11/11/08 (B473) Les flibustiers du Nord de la Somalie font-ils un énorme pied de Nez à l’Otan, à l’UE et aux marines présentes sur place, en arraisonnant un tanker ? Mais attention, quand on touche au transport du pètrole … cela devient vraiment sérieux ! (4 dépêches en Français et en Anglais – Info lectrice et lecteur)

______________________________ 1 – JDD

Somalie: Nouvelle prise d’otages

Des pirates somaliens ont capturé un navire appartenant à l’armateur norvégien Stolt-Nielsen, a déclaré mardi un responsable maritime régional.

Le Stolt Strength, qui bat pavillon philippin, a été détourné lundi après-midi dans le golfe d’Aden, près de deux mois après la capture d’un chimiquier du même groupe, le Stolt Valor.

« Le navire a 21 membres d’équipage, tous Philippins », a précisé Andrew Mwangura, responsable du Programme d’assistance aux marins d’Afrique de l’Est, basé à Nairobi. La semaine dernière, les pirates somaliens avaient capturé un navire exploité par le groupe danois Clipper avec 13 hommes à bord.

Le Bureau international maritime a recensé 199 incidents de piraterie ou tentatives dans le monde de janvier à septembre cette année, dont 63 dans le golfe d’Aden ou au large des côtes somaliennes.

_____________________________ 2 – Yahoo avec Reuters

Un navire du groupe Stolt détourné par les pirates somaliens

Le Stolt Strength, qui bat pavillon philippin, a été détourné lundi après-midi dans le golfe d’Aden, près de deux mois après la capture d’un chimiquier du même groupe, le Stolt Valor.

« Le navire a 21 membres d’équipage, tous philippins », a précisé Andrew Mwangura, responsable du Programme d’assistance aux marins d’Afrique de l’Est, basé à Nairobi.

La semaine dernière, les pirates somaliens avaient capturé un navire exploité par le groupe danois Clipper avec 13 hommes à bord.

Le Bureau international maritime a recensé 199 incidents de piraterie ou tentatives dans le monde de janvier à septembre cette année, dont 63 dans le golfe d’Aden ou au large des côtes somaliennes.

L’Union européenne a officiellement lancé lundi une forte aéronavale contre la piraterie dans la région.

Celle-ci prendra en décembre le relais des opérations conjointes déjà menées par la France et l’Espagne pour protéger l’une des principales routes maritimes reliant l’Europe à l’Asie.

Helen Nyambura-Mwaura,
version française Jean-Stéphane Brosse

______________________________ 3 – Nouvel Obs avec AP

Des pirates s’emparent d’un navire philippin au large de la Somalie

Des pirates se sont emparés d’un tanker chimique philippin et de ses 23 membres d’équipage au large de la Somalie, a annoncé mardi le Bureau maritime international (BMI), basé en Malaisie.

Le bateau se rendait en Asie quand il a été attaqué par des pirates équipés d’armes automatiques et de lance-grenades, lundi dans le Golfe d’Aden, a déclaré Noel Choong du BMI.

Le BMI a émis un bulletin d’alerte en direction des bateaux pour qu’ils prennent des mesures de dissuasion à l’encontre des pirates, a-t-il expliqué sans donner plus de détails.

Cette attaque est la 83e dans les eaux africaines en 2008, avec 33 prises d’otages de bateaux. Douze bâtiments demeurent aux mains de pirates avec plus de 200 membres d’équipage, a précisé Noel Choong.

L’attaque de ce bateau philippin est intervenue alors même que la coopération internationale s’amplifie pour combattre les pirates dans le golfe d’Aden.

________________________________ 4 – BBC (En Anglais)

Filipinos held by Somali pirates

The Gulf of Aden is among the world’s most perilous shipping channels

A chemical tanker with 21 Filipino crew members on board has been hijacked by Somali pirates, according to maritime officials.

The ship was in the Gulf of Aden, en route to Asia, when it was seized on Monday afternoon.

There have been dozens of attacks and hijackings in the region this year, making it one of the most dangerous sea lanes in the world.

The EU is launching an anti-piracy security operation in the area.

The Philippine-flagged Stolt Strength was seized « on Monday afternoon, but we are now tracking its whereabouts », Andrew Mwangura, of the Kenyan branch of the Seafarers’ Assistance Programme, told AFP news agency.

He said all 21 crew members on board were Filipino.

« We are yet to establish where the ship was heading and what it was carrying, » he said.

The Stolt Strength is reported to be managed by Victoria Ship Management in Manila but on long-term charter to Stolt-Nielsen.

The ship was seized nearly two months after its sister ship, the Stolt Valor, was taken in the same area.

