31/01/06 (B335-B) Ouest-France / Edition Pays d’Auge – Un comité de soutien à Élisabeth Borrel en Normandie : Réunion constitutive le jeudi 9 février. (Info transmise par l’ARD)

_______________________________ Note de l’ARDHD
Le Syndicat de la magistrature propose de signer une pétition en faveur de la déclassification des documents “confidentiel défense” dont le contenu pourrait faciliter l’instruction qui est conduite actuellement par la Juge Clément à Paris.

Vous trouverez une première liste de signataires, le texte de la pétition et les instructions à l’adresse :
http://www.syndicat-magistrature.org/article/646.html

Vous pouvez aussi télécharger sur notre site le texte de la pétition en format PDF qui contient toutes les instructions Télécharger PDF – 32Ko

Par ailleurs, l’ARDHD qui soutient le combat de Mme Borrel depuis le début, s’associe à toutes les initiatives qui ont pour objet de l’aider dans la recherche de la vérité et elle recommande à tous les internautes qui en ont la possibilité de participer à ce nouveau comité.
_________________________________________________________

Journal Ouest-France du mardi 31 janvier 2006, Edition : Pays d’auge

A l’issue de l’intervention d’Élisabeth Borrel, samedi matin, au cinéma Le Royal (Ouest France d’hier), nombre de personnes ont manifesté leur souhait de l’aider dans son combat pour la vérité. À l’initiative du collectif lexovien des droits humains et de l’association Lisieux avenir, un comité de soutien va voir le jour. Rendez-vous le 9 février.

« J’ai besoin d’être soutenue, je ne peux continuer seule. L’État ne pourra céder que devant un mouvement d’ampleur» L’appel a été lancé, samedi, matin, au cinéma Le Royal, devant plus d’une centaine de personnes. Une assistance émue par le combat de cette femme, qui cherche depuis plus de dix ans, à connaître les circonstances exactes de la disparition de son mari.

Bernard Borrel, ancien procureur de la République de Lisieux, est mort en octobre 1995, à Djibouti. Alors que tout porte à croire qu’il a été assassiné, la thèse officielle reste celle de l’accident. Mis en cause dans cette affaire, le président de la République de Djibouti, Omar Guelleh a accusé « l’État français, ancienne puissance coloniale, de vouloir déstabiliser le pays ». Le juge Borrel s’était notamment intéressé à l’attentat anti-Français, du Café de Paris, en 1990, à Djibouti.

« Quel concours apporter ? »

« A-t-on le droit de sacrifier l’honneur d’un serviteur de l’État au nom de la raison d’État ? confie Bernard Bonnet, président du Collectif lexovien des droits humains (1). Nous nous sommes dit qu’il fallait faire quelque chose. Mais concrètement, quel concours pouvons-nous apporter à Madame Borrel ? » De là, vient de naître l’idée de créer « un comité de soutien à Élisabeth Borrel », explique Philippe Perdrizet, de Lisieux avenir, l’association à l’origine de la rencontre de samedi.

« L’esprit est de créer un mouvement d’ampleur, poursuit Bernard Bonnet. Notre démarche s’inscrit en dehors de toute appartenance politique ou religieuse. C’est une action pour le respect du droit à la justice, tel qu’il est stipulé dans la déclaration universelle des droits de l’Homme. » Une première réunion aura lieu jeudi 9 avril, à 18 h 30, à l’Espace Victor-Hugo. Les organisateurs invitent toutes « les personnes, associations et mouvements » à se joindre à eux.

Guillaume BOUNIOL.

(1) Le collectif rassemble les associations suivantes : l’Acat (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), Amnesty international, le Cercle laïque lexovien, le Comité catholique contre la faim, la Croix-Rouge française, le Mouvement de la paix, Mood action professor, le Secours catholique et Terre des hommes.