03/12/2015 (Brève 531) Communiqué de la LDDH en date du 2 décembre 2015, en écho aux nouvelles mesures exceptionnelles de sécurité décidées par le gouvernement

Logo Ebay
La LDDH est préoccupée des dernières décisions portant sur « la mise en place des mesures exceptionnelles de sécurité » prises par le gouvernement djiboutien lors de son Conseil des Ministres du 24 novembre 2015 et stipulées dans le Décret № 2015-3016 PR/PM signé le jour suivant à savoir le 25 novembre 2015 par le Chef de l’Etat.

Tout d’abord, à la lecture dudit décret, il en ressort que les articles visés dans ce décret ne concernent aucunement un Etat d’urgence ni un Etat de siège mais c’est un renforcement des mesures de sécurité contre des « risques terroristes ».

Cependant, une interdiction de rassemblement et d’attroupement sur la voie publique est annoncée le 25 novembre 2015 par le Premier Ministre, M. Abdoulkader Kamil Mohamed à la télévision nationale et à la radio. Et ce en contradiction flagrante avec ce décret et les dispositions de la Constitution du pays.

Et pour preuve, l’étau se resserre sur l’opposition USN dont nous apprenons ce soir l’empêchement des Députés et Cadres de l’USN de se rendre à la ville d’Ali-Sabieh par la Gendarmerie où l’USN a prévu de tenir un meeting d’information pour ses militants demain jeudi 03 décembre 2015 et une série des meetings dans les tous districts de l’intérieur après.

L’on est en droit de se demander la raison d’être de ce décret qui n’est d’autre le musèlement et le bâillonnement de l’opposition politique et de toute voix hostile au 4ème mandat que le Chef de l’Etat veut se donner qui suit la même logique adoptée lors du 3ème mandat de février 2011.

Pourtant, le régime en place organise et orchestre avec les moyens et les personnels de l’Etat des campagnes, des marches, des réunions au Palais du Peuple toutes couvertes par la RTD pour faire adhérer le Peuple djiboutien au projet de 4ème  mandat. Deux poids, deux mesures !

Ces nouvelles restrictions compromettent gravement les dispositions constitutionnelles relatives à l’exercice normal des droits humains et libertés fondamentales (liberté de circulation, de réunion, d’expression …) et peuvent engendrer la confrontation entre l’opposition USN et le régime en place : le tout peut basculer dans l’instabilité à cause du comportement pyromane du régime djiboutien.

En regard de tout cela, la LDDH dénonce vigoureusement ces entraves des libertés et violations des droits fondamentaux des citoyens Djiboutiens et de l’opposition politique USN.

Enfin, la LDDH lance la présente alerte à la Communauté nationale et internationale sur la dérive du régime en place et exige le respect strict des droits et libertés publiques.

Le Président de la LDDH :
    Omar Ali Ewado

27/11/2015 (Brève 528) Un peu d’humour ! – Guelleh / COP21. Djibouti va présenter à la COP 21, un programme ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de fumées toxiques.

Nous avons appris par des sources bien informées que Guelleh n’est pas arrivé pas à Paris les mains vides. Il a apporté avec lui un ambitieux programme volontariste de réduction massive des émissions de fumées et de gaz à effet de serre.

Au cours d’une conférence de presse à l’hôtel de l’industrie à Paris, il a présenté les engagements qu’il prendra, comme d’habitude au nom de toutes les Djiboutiennes et de tous les Djiboutiens, et en particulier l’interdiction absolue à compter du 1er janvier 2016 de faire la cuisine, de façon traditionnelle dans les quartiers, sur des feux alimentés au bois ou au charbon. (Un panel de sanctions allant de l’incarcération simple à durée non déterminée à des sévices corporels sera voté à l’encontre des récalcitrants, dès son retour, par l’Assemblée nationale -multipartie- et indépendante du gouvernement. )

Il aurait pu même avoir affirmé dans une interview récente (probablement à Jeune Afrique) qu’il avait vérifié le 1er novembre 2015 que l’ensemble de la population était derrière lui et qu’elle accepterait sans discussion de ne plus faire cuire ses aliments, (cela ne concerne … que ceux, en forte diminution depuis son arrivée au pouvoir, qui avaient encore les moyens de se les procurer).