08/11/08 (B473) La Police éthiopienne affirme avoir procédé à l’arrestation de plusieurs poseurs de bombes, qui préparaient (selon elle) des attentats à Addis Abeba. Les partis d’opposition dénoncent une manoeuvre visant à les impliquer dans la violence. Ethiopia arrests ‘bomb plotters’ (En Anglais – Info lecteur)

The Ethiopian government has arrested several people it says were planning attacks in the capital Addis Ababa.

Police said they arrested members of the outlawed Oromo Liberation Front (OLF) and members of a previously unknown group.

Police spokesman Demsash Hailu told the BBC the OLF members were mobilising « anti-peace activities ».

Opposition party leaders said the government was trying to implicate legitimate opposition parties.

The OLF has been fighting for independence for the southern region of Oromia for more than three decades.

Legal opposition

The police said the men arrested were also members of legal opposition parties the Oromo National Congress and the Oromo Federal Democratic Movement (Ofdem).

ONC leader Merara Gudima confirmed the general secretary of Ofdem had been among those arrested, but said the others arrested were not members of any party.

In a second batch of arrests the police said they detained members of « Kawerj », a previously unknown Muslim group.

The BBC’s Elizabeth Blunt says the name refers to an historic Islamic movement who considered violence acceptable to depose « un-Islamic » rulers.

08/11/08 (B473) Les otages d’ACF et leurs trois chauffeurs (Pilotes ?) ont été emmenés vers le Centre du Pays. (2 dépêches)

_____________________________________ 1 – 7/7 (Be) avec Belga

L’otage belge et ses trois collègues d’ACF emmenés en Somalie centrale

Les quatre employés européens de l’ONG française Action contre la faim (ACF) et leurs deux pilotes kenyans enlevés mercredi en Somalie par des hommes armés ont été emmenés par leurs ravisseurs dans un village du centre du pays, ont indiqué jeudi les autorités locales.

« Les otages ont été emmenés dans le village d’Elkohle, dans la zone de Cel Buur » (250 km au nord-est de Mogadiscio), a déclaré sous couvert d’anonymat un responsable de la localité de Dhusa Mareb (350 km au nord de Mogadiscio), où les employés d’ACF ont été enlevés.

« Nous avons été avertis par les gens de la région » de Cel Buur, a-t-il ajouté, sans autres précisions sur le sort des otages. « Nous ne connaissons pas l’identité des ravisseurs et leurs motifs », a assuré de son côté un chef coutumier de Dhusa Mareb, Mohamed Ugas.

Selon un autre chef coutumier, Abdulle Jumale, « les ravisseurs avaient préparé leur attaque et étaient très bien organisés (…) Je ne crois pas qu’une libération inconditionnelle sera possible ».

Les quatre employés d’ACF – deux Français, un Belge et un Bulgare – et les deux pilotes qui les accompagnaient ont été enlevés mercredi vers 12h00 (10H00, heure belge) par un groupe d’hommes en armes alors qu’ils rejoignaient l’aéroport (de Dhusa Mareb) afin de rentrer sur Nairobi.

Les enlèvements d’étrangers et de membres d’organisations humanitaires, y compris somaliens, ont augmenté de façon inquiétante ces derniers mois en Somalie, pays livré au chaos depuis le début d’une guerre civile en 1991. Les ravisseurs exigent généralement des rançons pour libérer leurs otages. (belga/CB)

_____________________________ 2 – Afrik.com

Somalie : les otages d’ACF emmenés dans le centre du pays par leurs ravisseurs

Les quatre employés de l’ONG française, Action Contre la Faim, et les deux pilotes qui les accompagnaient ont été emmenés, jeudi, par leurs ravisseurs dans la région de Cel Buur, à 250km au nord de la capitale Mogadiscio.

Ils avaient été pris en otage, mercredi, à une centaine de kilomètres plus au nord. « Nous ne connaissons pas l’identité des ravisseurs et leurs mobiles », a déclaré Mohamed Ugas, un chef coutumier de Dhusa Mareb. TV5indique que les autorités somaliennes ont demandé leur « liberté immédiate et inconditionnelle ».

08/11/08 (B473) L’UNICEF et l’ONU condamne la lapidation publique d’une jeune mineure de 13 ans en Somalie. ( 2 dépêches)

_____________________________ AFP

Somalie: l’ONU condamne à nouveau la lapidation d’une victime de viol

L’ONU a émis vendredi une nouvelle condamnation de l' »inacceptable » lapidation à mort d’une adolescente de 13 ans victime d’un viol en Somalie et appelé à protéger les enfants dans ce pays ravagé par la guerre.

Radhika Coomaraswamy, représentante spéciale de l’ONU pour la question des enfants dans les conflits armés, a été « horrifiée » par cette lapidation survenue le 27 octobre, indique un communiqué de son service de presse intitulé: « Inacceptable meurtre d’une enfant ».

