08/11/08 (B473) ADI / Une nouvelle subvention pour la famille Guelleh. Par ces temps de famine et d’instabilité, cela pourra lui permettre de passer quelques jours confortables. A qui dit-on merci ? A la France bien sur, et à ce bon Monsieur Derchef qui confie l’exécution du projet à une Agence djiboutienne : on croit rêver / cette agence étant aux ordres de Guelleh, elle versera l’argent des Français sur les comptes qui lui seront indiqués par la Présidence!!!

Signature d’une convention de don de 5,5 millions d’euros pour financer un projet de développement urbain à Balbala

Le Ministre des Finances, de l’Economie, et de la planification, chargé de la Privatisation, M. Ali Farah Assoweh, et le Directeur Afrique de l’Agence Française pour le Développement (AFD), M. Jean-Marc Gravellini, ont co-signé ce jeudi une convention de financement d’un montant de 5,5 millions d’Euros, portant sur le projet de développement urbain intégré des quartiers 12, 14 et 15 de Balbala.

Ce don de 5,5 millions d’euros soit environ 1,4 milliards FD servira à financer un projet de développement social et d’aménagement urbain dans trois quartiers (12, 14,15) de deux arrondissements (4 et 5) de la commune de Balbala.

Cette nouvelle convention s’inscrit évidemment dans le cadre d’intervention de l’aide française en faveur de la République de Djibouti, et vise directement à améliorer les conditions de vie d’environ 40.000 personnes.

L’Ambassadeur de France à Djibouti, M.Dominique Decherf, le Directeur Général de l’ADDS, M. Kadar Ismail, et des hauts cadres du Ministère des Finances, ont pris part à la cérémonie de signature de cet accord qui s’est déroulée au cabinet du Ministre.

Le Ministre a présenté brièvement dans un discours, l’environnement macroéconomique en nette amélioration que connait Djibouti ces dernières années.

M. Ali Farah Assoweh a reconnu pourtant que malgré cette croissance économique que connaît notre pays, elle ne suffit pas, pour autant, « à inverser durablement le phénomène de la pauvreté et le concours des partenaires au développement dans l’atteinte des OMD pour lesquels nous nous sommes tous engagés reste crucial ».

Le responsable qui a invité l’AFD à redoubler d’effort en faveur de Djibouti, a déclaré que « ce financement n’est qu’une étape dans la coopération qui nous lie avec la France et nous attendons davantage avec les projets actuellement en cours tels que le financement du projet de télécommunication (EIG) et celui du port de Doraleh ».

De son côté, l’Ambassadeur de France à Djibouti, M. Dominique Decherf, a insisté sur les liens solides et privilégiés existant entre les deux pays. Il a rappelé « qu’en 2002, la France par l’intermédiaire de l’AFD a déjà apporté son expertise en la matière en soutenant un projet que nous connaissons tous bien, le projet du quartier de l’Union ou PK12 ».

“Avec une subvention de 3,5 millions d’Euros soit environ 921 millions FD, le projet du PK12, clôturé fin octobre 2008, a permis de réaliser 9 km de voieries, de construire 6 équipements de quartier, de dynamiser les activités socio-économiques, d’améliorer la couverture sanitaire et d’apporter de l’eau potable », a t-il ajouté.

Cet appui permettra d’une part, à subventionner des actions de développement social, notamment des séances de formations, aide à la gestion et accompagnement professionnelle, et d’autre part à, équiper les quartiers de meilleures infrastructures (extension des réseaux- voieries, eau, électricité) et de plus d’équipements de proximité (dispensaires, local de police, terminal minibus, des rues commerçantes) dans le but de les désenclaver.

L’Agence Djiboutienne de Développement Social (ADDS) est retenue comme maître d’ouvrage délégué pour l’exécution de ce projet qui s’étalera sur 4 ans, et lequel s’inscrit dans la stratégie du gouvernement visant à lutter contre l’extrême pauvreté comme il a été clairement défini dans l’Initiative Nationale pour le Développement Social (INDS).