Articles

26/01/2016 (Brève 652) PADD / Lettre ouverte au président de la république populaire de Chine

PADD

Parti Démocrate Djiboutien – PADD
Paix-Démocratie-Dignité
Case Postale 5608
1002 Lausanne – Suisse

Quartier 4 – Djibouti
Email : partidemocratedjiboutien@gmail.com

Tél : +41766740085 / +32465713055

Lettre ouverte au président de la république populaire de Chine

Son Excellence Xi  Jinping
9 Xihuang-Chenggen Beijie
Beijing 100032, Peoples Republic of China 

Son Excellence,
Monsieur Ismaël Omar Guelleh, président de la république de Djibouti, a accédé à la Magistrature suprême du pays grâce à son oncle germain de 1er degré, Feu Hassan Gouled Aptidon, qui avait érigé le régime dictatorial, clanico-mafieux, qui confisque et usurpe depuis 38 ans le pouvoir du peuple djiboutien.

Après deux mandats illégitimes à la tête du pays, Ismaël Omar Guelleh, change-la Constitution du pays dans l’unique but de s’assurer une présidence à vie mais depuis Avril 2011 la pression venant de l’intérieur, le peuple, et de l’extérieur du pays S’accentue sur Guelleh et son régime clanico-mafieux.

Nonobstant, pour atténuer cette pression, Guelleh choisi de mener au niveau national une politique des répressions et de massacre à grand échelle et au niveau internationale, il tente d’amadouer les pays occidentaux en se définissant comme un fervent adepte de la lutte contre les terrorismes, bien sûre avec des objectifs bien tranchés derrière la tête.

Le dictateur Djiboutien a compris qu’il ne pouvait plus facilement manipuler les pays Occidentaux et surtout, suite à sa convocation à la maison blanche du 05 mai 2014 par Le président Obama, il a su que les regards de l’occident sur son régime étaient plus Constants et consistante qu’avant.

Et d’ailleurs, le président Obama qui n’apprécie guère les dictateurs Africains, lui a réservé un accueil glacial loin du protocole et des honneurs réservés aux hôtes de la  maison blanche. Pour le président Obama, l’objectif de cette visite, était autre part, remettre au dictateur un avertissement clair et de lui tracer la ligne rouge à ne pas franchir en matière de location du bout de terre où il officie.

Pour passer son message, Obama avait besoin d’un face à face avec le dictateur Djiboutien afin de lui expliquer les inquiétudes de l’occident à l’égard des agissements du régime de Guelleh.

Guelleh,  à la recherche de la protection d’une puissance internationale sous laquelle il compte bâtir son entreprise d’un régime tyrannique clanique et héréditaire, dévoile un coup de foudre intensive pour les systèmes économique et politique de la Chine.

Avec des éléphants blancs, ces réalisations d’envergures et prestigieuses mais qui s’avèrent plus coûteuses que bénéfiques, dont leurs exploitations ou leurs entretiens deviennent un fardeau financier endettant le pays et son peuple de plus en plus au point d’atteindre à la limite de soutenabilité soit 60% PIB. Une telle politique d’endettement est particulièrement irresponsable compte tenue de la situation économique de Djibouti. Il s’agit d’un pays de services (son secteur tertiaire représente 82 % du PIB), très vulnérable car l’État est le principal employeur du pays – dans un pays où 65 % des actifs sont déjà au chômage. Malgré le manque de transparence sur les chiffres réels des comptes publics, l’augmentation du niveau d’endettement est estimée à environ 10 points de PIB par an depuis deux ans.

Les causes sont les prêts non concessionnels de l’Exim Bank of China (EBC) inclus dans le financement des grands chantiers d’infrastructures que vont réaliser des firmes chinoises et dont les prêts dépassent le 1 milliards de dollars – avec un remboursement prévu en dix ans, sans période de grâce, et à un taux d’intérêt supérieur à 5%.