Mme Coomaraswamy « condamne fermement cet incident et lance un appel d’urgence à une meilleure protection des enfants en Somalie ».

« Cet incident met en lumière la nature extrême de la violence contre les enfants et les femmes en Somalie, qui est exacerbée par l’instabilité croissante » dans ce pays en guerre civile depuis 1991, dit encore le texte.

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) avait dénoncé mardi à Nairobi la « tragique » lapidation à mort de cette adolescente de 13 ans victime d’un viol et condamnée à ce sort après avoir été jugée coupable d’adultère par un tribunal islamique somalien aux mains des islamistes.

« Une enfant est doublement victime, d’abord des auteurs du viol puis de ceux qui administrent la justice », avait dénoncé le représentant de l’Unicef pour la Somalie, Christian Balslev-Olesen.

Aisha Ibrahim Dhuhulow avait été lapidée à mort la semaine dernière par une foule lors d’une exécution publique après avoir été jugée coupable d’adultère par un tribunal islamique de Kismayo, dans le sud de la Somalie.

Selon l’Unicef, la victime avait auparavant été violée par trois hommes alors qu’elle rendait visite à sa grand-mère. « Après l’agression, elle a cherché la protection des autorités, qui l’ont accusée d’adultère et condamnée à mort ».

La ville de Kismayo a été prise le 22 août par une coalition de combattants fidèles au leader islamiste Hassan Turki, dont le nom figure sur la liste américaine des financiers du terrorisme, et de « shebab », le principal groupe de combattants extrémistes en Somalie.

Depuis, une nouvelle administration a été mise en place dans la ville et a commencé à mettre en application une forme très stricte de la charia (loi coranique).

Mme Coomaraswamy a également exprimé sa préoccupation concernant le recrutement généralisé d’enfants par toutes les parties au conflit en Somalie, affirmant que des enfants étaient « tués ou blessés quotidiennement lors d’opérations militaires

_____________________________ DIA ( RdC)

Somalie : L’Unicef déplore la lapidation d’une violée

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, l’Unicef, a déploré la lapidation d’une jeune Somalienne de 13 ans accusée d’adultère alors qu’elle avait été victime de violences sexuelles, rapporte le centre d’information de Nations Unies.

Aisha Duhulow a été lapidée le 27 octobre 2008 dans un stade rempli de spectateurs à Kismayo après avoir été jugée coupable d’adultère. Des informations indiquent toutefois qu’elle avait été violée par trois hommes alors qu’elle se rendait à pied chez sa grand-mère dans la capitale Mogadiscio.

Après l’attaque, elle avait cherché protection auprès des autorités qui l’avaient alors accusée d’adultère et condamnée à mort. «C’est un événement tragique et déplorable », a déclaré le représentant de l’Unicef pour la Somalie, Christian Balslev Olesen. « Un enfant a été persécuté deux fois. La première par les auteurs du viol, et ensuite par ceux qui sont responsables d’administrer la justice », ajoute ce document de l’Unicef.

Cette lapidation souligne l’extrême vulnérabilité des filles et des femmes en Somalie, pour qui la violence et la discrimination sont plus intenses en raison d’un conflit chronique et de déplacements de populations. Suivant le document de l’Unicef, la violence à l’encontre des femmes est commune en Somalie et la vulnérabilité des filles et des femmes est souvent exacerbée par les inégalités entre hommes et femmes dans l’accès aux services sociaux.

« Les autorités et les institutions de la société civile ont un rôle à jouer pour soutenir et protéger les droits de chaque enfant », a dit M. Balslev Olesen. Ce responsable a signalé que toutefois, cet incident montre combien il reste à faire pour protéger les droits des filles et des femmes en Somalie.

04/11/08 (B472) Les corps de 60 africains, retrouvés sur une plage du Yémen. (2 dépêches – Infos lectrice)

__________________________________ JDD

60 Africains s’échouent au Yémen

Les corps de 60 réfugiés originaires de Somalie et d’Ethiopie ont été retrouvés sur une plage du Yémen au cours du week-end, rapporte lundi Médecins sans Frontières.

Selon les témoignages recueillis par MSF, des passeurs ont jeté par dessus bord certains réfugiés pendant la nuit. Ils craignaient d’avoir été repérés par les garde-côtes après avoir aperçu des lumières à terre.

« Plusieurs personnes ne savaient pas nager et se sont noyées », a raconté un survivant, dont les propos sont repris dans un communiqué de l’ONG. Selon cette personne, une femme enceinte de huit mois a été gravement blessée par l’hélice du bateau après avoir été jetée par dessus bord.

Une équipe de l’ONG a par la suite découvert un autre groupe de réfugiés ayant réussi à atteindre le rivage bien que leur bateau se soit renversé. Ils ont dit avoir enterré les corps de 23 personnes qui avaient voyagé avec eux.

