16/08/05 (B311) Les dernières nouvelles de l’économie “officielle” : contradiction, opacité et emprunt à Gogo. Risque avéré de sur-endettement de la Population djiboutienne et confirmation de la généralisation du paiement des soins médicaux, comme nos lecteurs l’écrivent … (Cf dernier Conseil des Ministres – ADI)

Le 31 juillet, Ali Farah Assoweh, digne successeur de Yacin Elmi Bouh aux Finances, avait été coopté dans l’ordre prestigieux des Brosses à Reluire, au grade de Courtisan servile.

A l’époque, il avait déclaré, en particulier, dans La Nation

“Les recettes budgétaires sont stabilisées, les dépenses budgétaires sont rationalisées, les dépenses allouées aux secteurs sociaux ont connu un accroissement et l’investissement financé sur ressources intérieures a augmenté sensiblement. (…)

Propos aussitôt démentis (sans réelle surprise) lors du dernier Conseil des Ministres (Source ADI) :

1 – que les recettes sont en baisse parce que l’économie se porte extrêmement mal (ce que les populations ont bien mesurées sur le terrain …)

(…)le projet de budget rectificatif de l’état pour l’exercice 2005 est Arrêté en recettes et en dépenses à la somme de quarante cinq milliards six cent soixante  dix huit millions sept cent soixante sept francs Djibouti(45 678 767 000 ). 


Ce budget est en baisse de plus de (850 000 000 FDJ) huit cent cinquante sept millions par rapport au budget initial adopté au début de cette année. Cette diminution résulte d’une révision à la baisse de prévisions aussi bien des recettes extérieures que des recettes intérieurs marquées par la décision d’assurer une adéquation totale entre d’une part les ressources nationales attendues et d’autre part les dépenses prévues pour l’exercice en cours (…)

(…) En matière de dépenses, le budget rectificatif prévoit une légère progression de la masse salariale due entre autre à l’ouverture de trois nouvelles ambassades (*1), et une baisse substantielle de dépenses de matériels grâce à la maîtrise des dépenses d’eau, d’électricité et de téléphones des différents départements ministériels. Le budget rectificatif 2005 se caractérise également par une hausse de dépense d’investissement et de transferts (*2)(…)

2 – Que le Gouvernement va souscrire une nouveau paquet d’emprunts pour pallier le manque de recettes et l’augmentation des charges, avec une situation de sur-endettement pour la Population :

Parmi les emprunts qui vont sur-endetter le peuple djiboutien :

2) Projet de loi portant ratification d’un accord de prêt entre la république de Djibouti et le fond africain de développement :
Ce projet de loi a pour objet la ratification d’un accord de prêt d’environ quatre milliards cinq millions de francs Djibouti entre la république de Djibouti et le fond africain de développement. (…)

3) Projet de loi portant ratification d’un accord de prêt entre la république de Djibouti et le fonds koweitien pour le développement économique et arabe.

Le projet de loi a pour objet la ratification d’un accord de prêt d’environ trois milliards cent millions de francs (3 100 000 000) entre la république de Djibouti et le fonds koweitiens pour le développement économique et arabe. (…)

4) Projet de décret relatif à la mise en place de crédit d’avance

ce décret a pour objet conformément à l’article 12 de la loi n°107 du 29 octobre 2005 relative au lois de finances,la mise en place au titre du budget rectifié de l’exercice 2000 d’un crédit global de cent vingt et un millions huit cent quarante quatre mille francs (121 844 000 FD)
(…)

Généralisation du paiement des soins par les malades :
Cela confirme les alertes lancées par nos lecteurs. Désormais les malades devront d’abord payer les soins …

7) Projet d’Arrêté portant réglementation des tarifs de consultations, d’hospitalisation, des actes de soins divers et de prestation diverses dans les formations sanitaires dépendant du ministère de la santé.



Le projet d’Arrêté réglemente les tarifs des consultations, d’hospitalisation, des actes de soins divers, des analyses biologiques, des examens radiologiques et des prestations diverses des formations sanitaires dépendant du ministère de la santé. Les objectifs du projet d’Arrêté consistent à généraliser la participation financière de la population aux coûts de la santé par le biais du système de recouvrements des coûts. (..)

(…) La mise en place du système de recouvrement partiel des coûts nécessite une participation effective de la communauté à la planification, à la gestion et à la définition des besoins sanitaires de la population. (…)

(*1) Pour caser les supporters de Guelleh et favoriser les trafics, comme celui du sucre en poudre, initié avec Cuba ?

(*2) Transferts sur les comptes de Guelleh ? Pas plus de précisions …