires étrangères, Franco Fratttini, l’a confirmé, le 28 janvier. L’Italie est prête à participer à l’opération européenne EUNAVFOR Atalanta, pour combattre les pirates au large de la Somalie. Une frégate avec à bord 114 personnes devrait être envoyée. Elle serait présente d’ici l’été selon un diplomate de la présidence tchèque.

______________________________ 3 – XINHUA

Des pirates somaliens détournent un navire allemand avec 13 membres d’équipage à bord

Des pirates somaliens ont détourné un navire-citerne allemand dans le golfe d’Aden avec à son bord 13 membres d’équipage, a confirmé jeudi un officiel de la marine régionale.

Andrew Mwangura, coordinateur du programme d’ assistance aux marins en Afrique de l’est (SAP), a déclaré que navire à la bannière des Bahamas, le MV Longchamp, a été attaqué jeudi à 02H30 GMT et compte à son bord 12 Philippins et un Indonésien.

« Le navire allemand a été détourné par des pirates somaliens ce matin. Le navire compte 13 membres d’équipage, 12 Philippins et un Indon ésien », a informé M. Mwangura à Xinhua par téléphone.

M. Mwangura a indiqué que la destination du cargo était l’est de l’Europe et que le navire, transportant 3.200 tonnes de gaz liquéfié, est désormais en route pour la Somalie.

______________________________ 2 – XINHUA

La Suède décide de déployer trois navires contre la piraterie au large de la Somalie

Le gouvernement suédois a décidé jeudi d’envoyer des navires pour rejoindre la mission anti- piraterie de l’Union européenne (UE) au large de la Somalie.

La contribution suédoise à la mission européenne, dont le nom de code est « Opération Atalanta », consistera en deux corvettes, un navire de soutien et une force de sécurité, a précisé le gouvernement dans un communiqué.

La participation de la Suède à cette mission devrait commencer au premier semestre 2009 et durer quatre mois au maximum.

« La participation suédoise est une réponse à la demande de l’ONU pour la protection et la sécurité des livraisons d’aide alimentaire à la Somalie fournies par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM). De plus, l’opération permettra de lutter contre le nombre croissant d’actes de piraterie au large de la côte du pays », a expliqué le ministre suédois des Affaires étrangères, Carl Bildt, dans le communiqué.

A présent, plus de 90 % des livraisons du PAM sont transportés en Somalie par voie maritime et l’interruption des livraisons auraient des conséquences dévastatrices pour le peuple somalien, a ajouté le gouvernement suédois.

L’UE a officiellement lancé une mission de lutte contre la piraterie au large de la Somalie le 18 décembre dernier, première opération navale expéditionnaire du bloc régional.

______________________________ 1 – Reuters (En Anglais)

Le Kenya a accepté de juger les pirates qui seraient capturés par la marine américaine, ce qui ouvre la voie à une action anti-pirate US dans le Golfe d’Aden. // Kenya has agreed to prosecute Somali pirates captured by the U.S. Navy, allowing U.S. forces to begin taking piracy suspects into custody on the high seas, the Pentagon said on Thursday.

U.S. and Kenyan officials signed a bilateral agreement on January 16 that calls for suspects to be tried in Kenyan courts, Pentagon spokesman Bryan Whitman said.

The pact removes a major obstacle that prevented the U.S. Navy from capturing pirates that have vexed international shipping off the African coasts for months and driven shipping insurance rates sky high.

Up to now, the United States and the other 13 countries that have sent naval vessels to the Gulf of Aden region to protect shipping have avoided legal entanglements associated with capturing pirates.

« This agreement provides a venue for the United States to turn over these individuals, » Whitman told reporters.

Whitman spoke as Somali pirates hijacked a German-owned tanker carrying liquefied petroleum gas on Thursday, the first ship seized in the Gulf of Aden in nearly four weeks.

Nine countries in the region also adopted a code of conduct on the repression of piracy on Thursday. They agreed to set up piracy information centers in the coastal cities of Dar es Salaam in Tanzania, Sanaa in Yemen and the Kenyan port city of Mombasa.

U.S. officials declined to provide further details about the U.S.-Kenyan pact, described as a memorandum of understanding, and could not say whether the Navy had begun taking pirates into custody.