« Le bateau était coincé dans le sable, non loin de la plage. Les pêcheurs étaient en train de chercher les survivants en dessous, mais n’y arrivaient pas », a raconté un employé de MSF.

_____________________________ Reuters

Soixante Africains retrouvés morts sur une plage au Yémen

Les corps de 60 réfugiés originaires de Somalie et d’Ethiopie ont été retrouvés sur une plage du Yémen au cours du week-end, rapporte Médecins sans Frontières.

Certains ont été jetés à la mer par des passeurs, d’autres n’ont pas survécu lorsque leur bateau s’est renversé, selon les témoignages de survivants.

Les victimes avaient traversé le golfe d’Aden après avoir quitté le port de Bosasso, en Somalie, pour fuir la guerre et la pauvreté dans leurs pays, rapporte l’ONG.

Selon les témoignages recueillis par MSF, des passeurs ont jeté par dessus bord certains réfugiés pendant la nuit. Ils craignaient d’avoir été repérés par les garde-côtes après avoir aperçu des lumières à terre.

« Plusieurs personnes ne savaient pas nager et se sont noyées », a raconté un survivant, dont les propos sont repris dans un communiqué de l’ONG. Selon cette personne, une femme enceinte de huit mois a été gravement blessée par l’hélice du bateau après avoir été jetée par dessus bord.

Une équipe de l’ONG a par la suite découvert un autre groupe de réfugiés ayant réussi à atteindre le rivage bien que leur bateau se soit renversé. Ils ont dit avoir enterré les corps de 23 personnes qui avaient voyagé avec eux.

« Le bateau était coincé dans le sable, non loin de la plage. Les pêcheurs étaient en train de chercher les survivants en dessous, mais n’y arrivaient pas », a raconté un employé de MSF.

« J’ai dû plonger. J’ai pu atteindre la coque et, grâce à Dieu, nous avons pu sauver deux femmes et un homme. Malheureusement, deux autres personnes étaient déjà mortes », a-t-il ajouté.

Andrew Cawthorne,
version française Gwénaelle Barzic

01/11/08 (B472) Explosion à Baïdoa dans le sud de la Somalie (Entre 3 et 5 morts suivant les agences de presse) (4 dépêches Français et Anglais)

______________________________ 1 – AFP

Somalie: au moins cinq morts dans un attentat dans le sud

Au moins cinq personnes ont été tuées samedi dans l’explosion d’une bombe placée sur une route visant un responsable local dans la ville de Baidoa, dans le sud de la Somalie, ont rapporté des témoins et la police.

L’explosion s’est produite au passage du véhicule du procureur de Baidoa Hasan Moalim Ahmed. Trois membres des forces assurant sa sécurité ont été tués ainsi que deux civils, le procureur a été blessé, selon des témoins.

« Le véhicule du procureur a été complètement détruit par une bombe placée sur la route. J’ai vu trois gardes du corps et deux civils tués dans l’explosion, sept autres personnes, dont le procureur, ont été blessées », a indiqué l’un des témoins, Abdisalan Adan Yare.

Hasan Yake Doyow, un officier de police a confirmé l’attentat.

« La bombe a explosé au passage du véhicule du procureur et il y a eu des victimes. Le procureur fait partie des blessés, mais je ne sais pas combien il y eu de morts », a-t-il déclaré.

L’un des gardes du procureur a indiqué que ses blessures n’étaient pas graves.

Baidoa, à 250 km au sud de Mogadiscio, est le siège du Parlement du gouvernement de transition, mais des insurgés islamistes contrôlent les environs de la ville et attaquent quotidiennement les autorités gouvernementales et les troupes éthiopiennes venues les protéger. Ces violences ont fait au moins 8.000 morts depuis le début de l’année

_______________________________ 2 – Shabelle (En Anglais)

Le procureur somalien de Baïdoa, grièvement blessé dans une explosion. Trois de ses gardes du corps sont tués. Somali commissioner seriously injured in blast

The commissioner of Baidoa district has been seriously injured by roadside bomb went off. Bodyguards also died on Saturday according to eyewitnesses.

Eyewitnesses said that plumes of smoke rose near the central bank of the town when the vehicle that was carrying the commissioner Hassan Bikalo struck by the bomb blast.

Three of his bodyguards also died in the blast.

Islamist rebels have been blamed for the attack. Fighting between troops and rebels has worsened in recent months.

There has been no comment from the government officials on this incident.

Mr Bikole was rushed to main hospital in the where is undergoing surgery for severe head wounds, according to reports from the hospital in the town where he was taken.

« The commissioner was on his way to police station when his white Toyota Land Cruiser vehicle was hit by a roadside bomb, » eyewitness Mohamed Yasin said.

