20/11/08 (B474) SOMALILAND / Un lecteur nous envoie des informations complémentaires sur les injustices qui pourraient être commises par le Maire d’Hargeisa, Monsieur Jicir. Nous publions ces informations sous la responsabilité de notre lecteur.


Monsieur Jicir, le maire actuel d’Hargeisa (Somaliland).

Monsieur Jicir, le maire de Hargeisa (Nord Ouest Somalien) est-il “un criminel” qui se serait autoproclamé juge de Hargeisa ?

Pourrait-il être amené à s’expliquer un jour devant la Justice pour répondre de l’incarcération, sans jugement (?) de nombreuses personnes à la prison de Mandherra

Selon les informations dont je dispose, le Maire d’Hargeisa, M. Jicir pourrait être tenu pour responsable de l’envoi de centaines d’innoncents dans la prison de Mandherra sans aucun procès équitable.

Le Somaliland est une province qui a déclaré son autonomie et qui s’oppose en cela au pouvoir central de la Somalie. Elle s’est dotée d’un Comité de sécurité, composé de personnalités locales comme M. Jicir et de nombreux.

Il est à craindre, compte-tenu de la mauvaise expérience que j’ai subi, que toutes ces personnes pratiquent la corruption à un niveau très élevé.

Leur méthode serait simple mais efficace.

Ils arrêtent, semble-t-il, sans motif réel ni fondé, les touristes, les hommes d’affaires et les hommes politiques, surtout s’ils sont issus de la tribu des Issaks et ils les font emprisonner jusqu’à ce qu’ils acceptent de verser une rançon dont le montant n’est pas négligeable.

En Droit, chacun à le droit d’être équitablement et à ce qu’un jugement publique et contradictoire soit rendu, soit pour le condamner, s’il a enfreint la Loi, soit pour le relaxer, si les faits ne sont punissables et/ ou établis.

L’obligation d’être défendu par un avocat “indépendant” et de présenter des arguments et des éléments de preuve pour répondre à l’accusation (partie adverse ou parquet) est inscrite dans la déclaration des Droits de l’homme..

Par conséquent si mes affirmations sont confirmées, M. Jicir qui ne respecte aucun de ces droits, devrait-il lui-même être traduit en justice pour s’expliquer sur les charges de “détention arbitraire” et “de torture envers des innoncents somaliens” ?