Articles

25/08/2013 (Brève 160) Le président de l’ARDHD écrit à la représentation diplomatique belge pour demander une intervention en vue de le faire libérer.

Bonjour,
Hier samedi soir, le 24 août 2013, notre association a été alertée à propos de l’arrestation d’un citoyen belge, qui serait toujours détenu à Sanaa, dans les locaux de la police criminelle yéménite.

Il s’agit de Monsieur Mohamed Saleh Alhoumekani, qui travaille dans une institution internationale à Bruxelles.

Monsieur Alhoumekani est né à Djibouti. Officier dans la garde républicaine, il avait témoigné auprès des autorités judiciaires françaises, des faits dont il avait eu connaissance, à propos de l’assassinat à Djibouti du Juge Bernard Borrel, le 15 octobre 1995.

Pour donner ce témoignage, il avait été contraint de fuir son pays et de solliciter l’asile, puis la nationalité en Belgique.

Son témoignage pouvait mettre en cause une implication possible  de la Présidence djiboutienne dans la commandite du crime, maquillé ensuite en suicide … et finalement reconnu comme un assassinat par le Procureur de la république de Paris

Par réaction, le régime djiboutien a fait prononcer un verdict sévère à son encontre, par contumace et sans respecter les règles de droit.

L’arrestation de Monsieur Alhoumekani au Yémen a certainement été réalisée à la demande des autorités djiboutiennes, hypothèse qui est renforcée par l’arrivée par vol spécial en provenance de Djibouti, du Général Fathi Ahmed Fathi Beliki, Chef d’État-Major des Armées djiboutiennes à la tête d’une délégation importante. Ayant été aperçus dans les locaux d’Interpol à Sanaa, on peut penser que cette délégation essaye d’obtenir l’extradition de Monsieur Alhoumekani vers Djibouti.

Si cela devait être fait, nous attirons votre attention, sur le fait que la vie de Monsieur Alhoumekani serait gravement compromise, car le régime djiboutien a l’habitude de faire disparaître les opposants et ses ennemis, en les torturant, en les emprisonnant, puis en les exécutant extrajudiciairement.

Nous demandons aux autorités belges d’intervenir de toute urgence auprès du Yémen pour obtenir la libération sans condition de Monsieur Mohamed Alhoumekani et de faciliter son retour en Belgique où sa famille l’attend dans la plus grande angoisse.

Nous les remercions à l’avance pour leur intervention et nous leur adressons nos respectueuses salutations.

Jean-Loup SCHAAL
Président de l’ARDHD

29/08/2002: N’oublions pas le cas d’Adel Taher incarcéré injustement à Ali Adde. (Lecteur)

Ayant decouvert votre site recemment , je tiens à vous remercier pour tout l’interet que vous porter au peuple djiboutien,ce peuple opprimé depuis plus d’une decennie. Je trouve votre site bien exhaustif et serieux quant aux informations divulgées.

J’ai été tres frappé par l’article sur le jeune ADEL TAHER emprisonné injustement à ali addeh. En effet, je connais ce jeune homme, issu d’une honorable famille et dont les comportements m’ont toujours semblé exemplaires. J’ai cotoyé Adel et j’ai toujpours decelé son sens du patriotisme.

D’ailleurs il a toujours refusé de quitter Djibouti pour vivre en occident car d’apres lui ses racines sont ancrées la bas.Je suis vraiment attristé par le sort de ce jeune malheureux, innocent et sans defense qui sert de bouc emissaire au regime tyranique en place.Aussi je vous serai gré de nous fournir toutes informations le concernant. Agissons ensemble pour faire connaitre au monde entier cette pietre injustice, diffusons sa photo pour ne pas l’oublier.

Je vous remercie sincerement de publier cette correspondance.

Un djiboutien las de la dictature.

Note de l’ARDHD : merci, cher lecteur pour votre contribution et pour vos encouragements. Nous appelons tous les lecteurs, qui en ont la possibilité à :

– nous envoyer des informations au sujet de ce jeune homme et de la situtation dans laquelle le régime tyranique de Guelleh l’a plongé,

– nous adresser sa photo que nous publierons.

28/08/2002: Sauver le petit Hassan Ahmed Hassan : des groupes se constituent pour organiser des collectes.

En réponse à l’appel que nous avons lancé avant hier, des premiers groupes nous ont adressé des messages pour nous dire comment ils organisaient déjà des collectes au sein de leur entourage amical, professionnel …

Il est extrêmement rassurant et encourageant de constater que la communauté djiboutienne dépasse ses différences tribales et qu’elle se montre solidaire en se mobilisant pour aider la famille et pour sauver l’enfant. Elle sera certainement appuyée par des occidentaux. Nous organisons la collecte en France.

