Articles

23/12/10 (B583) Point de vue (Lecteur) J’adresse un très grand remerciement à nos frères qui sont issus de la tribu Gadabourci.

Au nom des tous les AFAR présents et établis à travers le monde, j’adresse tous nos remerciements à tous les Gadaboursi d’Ottawa (Canada) et d’Europe qui étaient présents en grand nombre lors des différentes manifestations qui ont été organisées à Djibouti, Paris, Bruxelles et Ottawa, ce Samedi 18 décembre

Deuxieme évenement de commémoration : il est important de rappeler que ce meme samedi était aussi l’occasion de se souvennir des rafles et des tortures sauvages infligées à 319 personnes de la tribu Gadaboursi en septembre de la même année (19910 à Djibouti.

Une vingtaine de personnes sont mortes, à Borama et à Djibouti, des conséquences de ces tortures.

Merci encore à nos frères Gadabourcis pour leur engagement,

Nous subissons les mêmes actes de torture et de barbarie allant jusqu’à l’assassinat de nos soeurs et de nos frères.

Nous subissons les violences commises par les mêmes tortionnaires, qui ne manquent pas d’imagination pour nous faire souffri et pour tenter de nous terroriser. Unis nous serons plus forts pour leur résister

22/12/10 (B583) ALERTE ROUGE – Le Président de la LDDH n’a pas obtenu du Procureur général, le permis de visite qu’il avait sollicité en urgence pour rencontrer les quatre jeunes lycéens.

Nous apprenons que Djama grandes oreilles n’a pas donné suite à la demande respectueuse et légitime qui lui avait envoyé par Jean-Paul Noël Abdi pour rendre visite aux quatre jeunes lycéens incarcérés et malades, probablement des suites des actes de torture …

On apprend aussi que ces jeunes seront jugés jeudi matin selon la procédure de flagrant délit. Flagrant délit de quoi ? De s’opposer démocratiquement et pacifiquement au Viol de la constitution, par exemple ?

23/12/10 (B583) LDDH / 18 mois de prison avec sursis pour 4 lycéens et 2 responsables politiques, au seul fait d’avoir manifesté pacifiquement contre le régime !!

_____________________________ Note de l’ARDHD

Nous attendons de savoir si les prisonniers ont été libérés … ! puisque les peines prononcées sont assorties du sursis…. Rappelons que l’ARDHD se joint à la LDDH pour considérer que ces peines sont totalement disproportionnée, même au cas où ces jeunes auraient commis des faits illégaux, ce qui n’est pas le cas … en l’occurence !

__________________________________________________





Le Président

NOTE D’INFORMATION DU JEUDI 23 DECEMBRE 2010

Honte pour le Tribunal de Djibouti :
En flagrant délit, le verdict est tombé.
Lourd et disproportionné !

Attention ! Chaque Djiboutien doit savoir qu’il est interdit
(par le régime et par la justice qui lui obéit)
aux partis politiques de manifester
contre le dictateur instigateur du Coup d’Etat électoral
en préparation
pour le 8 avril 2011

Ce matin à 8 heures 35, la Chambre des Flagrants délits a ouvert sa séance en
audience publique.

Le verdict est lourd : 18 mois avec sursis de prison pour les quatre lycéens et deux membres de l’ARD parti de l’Opposition issu du Frud armé qui avait signé les accords de paix en mai 2001.

Accord de Paix jamais respecté par le Dictateur passible de crimes de guerre, de crimes de génocide et autres crimes organisés.

D’après le représentant du Ministère public, le Procureur dans son réquisitoire avait demandé deux ans d’emprisonnement avec sursis, afin de mettre fin à toutes les formes de manifestations pacifiques en dehors des périodes des campagnes électorales.

Arguments hautement politiques avec la présence du Procureur de la République calmement installé en cravate « rouge fauve » sur le banc des avocats.

La salle était pleine à craquer, le silence était de rigueur on pouvait même entendre les roucoulements des pigeons, mise à part les mouvements insensésd’un
Officier en uniforme, allant tantôt vers le Procureur, tantôt vers un avocat proche de …

Cet ancien officier de la brigade de recherches de la gendarmerie est connu par plusieurs personnes de Djibouti au Somaliland pour ses méthodes d’enquêtes à la limite de la violence et actuellement officier « patron » de la prison de Gabode.

A la sortie du Tribunal des jeunes de Tadjourah qui n’ont pas réussi à pénétrer au Tribunal, m’ont demandé le verdict, j’ai simplement répondu 18 mois de prison avec sursis et l’un d’entre eux m’a répondu en disant : « nous continuerons à manifester et s’ils veulent qu’ils condamnent tout Tadjourah à 18 mois d’emprisonnement ».