Il faut rappeler que les financements de la Banque mondiale (BM) sont fixé avec un taux d’intérêt de 2%, avec l’étalement des remboursements sur trente ans et une période de grâce de plusieurs années permettant de ne rembourser le crédit qu’une fois le projet réalisé et rentabilisé. Il faut aussi rappeler que la BM est plus regardante sur les réalisations des projets investis.

Entre autre, la moitié des prêts en question finissent dans les poches de Guelleh et des adeptes de son régime ce qui n’est nullement une surprise dans un pays qui se positionne à la 107e place selon le classement de Transparency International sur 175 pays.

Quant à la politique, il prétend importer et appliquer à Djibouti dans les années à venir un système calqué sur le pouvoir politique opérationnel en République populaire de Chine (RPC). Ce projet politique contenu dans son « livre rouge », actuellement 3 limité à l’intérieur des quatre murs de son palais d’haramous, n’est rien d’autre qu’un tour de passe-passe copié du régime de Siad Barre de la Somalie. À l’époque l’URSS avait fondé de grands espoirs sur son aide au développement de la « jeune nation » somalienne qui constitue, au début des années 1970, l’un des principaux axes de son implication en Afrique mais l’URSS qui a constaté tardivement l’objectif caché de Siad Barre est contrainte d’y quitter avec un échec amer au fond de la gorge.

Au niveau national et sur la scène internationale en prétextant combattre l’impérialisme Siad Barre avait créé des forces de répression (miliciens, les casques rouge, etc..) pour massacrer ou faire disparaître toutes voix discordantes ou dénonciateurs de son projet. En profitant de cette occasion, il a édifié un régime clanique qui a conduit la Somalie, une vraie nation, dans un chaos que personne n’arrive toujours à y remédier 24 ans après la chute du régime.

De la même manière Ismaël Omar Guelleh tient des propos semblables dans ses discours en langue somalienne. Suite au massacre du 21 décembre 2015 à Buldhuqo commis sur des citoyens de la tribu Yonis- Moussa (l’ethnie la plus largement majoritaire à Djibouti) au cours d’une cérémonie traditionnelle, Guelleh a tenté de justifier son acte lâche, comme d’habitude en cherchant des coupables occasionnels. Au cours d’une cérémonie de Mulud-al-Nabi anticipé tenue le 22 décembre 2015 à la Corniche, un restaurant situé à deux pas du palais présidentiel, Guelleh a accusé des pays occidentaux ayant des forces armées stationnés à Djibouti d’être les responsables indirects du massacre de Buuldhuqo le 21 décembre 2015 parce qu’ils sont d’après lui, opposés l’arrivée à Djibouti de ses nouveaux amis de l’Asie, la Chine populaire.

Toujours comme Siad Barre, Guelleh a créé une armée clanique dénommée Garde Républicaine, des forces populaires constitués des jeunes dirigeants par des hommes de sa famille et des miliciens qui rentrent en action pour des missions précis. Ces miliciens commandants sont à majorité des natifs de la Somalie du Sud recrutés avec le concours du propriétaire de la compagnie AL BARAKA EXCHANGE L.L.C. Ali Ahmed Nur Jumale, un commerçant somalien inclus avant février 2012 dans la liste de l’ONU recensant les terroristes et leurs soutiens dans le monde. Cet individu blanchi une partie de l’argent que le président de Djibouti détourne dans les recettes de l’état à travers la société Al BARAKA.

L’URSS n’avait fait aucun mal au peuple somalien mais ce dernier ne la porte toujours pas dans son cœur parce qu’il l’associe indirectement à cette période sombre de l’histoire de la nation somalienne.

De même, aujourd’hui le peuple djiboutien commence à voir d’un mauvais œil la relation absconse entre la puissante Chine et le régime tyrannique de Guelleh.il est courant de voir ces derniers mois sur des murs de la vile de Djibouti des graffitis avec de slogans anti-régime dont le nom de la Chine y est associé « Non un quatrième mandat et non à la Chine ».

Cette inquiétude grandissante du peuple djiboutien est fondée quant à l’accord secret conclu entre le régime de Guelleh et Pékin, le coup de foudre sans préambule et l’arrivée sur son sol des forces armes chinois.