The windows of the vehicle were shattered and photos show the passenger side riddled with holes.

Roadside bomb are placed underground the ground. They can be detonated by remote control and the explosives can be directed. They are frequently used by the Islamists in Somali fighting against the Ethiopian backed government and the foreign forces in Somalia.

Police sealed off the scene of the attack.

The Islamists started attacks on the military forces last year after their administration fortces have been driven out by Ethiopian backed Somali troops.

Agencies say that At least 8,000 people have died since the conflict began in late 2006.

_______________________________ 3 – Shabelle (En Anglais)

Des milices s’emparent d’un poste de police à Baïdoa. 2 militaires perdent la vie à Agfoi. Militiamen seize Baidoa police station, two soldiers killed in Afgoi

Firing rocket-propelled grenades and heavy submachine guns, armed tribal militiamen seized a police headquarter at the heart of the government’s stronghold in Baidoa on Friday night in a bold attack that witnesses said.

Eyewitnesses said that the attack happened following the government troops detained a businessman who was associated with bomb attacks in the town that caused that same tribe men regrouped to attack the police station, the ambush could not be immediately be verified by Somali officials.

The militiamen forcibly freed from the police station prison several prisoners including big traders.

Elsewhere two Somali soldiers have been killed in Elasha biyaha area of Afgoi district just outside of Somali capital on Friday night.

Witnesses told Shabelle that two armed men killed the two soldiers while they were onboard a vehicle that was passing in the locale.

The culprits eluded and the government forces have started trucking down them although no tangible progress they have made was reported.

Somalia’s interim government and its Ethiopian military backers are battling an insurgency in Mogadishu led by remnants of Islamist groupskicked out of the city more than a year ago.

Activists say fighting in Mogadishu killed more than 8,000 people last year and wounded 8,500. Ill-equipped African Union peacekeepers from Uganda and Burundi have failed to reduce the bloodshed.

Yusuf and Prime Minister Nur Hassan Hussein travelled to Kenya for IGAD meeting where the government where the leaders of the body decided to build a new cabinet of Somali government.

_______________________________ 4 – Le Figaro avec AFP

Somalie : 3 tués après des explosions

Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées aujourd’hui dans des explosions dans la ville de Baidoa, dans le sud de la Somalie, ont indiqué des témoins

Des assaillants non identifiés ont lancé une grenade dans un marché bondé, tuant deux civils et blessant un policier, selon ces témoins. Un troisième civil a été tué au cours d’une seconde attaque à la grenade dans la ville, siège du Parlement somalien.

Ces attaques n’ont pas été revendiquées dans l’immédiat, mais des insurgés islamistes qui combattent le gouvernement somalien, les troupes éthiopiennes et des soldats de l’Union africaine (UA) ont déjà revendiqué des attaques de ce type.

01/11/08 (B472) La piraterie toujours d’actualité. Le Faïna pourrait être relâché prochainement après le paiement d’une rançon de 5 millions de dollars. (3 dépêches Français et Anglais)

_______________________ 1 – CyberPress (CA) avec AFP

L’Égypte appelle à une réunion contre la piraterie au large de la Somalie

L’Égypte appelle les pays arabes situés sur les rives de la mer Rouge à se réunir en urgence afin d’étudier les moyens de lutter contre la piraterie au large de la Somalie, a annoncé samedi le ministère des Affaires étrangères.

Cette rencontre prévue en novembre serait coordonnée par l’Égypte et le Yémen, ajoute le ministère dans un communiqué, sans donner de date précise. Au moins 77 bateaux étrangers ont été attaqués par des pirates somaliens au débouché de la mer Rouge, dans l’océan Indien et le golfe d’Aden cette année, le double du bilan pour l’ensemble de l’année 2007, selon le Bureau maritime international. Les pirates détiennent actuellement environ 200 marins.

L’OTAN et l’Union européenne notamment ont envoyé des navires de guerre patrouiller au large des côtes somaliennes pour des missions d’escorte et de dissuasion face aux pirates.

L’Égypte affirme que la piraterie n’a pas eu de conséquences sur le trafic dans le canal de Suez, qui représente sa troisième source de revenus, en dépit d’un récent rapport de l’institut londonien de réflexion Chatham House, selon lequel les attaques des pirates constituent une menace pour ce trafic.

«Le danger et le coût de la piraterie (les primes d’assurance pour le Golfe d’Aden ont été décuplées) signifient que le fret maritime pourrait être contraint d’éviter le Golfe d’Aden/Canal de Suez et de passer par le cap de Bonne Espérance», écrit Chatham House.

«En ces temps inflationnistes, cela pourrait être préoccupant», selon la même source.

Des pirates se sont emparés jeudi d’un nouveau bateau de commerce, un cargo turc avec 20 marins transportant une cargaison de minerai de fer, au large de la Somalie.