Navy officials were not immediately available for comment.

But U.S. Navy Vice Adm. William Gortney, who commands U.S. forces in the region, said a day before the agreement was reached that U.S. naval forces would launch an aggressive program to capture piracy suspects.

He said the Navy would identify individual suspects aboard pirated vessels and then track and capture them after their departure.

The Navy would also begin capturing suspects caught on the high seas with « pirate paraphernalia » including AK-47 assault rifles, rocket-propelled grenades and boarding ladders, the admiral said.

Kenya reached a smaller-scale agreement with the United States on pirate prosecutions a few years ago when the piracy problem was relatively small. But the huge jump in incidents last year required a new agreement, U.S. officials said.

In 2008, 111 acts of piracy were reported, with 42 hijackings and 815 crew taken hostage. In 2007, there were 31 acts of piracy, 12 hijackings and 177 hostages taken.

(Editing by David Storey)

30/01/09 (B483) Saba / 400 immigrés arrivent illégalement au Yémen (182 Somalis et 224 érythréens), ce qui constituent le plus fort contingent depuis plusieurs mois // Over 400 illegal migrants land in Yemen (En Anglais)

About 406 illegal African migrants have landed at Yemeni coast in Al-Bandar district of Abyan governorate.

According to the information center of Interior Ministry, the African migrants were 182 Somalis, including 30 women, and 224 Eritrean refugees, including 30 women.

Security sources affirmed Yemeni coastguards didn’t received such this number of refugees coming from Africa since months.

The Somali refugees have been transported to the Kharaz camp of refugees in Lahj governorate while the Ethiopian refugees have been reserved.

Meanwhile, security authorities have seized two smuggling boats coming from the Horn of Africa and referred the boat’s owners to the official bodies in order to investigate with them.

The majority of illegal immigrants on board the ships came from Somalia. Ministry of Interior revealed that more than 1,100 Somali refugees landed in the country during the first two weeks of January.

Ministry officials estimated that the number would increase as more Somali refugees are undertaking this hazardous journey to escape their lawless homeland.

The United Nations reported that more than 43,500 illegal migrants – mostly Somalis – arrived in Yemen by boat during 2008.

In 2007, Yemeni authorities reported more than 1,400 illegal migrants were either killed or went missing while attempting to cross the Gulf of Aden.

Numerous reports indicate that smugglers are forcing refugees to jump into the water as they approach the shore, so that they – the smugglers – would not be caught by the Yemeni navy.

30/01/09 (B483) APA : discussions bi-latérales entre l’Ethiopie et le Danemark au sujet de la sécurité en Somalie et sur les résultats des efforts pour ramener la paix. // Ethiopian Prime Minister Meles Zenawi and Danish Foreign Affairs Minister Per Stig Moller held talks on Thursday on the current peace making efforts in Somalia.

The two officials agreed to enhance their cooperation on African security.

Meles told the Danish minister that ensuring lasting peace and stability in Somalia is crucial in preventing piracy along the coast of Somalia.

He said tackling the root causes of piracy, instability and lack of durable peace in Somalia should be the prime concern in stabilizing Somalia.

He called on the international community to provide the necessary support to ensure durable peace in Somalia.

Moller, who is in Addis Ababa to attend the African Union meeting, is a member of a task force established by the European Union to stop piracy.

30/01/09 (B483) APA : Le FBI s’inquiète de la « disparition » d’une vingtaine de jeunes Américano-Somaliens.

Les services de sécurité américains s’inquiètent de la « disparition soudaine » de jeunes Somaliens de nationalité américaine, qui « pourraient grossir les rangs des combattants islamistes en Somalie ».

Selon le FBI, ces jeunes pourraient avoir été victimes d’une campagne de recrutement opérée aux Etats-Unis par le groupe radical somalien Al Shabab ou d’autres formations.

Selon certaines sources, plus d’une vingtaine de jeunes d’origine somalienne ont disparu de la ville de Minneapolis au Minnesota, et seraient probablement en Somalie, du côté des groupes fondamentalistes musulmans.

