02/08/05 (B309) Le docteur Madyan ne peut être responsable de la gabegie et des détournements à l’hôpital : je l’ai bien connu et ce n’est pas son style (Lecteur)

Sans aucune intention de susciter la moindre polémique, il me parait juste de prendre la défense du Médecin militaire Madyan qui est mis en cause par l’un de vos lecteurs.

Il se trouve que je l’ai bien connu comme de nombreux médecins de l’Armée nationale djiboutienne. Ce sont des hommes qui ont rempli avec abnégation, leur devoir de Médecin et de citoyens envers tous les Djiboutiens quel que soit leur rang et leur situation de fortune : pauvre ou riche, militaire ou civil, prince ou SDF, chacun a pu trouver une assistance auprès d’eux.

Je souhaiterais que ces quelques mots soient publiés sur votre site.

Mais que chacun comprenne bien aussi que je ne désire pas être à l’origine d’un débat, car je suis bien d’accord sur le cas d’Odette Haid et je partage en tout point les affirmations de votre lecteur à son sujet.

Pour exemple, une femme qui se fait soigner à Paris pour des problèmes capillaires, une femme qui essaie de faire “avaler” aux Djiboutiens sa soi-disant sociabilité, son soi-disant dévouement envers les pauvres, sa soi-disant générosité, et qui fait l’inverse, n’a à attendre aucune compassion.

Ce n’est pas le cas des Médecins militaires désintéressés qui ont choisi d’exercer un sacerdoce et qui sont placés, à leur corps défendant entre les mains de l’ogre et de celle de l’ogresse, probablement pire que le premier.