Fin septembre, des pirates somaliens avaient relâché un bateau égyptien et ses 25 membres d’équipage qu’ils avaient capturés près d’un mois auparavant au large de la Somalie.

Le Caire a démenti avoir versé une rançon aux pirates.

_______________________ 2 – Ria Novosti (Ru)

Piraterie en Somalie: le Faïna pourrait être relâché ces prochains jours (journal)

Le cargo ukrainien Faïna, pris en otage par des pirates somaliens, pourrait être relâché dans les prochains jours, suite au versement d’une rançon de 5 millions de dollars, annonce le quotidien panarabe Asharq Alawsat.

Le navire transportant 33 chars T-72 et d’autres armements a été arraisonné le 25 septembre par des pirates au large de la Somalie. Au moment de l’abordage, son équipage comptait 17 Ukrainiens, trois Russes et un Letton. Depuis, le capitaine du cargo, le Russe Vladimir Kolobkov est décédé des suites d’une crise cardiaque.

Le journal, qui se réfère à des sources somaliennes, affirme que « la rançon de 5 millions de dollars au minimum doit être versée aux pirates dans les deux jours qui viennent », ajoutant que « le navire pourrait être libéré prochainement ».

Selon le journal, les pourparlers, qui sont « en phase finale », sont menés par des Russes et des Ukrainiens, grâce à des « émissaires locaux avec lesquels ils sont en contact satellite ». L’armateur du Faïna aurait accepté les conditions des pirates.

Les fonds devraient être versés directement sur le territoire somalien, les malfaiteurs refusant tout intermédiaire, banque ou compagnie locale.

___________________ 3 – Shabelle avec Anatolia news Agency (Anglais)
Les forces de l’OTAN font mouvement pour secourir les marins du navire turque qui a été arraisonné par les pirates et qui fait mouvement vers les côtes somaliennes // NATO moves to rescue Turkish cargo ship hijacked off Somalia

NATO forces stepped in to rescue the crew of a hijacked Turkish ship offshore of Somalia.

Maritime Under-Secretariat officials told AA that « Yasa Neslihan », a Turkish ship of Marshal Islands registry, was hijacked by pirates offshore of Somalia at noon on Wednesday.

There were 20 Turkish crew members on board the ship which was carrying 77 tons of iron from Canada to China.

After initiatives of the Turkish Foreign Affairs, NATO forces stepped in to rescue crew of hijacked cargo ship.

However, security forces hesitate to intervene as there is danger for the hostages.

Officials are trying to work out a solid plan to rescue hostages alive.

The hijacked ship is still navigating offshore of Somalia.

30/10/08 (B471-B) Condamnation des attentats du Somaliland et du Puntland. Condoléances pour les victimes. Des pistes pour rechercher les commanditaires. (8 dépêches en Français et en Anglais)

__________________________________ 1 – XINHUA

Jean Ping condamne les attaques terroristes dans le nord de la Somalie

Le président de la Commission de l’Union africaine (UA) Jean Ping a condamné mercredi vigoureusement une série d’attentats suicide qui ont tué au moins 28 personnes dans le nord de la Somalie.

Dans un communiqué de l’organisation panarabe, M. Ping a condamné fermement « ces attaques terroristes, qui sont survenues au moment où de nouveaux efforts se sont déployés par l’IGAD ( Autorité intergouvernementale sur le développement), l’UA et les Nations Unies pour parvenir à la paix durable, à la sécurité et à la réconciliation en Somalie ».

Il a réitéré la détermination de l’UA pour continuer à faire tout ce qui peut soutenir les efforts pacifiques en Somalie.

Mercredi, au moins 28 personnes ont été tuées lors d’une série d’attentats à la voiture piégée dans le nord de la Somalie, dont la plupart étaient à Hargeisa, capitale de la région séparatiste de Somaliland.

Les attentats sont survenus alors que des dirigeants régionaux se sont rencontrés à Nairobi, capitale kenyane, pour discuter de l’actuelle crise en Somalie et de la performance du gouvernement de transition.

__________________________________ 2 – XINHUA

Solana condamne les attaques terroristes en Somalie

Le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère et de sécurité commune, Javier Solana, a fermement condamné mercredi les attaques terroristes dans le nord de la Somalie.

« Je condamne fermement les attentats terroristes commis aujourd’hui à Bosasso et à Hargeisa, dans le nord de la Somalie. Je transmets mes plus sincères condoléances aux familles des victimes et exprime ma sympathie aux autorités du Puntland et du Somaliland », a dit M. Solana dans une déclaration.

