Articles

04/03/11 (B593-B) Courrier des lecteurs. Ne surestimez pas les capacités du SDS, qui sont limitées … mais qui sont néanmoins dangereuses … !

Suite à l’article paru sur votre site, je voudrais apporter quelques précisions et vous expliquer comment cela fonctionne au sein du SDS.

Dans les fais, le SDS, n’a pas et n’a jamais disposé des ressources nécessaires pour écouter systématiquement toutes les lignes (GSM et lignes fixes).

En ce qui concerne les GSM, le SDS peut écouter simultanément entre 60 et 120 lignes, à la condition de disposer d’un nombre suffisant d’agents pour écouter, ce qui n’est pas souvent le cas …

Il y a deux types d’agents : ceux qui sont connectés aux lignes qu’ils ecoutent en direct …. D’autres communications sont enregistrées : d’autres agents écoutent en différé, ces enregistrements.

La SDS travaille de façon aléatoire. Je m’explique ! Comme ils doivent écouter beaucoup de lignes, ils sélectionnent de façon aléatoire celles qu’ils vont prendre en charge à un moment donné …. par exemple s’ils ont 400 lignes à ecouter, les agents du SDS opèrent des rotations sur ces lignes … ils pratiquent ce que l’on appelle un échantillonnage …

Mais ce que nous ne savez peut-être pas, c’est que le système d’écoute tombe souvent en panne !!

Le SDS pratique la propagande sur fond de vantardise : il veut essayer de faire croire à tous les utilisateurs qu’il a la capacité d’écouter simultanément et systématiquement toutes les conversations téléphoniques au départ ou à l’arrivée de Djibouti.

C’est totalement faux …., et heureusement pour moi, car sinon, je ne serais pas là pour vous le dire, puisque j’aurais déjà été invité à passer un bon petit séjour à Gabode…. !!

04/03/11 (B593-B) LDDH : Kadafi à La Haye ?



Le Président

DIFFUSION D’INFORMATION DU 3 MARS 2011

KADAFI A LA HAYE ?
.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) publie, ci-après, le Communiqué de l’UIDH et celui de la Coalition de la Cour Pénale Internationale.

Dans le cadre de la situation critique et des violations des Droits de l’Homme similaires sur plusieurs points à celle de la Libye dirigée par le Dictateur sanguinaire le Colonel Kadhafi, la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) continue à informer le Procureur de la Cour Pénale Internationale sur les crimes perpétrés par Ismaël Omar Guelleh en République de Djibouti.

Très rapidement, une Communication Ouverte sera établie et adressée au Procureur du Tribunal de la Haye par le Défenseur des Droits de l’Homme de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH), ce dans le cadre de la Prévention des conflits armés dans notre pays Djibouti et les risques d’Extension dans notre sous-région de la Corne d’Afrique.

NOEL ABDI Jean-Paul

_______________________ 2. COMMUNIQUÉ DE LA COALITION

Le Procureur de la CPI annonce l’ouverture d’une enquête sur les violences commises en LibyeLa Libye devient la sixième situation faisant l’objet d’une enquête par la Cour

FAITS :
Le 3 mars 2011, le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a annoncé que, suite à un examen préliminaire sur les récents événements en Libye, son bureau a ouvert une enquête formelle sur d’éventuels crimes commis sur le territoire depuis 15 février 2011. L’annonce fait suite à la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) adoptée le 26 février 2011 déférant la situation au Procureur de la CPI.

La Libye est la sixième situation faisant l’objet d’une enquête par la CPI – la première et seule cour internationale permanente capable de poursuivre les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide.

POURQUOI :
Dans sa résolution 1970 adoptée à l’unanimité (2011), le Conseil de sécurité a estimé que les attaques généralisées et systématiques qui se déroulent actuellement en Libye contre la population civile peuvent constituer des crimes contre l’humanité. Le renvoi par le Conseil n’a pas automatiquement déclenché une enquête de la CPI du fait que la Cour fonctionne indépendamment de l’ONU.

Il appartient au Procureur d’apprécier, par le biais d’un examen préliminaire des données disponibles, s’il existe un motif raisonnable de procéder à une enquête. Le Procureur a annoncé hier que lui et son bureau avaient déterminé qu’une telle base existe.

PROCHAINES ÉTAPES :
Selon les résultats de son enquête, le Procureur présentera son affaire aux juges de la CPI, qui décideront ou non de délivrer des mandats d’arrêt sur la base des éléments de preuve. Le Procureur a également été invité à présenter un rapport au Conseil de sécurité dans les 2 mois et tous les 6 mois sur les progrès réalisés.