La principale inquiétude des responsables de la sécurité aux Etats-Unis, est que ces jeunes pourraient éventuellement revenir aux Etats-Unis et y mener des actions terroristes. C’est pourquoi, la disparition de ces jeunes somaliens inquiète les responsables du contre espionnage américain.

Ces contraintes sont d’autant plus fondées que la volatilité de la situation en Somalie, s’est aggravée depuis le retrait programmé des troupes éthiopiennes, et la démission du Président somalien.

Le groupe Al Shabab, dont les liens avec la nébuleuse terroriste Al Quaeda ne sont pas totalement établis, figure sur la liste des organisations terroristes du Département d’état américain. Cette semaine, ce groupe a pris le contrôle d’une partie de la ville de Baidoa en Somalie, ou il promet d’appliquer la Charia islamique.

Ces jeunes Somaliens qui sont selon des sources officielles, détenteurs de passeports américains, sont nés pour la plupart, aux Etats-Unis, et ont grandi dans les grandes villes américaines, avec un tiraillement permanent entre leurs origines culturelles et le mode de vie américain.

Selon des sources officielles américaines, plus de 80 000 Somaliens vivraient dans la zone de Minneapolis.

Ils seraient arrivés aux Etats-Unis, dans les années 90, au plus fort de la famine et des tensions en Somalie. Leur séjour et leur naturalisation aux Etats-Unis ont été facilités par l’Eglise Luthérienne américaine, souligne t-on.

30/01/09 (B483) Election du Président somalien. A 17h00 (Heure de Paris), nous n’avons toujours pas d’information ni sur le résultat du vote, ni sur le déroulement. (3 articles en Français)

______________________________ Note de l’ARDHD

L’ensemble des média concernés par la région annonce l’élection du Président somalien aujourd’hui.

Est-ce un non-événement ? Comme l’avait souligné l’un de nos correspondants sur place, en faisant remarquer dans un article précédent, que cette élection était une mascarade, car c’est celle d’un Président sans territoire et sans pouvoir … pratiquement condamné à l’Exil.

En effet, selon ses estimations, les Al-Shabaab, hostiles à cette élection, contrôleraient environ 90 % du territoire somalien, y compris la ville de Baïdoa où le Gouvernement et le Parlement se sont exilés après avoir été contraints de quitter Mogadiscio.

____________________________ 3 – AFP

Début du vote pour élire le président somalien

Le Parlement somalien de transition, réuni à Djibouti en raison des violences en Somalie, a commencé vendredi à voter pour élire un nouveau chef de l’Etat, après le départ du président Abdullahi Yusuf Ahmed, poussé à la démission fin décembre.

Deux candidats sont présentés comme les favoris de l’élection, qui pourrait nécessiter plusieurs tours de scrutin: le Premier ministre sortant, Nur Hassan Hussein, et le chef de l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS, islamistes modérés), cheikh Sharif Cheikh Ahmed.

L’élection se déroule dans un climat de violences persistantes en Somalie, en guerre civile depuis 1991.

Les parlementaires ont dû se réunir à l’étranger en raison de l’insécurité généralisée dans le pays. Les shebab, insurgés islamistes opposés aux institutions de transition, ont pris lundi la ville de Baïdoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio), siège du Parlement de transition.


_____________________________ 2 – Le Figaro avec AFP

Somalie: l’élection présidentielle débute

Le Parlement somalien de transition, réuni à Djibouti en raison des violences en Somalie, a commencé aujourd’hui à voter pour élire un nouveau chef de l’Etat, après le départ du président Abdullahi Yusuf Ahmed, poussé à la démission fin décembre, a constaté l’AFP.

Deux candidats sont présentés comme les favoris de l’élection, qui pourrait nécessiter plusieurs tours de scrutin: le Premier ministre sortant, Nur Hassan Hussein, et le chef de l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS, islamistes modérés), cheikh Sharif Cheikh Ahmed.

L’élection se déroule dans un climat de violences persistantes en Somalie, en guerre civile depuis 1991.

Les parlementaires ont dû se réunir à l’étranger en raison de l’insécurité généralisée dans le pays. Les shebab, insurgés islamistes opposés aux institutions de transition, ont pris lundi la ville de Baïdoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio), siège du Parlement de transition.

