06/11/04 (B271) Mise en garde d’un lecteur contre les prises de position de Maître Aref, en faveur du régime corrompu et sanguinaire de Guelleh. (Lecteur)

Cher monsieur Schaal,

Je vous écris
pour mettre en garde l’opposition contre certaines positions de Maître
Aref. Devenu le soutien (inconditionnel ?) du Dictateur et de sa femme,
il est l’un des le plus dangereux pour l’opposition et pour tous les démocrates.

En effet, il s’appuie
sur l’excellente réputation qu’il avait acquise (à l’époque
où il était un opposant sincère, défenseur des
Droits de l’Homme et des victimes du régime)
auprès d’un
certain nombre d’organisations internationales. Fort de cela, il ne cesserait,
aujourd’hui, de vanter partout et avec éloquence (reconnaissons-le)
les soi-disants mérites du régime auquel il s’est rallié
ainsi que de l’Unfd de cautionner publiquement la thèse d’IOG et la non-implication du régime dans le meurtre du Juge Borrel.

A mon avis, il convient
d’informer toutes les organisations internationales, dont les Nations Unies,
sur le retournement à 180° de Maître Aref. Il faut qu’elle
sache qu’il combattrait désormais plus volontiers tous les opposants et tous les démocrates,
en apportant un soutien sans faille au régime d’IOG.

Ce dernier est ravi de
l’aubaine et il a énormément recours à ses services,
car ses autres conseils (traditionnels) comme Maître Martinet, récemment
impliqué par la Justice française (dans le cadre d’une plainte
pour subornation de témoins) ne sont plus véritablement crédibles.

Beaucoup de donneurs d’ordre
ou de responsable de secteurs au sein d’organisation internationale sont insuffisamment
informés ; ils le considèrent toujours comme un ancien opposant
Djiboutien et son message a plus de chance de passer.

Il faut agir de toute
urgence auprès de la Communauté internationale et des grandes
organisations, afin qu’elles disposent de tous les éléments
d’appréciation, avant de décider de lui confier une mission
officielle, son avis pouvant être influencé par ses nouvelles amitiés ….

Une rumeur dit qu’à Djibouti,
une grande majorité de ses anciens clients se seraient redéployés vers les autres avocats, car ils l’auraient tout simplement
quitté, franchement déçus par son retournement de veste. (Cette information vous est donnée avec réserve, car nous ne disposons pas de données assez précises sur l’hémoragie véritable des clients.)

L’opposition devrait
contribuer largement à l’information des Somalis à Djibouti,
dont il parle couramment la langue. Au sein de la communauté Afar,
la situation est moins critique, dans la mesure où les proches du régime
auraient déjà pris des dispositions conservatoires : en l’empêchant,
par exemple, d’être invité dans les manifestations publiques
car ils ont peur qu’il ne prenne leur place en s’imposant aux côtés
du Dictateur. L’opposition Afar complétera le travail.

Merci à l’ARDHD de publier ce texte d’alerte.


_____________________ Note de l’ARDHD
Merci de votre contribution que nous publions, avec les réserves normales
concernant la vérification de vos affirmations.

Nous vous rappelons que nous ne sommes pas restés les bras croisés et que l’ARDHD :

– a été créée en 1982 pour défendre Maître Aref et son oncle qui avait
été incarcéré pendant plusieurs mois dans de terribles conditions,

– a lancé le premier site Internet sous le nom Liberté-Aref en 1999, lorsque
Maître Aref a été incarcéré par Guelleh, probablement pour éviter qu’il ne
lui fasse de l’ombre à l’époque dans la course à la Présidence,

– a décidé de changer le nom du site en juin 2001, constatant les nouvelles
positions de Maître AREF et sa rupture avec les principes qu’il avait défendu
auparavant. Le site est alors devenu ardhd.org

– a informé RSF et Survie,

– a pris contact, en décembre
2003, avec l’UIDH (l’Union Interafricaine des Droits de l’Homme) pour signaler
le changement d’orientation de Maître Aref.

Lors du congrés d’Ouagdougou, il a été démis officiellement, non seulement
de son poste de représentant pour Djibouti mais aussi de Vice-Président de
l’Organisation (Il avait été élu à ce poste, durant son incarcération au deuxième
semestre 1999). Depuis ce congrés, c’est Jean-Paul Noël Abdi, Président de la LDDH qui le remplace et qui représente
l’UIDH à Djibouti.


Un lecteur, ayant un peu d’imagination, pourrait croire en voyant cette
photo publiée par La Nation (support officiel de Guelleh), que
Maître Aref menace l’ARDHD, en dépit de tout ce qu’elle
a fait pour défendre sa cause pendant dix ans, entre 1991 et
2001. Mais il n’en est rien, car cette photo a été prise
dans le cadre de l’affaire Borrel où Aref a pris la défense
de Guelleh.

Selon
certaines informations que nous détenons, Maître Aref serait le conseil
personnel du Général Zakaria et il pourrait avoir joué un rôle majeur
dans les quatre plaintes qui ont été déposées par ce dernier, en milieu
2003, contre notre Association.

Le fait que Maître Aref, dès 2002, rompant avec les devoirs sacrés de la
reconnaissance et de l’amitié, nous ait menacé d’attaquer
l’Association en diffamation, pourrait-il servir de confirmation à ce dernier point ?

Enfin, nous rappelons à ce lecteur que Maître Aref a eu l’immense honneur
d’être coopté par l’Ordre des Brosses à Reluire, le 3 avril 2003
au grade de “Corbeau repenti”.