COMMENTAIRES :
«En gardant à l’esprit l’indépendance du Procureur, le Conseil de sécurité de l’ONU et ses États membres devraient maintenant honorer l’esprit et l’objectif de la résolution 1970 et veiller à ce que la Libye et d’autres États concernés ainsi que les organisations internationales et régionales coopèrent pleinement avec la Cour et le Procureur pour que la situation en Libye soit pleinement adressée », a déclaré William R. Pace, Coordinateur de la Coalition.

« Cela inclut faciliter la collecte de preuves et assurer l’arrestation de suspects puisque la Cour ne dispose pas de sa propre force de police », a-t-il ajouté. « La communauté internationale s’inquiète à juste titre de la gravité de la situation en Libye. L’implication de la CPI indique que les crimes graves ne seront pas tolérés », note M. Pace.

« Nous appelons donc les autorités libyennes à cesser toute violence contre le peuple et leur rappelons que tous les actes commis à partir du 15 février 2011 peuvent faire l’objet d’une enquête par le Procureur », a conclu M. Pace.

En parallèle, la Coalition demande à la CPI de mener activement des actions de communication à propos de cette nouvelle situation dès que possible, visant les victimes et les communautés touchées ainsi que la société civile dans la région, les gouvernements, les médias régionaux et internationaux et le grand public sur les principaux aspects de l’enquête de la Cour en Libye, le rôle de la CPI, l’indépendance de la Cour vis-à-vis de l’ONU, les droits des victimes et des accusés, entre autres questions clés.

CONTEXTE :
C’est la deuxième fois que le Conseil de sécurité a renvoyé une situation à la CPI en vertu du Chapitre VII de la Charte de l’ONU. Le 31 mars 2005, la situation au Darfour (Soudan) a été renvoyée au Procureur de la CPI par la résolution 1593 (2005).
Un renvoi par le Conseil de sécurité des Nations Unies est l’une des trois façons par laquelle une situation peut être portée à la CPI, qui fonctionne indépendamment de l’ONU. En plus d’une saisine du Conseil de sécurité des Nations unies, les situations peuvent être déférées par les États qui sont parties au Statut de Rome ou le Procureur de la CPI peut ouvrir une enquête de sa propre initiative, sous réserve de l’approbation de la chambre de la Cour avant le procès.

La CPI est la première cour internationale permanente chargée de poursuivre les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide. Il existe actuellement 114 États parties à la CPI. Au cœur du mandat de la Cour est le principe de complémentarité, qui soutient que la Cour n’interviendra que si les systèmes juridiques nationaux sont incapables ou n’ont pas la volonté d’enquêter et de poursuivre les auteurs de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Il existe actuellement six enquêtes en cours devant la Cour : la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Darfour (Soudan), l’Ouganda, le Kenya et la Libye. La CPI a publiquement émis 12 mandats d’arrêt et trois citations à comparaître. Trois procès sont en cours. Le Bureau du Procureur a déclaré examiner au moins dix situations sur quatre continents, y compris en Afghanistan, Tchad, en Colombie, en Côte d’Ivoire, en Géorgie, en Guinée, au Honduras, en Corée du Sud, au Nigeria, et en Palestine.

Voir :
1. « Le Procureur annonce l’ouverture d’une enquête sur les violences commises
en Libye » – CCPI – 3 mars 201

_________________________________ 3 – LDDH – UIDH

DIFFUSION DU COMMUNIQUE DE L’UIDH
RELATIVE A LA SITUATION INTOLERABLE EN LIBYE.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) s’associe aux Décisions et recommandations de l’UIDH sur la LIBYE.

Avec l’UIDH : La LDDH « … appelle les autorités libyennes à faire preuve de la plus grande retenue, à respecter les droits de l’homme et le droit international humanitaire, à donner aux observateurs internationaux un accès immédiat au pays, ainsi qu’à veiller à ce que fournitures médicales et les organismes et travailleurs humanitaires puissent entrer dans le pays en toute sécurité… »

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains lance un Appel pressant au Conseil de Sécurité des Nations Unies ainsi qu’à l’Administration d’Obama de ne pas prendre le chemin de Georges BUSH présumé Criminel de Guerre et passible de Crimes contre l’Humanité.

La Ligue Djiboutienne dénonce toutes interventions des Forces Etrangères comme en Irak, afin de permettre aux Sociétés Multinationales pétrolières en particulier celles des Etats-Unis de s’approprier allègrement tous les champs pétroliers de la Libye comme l’Irak après l’occupation par l’OTAN et les Forces du Pentagone.

NOEL ABDI Jean-Paul

04/03/11 (B593-B) FDP / Appel à manifester le 5 mars à Bruxelles.

