07/09/09 (B515) Abdallah Deberkalleh nous fait parvenir la copie d’une lettre ouverte qu’il adresse à l’ambassadeur des USA auprès de la République de Djibouti et plus généralement aux autorités diplomatiques américaines, pour décrire la situation de non-droit à Djibouti et informer des risques d’un embrasement de la région.

Abdallah DEBERKALEH
JUBA HOTEL Room : 409
Dubai ( U.A.E. )
Email : achats_sans_frontieres yahoo.com
Contact tél: 050/7055 109 ou 055/610 1955

Dubaï, le 4 Septembre 2009

A Son Exellence
Monsieur l’Ambassadeur James SWAN
Ambassade Américaine
B.P. 185 –
Djibouti
République de Djibouti

S/C
– Chef de Mission Monsieur Eric Wong
– Officier Consulaire Madame Solange Garvey
– Officier affaires économiques et politiques
Madame Rebecca Hunter

Objet : lettre ouverte à son Exellence , Monsieur l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Djibouti, sur la situation et les risques de guerre civile en République de Djibouti.

Exellence et Cher Monsieur,

Que se passe-t-il aujourd’hui à Djibouti ?

Permettez-moi de vous exposer le sentiment de profonde injustice que je ressent en découvrant les évènements tragiques qui se déroulent dans le nord de Djibouti entre les villes de Tadjourah et d’Obock (région de Sismo, Ayri, Garbanaba dans les Mablas), qui me concernent d’autant plus que je suis originaire de cette région par mon père.

D’origine Afaro-Issa j’ai rejoint la diaspora des exilés. Ceux qui n’ont aucun point d’attache et qui sont parfois “rejetés” même en France bien qu’ayant la double nationalité franco-djiboutienne, je suis incapable de réprimer la légitime colère qui s’empare de moi, en découvrant la situation et les faits qui se déroulent à Djibouti.

Désormais, la liberté a une valeur et une application différente suivant les origines des citoyens djiboutiens :

certains peuvent se permettre de tuer de sang froid des civils où même leurs propres frères d’armes au sein de l’AND, sans n’être poursuivis,
d’autres sont les victimes et n’ont droit à aucune protection ni reconnaissance.

Désormais l’égalité entre les citoyens djiboutiens, prévue par la Constitution et les chartes internationales n’est plus garantie et c’est même le contraire qui se produit.

Des Djiboutiens sont au-dessus des lois Djiboutiennes et ils peuvent même se permettre même de tuer avec la bénédiction du régime et sans risque de poursuites pénales.

Monsieur l’ambassadeur,

Chaque matin, je m’accuse, en me regardant dans mon miroir, de supporter tout cela. Je m’accuse de respecter la Loi alors je reste impuissant face à un génocide préprogrammé dans le nord de Djibouti, qui est commis sous les yeux attentifs de toute la force multinationale (USA, France, Europe) implantée à Djibouti.

Selon les déclarations publiques, américaine, en particulier, ces forces ont pour mission de combattre le crime, le terrorisme et l’injustice dans la région. Que font-elles en réalité, si elles ne protègent pas les populations victimes d’actes inqualifiables commis chaque jour par le régime de Monsieur Ismaël Omar Guelleh et par ses hommes de main ?,

J’attire spécialement l’attention de mes amis américains et français face à leur passivité et leur non-intervention devant cette injustice, ces violations caractérisées et répétées des Droits de l’homme, car le pire pourrait arriver dans la région.

Le pire pourrait prendre la forme d’une guerre civile pire que celle que nous avons connue dans les années 1991- 1994 à Djibouti et qui ne manquerait pas d’avoir des répercussions en Ethiopie et en Erytrée. Les dommages collatéraux pourraient devenir incalculables et provoquer une déstabilisation non seulement de la Corne de l’Afrique, mais de toute l’Afrique de l’est (Kenya – Tanzanie – Ouganda, etc…).

J’ai essayé d’expliquer dans mon rapport qui met en évidence la politique “génocidaire” que les deux présidents djiboutiens ont mis en œuvre depuis le jour de notre indépendance (il y a 32 ans ). Les populations Afar de Djibouti et de la région sont les cibles du régime. L’activiste pour les Droits de l’homme le pasteur Martin Luther King disait : “Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants ; cest l’indifférence des bons …… et qu’on retrouve même au sein de la communauté somalienne à Djibouti ( Issas – Issaks – Gadabourcis ) , un silence assourdissant et une passivité incroyable envers leurs frères et sœurs afars qui se font massacrés quotidiennement sur le territoire national “.