L’accord secret entre le régime de Guelleh et Pékin peut contenir des clauses qui vont à l’encontre des intérêts du peuple djiboutien et à leur sécurité ;

Le coup de foudre sans préambule de Guelleh pour la Chine a créé beaucoup des soupçons ;

L’arrivée des forces armées chinoises à Djibouti créera des tensions inutiles avec des forces occidentaux présents déjà sur le djiboutien et cette nouvelle donne aura des causes négatifs sur l’économie de ce petit pays plus particulièrement sur les investissements directs généralement considéré comme positif sur la croissance des pays d’accueil, notamment grâce aux transferts de technologie induits.

Cependant, par la voix du PARTI DEMOCRATE DJIBOUTIEN – PADD – le peuple djiboutien sollicite à la Chine des points suivants :

1 – que Pékin octroie des prêts au régime de Guelleh moyennant des accords sur lesquels sont solidement notifiés des clauses garantissant son bon usage ;

2 – la publication dans les médias internationaux de l’accord de défense secret conclu entre le régime de Guelleh et la Chine ;

3 – l’annulation de toute construction de bases militaires chinoise à Djibouti et le stationnement de vos forces armées sur notre territoire.

Croyant bénéficier de la compréhension des dirigeants de la République populaire de Chine et étant disposé à vous exposer de vive voix les inquiétudes du peuple djiboutien, vous prie d’agréer, Son Excellence le Président, les salutations et remerciements de notre parti et du peuple djiboutien en général.

En Suisse, le 21 janvier 2016
Président de PADD
HASSAN CHER HARED

Copiés à : UA – Ligue Arabe – ONU

15/04/2012 (B652) Parmi les nombreux messages de condoléances adressés à la famille de Jean-Paul Noël Abdi, nous publions ceux de MM Houssein Andoleh (mandataire de la LDDH au Canada) et Mohamed Alhoumekani (Bruxelles)

__________________________ 1 – Houssein Andoleh



Message de condoléances à la famille Abdi Noel.



C’est avec une grande tristesse que je viens d’apprendre le décès de Jean-Paul Abdi Noel, le Nelson Mandela djiboutien, grand défenseur des droits de l’homme et grand héros de l’indépendance de Djibouti.



Tout au long de sa carrière comme homme politique et défenseur des droits de l’homme, il a constamment cherché à rassembler les Djiboutiens au profit d’une noble cause. Pour sa droiture et son amour envers notre pays, il est un exemple pour nous tous et il laissera un grand vide. Par sa personnalité, ses idées et sa détermination il a su conquérir le cœur de nombreux Djiboutiens.



Jean-Paul était un homme courageux, les démocrates et l’ensemble des Djiboutiens doivent se rassembler et continuer son combat pour faire de ce pays un meilleur endroit où vivre.



Les Djiboutiens du Canada adressent leurs sincères condoléances à la famille Abdi Noel.

Houssein Andoleh

Mandataire de la LDDH au Canada

_________________________ 2 – Mohamed Alhoumekani



C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de M. Jean Paul Noël Abdi. Grand défenseur des droits de l’homme à Djibouti, il a été un acteur exemplaire pour la lutte pour la liberté, démocratie et les droits pour tous (tes) citoyens (nes) de notre pays.



Jean Paul Noël a été le premier à dénoncé l’expulsion illégale de ma famille par le régime,en dénonçant cet acte alors qu’il était présent dans le pays. Il avait pris des risques considérables, alors que certains représentant de l’opposition résidant à l’étranger n’ont même pas fait un geste.



Je lui rend personnellement un grand hommage. Son nom a désormais marqué le combat pour la liberté, et le régime dictatorial. IOG devra s’expliquer un jour pour toutes les souffrances qu’il a fait subir.