Pour être efficace et utile, il est important que nous en sachions comment contacter la famille et que nous obtenions le diagnostic médical et les recommandations, afin d’organiser, si cela est toujours possible, l’évacuation sanitaire de ce garçon vers le service médical le mieux adapté pour le soigner.

Nous renouvelons notre appel à tous les Djiboutiens pour qu’ils nous permettent d’entrer directement ou indirectement en contact avec la famille

Après 36 heures, nous disposons déjà de l’équivalent de 500 €, ce qui est encourageant, car les dons devraient se multiplier dans les prochains jours.

27/08/2002: A lire dans LA LETTRE DU CONTINENT cette semaine

LA LETTRE DU CONTINENT – 22/08/2002
DIPLOMATIE – L’afro-réalisme du Quai d’Orsay
Comme chaque année, le Quai d’Orsay a établi un classement des pays du monde en trois zones pour rémunérer ses diplomates selon leurs conditions de vie. (…).

ARDHD : Djibouti est classé en zone 2 : conditions de vie assez difficiles et moyennement éprouvantes. Que le nouvel ambassadeur qui va arriver ne s’inquiète pas trop ? Il connaît bien Guelleh et à la condition de continuer à lui plaire, de servir ses intérêts et d’éviter de dénoncer ses turpitudes à Paris, son séjour ne devrait pas être exténuant…! Mais il sait faire …

LA LETTRE DU CONTINENT – 22/08/2002
DEFENSE – Compensation financière pour Djibouti ?
Le 5 août, le député UMP réunionnais René-Paul Victoria a interrogé le ministre des affaires étrangères, Dominique de Villepin, sur la remise en cause par le chef de l’Etat djiboutien «des accords de défense passés depuis 25 ans avec notre pays». (…).

ARDHDH : Selon l’article publié par la Lettre du Continent, Guelleh aurait mené la vie dure aux Français en présentant des exigences financières à la hausse pour obtenir des compensations financières correspondant aux infrastructures militaires des FFDJ. Pour montrer sa mauvaise humeur et pour renforcer la pression, il aurait très mal accueilli le Général KELCHE, le 26 juin lors de sa visite. Il aurait alors fait jouer la concurrence américaine et allemande. Tout ceci confirme nos articles antérieurs sur  » la vente aux enchères à Djibouti, d’une implantation militaire « .

27/08/2002: Les premièrs dons arrivent à l’ARDHD pour permettre l’évacuation sanitaire du petit Hassan Ahmed Hassan. Merci à chacun de votre mobilisation.

A la suite de l’appel que nous avons lancé hier, nous avons déjà reçu les premières contributions et les premiers engagements de donation.

Comme nous l’avons écrit, l’ARDHD ne reçoit aucun argent, afin de garantir son indépendance. Mais une Association « amie » SOS-AFRICA a accepté de se charger de l’encaissement des fonds et de la remise directe de ceux-ci à la famille via la LDDH.

Comment effectuer votre don ?

1 – Par chèque bancaire ou postal libellé
Le chèque doit être libellé à l’ordre de SOS-AFRICA.
Vous l’envoyez à ARDHD :
84 rue Saint-Louis en l’ile – 75004 PARIS France

Tel : 33 / (0) 1 46 34 70 70 ……….. Fax : + 33 / (0)1 46 34 25 93
E-Mail : ardhd@ardhd.org

2 – Par mandat
Le mandat doit être libellé à l’ordre de SOS-AFRICA et nous être adressé de la même façon.

3 – Par virement
Nous vous donnerons ce soir les coordonnées du compte bancaire de SOS-AFRICA

Moins de vingt quatre heures après l’annonce, l’ARDHD a déjà collecté plus de 150 € pour cette cause.

Appel aux Djiboutiens résidant à Djibouti.

Afin d’aider au mieux cette famille et son enfant, nous avons besoin d’avoir de recevoir des informations très précises, qui nous permettront de prendre contact avec d’autres associations humanitaires : médecins, aides aux familles en difficulté, etc…

Il nous faut d’urgence :

– Adresse de la famille – Comment la joindre (Téléphone ou amis qui peuvent recevoir des appels téléphoniques)
– Date de naissance du jeune Hassan Ahmed Hassan,
– Diagnostic précis : description des symptômes et des problèmes par un médecin
– Solutions proposées par le médecin : évacuation sanitaire (est-elle possible ?)
– type d’hôpital / service médical adapté en France ou en Europe, etc…

Ces informations sont capitales pour que nous puissions apporter une aide efficace à la famille et à ce jeune enfant en informant avec précision les associations qui pourraient apporter leur aide.