À l’initiative du FDP, rejoint dans son appel par nombre de Citoyens belges d’origine djiboutienne, tel que.. Z. Iftin et d’autres, une manifestation sera organisée le 05.03.2011 à Bruxelles devant les ambassades de France et des Etats-Unis d’Amérique

Angle Avenue des Arts et rue Joseph II
Metro Art-Loi,
rassemblement à 10 h00,
sur la pelouse devant l’ambassade de France, .

De 10 h à 11 h
manifestation
devant l’Ambassade de France

De 11 h à 12 h
manifestation
devant l’Ambassade Américaine.

Unitaire dans son esprit, cette maniiaura pour tâche de porter les revendications du peuple Djiboutien qui lutte actuellement pour ses droits légitimes.

En soutien à la manifestation prévue le 04.03.2011 à Djibouti, les initiateurs de la manifestation de Bruxelles appellent la diaspora Djiboutienne de Belgique, les amis des démocrates Djiboutiens, l’ensemble de l’opposition Djiboutienne, les collectifs et autres associations à venir manifester le samedi 05.03.2011 pour:

– Appeler à ce qu’une véritable démocratisation des pratiques politiques s’instaure à Djibouti,

– dénoncer les actes de répression perpétrés par le régime moribond à l’encontre de la population,

– dénoncer la manœuvre de violation de la constitution entreprise par le dictateur IOG et la présidence à vie qu’il projette,

– Dénoncer l’apathie de la communauté internationale devant les méfaits de la mafia régnante,

Venez nombreux soutenir la volonté du peuple Djiboutien qui refuse l’inacceptable

L’Equipe

04/03/11 (B593-B) Inspiré de la chanson – « C’était mon copain, c’était mon ami » (Par Roger Picon)

Pour mes escroqueries
J’avais un seul ami
Mais il s’est au loin envolé
Il était plus que lui
Il était beaucoup moi
Je crois qu’en se sauvant
Il m’a aussi tué
Et je pleure, tout seul, la nuit
Mais il ne le sait pas

C’était mon copain
C’était mon ami
Pauvre vieux copain
De toutes nos filouteries
Kadra adorait son visage
Au regard si malicieux
Nous avions presque le même âge
Dans les mêmes larcins mafieux

 

 

Ami, mon pauvre ami
Te reverrai-je jamais
Quand me rendras-tu tout cet argent
Que j’ai eu tant de mal à détourner

C’était mon copain
C’était mon ami
J’écoute le chant du muezzin
Qui me répète que tout est fini
Alors que le vent du nord du pays
Vient accentuer mes frayeurs
Et que les vagues et l’eau de la mer
Ont pris de l’intensité et d’étranges couleurs

Perdu dans mes songes, chaque nuit
Un mystérieux concert
M’a dit qu’il faut garder
L’espoir à tout jamais
Car ceux qui ont bâti
Un monde d’indignité
Iront ensemble prier, se prosterner
En enfer pour y faire pénitence
Puisqu’ils l’ont tant mérité

O mon vieux camarade
Mon copain, mon ami
Alors que souffle le brulant khamsin
Je te parle et t’appelle chaque nuit
Mais ton pesant silence
Est un mal si cruel
Que je n’entends ta présence
Parfois qu’au fond de mes propres poubelles

04/03/11 (B593-B) Les habitants du quartier 5 disent : IOG DÉGAGE!!!

Les jeunes du Q5 qui ont longtemps été considérés, comme acquis à la cause de IOG et au pouvoir en place, entendent participer en masse à la manifestation de vendredi 4 mars aux côtés de toutes les composantes de la population djiboutienne.

Contrairement à certaines rumeurs et fausses affirmations, la lutte politique à Djibouti n’est pas une affaire des Mamassan contre les Fourlabah ou des Issa contre les Afar, mais c’est le rejet d’un système qui touche toutes les autres communautés djiboutiennes à savoir les Gadarboursi, Issack, Arabe, Darod et autres.

Pour ce faire, nous demandons à nos concitoyens Issa et Afar de cesser leur querelle et de se concentrer tous ensemble contre la source même de notre probleme afin de vivre des jours meilleurs.

Enfin, je rappelle encore une fois que les jeunes du Q5 sont determinés à marquer l’histoire pour l’avènement de la démocratie et d’un État de droit à Djibouti.

Notre message est clair : nous demandons à IOG de rendre le pourvoir au peuple sans plus tarder.

Vive la République de Djibouti

04/03/11 (B593-B) Manifestation à Bruxelles le 5 mars, avec la participation d’Ali Abdillahi Iftin, candidat à l’élection présidentiel et de son équipe de campagne.