Je présente ainsi toutes mes sincères condoléances à la famille du défunt qui est un héros national



INA LILAH OU INA LILAHOU RAJIINE

18/04/2012 (B652 -B ) Quotidien du Peuple (Chine) avec Xinhua. Djibouti dément les informations publiées par Der Spiegel à propos d’un chargement d’armes iraniennes dans le port de Djibouti sur un cargo allemand et à destination de la Syrie

Transport d’armes pour la Syrie : Djibouti rejette l’accusation

Suite aux informations publiées par le magazine allemand "Der Spiegel" selon lesquelles un navire allemand a transporté du matériel militaire iranien pour la Syrie via Djibouti, les autorités du Port de Djibouti ont rejeté formellement "ces accusations calomnieuses".

Selon le directeur général du Port Autonome International de Djibouti, M. Saad Omar Guelleh, l’Atlantic Cruiser, bateau incriminé, a bel et bien effectué un séjour à Djibouti du 3 au 7 avril 2012, mais n’a opéré le moindre embarquement à son bord durant ce temps.

"L’Atlantic Cruiser a seulement débarqué cinq conteneurs de matériels civils destinés à l’Ethiopie" a-t-il déclaré, en précisant par ailleurs qu’aucune trace de navire iranien ayant récemment accosté au Port de Djibouti n’a été relevée à l’issue des vérifications du registre, bien à jour, des mouvements de bateaux venant ou quittant Djibouti.

"Le gouvernement comme les autorités du Port de Djibouti sont vigilants quant au strict respect des résolutions des Nations Unies", a martelé le directeur général du Port. L’hebdomadaire allemand Der Spiegel a publié un article arguant que le navire "Atlantic Cruiser", appartenant à l’armateur allemand Bockstiegel, avait pris dans sa cargaison dans le port de Djibouti des armes destinées au régime de Bachar al-Assad, qui étaient auparavant sur un cargo iranien.

Samedi dernier, les autorités allemandes ont annoncé l’ouverture d’une enquête sur un cargo de propriété allemande qui aurait tenté d’acheminer des armes venues d’Iran au régime syrien.

18/04/2012 (B652-B) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. Message de condoléances de Paul Martial / Afriques en lutte

Jean-Paul Noël Abdi vient de nous quitter. Infatigable combattant des droits humains à Djibouti, il a dû subir tout le long de son combat, la répression, la prison et les mauvais traitements. Depuis des années le pouvoir français ne cesse de soutenir Ismaïl Omar Guelleh qui fait régner sur son pays corruption et arbitraire, la voix de Jean-Paul Noël ne se fera plus entendre pour dénoncer cette politique.

Mais nous savons que d’autres suivront son exemple de courage et continueront son combat.

C’est le plus bel hommage que l’on puisse rendre à Jean-Paul Noël Abdi. Afriques en lutte exprime toute sa solidarité à sa famille, ses amis et ses compagnons de lutte.

Paul Martial
Afriques en Lutte

14/04/2012 (B652) Confirmation de nos soupçons sur de possibles trafics illégaux d’armes qui passeraient par le port de Djibouti ? C’est ce que révèle Le Figaro en signalant l’immobilisation d’un navire allemand … (Sources AFP / Der Spiegel)

Le Figaro avec AFP : Syrie: un navire stoppé avec des armes

Un cargo allemand avec des armes iraniennes à destination du régime syrien a été stoppé à 80 kms au large du port syrien Tartus, affirme aujourd’hui l’hebdomadaire allemand Der Spiegel sur son site internet.



Il y a quelques jours, le navire « Atlantic Cruiser », appartenant à l’armateur allemand Bockstiegel, basé à Emden (nord de l’Allemagne), avait pris dans sa cargaison dans le port de Djibouti des armes destinées au régime de Bachar al-Assad, qui étaient auparavant sur un cargo iranien.



Grâce à des transfuges du régime syrien, le contenu du chargement a été divulgué et l’armateur a été averti, continue le journal allemand. Là-dessus, « l’Atlantic Cruiser » a changé de cap vendredi après-midi, en direction du port turc Iskenderun.