Nous prenons contact avec la LDDH pour qu’elles assurent la liaison et qu’elle puisse verser les fonds à la famille ou procéder à l’achat des billets d’avion nécessaires.

26/08/2002: Félicitations à DAF pour le nouveau site du PRD (Chiné)

Je tiens à féliciter notre Président, M Daher Ahmed Farah pour la création du nouveau site Internet du Parti. Il ne fait nul doute qu’il va devenir pour tous les militants du Parti, l’instrument privilégié de communication, d’échanges et de contacts entre nous et avec la direction du PRD.

Encore bravo à DAF et à notre Parti.

NOTRE PARTI, NOTRE AVENIR : P.R.D
(allusion a l’ouverture du Parti conservateur à Edmonton, qui est présidé par M Joe Clark.)

Député Chiné
grand politicien d’Ottawa et militant du PRD

26/08/2002: L`heure du défi pour le chef du régime M Guelleh. (La plume de Chiné – pour le PRD à Ottawa – Canada)

Notre pays a fêté ses 25 ans. Pour l’être humain, 25 ans, c’est un palier important. Il a atteint sa majorité dit-on ! Pour un pays, 25 ans, c’est encore l’enfance , la période de tatonnement . Mais ceci ne peut pas excuser les comportements de la génération conduisant les affaires dans notre cité . Car notre république qui est gouverné par des hommes venus d’Ethiopie est a une période vitale de son existence . Crise économique , crise morale (chez les djiboutiens ennes), démographie galopante , sequelle d’une guerre désastreuse sur tous les plans.

Dans les faits, le pays est en crise généralisé suite au hold hop organisé par le Chef de la sécurité et responsable du malheur qui ronge le petit peuple. Les symptomes du declin sont bien apparents. L’ere du gaspillage des deniers public est bien revolu (mais pas sous IOG). Le parti du renouveau démocratique est conscient de cette réalité. Nous sommes à une étape charniére qui aura des répercussions de toutes les façons dans l’avenir de notre cité . S’il y a un temps pour la reflexion, la recherche de soi, il y a aussi un temps pour l’action, l’entreprise. Nous, au parti du Renouveau démocratique, premier parti d’opposition et premier parti national, nous disons que l’heure du défi a sonné pour les citoyens de ce pays, qu’ils soient des administratifs ou des simples citoyens conscients de la gravité des choses que ce régime a mis. Le principal défi a relever est d’ordre politique et économique. La panne d’idée qui affecte M Ismail Omar est ressenti jusqu’au fond du territoire de la République.

Pour cela, notre parti (PRD) avec à sa tête DAF, propose que les Ministres et l’administration servent le peuple et non plus l’inverse : qu’ils se servent du peuple. Ils doivent se dire la vérité et dire la vérité aux autres. Ils doivent combatrre la corruption et le clientelisme et mettre une fois pour toute le tribalisme dans le placard aux oubliettes. Les Djiboutiens attendent beaucoup d’eux y compris l’opposition que nous sommes pour mener le pays sur le redressement national.

Au Parti du Renouveau démocratique, nous disons que nous sommes dans le même bateau et chacun d’entre nous doit prendre ses responsabilités, c’est un devoir. Il ne faut pas que la haine pour telle ou telle personne nous rende aveugle, sinon nous serons tous perdants. Le cas de la Somalie est un exemple qu’ALLAH a placé, devant nos yeux, pour que les Djiboutiens refléchissent.

Chiné,
député du PRD à Ottawa-Canada.

26/08/2002: Ultime recours ! Appel pour sauver un enfant djiboutien (Extrait de La Nation)

« Stigmatisés par les souffrances qu’ils endurent depuis ce jour fatidique du 11 février 2002 qui a vu leur fils de 3 ans et demi sombrer dans le coma, les parents du petit Hassan se sont adressés à nous, médias, pour faire part de leur détresse au public. (..)

