27/06/06 (B356-A) GED : communiqué pour souhaiter au peuple djiboutien, en dépit de la situation actuelle, de passer de bonnes fêtes, à l’occasion des réjouissances du 27 juin, anniversaire de l’indépendance confisquée.


Le Président

Message du Président du GED
à l’occasion du 27 juin 2006

 

Au nom de tous les membres du Gouvernement en Exil, j’adresse mes meilleurs voeux à l’ensemble de la population djiboutienne, qu’elle soit au pays ou à l’étranger, à l’occasion du 29ème anniversaire de notre indépendance “confisquée” .  Mes voeux s’adressent particulièrement à tous nos fonctionnaires, à nos soldats et à nos policier qui effectuent leur mission dans des conditions difficiles et qui, dans leur immense majorité, appliquent nos lois avec honnêteté, conscience et dévouement.

Durant ces 29 années, la population a du endurer : le chômage, les retards multiples dans le paiement des salaires, le manque cruel de médicaments et de soins, les coupures d’eau et d’électricité.

Au fil des années, Djibouti a retrouvé les conditions de vie de 1956 où la lampe à pétrole était le seul moyen de s’éclairer. 

Je dénonce aussi :

– l’arrestation arbitraire de nos syndicalistes élus démocratiquement, des enseignements du premier et du second  degré et de plusieurs dirigeants des partis politiques de l’opposition. 

– l’ emprisonnement et la torture appliqués à des hommes et des femmes innoncentes, (A titre d’exemple, quatre citoyens de RER HIRAB sont séquestrés au motif de faire parti de l’opposition)

– les opérations militaro-policières conduites avec violence dans le pays en général et surtout dans le nord en particulier.

Il est douloureux de constater l’état d’appauvrissement de notre pays, qui possède pourtant les ressources nécessaires pour assurer son développement, la progression du niveau de vie,  la généralisation des soins et de l’éducation pour toutes et pour tous.

J’assure tous nos concitoyens du fait que le Gouvernement en Exil travaille sans relâche pour construire notre avenir dans la démocratie et dans la liberté, conformément à la constitution et à la déclaration des droits de l’homme.

Le temps du changement n’est plus très éloigné et le GED sera présent pour participer et construire l’Etat de droit auquel chacun aspire, en apportant sa pierre au nouvel édifice.

Mahamoud Idriss Ahmed
Président du GED