Le verdict populaire, j’en persuadé est très proche.

NOEL ABDI Jean-Paul

22/12/10 (B583) ALERTE ROUGE : l’un des jeunes lycéens emprisonnés avec les adultes à Gabode et qui a peut-être été victime de torture, a été évacué en urgence vers l’hôpital Pelletier. Un autre est dans un état grave … Les allégations de torture sont fortement renforcées par ces faits et nous espérons que le président de la LDDH pourra obtenir un permis de visite pour se rendre compte de la situation

Nous avons reçu plusieurs alertes (LDDH, ARD) concernant l’état de santé de ces jeunes victimes du régime, mineurs et déjà incarcérés à Gabode avec les adultes : l’un a été évacué en urgence sur l’hôpital et l’autre est secoué par de graves crises d’asthmes : TORTURE ?


___________________________ 3 – LDDH (Jean-Paul Noel Abdi)

INFORMATION ALARMANTE DU 21 DECEMBRE 2010.

Ce soir à 20 heures 44, je viens d’apprendre que l’un des jeunes lycéens, qui souffrait d’une insuffisance cardiaque, a été
évacué en catastrophe à l’hôpital Peltier.

Nous avons appris qu’un autre lycéen est, secoué par des crises d’asthmes, depuis cet après-midi.

Dés ce matin, je dépose une lettre au Procureur Général pour lui demander un
permis de communiqué (voir le texte ci-après).

Il est urgent que ces jeunes lycéens innocents soient immédiatement relâchés.

Je ne manquerai pas dès demain matin d’informer le Procureur général de cette urgence.

NOEL ABDI Jean-Paul

___________ 2 – Lettre de Jean-Paul Noël Abi au Procureur général

à M. Djama Souleiman
Procureur Général du Tribunal de Djibouti
Le 21 décembre 2010

Demande d’un permis de communiqué pour rendre visite
aux quatre adolescents en dépôt provisoire.

Monsieur le Procureur,

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir m’accorder un permis de communiqué avec les quatre jeunes lycéens :

  • Youssouf Idriss, orphelin ;
  • Souleiman Ali Dabalé, orphelin, en classe terminale et qui doit passer son Bac à Djibouti ;
  • Idriss Ali ;
  • Idriss Houssein Barkat Siraj fils de l’ancien ministre de la Défense.

afin d’être en mesure d’informer avec précision les Organisations internationales des droits de l’homme
et de l’Organisation Mondiale contre la Torture (OMCT), je souhaiterais, avec votre accord, rendre visite à ces quatre adolescents et constater qu’ils n’ont
pas été torturés, et les écouter afin de mieux comprendre et vérifier les
raisons de leur incarcération.

Dès demain matin, je serai à votre disposition pour obtenir le permis de communiqué.

Avec mes remerciements anticipés.

Avec mes sentiments déférents.

M. NOEL ABDI Jean-Paul

______________________________ 1 – Source ARD

Idriss Houssein Bakhat Siradj, le fils de l’ancien ministre de la défense a été hospitalisé en raison de troubles cardiaques (il suivait un traitement médical) : nul dout que les conditions de détention de ces jeunes sont extrêmement difficiles, pour ne pas dire plus.

22/12/10 (B583) Courrier des lecteurs : les fuites de la SDS !

Un agent de la SDS aurait confié que, depuis un certain temps, une ambiance particulière
et détestable règnait au sein de la SDS.

Il aurait évoqué un mélange de peur, de confusion et de paranoïa qui mobiliserait ou qui inhiberait, selon les cas, certains officiers du service.

Actuellement, les agents sont surchargés de travail. Ils n’arrivent plus à faire face à toutes les missions qui leur sont assignées et certains en profitent pour "faire sortir" des informations.

Il est même envisageable que d’autres aient déjà constitué des dossiers "explosifs" (copies de synthèses, rapports, ordres, …) qu’ils stockeraient dans des lieux secrets, afin de garantir leur sécurité au cas où l’on s’en prendrait à eux, pour quelques raisons que ce soient.

Bref l’ambiance au sein du SDS n’est pas à la rigolade !!!

22/12/10 (B583) Courrier des lecteurs. Il faut mettre un terme au régime et nous qui vivons à Djibouti, nous avons besoin de l’engagement et du soutien de toute la diaspora qui a pu obtenir l’asile dans des pays d’accueil (Abdillahi Warsama)

Je vous remercie de me permettre de m’adresser à tous les Djiboutiens résidant à l’étranger et dont 99% d’entre eux sont des refugiés politiques reconnus ou en cours de l’être. Au total, le nombre est estimé environ entre 80.000 à 100.000 qui se répartissent entre l’Europe, l’Amerique, l’Afrique, l’Asie et l’Océanie.

