29/08/10 (B567) Point de vue – Les propos contradictoires tenus par notre Ministre à Hargeysa et ceux qu’il diffuse à Djibouti, sont choquants (Lecteur)

Je fais partie de ceux qui ont été particulièrement choqués des propos et de l’attitude contradictoires de notre cher ministre. Peut-être a-t-il tout simplement retrouvé la liberté d’expression, au désormais irrésistible Hargeysa ?

Par la même occasion Djibouti serait même, de l’aveu de notre ministre, un contat frustrant pour les membres de notre gouvernement.

A l’étranger, certains critiquent ouvertement la volonté de présidence à vie du chef de l’Etat. Comparer de l’autre côté de la frontière, le Somaliland à “une grande démocratie occidentale et un exemple pour l’Afrique” et de l’autre militer activement pour le refus de l’alternance démocratique à Djibouti et le roisième mandat est une malhonnêteté intellectuelle de la pire espéce.

Saluer la démocratie d’un “non”-pays voisin et fouler à ses pieds la Constitution de son propre pays est criminel.

On aurait plus apprécié, même s’il on est pas d’accord avec lui, que notre ministre affiche sa fierté en évoquant les réalisations de notre pays (lesquelles ?) plutôt que de s’extasier devant les progrès démocratiques de nos voisins.

Peut-on louer l’avènement de la démocratie chez son voisin tout en la refusant à son peuple ? Voilà la vraie nature des gens qui nous gouvernent.

Et puis la question que l’on se pose : pourquoi avoir envoyé Ali Abdi et Mohamed Awaleh en Somaliland ? S’agissait-il d’une réunion de famille ? Ou le
pouvoir cherche-t-il à décrédibiliser les élections somalilandaises en les réduisant à une question tribale ? Cest curieux non… !

En tout cas bon vent pour nos frères du Somaliland.

Nous leur rappelon : “qu’ils doivent se méfier du régime crépusculaire djiboutien, comme de la peste ” !!! Ils ne sont pas au bout de leurs surprises avec Guelleh à la tête de Djibouti.