08/10/2019 (Brève 1489) Et si la mission du Service d’investigation de la Marine US dépassait la condition sociale des travailleurs djiboutiens ?

Lien avec l’article : https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/07/607975/Zoom-Afrique-du-6-octobre-2019

Quand le bureau d’investigation de la Marine US se déplace, ce n’est généralement pas pour observer la qualité de vie, même celle des travailleurs djiboutiens détachés sur la base, dont les conditions d’emploi sont dramatiques.

Mais c’est en général pour des raisons plus sérieuses qui touchent en général à la sécurité des forces armées et de l’Amérique. Selon les allusions contenues dans cet article, qui fait référence entre autres, à des informations diffusées par le site HCH 24, il pourrait plutôt être question d’un possible espionnage des américains par les chinois, via la société qui emploie ces travailleurs. Le patron n’est-il pas un proche du Palais de l’Escale, lequel, compte-tenu de l’importance d’une dette qu’il ne parviendra jamais à rembourser aux Chinois, ne peut rien leur refuser ….

_____________________________ Extrait de l”article

Djibouti : les espions chinois à Lemonier ?

Djibouti se perd pour le camp atlantiste : à preuve, des incongruités que les Américains mettent dans leurs acte et parole dès qu’il s’agit de ce petit pays ultrastratégique sur la mer Rouge où la Chine a sa première base navale extraterritoriale et où l’Occident devra visiblement se contenter de la portion congrue.

Selon des sources médiatiques, le Service d’enquêtes criminelles de la marine des États-Unis a été dépêché à Djibouti pour, prétend le site hch24, s’assurer du sort des travailleurs djiboutiens maltraité sur cette base. En effet et à croire le site, “les travailleurs civils de la base militaire américaine à Djibouti, le camp Lemonier, subiraient des sévices de la part de l’employeur, proche de la plus haute sphère du pouvoir djiboutien”. Toujours d’après cette source, “La société de placement EAD, appartiendrait au président Ismaël Omar Guelleh et les marines US, connus évidemment pour leur bonté naturelle dont les manifestations en Irak, en Afghanistan voire au Yémen sont de notoriété publique, se seraient soudain inquiétés du “comportement bizarre de l’employeur”. La source accuse l’employé de faire partie de la “mafia djibouto-somalienne” , mafia qui collaborerait avec “des sociétés chinoises telles que Touchroad impliqué dans des corruptions”.

Et l’info de poursuivre :” Les trois enquêteurs de la Naval Criminal Investigative Service — NCIS — sont arrivés à Djibouti le jeudi 19 septembre 2019. Après avoir eu des échanges avec les militaires américains stationnés à Djibouti, les travailleurs civils djiboutiens licenciés, ceux encore en service et bien d’autres intervenants de la base militaire du camp Lemonier, les enquêteurs ont conclu que lEAD a détruit l’image du camp Lemonier et donné une image négative de l’armée américaine auprès des Djiboutiens”.

(… a lire sur l’article https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/07/607975/Zoom-Afrique-du-6-octobre-2019)