Ismaël Omar Guelleh dont le surpoids, conséquence d’une alimentation trop riche et d’un gros appétit, est bien connu (parce qu’il contraste avec la majorité de la population qui vit sous le seuil de pauvreté) a ajouté qu’il était fier de “son” peuple d’abord, mais aussi et surtout fier de “son” effort national volontaire pour réduire les émissions mondiales des fumées et les conséquences sur le réchauffement climatique qui aurait des effets dramatiques, particulièrement à Djibouti-ville où certains quartiers sont déjà sous le niveau actuel des océans.

Pour illustrer son propos et son ambition, il a fait référence à des expériences passées réussies (?) assez similaires, en particulier en Roumanie par celui qu’il considère comme le Grand Président Nicolae Ceaușescu. Ce dictateur avait contraint sa population à cesser de consommer des productions nationales, afin de pouvoir les vendre massivement à l’étranger et d’apurer ainsi la dette nationale.

Quand un journaliste lui a exposé le risque aggravé de développement de maladies ou de dénutrition de la population djiboutienne, IOG a balayé l’objection d’un revers de la main en affirmant que l’intérêt mondial primait sur l’intérêt et la santé individuels des Djiboutiens des classes défavorisées, puis, en proie à une fréquente et soudaine colère, il a quitté brutalement la conférence de presse, sans saluer son auditoire. (Comme il l’avait déjà fait en octobre 2002 …)

On pense généralement que ses principaux homologues, Obama, Hollande, Merkel, Poutine (entre autres) devraient saluer et approuver l’initiative, tout en précisant qu’une mesure similaire n’était pas à l’ordre du jour dans leurs pays respectifs, où ni le bois ni le charbon ne sont utilisés dans les cuisines ; cette initiative ne pourrait concerner que les Barbecue, en saison chaude … En revanche l’italien Renzi devrait demander à bénéficier d’un moratoire pour les “pizza” authentiques cuites dans des fours à bois.

Le FAO, le HCR, la Croix-Rouge et le Croissant rouge ont émis des réserves, sur les risques directs, mais Guelleh a refusé de les prendre en considération, estimant au contraire, qu’au lieu d’émettre des critiques, ces organisations devaient lui accorder à titre personnel des aides complémentaires et plus substantielles pour qu’il puisse faire installer un réseau de distribution du gaz dans les quartiers de Djibouti-Ville, par des entreprises locales …

01/11/2015 (Brève 500) INVITATION Le fonds de dotation Les Amis de François-Xavier Verschave et l’association Survie vous invitent au colloque : « Peut-on encore analyser les relations franco-africaines sous l’angle de la “Françafrique” ? » Samedi 14 novembre 2015, 8h30-18h, Université Paris 7 – Diderot

Lien avec le site de Survie : http://agenda.survie.org/showevent.php?id=827

Logo Survie

A l’occasion des 30 ans de l’association Survie et du dixième anniversaire de la mort de François-Xavier Verschave, qui en fut le président de 1995 à 2005, ce colloque, où sont invité.e.s des intervenant.e.s de France et d’Afrique francophone, de la sphère académique et de la société civile, vise à ré-interroger ensemble le concept de Françafrique, qui s’est peu à peu invité dans le débat public et dans la recherche universitaire, mais reste l’objet de débats et controverses.

Avec Alain Deneault, Aminata Traoré, Boubacar Boris Diop, Brice Mackosso, Géraud de la Pradelle, Jacques Morel, Jean Merckaert, Marielle Debos, Mathieu Rigouste, Odile Biyidi, Raphaël Granvaud, Saïd Bouamama, Thomas Deltombe,

Lieu : Amphi 5C, Halle aux Farines de l’université Paris 7 – Denis Diderot (10 rue Françoise Dolto 75013 Paris).
RER/Métro : station Bibliothèque François-Mitterrand ; lignes de bus n° 89, 62, 64, 325
Inscription gratuite en envoyant NOM et Prénom par courriel à contact@lesamisdefxv.org
Renseignements : sur le site internet de l’association Survie, à contact@lesamisdefxv.org ou au 01.80.89.58.23

Un événement co-organisé par l’association Survie et le fonds de dotation “Les Amis de François-Xavier Verschave”

———————–

Programme provisoire
(sous réserve de modifications, notamment les titres des interventions)

8h30 : Accueil
9h00 – 9h30 : Ouverture du colloque, Odile Biyidi (membre d’honneur de Survie) et Marie-Thérèse Verschave.