_____________________________ 1 – JDD

La Somalie élit son nouveau président…à Djibouti

Le parlement somalien élit ce vendredi un nouveau chef de l’Etat, qui aura la charge de ramener la paix et la stabilité dans un pays en proie à l’anarchie et aux violences depuis la chute du dictateur Mohamed Siad Barre en 1991. Quatorze candidats sont en lice pour le scrutin, qui se déroulera à Djibouti pour des raisons de sécurité.

Le Premier ministre Nur Hassan Hussein et le dirigeant islamiste modéré de l’Alliance islamiste pour la relibération de la Somalie (ARS), le Cheikh Charif Ahmed,font figure de favoris dans ce scrutin. Le président sera choisi par une nouvelle assemblée élargie, qui comprend des opposants islamistes modérés et a été investie cette semaine à Djibouti dans le cadre d’un processus de paix placé sous l’égide des Nations unies

29/01/09 (B483) Guelleh au secours de son copain ??? Le Cheik Sharif, leader de l’ARS et probable vainqueur de la prochaine course à la présidentielle somalienne.

_________________________ Shabelle avec Reuters (En Anglais)

Le nouveau leader somalien a besoin d’être soutenu, selon les déclarations du Président de Djibouti. // New Somali leader will need support, says Djibouti president

Somalia’s new president will need a stronger mandate and international financial backing to stand a chance of bringing stability to the Horn of African nation, the president of neighbouring Djibouti said.

President Ismail Omar Guelleh, whose nation is hosting Somali reconciliation talks and a presidential election this week, said the international community must stump up money to build a viable local police force.

« He can do it, provided he is given some support … If there are some changes to the constitutional charter, and if he’s given the financial resources, he can stabilise the country. »

The 61-year-old president, who has ruled the country of some 800,000 people since 1999, was speaking to Reuters late on Wednesday in the colonial-era presidential palace that overlooks the city’s port, the mainstay of its economy.

The two frontrunners at the moment for Friday’s Somali presidential election are Prime Minister Nur Hassan Hussein and Sheikh Sharif Ahmed, the moderate Islamist leader from the opposition Alliance for the Re-Liberation of Somalia (ARS).

The new president’s first challenge will be to bring security to Somalia after 18 years of fighting between feuding clans, warlords, Islamist insurgents, government troops, African peacekeepers and the Ethiopian army.

A force of 3,500 African peacekeepers controls part of the capital Mogadishu, but elsewhere in Somalia militias and Islamist fighters hold sway.

The biggest threat to the government since the Ethiopians pulled out this week is a hardline group of Islamist fighters known as al Shabaab that wants to impose a strict version of Islamic law throughout the country.

But Guelleh said many in al Shabaab were just clan-driven bandits with no ideology other than to steal or kill — not warriors for a hardline Islamist cause as often portrayed.

« They know nothing about religion, just how to kill, » he said. « Now, they are hiding behind al Shabaab. »

Some diplomats have been pushing for a 10,000-strong local police force, and Guelleh said many young militia fighters would probably join up if given the chance.

« Once they have an institution that tells them ‘you are going to be paid, you are going to have a salary, you will be able to get married’, most of them — except the most hardline who will need to be fought — will join with the government. »

He said it made no sense for donors to pay a fortune for peacekeeping troops when plenty of Somali policemen could be hired for $100 a month: a much cheaper option than the forces sent to Sudan’s Darfur region or Democratic Republic of Congo.

Guelleh also said it would be better to concentrate power with the president and make the prime minister more of an assistant, like the vice president in the United States.

« He has to be given a mandate and they should put an end to the state with three heads, » Guelleh said, referring to the roles of president, prime minister and parliament speaker. « The president must be given the chance to turn things around. »

The previous government was hamstrung by constant feuding between former President Abdullahi Yusuf and the prime minister. Yusuf was accused of blocking peace efforts and quit in December, triggering the election process.

Somalia now has 550 members of parliament, a number some politicians feel is simply too unwieldy for a country of 10 million people that has lacked central government since 1991.

Guelleh’s country, like Somalia’s other neighbours Kenya and Ethiopia, has taken in thousands of Somali refugees from the anarchy and conflict of the last 18 years.–