Selon lui, « seul le dialogue permettrait à la Somalie de trouver une solution à l’actuelle situation dans laquelle elle a vécu pendant une quinzaine d’années. Cela est dans l’intérêt non seulement du peuple somalien, mais aussi dans celui de la région et de l’ensemble de l’Afrique ».

Il a aussi tenu à exprimer son soutien à tous ceux qui travaillent en Somalie pour une paix dans le pays.

Au moins 28 personnes sont mortes et une trentaine d’autres ont été blessées mercredi dans une vague coordonnée d’attentats à la voiture piégée commis à Hargeysa, capitale de la république séparatiste de Somaliland, et dans la ville portuaire de Bossaso, capitale commerciale de la région semi-autonome du Puntland

______________________________3 – Shabelle avec AFP (En Anglais)

Selon un représentant américain, les attentats portent la marque d’Al Quaïda. // Somalia bombings have markings of Al-Qaeda: US official

The deadly coordinated suicide car bomb attacks against key targets in two Somali breakaway states Wednesday have the markings of Al-Qaeda, Jendayi Frazer, US assistant secretary of state for Africa, told reporters in Nairobi.

« Nobody has claimed responsibility for the attacks, but they have the markings of Al-Qaeda, » she said after attending a summit on Somalia in the Kenyan capital.

« We believe that these senseless attacks highlight the determination of violent extremists to undermine peace and stability throughout Somalia and the Horn of Africa. »

Frazer said Washington will continue to support regional efforts to combat terrorism.

« There is a serious terrorist threat in the Horn of Africa, concentrated in Somalia, Somaliland and Puntland and we have to address it as a region, » she said.

Frazer called for action against Eritrea for hosting Sheikh Hassan Dahir Aweys, an influential Somali cleric listed as a terrorist by Washington and who has rejected recent peace talks and ceasefires.

« What I can say is Aweys is sitting in Eritrea… he is in the UN and US terror list. Eritrea is giving a safe haven to a terrorist, we need to act accordingly, » she said.
« He is not for peace in Somalia, he is not for good governance in Somalia, he is making terrorism threats, we need to treat him accordingly, » she told AFP.

__________________________________ 4 – JDD

Attentats en Somalie: Un cheikh soupçonné

Les autorités du nord de la Somalie ont annoncé jeudi l’arrestation du cheikh Chabaab, soupçonné d’être impliqué dans une vague d’attentats suicide qui a fait au moins trente morts la veille.

Les cinq attentats de mercredi dans les régions du Puntland et du Somaliland n’ont pas ouvertement été revendiqués, mais les autorités soupçonnent les insurgés islamistes hostiles au gouvernement et à l’Ethiopie qui le soutient.

Les Etats-Unis ont imputé les attentats à Al Qaïda, qu’ils accusent d’agir à travers Chabaab.

_________________________________ 5 – Centre Info ONU

Attentat : L’ONU en Somalie en deuil après la mort de deux de ses employés

Le résident des Nations Unies et coordonnateur humanitaire pour la Somalie, Mark Bowden, a exprimé jeudi sa peine au sujet de la mort de deux employés de l’ONU dans l’attentat à la voiture piégée qui a frappé la veille un complexe du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Hargeisa, dans le nord de la Somalie.

Mohammed Geele était conseiller local à la sécurité et travaillait pour l’ONU depuis cinq ans. Il laisse derrière lui une femme et cinq enfants. Sayid Hashi, de Borama, était chauffeur pour les Nations Unies depuis 1997 et laisse derrière lui une femme et trois fils, a précisé le Bureau du résident des Nations Unies dans un communiqué.

« Nos plus profondes condoléances vont aux familles et aux collègues de nos deux employés qui sont morts dans l’explosion », a déclaré M. Bowden. « Actuellement, notre préoccupation immédiate est le bien-être et le soutien aux familles des victimes et des employés qui ont survécu ce traumatisme. Etant donné l’extrême violence de l’attaque, nombre d’entre eux sont profondément bouleversés et pleurent la mort de leurs collègues », a-t-il ajouté.

Six autres employés ont été blessés, dont deux grièvement qui ont été évacués vers Djibouti pour y être hospitalisés. Leur état est stable désormais. L’ONU est en train d’évacuer d’autres employés qui ont besoin d’un traitement médical et d’un soutien psychologique à Nairobi. Les employés indispensables restent à Hargeisa mais leurs mouvements sont restreints, souligne le communiqué.

Au moment de l’attentat, il y avait 74 employés internationaux et 200 employés nationaux des Nations Unies travaillant à Hargeisa. Le complexe compte quatre bâtiments et le toit de certains s’est effondré.

« Alors que la Somalie est l’un des endroits les plus dangereux au monde pour les travailleurs humanitaires, Hargeisa est un endroit relativement stable et par conséquent beaucoup d’employés des Nations Unies étaient basés là », a souligné M. Bowden. « C’est grâce à cette stabilité que l’ONU a été en mesure d’aider le processus de reconstruction, construire des écoles dans un contexte de paix depuis 1998 », a-t-il ajouté.