9h30 – 10h45 : « Les recompositions politiques et institutionnelles de la Françafrique », animé par Fabrice Tarrit
• Brice Mackosso (Coalition « Publiez ce que vous payez ») : « Le Congo-Brazzaville dans le système françafricain »
• Marielle Debos (politologue, université Paris 10) : « Le Tchad joue-t-il un rôle clé dans les relations franco-africaines aujourd’hui ? »
• Boubacar Boris Diop (écrivain, journaliste) : « Comment est perçue en Afrique la politique diplomatique actuelle de la France ? »

10h45 – 11h00 : pause

11h00 – 12h15 : « La Françafrique dans la mondialisation économique », animé par Thomas Noirot
• Seydou Ouédraogo (sous réserve ; économiste, directeur de l’Institut FREE Afrik) « Faut-il un avenir au franc CFA ? »
• Jean Merckaert (rédacteur en chef de la revue Projet, membre du bureau de l’association Sherpa) : « Paradis fiscaux : la Françafrique connectée à la mondialisation »
• Claude Quémar (CADTM France) « L’Afrique francophone est-elle sortie du piège de la dette ? »

12h15 – 14h00 Pause déjeuner

14h00 – 14h30 : « François-Xavier Verschave et le génocide des Tutsi au Rwanda », Jacques Morel (auteur de La France au cœur du génocide des Tutsi), animation Raphaël Doridant

14h30 – 15h00 : « Le combat judiciaire de Survie fait-il bouger les lignes ? », Géraud de la Pradelle (Juriste, professeur émérite de droit à Paris X), animation Laurence Dawidowicz

15h00 – 15h15 : pause

15h15 – 16h30 : « Que cache la guerre contre le terrorisme ? », animé par Thomas Deltombe
• Raphaël Granvaud (militant de Survie, auteur de Que fait l’armée française en Afrique ?) : « Barkhane : une opération extérieure aux multiples facettes »
• Aminata Traoré (ancienne ministre de la Culture du Mali, essayiste) : « La lutte contre le terrorisme vu d’Afrique »
• Mathieu Rigouste (sociologue et militant, auteur de L’ennemi intérieur) : « Racines coloniales de l’ordre sécuritaire »

16h30 – 16h45 : pause

16h45 – 17h15 : « La Françafrique existerait-elle sans le racisme ? », Saïd Bouamama (sociologue, chargé de recherche et formateur à l’IFAR), animation Mathieu Lopes

17h15 – 17h45 : Clôture du colloque, Fabrice Tarrit (président de Survie) et Alain Deneault (université du Québec, essayiste)
.

22/09/2015 (Brève 478) L’équipe de l’ARDHD souhaite une bonne fête de l’Aïd El Adha à tous les musulmans.

L’équipe
de l’ARDHD souhaite une bonne fête à toutes celles et à tous ceux qui se reconnaissent dans la religion musulmane. Elle s’adresse en particulier à tous les réfugiés djiboutiens en Ethiopie qui vivent dans des conditions difficiles, de privation, de manque de soins médicaux et de pauvreté. Elle s’adresse aussi à toutes les djiboutiennes et à tous les djiboutiens qui sont au pays et qui sont victimes des atteintes permanentes aux Droits de l’Homme, commises par le régime et par ses obligés, de plus en plus vieillissants mais guidés par une haine de plus en plus farouche à l’égard de la Population et des opposants (Cf les nombreux témoignages qui sont publiés sur ce sujet).

Elle n’oublie pas non plus toutes les personnes d’origine djiboutienne qui ont été contraintes à l’exil pour fuir les harcèlements policiers, les injustices et les discriminations sur fond de tribalisme d’un autre âge.

Le régime de Guelleh et de ses amis survit uniquement par la peur qu’il suscite auprès des populations civiles, s’appuyant pour cela sur des forces militaires et policières dévouées à son service et récompensées pour cela. Plus il se sent en danger, plus le régime se crispe et plus la répression est sauvage. Plus il se sent en minorité, plus il tente de diviser pour se maintenir coûte que coûte, en exacerbant des haines tribales qui n’ont plus lieu d’être.

