31/08/2019 (Brève 1450) Pour quelles raisons, les enseignants sont-ils incarcérés avec les prisonniers de droit commun ? (ARDHD)

Il faut savoir que ces Six enseignants sont incarcérés de façon abusive sur ordre du pouvoir. Ce que l’on appelait sous le règne de Louis XIV (1638 – 1715) des Lettres de cachet.

Le Roi pouvait ainsi se débarrasser de ceux qui le dérangeait sur une simple lettre, sans aucun contrôle judiciaire. Sommes-nous revenus 400 ans plus tard au système féodal à Djibouti ? Il semblerait que l’on puisse répondre positivement….

Donc ces 6 enseignants sont incarcérés de façon abusive, mais pour les humilier davantage, parce que la mesure est insuffisante pour ce régime tyrannique, avec les détenus de droit commun, alors que les motifs sont clairement politiques.

++ Qu’est-ce que cela signifie ?

Cela signifie qu’ils sont enfermés toute la journée et toute la nuit avec des individus divers dont certains ont probablement un passé lourd, ce que certains appellent des voyous ou des criminels.

Imaginez un instant la promiscuité entre (au mieux) des voyous et des enseignants pas du tout préparés à affronter la violence, les insultes entre des “paumés” d’un côté et d’autre part des intellectuels : vols, voies de fait.

On comprend immédiatement qu’ils aient entamé une grève de la faim pour dénoncer :
1°) leur incarcération illégale
2°) les conditions ignobles de leur incarcération.

Avec la LDDH et notre équipe, il est temps de se mobiliser et de faire savoir à Guelleh et à son équipe d’obligés alimentaires, que le temps de l’injustice est terminé et que c’est lui qui devra assumer ses responsabilités pénales.

Mais aussi qu’un enseignant est une personne capitale pour un pays qui veut évoluer et qui sait que la formation de sa jeunesse est un élément incontournable.