Nous sommes à Djibouti. Nous sommes contraints à vivre dans la misere et nous subissons la tyranie d’un dictateur entouré des criminels et de voleurs, qui ont toujours le soutien de la communauté internationale.

Je déplore le silence de la diaspora djiboutienne et de nos sourrs et frères qui ont quitté le pays pour ne plus subir l’asservissement dont is étaient victimes.

Pour obtenir le droit d’asile, ils ont tous prétendus dans leurs dossiers avoir subi des tortures, des viols, des harcèlements et parfois de crimes commis soit par le régime de Gouled, soit par celui, encore plus féroce d’IOG.

Une fois obtenus les précieux papiers, combien se satisfont ensuite d’une vie tranquille, se limitant à toucher les différentes aides afin de pouvoir consommer du khat et de faire des aller et retour entre Djibouti et leur actuelle résidence.

En effet, ils avaient des raisons légitimes pour de se taire tant qu’ils habitaient Djibouti, parce que tout le monde sait que parler signifie l’emprisonnement et pire .. ; mais maintenant qu’ils sont en sécurité dans un pays d’accueil, quelle excuse ont-ils pour se taire ?

Peu d’entre eux participent aux manifestations anti-regime, mais cela ne leur pose pas de problèmes de conscience ..

Par ce message, je les informe qu’IOG est en train de mettre en place les conditions pour conserver le pouvoir à vie.

Apres le changement de la constitution, pour ouvrir la possibilité de plusieurs autres mandats, le prochain épisode sera de supprimer la limitation à 75 ans qui a été inscrite dans le texte modificatif de la Constitution.

Et personne ne fera rien pour l’en empêcher ! Puisque que personne ne fait rien pour bloquer cette première modification illégale.

Les élections auront lieu. On sait, dans ces conditions qui les remportera.

Il y aura bien quelques cris comme lors de la dernière élection et on oubliera trés vite au bout de quelques jours ce nouveau hold-up. Certains membres qui étaient dans l’opposition, retourneront leur veste et obtiendront en échange la grande medaille nationale. Comme il l’a déjà fait (IOG).

Il n’est pas trop tard pour nous unir. A commencer par les "soi-disant" leaders de l’opposition. La foule vous suivra ! Nous, de Djibouti, nous serons soulagés de constater que nous sommes plus seuls à nous battre. Les coups que nous assénera le régime seront plus faciles à supporter.

Mais il faut en sortir à tout prix ! Il faut évacuer ce régime et ses sbires !

22/12/10 (B583) Courrier des lecteurs. Il faut que nous apprenions à dépasser les maux qui freinent toute évolution favorable au peuple Djiboutien.

Je suis un Djiboutien qui est réfugié actuellement dans un autre pays que le mien.

Mais cet éloignement de mon pays n’a pas enlevé en moi l’amour que je porte à ma patrie.

De là où je me trouve, j’essaie de suivre l’actualité dès que je le peux, en dépit des aléas de la vie.

Je crois fermement que mon peuple connaîtra (inchaAllah), dans un avenir proche la prospérité, le bonheur et qu’à partir de ce jour là ni dictature, ni despote ne restera impuni.

Je sais que rien n’est jamais donné, que tout se mérite et qu’il faudra les efforts de chacun d’entre nous pour que les choses puissent changer un jour.

Je constate avec statisfaction et fierté que mes compatriot(es) sont de plus en plus nombreux à se responsabiliser et à s’organiser pour vaincre une fois pour toute la dictature, le tribalisme et les autres fléaux, qui ruinent notre pays.

Malheureusement, il subsite encore certains lecteurs tribalistes qui parviennent à se faufiler entre les mailles des filtres. Je crains que les efforts des personnes courageuses soient freinés par des articles proposés par des lecteurs ignorants et tribalistes.

Nous gagnerons lorsque nous serons en mesure de mettre en terme aux maux qui sont les nôtres : tribalisme, intolérance, ignorance, double discours, intérêt personnel etc..

Il faut que nous apprenions à les dépasser pour vivre ensemble, mettre la citoyenneté au premier plan et savoir nous asseoir à la table des négociations avec les autres opposants, en mettant de coté, l’ambition, le carrièrisme au profit de l’intérêt général et du bonheur de nos concitoyens.

22/12/10 (B583) Manifestation d’Ottawa, à l’occasion du 19ème anniversaire du massacre d’Arhiba, commis sous les ordres du plus haut responsable policier de Djibouti, aujourd’hui Président et probable candidat à un troisième mandat illégal. Une vidéo remarquablement bien faite et bien documentée à découvrir sur Youtube.