04/03/09 (B488) Radio Trottoir. Parmi les Congressistes, qui sera “blousé” par Bobard 1er ? (Lecteur)

Depuis fin février, la situation politico-guerrière s’enlise de Djibouti à Mogadiscio.

Le Président du Somaliland est très inquiet du soutien accordé par IOG à son homme de paille pour la Somalie. Le nominé Sharif fait tout pour faire trainer les choses.

Sur les conseils d’IOG (?), il tente à nouveau de diviser les quatre mouvements Islamistes Pro-Bush, dont le plus important vient de rompre le cessez le feu (qu’ils avaient pourtant signé avec Sharif) en s’attaquant directement aux forces de l’AMISOM.

Il faut rappeler que le camion qui s’est fait exploser à l’intérieur du camp des Burundais était le camion de ravitaillement des Forces burundaises conduit par un chauffeur solide à tout point de vue et hautement recommandé. Mais … il avait été finalement récupéré par les islamistes après avoir perdu tous les membres de sa famille dans un bombardement trois jours auparavant.

Ce qui dérange le plus Riyaleh, c’est l’accord donné par Djibouti pour épater les nationalistes islamistes et les calmer jusqu’à la Résolution en juin prochain du Conseil de Sécurité qui devrait statuer sur l’envoi de troupes Onusiennes à Mogadiscio.

L’accord qui chagrine Riyaleh a été annoncé par Sharif. Il prévoit d’instaurer dans toute la République de la Somalie “Une et Indivisible” la Sha’aria comme nouvelle Constitution verbale, car la c’est encore la Constitution écrite d’Arta qui fixe la répartition électorale fondée exclusivement sur la discrimination raciale.

En effet, Riyaleh, tout comme le Président Yéménite, voudrait lui aussi suivre l’exemple de ce qui se trame au congrès du “Roule Pour Paulette” (RPP), afin de légitimer un projet de modification de la Constitution du Somaliland en vue de lui ouvrir la voie pour des élections à vie, et, pouvoir lancer un appel aux forces de Meles.

Les experts Djiboutiens en prévision politico-stratégiques estiment que le Parti du “Rien Pour le Peuple”, lors de son congrès du Roule Pour Paulette (RPP) ne pourra plus sautiller comme le fait le vieux Barkat, maintenu artificiellement sur une chaise, avec le regard évasif.

Par contre, l’effondrement de l’Administration civile et militaire, ainsi que celui de tous les rouages de l’Etat est parfaitement perceptible et s’aggrave depuis le clash militaire de Doumeira.

Aujourd’hui, 3 mars 2009, les pitreries d’un Congrès se réflétaient sur la majorité des visages. C’est normal car les petites secousses telluriques durant les dix derniers jours des préparatifs ont été déstabilisatrices pour beaucoup de participants.

A titre d’exemple, prenons que quelques cas récents qui se sont produits depuis quatre jours :
1. le décasement forcé de résidents Djiboutiens (certains y étaient établis depuis plus d’un siècle) à Doraleh et au PK12 car leurs terrains ont été bradés et vendus sauvagement à une Société Koweitienne ;

2. une dizaine d’Artistes
de l’Institut Djiboutien des Arts, au motif du non paiement de leurs émoluments pour leurs prestations, juste après le départ de Sharif, a occupé le Bureau du Ministre de la Culture en “coffrant” Ali Abdi, le porte-parole du Gouvernement et grand spécialiste des Affaires Somaliennes ;

3. l’explosion d’un véhicule des Travaux Publics sur une mine près du Day ;

4. Un char de l’Armée embarqué sur un bac à destination de Doumeira, est tombé à l’eau suite à une mauvaise manœuvre du pilote qui avait oublié de fermer la porte arrière. Son chauffeur est grièvement blessé. Certains préfèrent imaginer que c’est un requin marteau de nationalité érythréenne, en mission spéciale, qui a volontairement percuté le bac ;

Pire ! Sabotage dans la nuit du 1er mars !


Humour par Roger Picon
Lors de la répétition du spectacle de danse féminine qui devait marquer l’ouverture du congrés, les jeunes onduleuses se balançaient à contre-courant (confondant la droite à la gauche) sur une musique douce aux accents chinois.

L’élite féminine du genre “bien cambrée”, aux ondulations “hyper sex-appea”l avait été sélectionnée par Sékou Touré, neveu de Hassan Gouled et par la vieille et influente Rppiste anti Kadra Madame Aïcha GALAB.

La séance d’entraînement a tourné au vinaigre.

Ce n’est pas à une vieille guenon que l’on apprend à faire des grimaces.

Allons, imaginez la scène et les propos tenus ? “Ces allumeuses cousines de Borreh sont payées pour nous saboter à la dernière minute, notre congrés. Il faut les envoyer à Nagad a-t-elle confié à Sékou Touré.”

La riposte ne s’est pas fait attendre ! C’est une véritable bataille rangée qui s’est déclarée. On déplore des petites blessures, dont certaines ne sont pas que superficielles ….

Aïcha GALAB a reçu des chocs de tous les côtés, mais elle s’en est plutôt pas mal sortie avec cependant quelques marrons sous les yeux.

Ce mardi matin, on comprend mieux pourquoi le trottoir devant le Palais du Peuple étaient inanimés et déserts.

Attendons demain car d’autres batailles se préparent en coulisses.

La course pour le poste de Secrétaire Général bat son plein avec des illustres femmes mariées qui se crêpent le chignon en majorité pour défendre ou placer leur pauvres époux dépourvus de courage et peut-être aussi de virilité.

Qui va donc remplacer Arnaoud ? Délicat, d’autant que certains vieux dossiers planent sur l’ancien kinésithérapeute, qui avait infligé, après l’indépendance, des massages vulgaires au vieux Gouled et au « bourreau Ismaël omar Guelleh » .

Certes tout cela appartient au passé. Mais actuellement, être proche du cousin de Borreh comporte des risques. Pire encore, la fille du Capitaine Ali, épouse d’Arnaoud, n’est plus en grâce à Haramous, car elle aurait tenu des propos déplacés vis-à-vis de la Première Dame.

Quel Sacrilège !

La Liste secrète des candidats au poste de Secrétaire Général du RPP, est proposée en suivant l’ordre alphabétique :

Degmo, Vice Présidente de la Commission gouvernementale des Droits de l’Homme,

Ali Abdi, célèbre en Somalie,

Général Fathi, pour éviter un autre Guinée-Bissau.

Khadra Ali Abdi,
en mission à KabaxKabaxd’Ali Sabieh.