Il s’est ensuite arrêté à 80 kms de Tartus et a tourné en rond pendant plusieurs heures. « Nous avons stoppé le bateau après avoir été averti que le chargement contenait des armes », a indiqué un responsable de la société chargée de gérer les cargaisons de « l’Atlantic Cruiser », la firme C. E. G. Bulk Chartering, Torsten Lüddeke, cité par le Spiegel Online. « On nous a dit que cette cargaison contenait des pompes et d’autres appareils de la sorte », a-t-il ajouté, affirmant qu’ils n’auraient jamais laissé charger des armes à bord.



Le cargo avait été loué à la firme ukrainienne White Wale Shipping à Odessa.L’ONU enquête sur des transferts d’armes de l’Iran vers la Syrie qui ont été opérés ces derniers mois en violation des sanctions internationales contre Téhéran.



La résolution 1747 du 24 mars 2007 instaure notamment un embargo sur les achats d’armes iraniennes.

15/04/2012 (B652) 20 Minutes (France) / L’Allemagne enquête sur un cargo chargé d’armes destinées à la Syrie

Les autorités allemandes ont dit samedi mener une enquête sur un cargo de propriété allemande qui aurait tenté d’acheminer des armes venues d’Iran au régime syrien, selon une information publiée par Der Spiegel sur son site Internet.



D’après l’hebdomadaire allemand, l’Atlantic Cruiser a chargé sa marchandise cette semaine à Djibouti et a changé vendredi de cap au milieu de sa traversée pour prendre la direction d’Iskenderun en Turquie vendredi, car la cargaison était sur le point d’être découverte.



Le navire s’est alors arrêté à environ 80 km au sud-ouest du port syrien de Tartus, sa destination initiale. On ignore depuis le trajet du cargo.



Une porte-parole du ministère de l’Economie a indiqué que les autorités allemandes souhaitaient faire toute la lumière sur le chargement du bateau qui appartient à la société Bockstiegel.



«Nous essayons de vérifier s’il y a eu une rupture de l’embargo (sur les armes)», a-t-elle dit.



Bockstiegel n’était pas joignable dans l’immédiat pour commenter l’information.

14/04/2012 (B652) (Message reçu le 8/04) Communiqué de l’ARD pour diffuser l’interview que Kassim Ali Dini a donné à Réalités (Propos enregistrés par Maki Houmedgaba)

ALLIANCE REPUBLICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT

ARD

Djibouti, le 8 avril 2012

Interview du secrétaire général de l’ARD,

M. Kassim Ali DINI




Les nouvelles sont rares ces temps-ci depuis Djibouti.

Ce qui alimente toutes sortes de rumeurs. Réalité en ligne a donc sollicité une interview du secrétaire général de l’ARD,Kassim Ali Dini pour y voir un peu plus clair.

Réalité : Depuis les commémorations  du 20e  anniversaire du massacre d’Arhiba le 18 décembre dernier et celle du 18 février 2012  suivie de la tournée  dans le nord du pays il ya un mois, les dirigeants de l’ARD en général et vous-même en particulier semblez avoir disparu des écrans radars, que se passe t-il ?



Kassim Ali Dini : S’agissant de ma petite personne, je n’ai jamais cherché à crever quelque écran que ce soit, radar, cathodique ou médiatique. A l’ARD, il n’y a ni one man show ni encore moins vedettariat : chaque responsable, quel qu’il soit s’exprime en toute autorité sur quelque sujet que ce soit et engage ce faisant tout le parti. En clair, nous sommes un parti démocratique où tout se discute. De part mes fonctions, mon devoir premier est d’œuvrer au bon fonctionnement et renforcement du parti sur le terrain du concret. Car non seulement la dictature que nous combattons utilise l’argent public pour monopoliser les médias à l’intérieur et contrôler beaucoup d’autres à l’extérieur : chaînes radio-tv, et même certains sites internet commençant par DJIB… polluant également Twitter et Facebook.

Réalité : Face à ce régime totalitaire, comment se présente l’élargissement et le renforcement de l’opposition ?



KAD : Nous y travaillons avec tout le sérieux  qu’exige une telle entreprise ; et conformément à nos principes,  nous allons travailler avec ceux  que chaque composante de la communauté nationale à a offrir de meilleur  en termes de convictions, de détermination et de légitimité. Pour nous  la recomposition de l’opposition nationale suit son cours de façon irréversible.



