20/08/07 (B409) AFP – Somalie : MSF dénonce le manque d’accès aux soins à Mogadiscio (Info lecteur)

L’organisation humanitaire Médecins sans frontières (MSF) a exigé lundi un meilleur accès aux soins pour les civils dans la région de Mogadiscio, de plus en plus démunis face à la recrudescence des violences entre insurgés et forces de sécurité.

“L’accès aux soins médicaux et l’assistance aux civils et aux populations déplacées dans et autour de Mogadiscio se sont détériorés de manière alarmante ces derniers mois”, déclare MSF dans un communiqué.

MSF “appelle instamment toutes les parties au conflit à respecter le libre accès aux soins (…) ainsi que la liberté de travail des équipes médicales”, ajoute-t-on de même source en jugeant la situation “inacceptable”.

Selon MSF, moins de 250 des 800 lits d’hôpital disponibles dans la capitale somalienne en janvier restent en état de fonctionnement.

“Les personnes ayant besoin de soins médicaux sont terrorisées à l’idée de quitter leur maison, le personnel médical fuit la ville et les hôpitaux sont fermés ou fonctionnent à peine”, déclare dans ce communiqué le président du Conseil international de MSF, Christophe Fournier.

Parallèlement, des milliers de personnes continuent à fuir, selon MSF, qui évoque notamment l’installation en juillet de 5.000 familles déplacées par les violences dans la région d’Afgooye, à l’ouest de la capitale, dans “des conditions déplorables”.

La Somalie est en guerre civile depuis 1991. Mais la situation à Mogadiscio s’est dégradée considérablement depuis la chute, fin décembre-début janvier, des tribunaux islamiques qui contrôlaient la quasi-totalité du sud et du centre du pays.

Aux attaques d’insurgés – dont des combattants islamistes – succèdent les actions de représailles des forces de sécurité, des violences qui ont fait plusieurs dizaines de morts depuis le début du mois.

“Si on ne répond pas aux besoins médicaux, il pourrait y avoir une catastrophe”, avait déjà prévenu jeudi le porte-parole de La force africaine de paix en Somalie (Amisom), Paddy Ankunda