03/08/08 (B459) XINHUA – Somalie : la démission de ministres vise à compromettre le processus de paix

Le Premier ministre somalien, Nur Hassan Hussein, a rejeté la démission de 11 ministres de son cabinet, la considérant comme une tentative de créer une instabilité politique et compromettre l’accord de paix récemment conclu à Djibouti entre le gouvernement transitoire somalien et la coalition de l’opposition.

“L’objectif de la démission (des ministres) est de créer une instabilité politique dans le pays et de perturber la mise en application de l’accord signé entre le gouvernement transitoire et l’opposition à Djibouti”, a indiqué le Premier ministre lors d’un point de presse tenu à Mogadiscio, la capitale somalienne, des heures après la proclamation de la démission des ministres.

Les ministres ont accusé M. Hussein d’avoir usurpé le pouvoir et limogé le maire de Mogadiscio sans les consulter au préalable.

Le gouvernement transitoire somalien et l’opposition, l’Alliance pour une nouvelle libération de la Somalie (ARS), sont parvenus début juin à Djibouti à un accord de paix. M. Hussein était au premier rang des négociations avec l’opposition.

M. Hussein a indiqué qu’il n’a officiellement reçu aucune lettre de démission des ministres concernés, ajoutant toutefois qu’il les acceptera en cas de réception.

“C’est le droit de tous les ministres de donner leur démission (…) ils peuvent être rassurés que leur poste seront occupés”, a affirmé le Premier ministre.

L’annonce de la démission des ministres intervient deux jours après que le chef du gouvernement eut destitué le maire de Magadiscio, Mohamed Omar Habeeb, également gouverneur de la région de Banadir autour de la ville. Il est confronté à plusieurs chefs d’inculpation, dont l’incompétence, le détournement de fonds, l’insoumission et l’abus de pouvoir.

Pourtant, M. Habeeb a refusé de quitter son poste, affirmant qu’il a été officiellement nommé par le président somalien, Abdullahi Yusuf Ahmed, qui a, selon lui, le dernier mot sur sa destitution.

Jusqu’à présent, le président n’a pas encore commenté le limogeage du maire.