Des démarches concrètes verront bientôt le jour.



A notre avis, tout le monde s’accorde sur la nécessité de mettre en place un cadre de lutte mieux adapté. C’est-à-dire, trouver la bonne synergie entre l’évidence nécessité du travail de terrain et l’incontournable partenariat des forces vives de la diaspora. Ce qui manque jusqu’à présent. C’est donc à cette lacune que nous avons le devoir de remédier tous ensemble dans un esprit de responsabilité.



Soyons encore plus clairs. Nous voulons instaurer la démocratie d’abord au sein de l’opposition. Donc  de notre point de vue, chaque partie désireuse de jouer un rôle constructif dans cette reconfiguration a parfaitement le droit de proposer un projet de charte constitutive étant bien entendu que la charte finale sera entérinée  lors d’une rencontre plénière et dans un cadre approprié.



Réalité : Mais tout ça semble prendre du retard, et la crainte d’un blocage se profile…



KAD :
Je ne pense pas qu’il y’ait une quelconque intention de blocage de la part de qui que ce soit. Car tout véritable démocrate sait qu’il n’ya qu’un seul adversaire : ce régime dictatorial à l’agonie qui bafoue la citoyenneté en refusant des cartes d’identité nationale à de véritables citoyens, et qui dans le même temps se permet d’offrir des passeports Djiboutiens à des individus peu recommandables …



Alors qu’il retire ou refuse de renouveler ces passeports à d’éminents dirigeants de l’ARD. Ce régime qui gouverne par la famine, impose à notre peuple d’effroyables conditions de vie en tuant la Santé, en rendant l’Education analphabète,  en condamnant  nos compatriotes sans distinction à la mendicité, l’indigence, bref à l’indignité. Le seul combat dont un démocrate digne de ce nom doit se préoccuper, c’est comment rendre l’opposition la plus efficace possible pour en finir avec cette caricature bête et méchante d’Etat néocolonial.



Pour avoir sacrifié de longues années de ma vie dans le maquis,  permettez-moi de rappeler une réalité que certains (à commencer par le régime) cherchent vainement à occulter : notre pays a connu de 1991à 2001 un douloureux conflit civil dont ni les causes ni les conséquences n’ont été traitées.  Or une  paix durable  ne peut ne peut exister quand s’aggravent chaque jour la ségrégation, l’arbitraire, l’injustice, en un mot, le déni de Djiboutianité.



Réalité : Merci d’avoir rappelé certaines vérités, mais pendant ce temps le régime ne chôme pas dans l’espoir de perdurer et semble pour cela encourager la création de nouveaux partis qui ne s’occuperont que de problèmes sociaux et religieux dans la perspective des législatives de 2013 et…



KAD : Restons sérieux ! Les problèmes sociaux sont avant tout des problèmes politiques, parce que  ce sont des politiques de développement mal pensés, conçus sur des bases sectaires et alimentant la corruption généralisée qui expliquent la situation actuelle de faillite de l’Etat djiboutien.



Mais vous avez tout à fait raison de dire que comme  lors des pseudo-consultations régionales du début de cette année,  le régime cherche à mettre en place une nouvelle classe politique plus docile  pour mystifier la communauté internationale et noyer le message de la véritable opposition.



Mais personne n’est dupe. Et c’est pour cela que la véritable opposition démocratique reste incontournable car elle seule pose les vraies questions et propose les vraies solutions.

Propos recueillis par

Maki Houmedgaba

20/04/2012 (B652-B) Disparition de Jean-Paul Noël Abdi. Trois vidéos sur Youtube en hommage. Abdirahman Omar Kahin, Abdillahi Ojor et Mohamed Awalleh expriment leur tristesse et adressent leurs condoléance dans des vidéos disponibles sur YouTube

1 – Abdirahman Omar Kahin

 

2 – Abdillahi A. Ojor

3 – Mohamed Awalleh