Vos rapports amicaux avec les autorités Djiboutiennes, ainsi que l’autorité incontestable des USA et de sa diplomatie devraient vous permettre d’aborder ce point avec le régime et d’étudier ou de proposer des mesures propres à mettre un terme aux crimes qui sont commis actuellement dans le nord et à éviter un affrontement généralisé et sanglant.

Lorsque j’entends les mesures prises par votre gouvernement : aides militaires, aides financières, aides diplomatiques etc….. , lorsque j’entends le lendemain certains diplomates basés à Djibouti qui qualifient le régime djiboutien de “dictatorial, sanguinaire et corrompu” et qui ajoutent pourtant que c’est un régime “démocratique et fréquentable”, je me pose des questions et je suis inquiet, même révolté parfois.

Comment est appliqué à l’étranger la devise des Etats-Unis d’Amérique qui évoque ces trois mots « Liberté, Egalité, Fraternité pour tous ».

Le temps n’est-il pas venu de mettre à l’étude, de façon urgente, toutes les initiatives susceptibles d’infléchir l’intransigeance du président Djiboutien : d’exercer des pressions politiques sur son Gouvernement par menace, par exemple, de suspendre d’accords économiques préférentiels. (les clauses de ces accords prévoient explicitement le respect par Djibouti des droits de l’Homme).

Par ailleurs, l’inaction constatée de l’Union Européenne la rend aussi complice d’une situation intolérable non seulement pour les Afars mais aussi pour tous ceux, qu’ils vivent en République de Djibouti ou qu’ils aient été contraints à l’exil et qui refusent cette politique autodestructrice et génocidaire de ce système criminel, qui a accaparé toutes les ressources du pays et mobilisé son appareil étatique et administratif à son seul profit et celà risque d’engendrer un radicalisme dangeureux au sein de cette communauté Afar et Somalienne ( l’exemple de la Somalie est à méditer ).

L’urgence de la situation impose à la diplomatie d’être active et puissante. L’impuissance coupable actuelle des puissances étrangères installées à Djibouti, ne fait que renforcer le Droit du plus fort au mépris du seul Droit, tout simplement et pour tous les citoyens djiboutiens.

Toute complaisance ou complicité envers le gouvernement Djiboutien contribue non seulement à fragiliser l’espérance d’un rétablissement de la Paix à Djibouti mais aussi à détériorer la situation dans la région (Somalie – Somaliland – Ethiopie – Erytrée).

Il est urgent et impératif de contraindre le Gouvernement de Mr. Guelleh à mettre fin à cette injustice criminelle et barbare.
Tout cela déjà méritera-t-il réponse de votre part ?

Trois dossiers particulièrement sensibles s’ajoutent à ce constat. Ils pourraient mettre le feu aux poudres à Djibouti :

1°) les crimes impunis,
2°) Les privations arbitraires de liberté et la mobilisation de l’appareil judiciaire par le Gouvernement ,
3°) le chaos économique et la faillite des systèmes éducatif et sanitaire.

La dégradation imposée depuis 32 ans aux Afar de Djibouti en particulier, concerne aussi les autres ethnies : Issas – Issaks – Gadabourcis.

Aucune trêve n’a été conclue. Ces exigences sont plus que jamais à l’ordre du jour car le sang des innocents coule chaque jour et la responsabilité du Président Djiboutien a été clairement établie. Il n’y a aucun doute, puisque c’est lui et lui seul qui donne tous les ordres en sa double qualité de Chef du Gouvernement et de Chef des Armées djiboutiennes.

Dans un dernier espoir (car vos dirigeants sont restés sourds aux appels que nous lançons depuis plusieurs années, je préfère quand même faire appel à nos amis américains et français dont les pays protègent les Droits de l’Homme

Moi et mes amis, nous avons encore confiance et nous pensons que cette nouvelle diplomatie de l’Amérique présentée par le Président Barak Obama et en France par le Président Sarkozi peuvent contribuer à rétablir la justice dans notre pays et dans la région.

Nous espérons cela va se réaliser prochainement avant qu’il ne soit trop tard …..

La paix est à ce prix pour les peuples de la région.

Je vous pris de croire, Exellence et Cher Monsieur, à l’assurance de ma très haute considération

Abdallah DEBERKALEH
Un patriote qui aime son pays et son peuple