La seule réponse que le peuple doit opposer est de maintenir son union en toute circonstance, sans aucune division, quelles que soient les origines tribales ou raciales. L’avenir ne peut être que dans un pays libéré de son dictateur et de ses prédateurs corrompus et avides
et la constitution d’une nation une et indivisible.

Bonne fête à toutes et à tous

16/07/2015 (Brève 473) L’équipe de l’ARDHD souhaite une bonne fête de l’Aïd al-Fitr à tous les musulmans du monde entier et en particulier à toutes les Djiboutiennes et les Djiboutiens.

Bientôt la fin du Ramadan et la fête de l’Aïd-al-Fitr qui marque cette célébration. Nous souhaitons à tous les Musulmans une très bonne fête, dans la paix, la sagesse et la sécurité.

Nous avons une pensée toute particulière pour toutes les Djiboutiennes et les Djiboutiens qui sont au pays, celles et ceux qui ont été contraints de fuir pour s’installer dans un pays d’accueil et tous les réfugiés présents sur le sol éthiopien qui sont victimes de l’oubli et du désintérêt permanent de l’UN HCR.

Bonne fêtes à toutes et à tous

02/07/2015 (Brève 470) 03/07/2015 Un groupe tient à nous envoyer des précisions pour compléter les contributions du lecteur qui ont été publiées ci-dessous. Dont acte

NOUS SOMMES LES VICTIMES QUI ONT ECHAPEES A L’ASSASSINATS DES 70 MOUJAHIDINES DE L’AFAR LIBERATION FRONT du DEFUNT SULTANT ALI MIRAH TUEES SUR ORDRE DU CRIMINEL ISMAEL OMAR GUELLEH et du GENERAL ZACHARIA AU SOMALILAND en 1991 et NOUS AUSSI DEMANDONS QUE JUSTICE NOUS SOIT RENDUE ….AMIIN

18/06/2015 (Brève 468) L’équipe de l’ARDHD souhaite un bon ramadan à toutes les musulmanes et tous les musulmans à travers le monde et plus particulièrement aux Djiboutiennes et aux Djiboutiens.

A la veille du début du ramadan, l’équipe de l’ARDHD souhaite un bon ramadan à toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans la religion musulmane. Elle a une pensée particulière pour les Djiboutiens, qu’ils soient restés au pays, le plus souvent victimes de la terreur imposée par le régime de Guelleh et victimes de l’appauvrissement économique qu’il a imposé en dépit des énormes ressources que le pays reçoit de tous les côtés, y compris pour la location de ses terres aux forces armées étrangèrres de différentes nationalités.

Le passé a montré que ce mois béni de prière et de recueillement n’avait jamais conduit IOG ni sa famille, ni ses obligés à se remettre en cause ni à agir dans le sens du devoir, de la charité et de l’égalité, comme l’impose le Livre.

Elle espère néanmoins qu’il ne resserrera pas le joug ni les contraintes qu’il impose à ses concitoyens et qu’il laissera revenir la paix, la justice et le calme dans tout le pays et en particulier dans le Nord où les populations sont victimes dans le plus grand silence de la barbarie des hordes de militaires.

Elle adresse toutes ses pensées à toutes celles et à tous ceux qui sont réfugiés en Ethiopie et qui partagent une existence difficile dans la pauvreté et la peur des agressions quotidiennes dont ils sont les victimes.

Bon ramadan à toutes et à tous

01/01/2015 (Brève 444) 1/01/2015 Bonne année à toutes et à tous

En ce premier jour de 2015, l’équipe de l’ARDHD adresse ses meilleurs voeux à tous les internautes et en particulier à tous les Djiboutiens.

Elle a une pensée spéciale pour toutes les Djiboutiennes et les Djiboutiens qui souffrent au pays et surtout ceux qui ont du se réfugier en Ethiopie, pour fuir le régime dictatorial et féroce de Guelleh. Elle espère que le UNHCR reconnaîtra enfin leur statut de réfugié et leur droit à être proposé à la réinstallation dans des pays d’accueil.

Enfin, même si elle a un sentiment très réservé, elle espère que les accords signés récemment à Djibouti puissent permettre une évolution de la situation démocratique : nous devrions pouvoir le vérifier dans les prochains mois.

Bonne année à toutes et à tous.