Le samedi 5 mars, la diaspora Djiboutienne de Bruxelles va manifester à Bruxelles, pour soutenir nos soeurs et nos frères qui vont manifester à Djibouti, ce vendredi 4 mars et pour exiger le départ du dirigeant actuel.

Samedi 5 mars
entre 10h et 12h
en
face des ambassades de France et des Etats-unis.

M. Ali Abdillahi Iftin et son équipe seront présents avec les manifestants.

Vous pouvez le joindre sur l’un de ces numeros :

0032 /(0)4 85 86 31 26 ou le second numero 0032 / (0)4 89 24 39 42

04/03/11 (B593-B) Nouvelle crispation de Guelleh. Le Ministre de l’intérieur interdit la manifestation du 4 mars … (Info UAD)

La qualité des copies des différents courriers a été dégradée pour limiter le volume des informations à consulter. Les lecteurs qui le souhaitent peuvent télécharger l’intégralité des courriers à l’adresse suivante :
https://www.ardhd.org/photos/L0304_courriers_UAD_UMP/Courrier-manifestation-4mars.pdf

N° 1 – Le 26 février, les Présidents des deux coalitions UMD et UAD ont envoyé au Ministère de l’intérieur, une lettre pour informer de la manifestation en préparation pour le 4 mars.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________

N°2. (2pages) Le 2 mars, Yacin Elmi Bouh (Membre influent de l’Ordre des Brosses à reluire) a répondu par lettre, en utilisant des termes peu aimables, qu’il demandait l’ajournement de la manifestation à une date ultérieure et qu’il rejettait la responsabilité des désordres sur les dirigeants politiques de l’opposition, incapables à ses yeux de garantir la maîtrise et le contrôle des manifestants.

 

 

 

 

 

 

___________________________________________

N°3 – A réception de cette lettre, les Présidents de l’UMD et de l’UAD ont répondu pour dire que la responsabilité des désordres n’étaient pas à rechercher parmi les manifestants pacifiques, mais à mettre sur le compte des provocations policières … et que de toutes les façons, il était impossible d’annuler la manifestation, deux jours avant son déroulement.

 

 

 

 

 

 

 

_______________________________________

Le 3 mars, Yacin Elmi Bouh a pris sa plus belle plume pour interdire définitivement la manifestation et pour dire, comme nous l’avions anticipé, que les manifestants seront considérés comme des contrevenants et passibles de sanctions pénales.

Cette interdiction de manifester est contraire à l’application des droits légitimes et constitutionnelles de la population ….

04/03/11 (15h45-Paris CET) (B593-B) Flash Info / manifestation. Des informations partielles que nous adresse Jean-Paul Noël Abdi.

Je suis indigné d’avoir entendu les propos qu’à tenus notre soit disant Ministre des Affaires Etrangères qui s’exprimait en Soamlie sur VOA “La Voix de l’Amérique” vers 16h40 (Djibouti).

Il a utilisé des mots et des phrases bassement insutants, en tout cas indignes dans la bouche d’un Ministre en exercice, ce qui montrait bien, s’il en fallait une preuve, qu’il n’est qu’une marionette de la diplomatie au service du régime …

Pourtant Aden Robleh, sur la même radio, avait donné avec politesse et respect, des informations précises sur les différentes
manifestations qui sont éparpillées. En effet la ville est effectivement complètement quadrillée.

Balbala est coupée de Djibouti, même les axes routiers ont été pris d’assaut depuis hier soir, par les forces de Police. La circulation des bus a été stoppée car ils seraient inéluctablement
menacés.

A la question de VOA : Aden Robleh a répondu que les manifestants à “Bilikbilik” dont il faisait partie avaient été éparpillés par des jets de grenades lacrymogènes.

Malgré cela, dans l’une de ses réponses le Ministre des Affaires Etrangères a affirmé que le secteur de « Bilikbilik » n’existe pas. Si ce n’était pas aussi lamentable, on aurait envie de rire aux éclats devant de telles sottises.

Ces déclarations lamentables montrent clairement qu’il ne connaît pas Balbala.

Pour éviter qu’il ne se perde, je tiens à lui rappeler qu’il passe souvent devant le “Bilikbilik” à chaque
fois qu’il se rend à Arta où il se fait construire un immense Palais probablement au
frais de la princesse : N ’est-ce pas Monsieur le ministre ?

Pour compléter son information, je tiens à lui préciser qu’il y a même deux Bilikbilik (en Somalie lumière émise par un Phare).

Pauvre Ministre qui se ridiculise gratuitement.

Franchement je le plains et j’ai surtout grande pitié pour ses parents qui sont des gens très respectables.

Le vieux Jean-Paul NOEL ABDI