Les agences des Nations Unies travaillent à Hargeisa et les régions du nord-ouest avec le gouvernement local et les communautés pour fournir de l’eau et des soins. L’assistance est fournie aux gens déplacés par la guerre et qui n’ont pas retrouvé une vie normale. Les agences de l’ONU apportent aussi leur aide dans les domaines de la police, de l’état de droit et de la gestion des finances publiques.

De son côté, le Conseil de sécurité a condamné jeudi « avec la plus grande fermeté » les attentats-suicide commis à Hargeisa et Bosasso, en Somalie, contre les locaux du PNUD, un bureau du gouvernement éthiopien et des services des pouvoirs publics locaux.

Dans une déclaration lue par son Président pour le mois d’octobre, Zhang Yesui (Chine), le Conseil de sécurité souligne que ces « attentats odieux », qui ont fait de nombreux morts et blessés, « semblent avoir été concertés ».

Le Conseil de sécurité présente ses « très sincères condoléances aux familles des victimes de ces attentats, ainsi qu’à la population et aux autorités somaliennes et éthiopiennes ».

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, avait également condamné mercredi ces attentats.

____________________ 6 – ChannelNewsAsia
(Somaliland) (En Anglais)

Déploiement massif des forces de sécurité à Hargeisa après les attentats meurtriers. //
Thousands of security forces were deployed on Thursday across Hargeysa, the capital of the breakaway statelet of Somaliland, a day after deadly suicide car bombings, police said.

« We are still conducting investigations and many of our security forces are deployed in Hargeysa to check all moving vehicles, » police officer Ahmed Hashi told AFP.

« There are thousands of police and military criss-crossing the town. Checkpoints were set up everywhere and they are checking vehicles, » local resident Barqad Ali said.

On Wednesday, five near-simultaneous and apparently coordinated suicide attacks struck high-profile targets in Hargeysa and in Bosasso, the economic capital of the neighbouring breakaway region of Puntland.

In Hargeysa, the bombs targeted the presidential palace, the United Nations Development Programme’s compound and Ethiopia’s diplomatic representation, killing 19 people on the spot.

According to medical sources, one of the injured died overnight, bringing to 20 the number of victims, in addition to the three bombers. At least 30 people are still hospitalised.

In Puntland, the two suicide bombers also died, but no other deaths were reported in the attacks on two anti-terrorism centres. The authorities said six members of the intelligence service were wounded in the bombings.

_________________________________ 7 – Shabelle (En Anglais)

Les forces armées du Puntland blessent un religieux, après les attentats. Puntland troops injure cleric after explosions

The security forces of Puntland semiautonomous have shot and wounded a Somali cleric in the town of Bosaso later on Wednesday after consecutive blasts rocked correspondingly the neighboring Somaliland republic, according to sources.

The residents of Bosaso told Shabelle that fuming soldiers from Puntlnd security agency have came into the house of the cleric whose name Sheikh Mohamud Ismail as well they hit two bullets on his right army then they took him to the central prison in the town after suspected him of connection consecutive deadly blasts in the city

The residents of Bosaso have expressed additional concern regarding the security forces operations on cracking down of the assailants.

There has been no claim of responsibility for the five bomb attacks in the Puntland and Somaliland regions on Wednesday.

Reports also say low flying planes are flying over the space of the town seeing that the residents are expressing concern over those aircrafts.

No curfew was imposed on the town but armed vigilant troops have been deployed on the streets.

Two other simultaneous suicide car bombs struck two separate buildings housing anti-terrorism centres run by the Puntland Intelligence Service (PIS) in the port city of Bosasso.

The president of Puntland, Mohamoud Musa Hirsi Adde, said six members of the PIS were killed in the twin blasts.

« Six members of the Puntland Intelligence Service were killed by the attack in Bosasso, » the president, who was in the economic capital of the semi-autonomous region, told reporters.

The overall death for the coordinated attacks stood at 30, including the five bombers.

____________________________________8 – Le Figaro avec AFP

Attentats en Somalie: Un cheikh soupçonné

Les autorités du nord de la Somalie ont annoncé jeudi l’arrestation du cheikh Chabaab, soupçonné d’être impliqué dans une vague d’attentats suicide qui a fait au moins trente morts la veille.

Les cinq attentats de mercredi dans les régions du Puntland et du Somaliland n’ont pas ouvertement été revendiqués, mais les autorités soupçonnent les insurgés islamistes hostiles au gouvernement et à l’Ethiopie qui le soutient. Les Etats-Unis ont imputé les attentats à Al Qaïda, qu’ils accusent d’agir à travers Chabaab.