17/08/06 (B362) AFP / Somalie : pas de reprise des pourpalers … Les Nations unies craignent une crise humanitaire majeure en Somalie.

________________________________________ 1 – AFP


Somalie: pas de reprise mardi des pourparlers gouvernement / islamistes
Agence France-Presse
MOGADISCIO

Les pourparlers de paix entre le gouvernement de transition somalien et les tribunaux islamiques, suspendus depuis fin juin, n’ont finalement pas repris mardi à Khartoum comme l’avait proposé vendredi la Ligue arabe, a-t-on appris auprès du gouvernement.

“La Ligue arabe m’a fait part de ce retard et ne m’a donné aucune date pour la reprise des pourparlers”, a déclaré mardi à l’AFP le président du Parlement somalien, Shariff Hassan Cheikh Aden.

“La raison, c’est que les tribunaux islamiques ont demandé ce report”, a-t-il dit, joint par téléphone à Baïdoa (250 km au nord-ouest de Mogadiscio) où siègent les institutions de transition soma ennes.

Vendredi, la Ligue arabe avait proposé aux islamistes de reprendre les négociations avec le gouvernement ce mardi à Khartoum.

De son côté, un haut responsable du Conseil Suprême Islamique de Somalie (SICS) a affirmé mardi sous couvert d’anonymat que les islamistes ne reprendraient pas ces pourparlers tant que les troupes éthiopiennes ne se seront pas retirées de Somalie.

“Vous ne pouvez pas être en état de guerre et continuer les pourparlers en même temps”, a-t-il dit.

“La Somalie a été envahie par l’Ethiopie qui occupe certaines parties de la Somalie, nous devons d’abord nous occuper de ce problème”, a-t-il martelé.

“Nous irons (aux pourparlers) dès que les troupes éthiopiennes quittent la Som ie”, a-t-il assuré.

L’Ethiopie est accusée par les tribunaux islamiques d’avoir envoyé en juillet des troupes en Somalie, pour protéger le gouvernement de transition.

Les gouvernements éthiopien et somalien ont démenti toute présence militaire éthiopienne en Somalie, ravagée par la guerre civile depuis 1991.

Des témoins ont toutefois constaté en juillet la présence de troupes éthiopiennes à Baïdoa et dans sa région.

Suspendues depuis fin juin, les négociations de paix auraient déjà dû reprendre le 2 août au Soudan.

Les deux parties avaient signé le 22 juin un accord de reconnaissance mutuelle et de cessation des hostilités à Khartoum.

Depuis, les tensions entre les islamistes, qui contrôlent Mogadiscio et plusieurs régions somaliennes, et le gouvernement de transition, impuissant à imposer son autorité depuis sa mise en place en 2004, restent vives.

__________________________________ 2 SAPA / AFP

UN warns of humanitarian crisis looming in Somalia

Nairobi, Kenya
16 August 2006 09:23

A severe humanitarian crisis may erupt this year in Somalia, where insecurity could compound crop failures and leave about 3,6-million people in need of urgent aid, a United Nations agency said on Wednesday.

Still battling to recover from the effects of a killer drought that hit East Africa, about 1,8-million Somalis remain dependent on assistance, and that number could double if fears of widespread conflict are realized, it said.

The UN’s Food Security Analysis Unit (FSAU) noted slight improvements in conditions in certain areas of Somalia but said crisis conditions prevail particularly in the south and will persist until at least the end of the year.

“An estimated 1,8-million people are in need of urgent humanitarian assistance and livelihood support at least until the end of December 2006,” the FSAU said in a statement released in the Kenyan capital, Nairobi.

It blamed drought-related crop failures and livestock deaths as the main causes but said supplies of aid and imported food stuffs are compromised by violence and could be reduced to a trickle by large-scale fighting.

Somalia, a nation of 10-million, is currently rocked by a stand-off between Islamists, who control much of the south including the capital, and a weak government that is rocked by infighting and unable to exert its authority.

“If there is an escalation in the political crisis which results in widespread conflict and the disruption of inter-regional trade, the implications for the humanitarian situation will be severe,” the FSAU said.

“In such a scenario, the total number of people facing humanitarian crisis could double,” it said, adding that all of south and central Somalia might be plunged into an “emergency of a significantly increased scale and magnitude”.

— Sapa-AFP