31/08/03 (B210) Face à ce qui risque de devenir l’une des catastrophes humanitaires de la décennie, le Gouvernement xénophobe, incapable de maîtriser humainement la situation critique, repousse au 15 septembre l’ultimatum d’épuration ethnique dans la République (AFP)

Ultimatum repoussé
de 15 jours pour les clandestins de Djibouti

DJIBOUTI, 31 août
(AFP) – L’ultimatum lancé par les autorités de Djibouti aux
clandestins pour qu’ils quittent le pays avant dimanche minuit a été
prolongé jusqu’au 15 septembre minuit, a annoncé à la
presse le ministre djiboutien de l’Intérieur.

“Le gouvernement
djiboutien a accordé aux retardataires qui n’ont pu partir un délai
supplémentaire de quinze jours allant du 1er septembre au 15 septembre
2003 inclus”, a annoncé à la presse le ministre Abdoulkader
Doualeh Waïs.

“Aucun autre délai
ne sera accordé après le 15 septembre”, a ajouté
le ministre, qui s’est en outre félicité de la “volonté
réelle de la grande majorité des personnes en situation irrégulière
à partir”.