Sous nos cieux, un drame se joue !… Seul remède contre l’irréparable : la solidarité humaine

Le petit Hassan Ahmed Hassan, un enfant âgé de 3 ans et demi, gît inerte sur son lit chez lui depuis le 11 février 2002, ce jour fatidique où la méningite l’a terrassé. Il gît inanimé mais quand même vivant depuis que le triste sort l’a subitement frappé, depuis que la fatalité a voulu que cet être innocent soit cloué au lit. Enfin, depuis que les médecins l’ayant consulté ont déclaré ne pouvoir rien faire pour lui, ici à Djibouti ! Ces mêmes médecins qui préconisent son évacuation sanitaire vers l’étranger  » pour TOM de tête  » (selon le jargon professionnel de la médecine) ou  » traitement sous scanner  » en langue courante.

Le petit Hassan ne bouge certes pas, malgré ces yeux grands ouverts et ce regard absent que rien n’ébranle pour l’instant, même pas ces cris familiers que poussent allégrement des enfants, de son âge et de son quartier, jouant tout autour de chez lui, tout autour de lui. Mais ce pauvre enfant n’est pourtant pas mort, il est tout simplement plongé dans un coma profond ! Cependant, et bien heureusement, il vit ! Oui, il est encore en vie !…

Il est nourri artificiellement par l’entremise de sondes et l’évacuation digestive s’opère également de la même façon.

Depuis maintenant plusieurs mois, cet ange qui souffre dans son coin ne bénéficie d’aucune assistance médicale. Par manque de moyens spécialisés pour traiter son cas, la médecine d’ici l’a abandonné, le laissant à son propre sort. (…)

Eh oui, pourtant rien n’est encore perdu ! Le petit Hassan peut être sauvé… si on le veut bien, si l’on vole à son secours ! Cela, ils en sont formellement convaincus ! Son salut tient dans cette évacuation salutaire vers l’étranger, un de ces nombreux pays disposant d’infrastructures et de matériels hospitaliers spécialisés pour le traitement de ce type de maladie dont souffre cet enfant.

Mais les moyens financiers nécessaires font grandement défaut à ces pauvres parents qui, conscients de leur faiblesse, laissent le sort de leur fils aux mains de Dieu, le Créateur et l’Omniprésent. « 

Note de l’ARDHD :
Appel à la solidarité. Guelleh fera-t-il un geste de son côté ?

Personne ne peut rester insensible à l’appel de cette famille et nous lançons un appel à tous les lecteurs pour qu’ils fassent un geste, même minime pour venir en aide à cette famille. Par éthique, l’ARDHD n’accepte aucun versement financier, mais nous allons essayer de proposer une solution pour centraliser les versements, en nous assurant qu’ils seront bien remis directement à la famille pour qu’elle puisse conduire son enfant dans un hôpital européen.

Merci de nous contacter si vous souhaitez participer financièrement ou en nature au « sauvetage » de cet enfant. cliquez ici

Au-delà de ce drame humain qui n’a pas de nom pour qualifier la détresse de la famille, nous sommes navrés de constater que le régime de Guelleh ne fait même pas un geste pour assurer l’évacuation sanitaire de l’enfant. A titre personnel pourquoi pas, Guelleh aurait pu faire lui-même ce geste, avec tout l’argent qu’il a pris aux Djiboutiens. Mais … c’est mal connaître son avidité et sa cupidité.

Par exemple, selon un lecteur, la belle-fille de Guelleh pourrait accoucher au Canada, éventuellement aux frais des contribuables canadiens. C’est un comble ! Mais c’est la situation actuelle que subissent les Djiboutiens.

L’image de Guelleh serait un peu moins écornée, s’il effectuait, au moins une fois, le geste humain qui pourrait sauver un enfant. Le fera-t-il ? Lui, qui a fait emprisonner tant de mineurs dans le passé. Et puis, s’il ne le fait pas, il peut quand même donner des instructions au Trésor Public, pour le faire à sa place. Même sous cette forme, IOG redonnerait aux Djiboutiens la fierté de savoir que, pour une fois, leur argent est utilisé à des fins humanitaires et solidaires et non pour enrichir, encore plus, une équipe de prédateurs.

Et puis ce drame met aussi en lumière les carences du service de santé de Djibouti, son effondrement et son délabrement, dont la responsabilité incombe personnellement à IOG et à ses sbires. S’ils n’avaient pas détournés les aides et subventions internationales, le peuple serait mieux soigné et cette famille ne vivrait pas un supplice.

Il est aussi à noter que si le journaliste de La Nation a écrit un bel article pour nous sensibiliser, ce qui est respectable, nous sommes surpris qu’il n’essaye pas de proposer une solution. Il arrache les larmes des lecteurs, mais que fera-t-il personnellement ? Il continuera d’éxécuter les instructions de Guelleh, pardi et il se gardera bien de parler des responsabilités de ce gouvernement !