22/04/07 (B392-A) AFP / Les combats ont continué samedi à Mogadiscio. Les Nations Unies impuissantes ou paralysées ..?

MOGADISCIO
(AFP) – Somalie : combats à Mogadiscio, 52 civils tués selon
une ONG

Au moins 52 civils ont été tués samedi à Mogadiscio
dans des combats opposant l’armée éthiopienne et des insurgés,
dont des miliciens islamistes, a affirmé samedi le directeur d’une
organisation non gouvernementale somalienne.

“Au moins 52 civils ont été tués dans les seuls
combats d’aujourd’hui”, a affirmé Sudan Ali Ahmed, directeur de
Elman Peace and Human Rights Organisation, une ONG travaillant sur les droits
de l’Homme.

“Cela porte à 165 le bilan des morts durant les quatre jours (mardi,
jeudi, vendredi, samedi, ndlr) d’affrontements” entre les deux camps,
a-t-il affirmé, ajoutant: “Aujourd’hui, les forces éthiopiennes
utilisent des chars et des tirs de mortier pour se battre, ils tirent sur
les gens dans leurs maisons”.

Ce bilan, obtenu selon l’ONG auprès d’hôpitaux, d’organisations
humanitaires et de témoins comptant les corps dans les rues, n’a pas
pu être confirmé par une autre source.

Selon un bilan obtenu par l’AFP auprès de témoins et de sources
hospitalières, au moins onze civils ont été tués
et plusieurs dizaines blessés, dont deux journalistes de la radio somalienne
Horn Afrik, samedi dans ces combats.

M. Ahmed a dit ne pas comprendre “pourquoi la communauté internationale
et les Nations unies restaient silencieuses alors que des civils sont en train
d’être massacrés à Mogadiscio”.

Utilisant des chars, les soldats éthiopiens en position près
du palais présidentiel (sud) ont tiré samedi à la roquette
et au mortier en direction de plusieurs refuges présumés d’insurgés
dans l’ensemble de la capitale, provoquant une riposte à l’arme lourde
des insurgés.

L’armée éthiopienne était intervenue en Somalie, officiellement
fin décembre 2006, pour déloger les tribunaux islamiques, qui
avaient appelé à la guerre sainte contre le régime d’Addis
Abeba.

Vendredi, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon
a estimé que la recherche d’une solution militaire aux problèmes
de sécurité à Mogadiscio serait “vraisemblablement
contreproductive et suscitera des rancoeurs à long terme parmi certains
clans et communautés, compromettant les perspectives de réconciliation”
dans ce pays en guerre civile depuis 1991.

“Il est impératif d’obtenir la fin immédiate des combats”,
a-t-il martelé.

Du 29 mars au 1er avril, des combats extrêmement intenses ont opposé
à Mogadiscio l’armée éthiopienne aux insurgés.
Selon les chefs traditionnels Hawiye, ces affrontements ont fait 1.086 morts.

Selon des experts, les insurgés sont un groupe hétéroclite
de miliciens islamistes, de chefs de guerre et de chefs traditionnels, Hawiye
notamment.